tapez un ou deux mots :

Roman Cieslewicz fabrique ses images au MAD

 

jusqu’au 23/09/18 quartier de Concorde-Louvre MAD : Musée des Arts Décoratifs 9 €

99 av de Rivoli

> accueil d’Almanart
les meilleures expos en cours

toutes images exposition Roman Cieslewicz, la fabrique des images, au Musée des Arts Décoratifs (Arts Décos, MAD)
courtoisie MAD, IMEC, © Adagp, Paris 2018 / clic = zoom

 

dynamique, imaginatif, surprenant, jouissif, corrosif, impertinent (sans être grossier), engagé, dégagé, débridé, parfois coquin... singulier Roman Cieslewicz (1930-1996) !
voici un hommage abondant (700 pièces !) et très documenté ; mérité car Cieslewicz était l’un des plus célèbres graphistes du 20è siècle ; pour vous un seul risque : celui de rester scotché devant tant de créativité et de sortir de l’exposition, ébloui et en retard !

 

Soeur-Voyeuse,
pub pour Charles Jourdan
1981 / clic=zoom
  Roman Cieslewicz graffiste illustrateur

 

 

 

 

le roman graphique de Cieslewicz

 
le Musée des Arts Décoratifs (le MAD) fait le choix d’une présentation thématique et alphabétique (ainsi que le superbe livre qui l’accompagne) tout à fait adéquate et d’une explication de son processus de création, qui justifie le titre La Fabrique des Images ; ceci au détriment d’une vision biographique plus claire que nous évoquons rapidement ici :

 

de la publicité et propagande à l’illustration engagée

Roman Cieslewicz sort de la prestigieuse "Ecole de l’Affiche polonaise" et réalise des affiches pour des films, des éditions artistiques, la Chambre de commerce et le parti communiste

> cette période lui permet d’affirmer une technique et un style à base de noir, gris, blanc et rouge ; la mise en évidence des mains dans cette affiche de théâtre est aussi typique de son style, comme le sera le jeu "avant-arrière plans" à base de dégradés (plus tard à base de trame d’impression)

 

maquette de la pièce de theêtre Ksiadz Marek, 1963
coll. ArtsDecos / clic=zoom
  Roman Cieslewicz graffiste illustrateur

Fin 1963 il fuit la reprise en main de la propagande du régime communiste pour s’installer à Paris ;

ce créatif hors pair est vite repéré : il sera directeur artistique chez Elle, de magazines d’art comme Opus international et Vogue ou de contestataires punk comme Kamikaze (avec Arrabal, Topor et Jodorowski, Olivier O. Olivier) ; ainsi que DA de l’agence de design et communication MAFIA et créateur d’affiches célèbres pour des musées comme le Centre Georges Pompidou (Paris-Berlin, etc)

> par exemple Roman Cieslewicz a illustré avec humour la rubrique horoscope de Elle dans les années 70

Horoscope, Elle du 25 avril 1977
illustration / clic=zoom
  Roman Cieslewicz graffiste illustrateur

 

 

Charade, par Topor :

 
Mon 1er est le double de trois
Mon 2è est l’aliment biologique originel de tous les mammifères
Mon 3è est le contraire de la vertu
Mon 4è est la réduction quintessentielle de la graphie phonétique de l’éternuement
Mon tout est le Chopin de l’art graphique contemporain !

 

Parmi les éditions et revues engagées et souvent éphémères comme Kamikaze, figure Pas de Nouvelles Bonnes Nouvelles qui met en cause la diffusion de l’information par les médias dominants de l’époque (dans les années 70) qui "favorisent d’avantage l’ignorance ... qu’ils n’aident à la réflexion"

> ses photomontages s’adressent à ce "citoyen auto-anesthésié" dont parle Jean-Luc Chalumeau (historien de l’art) [DP]

extrait de Pas-de-Nouvelles-Bonnes-Nouvelles
1985 / clic=zoom
  Roman Cieslewicz graffiste illustrateur

 
> voir ici un autre exemple d’affiche engagée

 

du graphisme à l’art

Roman Cieslewicz se renouvelle sans cesse, surprend, emprunte aussi bien à l’actualité qu’aux anciens ; pour lui tout fait sens, et tout ce qui sort de son bureau doit immédiatement faire sens aussi pour le regardeur : une affiche doit être un message clair et percutant

Mais ces travaux sur commande se doublent d’une foisonnante production personnelle de collages, sérigraphies et photomontages

Roman Cieslewicz graffiste illustrateur

 

qui est devenue célèbre et présentée dans les musées d’art ; l’exposition en donne à voir tout un panneau (image ci-après)

> voici une des plus célèbres manifestation de son génie de l’image percutante : un détournement de Mona Lisa en pleine période d’hystérie maoïste en Europe ;

 

 

Mona-Tse-Tung,
1976, photomontage
coll. MacVal / clic=zoom

ses recherches et créations personnelles sont diffusées comme oeuvres d’art autonomes, avec parfois plusieurs versions :

Roman Cieslewicz graffiste illustrateur

oeuvres sérigraphiques entre 1971 et 1976
/ clic= zoom

> l’oeuvre à gauche en haut n’est compréhensible que par sa version complète : c’est le champion d’échec Boby Fischer qui se prend la tête devant un échiquier (dans la version de l’exposition, l’échiquier n’y figure pas)

Roman Cieslewicz graffiste illustrateur

Bobby-Fischer, 1973-sérigraphier, 64x50 / clic= zoom

 

collectionneur boulimique d’images du monde

vous pourriez imaginer Roman Cieslewicz reporter, journaliste, romancier, tellement il était boulimique d’informations, d’actualités, d’images du monde qu’il classait comme un forcené dans 350 boîtes thématiques afin de les réutiliser dans son travail d’illustrateur et graphiste critique et engagé ;

ainsi "toutes les agences de presse travaillent pour lui ; cette fabuleuse récolte d’images qu’il reçoit bien saignantes au petit déjeuner, il en devient le maître absolu" [Roland Topor]

> il utilise aussi cette profusion pour créer ses "collages structurels" et "collages répétitifs" (comme Warhol) qui opèrent des rapprochements singuliers et contradictoires (religion, guerre, mode, sexe, politique, sport...)

 

exemple de collage structurel
vers 1966 / clic=zoom
  Roman Cieslewicz graffiste illustrateur

Roman Cieslewicz graffiste illustrateur

illustration pour Les-dieux-ont-soif d’Anatole France, 1989 / clic= zoom

 

Indépendemment et plus marginalement Cieslewicz réalise des illustrations de sujets culturels, du cinéma à la littérature :

Roman Cieslewicz graffiste illustrateur

maquette d’illustration pour E.T.,,
199 2 / clic= zoom

 

 

 

plus d’infos :

> l’exposition au Musée des Arts Décoratifss
> l’hommage à Roman Cieslewicz de Peter Gabor

 

 



 

annonces d'événements :


 

design : extraordinaires Lotus d’Or...

...que sont ces petites chaussures chinoises !

 jamais exposé au monde : un millénaire de tradition du 10è au 20è siècle, on bandait les pieds des filles pour limiter leur taille à <10cm dans ces engins de torture magnifiques...

Espace Jules Vallès
 4-26 oct entrée libre


 

 le Prix du Graffiti & Street Art s’expose

au Pavillon de l’Eau, 77 av de Versailles
5 sept - 4 nov, gratuit
par Graffart et un prestigieux jury

plus d’infos

=> chaque année Almanart y découvre des perles ;
les collectionneurs pointus s’y intéressent


 

rentrée choc au Géant des Beaux -Arts :

jusqu’au 15 octobre

> qui est Géant des Beaux-Arts ?


 

l’art naïf revient à tire-d’ailes

l’art naïf a des ailes : il revient, tel ce.. Teck’ailes de Nicolette Palotay, une huile sur isorel

disponible chez les Atamanes

 ? qui sont les Atamanes ?


 

 

Un Dimanche à La Galerie : le RV du 23

clic sur l’image = vous saurez tout


 

suivez nous  :  petits écrans :

 

 

Plans et itinéraires du Grand Paris :
Où sont les quartiers d'art ?

 

 

 

Le "Petit Mot" : 10 micro-newsletter/an, gratuites

abonnez-vous, entrez ici votre ad mel :

aucune autre information n'est demandée

 

 

 

 

Mesure d'audience par :

 

 

 

 

 

Le "Petit Mot"
login (modal) Abonnez-vous, ici
entrez votre mail :

10 newsletter/an, gratuit

 

 

 

 

 

 

nos partenaires :

 

 

 

nos amis en art et design :