tapez un ou deux mots :

où trouver les "jeunes artistes" ?

 

les pépinières d’artistes :

voici des lieux ouverts dans le Grand Paris où vous pouvez découvrir des "jeunes artistes" ;
une liste non exhaustive mais qui permet de répondre partiellement à cette question : où puis-je découvrir ces jeunes sans frapper aux portes fermées ou zigzaguer d’atelier en atelier ?
Dans cette page :
 
  • qu’est-ce qu’un(e) "jeune artiste" ?
  • où découvrir de "jeunes artistes" à Paris ?
    - Beaux-Arts de Paris
    - le Salon de Montrouge
    - le 6b à Saint-Denis
    - les Ateliers de Paris
    - le 100, à Paris
    - la Fondation Ricard
    - le Palais de Tokyo
    - le Prix Marcel Duchamp à Pompidou

 

 

 

 

 

Kenny Dunkan
The Forbidden Fruit, 2020
(courtoisie Gal. Filles du Calvaire
clic = zoom

notre dernier jeunes artistes coups de coeur :

> Kenny Dunkan voit sa première exposition solo à Paris ; un premier passé prestigieux a certainement aidé à cette découverte : résidence à la Villa Médicis en 2017 et des participations au Salon de Montrouge en 2015, à Lafayette-Anticpation en 2018 ; voila un bel exemple de progression d’un artiste émergent
> Kenny Dunkan est un artiste pluridisciplinaire guadeloupéen qui utilise souvent son propre corps, passant de la vidéo à la performance par la sculpture ou l’assemblage, dans une grande liberté d’expression, parfois provocatrice mais sans agression et un peu d’humour, des oeuvres reposant sur une recherche de mixage des cultures, comme le montre cette vidéo ; un travail optimiste : cela tombe bien dans la période actuelle !
> c’était en mai 2021 à la Galerie Les Filles du Calvaire

  > accueil d’Almanart > des lieux d’art inattendus

focus : jeunes artistes plasticiens émergents, artistes débutants, diplômés beaux-arts / images courtoisie les artistes / clic=zoom

 

 

qu’est-ce qu’un(e) "jeune artiste" ?

 
c’est un(e) artiste plasticien qui, indépendemment de son âge, est soit en fin de formation soit en début de carrière et cherche à émerger sur la scène artistique publique en tant qu’artiste professionnel.
A peine dans le circuit visible il cherche à montrer son travail à une galerie, un centre d’art, une foire, pour démarrer sa vie active autonome ; s’il expose déjà dans quelque association et centre culturel, généralement en collectif, il souhaite s’élever et montrer son travail en galerie et en solo.

  Ceux qui viennent d’être connus, restent fragiles : pas plus qu’être une start-up reconnue n’entraîne de devenir une licorne : il faut que les collectionneurs suivent, la vraie reconnaissance est celle du marché   (Georges Brassens, poète) :
"trompettes de la renommée, vous êtes bien mal embouchées !"

 

 

où découvrir de "jeunes artistes" à Paris ?


le Grand Paris fourmille d’ateliers-incubateurs, d’associations et lieux de résidence groupant des artistes, aussi bien intra-muros (comme Les Frigos dans le 13ème) qu’en périphérie proche notamment à 94-Ivry (La Fabrique, Le Lavoir), ou 93-Montreuil (Le 37bis) ou les nomades Ateliers Icade, ou encore Plateforme dans le 20ème ; mais peu ont une politique dynamique d’exposition de ses membres, elles se contentent de journées "portes ouvertes" une fois par an ou de trop courts vernissages ; aller les voir n’est pas aisé ;
du fait (heureux) de la porosité des métiers, on voit de plus en plus de plasticiens venant des écoles de design, comme l’Ecole de Arts Décoratifs (ENSAD) ; elles seront intégrées à cette liste prochainement.

 

  pour rencontrer de jeunes artistes, outre courir les portes ouvertes, il faut vous tourner vers les rares institutions qui font une promotion réellement visible de ces artistes émergents ; il y a en a moins de dix à notre connaissance

 

 

 

> les sortants des Beaux-Arts de Paris

 
la célèbre Ecole des Beaux-Arts de Paris (ENSBA) progresse en promotion post-cursus (mais c’est l’ECAL de Lausanne qui est en pointe pour promouvoir ses élèves) ; elle est en transformation continue depuis son bi-centenaire en 2017 (mais reste encore très cloisonnée en interne) ; elle aide mieux ses élèves : meilleure com’ et site web, et :

> des jours Ateliers Ouverts, comme le font toutes les écoles d’art et de design ; vous êtes libres de fureter dans les ateliers de la rue Bonaparte, où des élèves encore en cursus vous montrent leurs travaux ; vous pouvez les rencontrer ainsi que leurs professeurs ; c’est intéressant, il y a toujours de bonnes surprises :
 - Ateliers Ouverts rue Bonaparte et Ateliers Ouverts à Saint -Ouen (grande annexe technique aux B-A, au sein des Puces)
 - en juin pour 3 jours

étonnant : les BA ont aussi un atelier de fresques, à l’ancienne ;
on y apprend notamment les apprêts, base du genre ;
mais les motifs qui y sont appliqués sont tout aussi des répliques
classiques que des thèmes très actuels : voir clic=zoom
 

> une exposition des diplômés avec mention de la promotion n-1, dans le Palais des Beaux-Arts, en octobre : si des installations conceptuelles un peu ridicules encombrent encore trop les Beaux-Arts français, certains élèves sont prometteurs sur le marché de l’art :

 

 

 > MacParis, découvreur de jeunes artistes !

 

le Salon d’art qui vous a présenté près de 100 artistes en direct : MacParis se tient au Bastille Design Center 2 fois par an
l’Association Mac2000 est un dénicheur de talents mettant en lumière les créateurs de notre temps

 

 

> le Salon de Montrouge, booster d’artistes

 
ce Salon plus que soixantenaire et incontournable, fruit des efforts de la Mairie de 92-Montrouge, se tient en octobre au Beffroi à côté du métro Montrouge, à 300m de la Porte d’Orléans ;

Ange Leccia

Rosanna Lefeuvre, Le-Pinceau, 2018,
impression-sur-tissu-Jacquard
(courtoisie l’artiste) / clic=zoom

 

Rosanna Lefeuvre a su traduire charnellement la sensualité du corps de la femme par des impressions à chaud sur un tissage Jacquard, à partir de photographies floutées qu’elle élabore dans des tons doux ; un jeu de dissimulation et de dévoilement subtil

 

sa très forte réputation fait que plus de deux mille dossiers parviennent à un jury composé de personnalités du monde de l’art ; cette grosse machine, dotée de prix, d’une vente aux enchères, de résidences, fonctionne bien et booste ses heureux sélectionnés ;

le Salon de Montrouge promeut les "artistes français" (voir "quelle nationalité pour cet artiste ?") :
tout artiste peut y candidater à condition d’être en début de carrière, ne pas avoir de galerie attitrée, ne pas avoir présenté son travail à un large public et avoir "un lien fort avec la France" (nationalité, résidence, études) ; il n’y a pas de condition d’âge : un canevas qui correspond exactement à notre définition du "jeune artiste".

Le niveau s’était abaissé par trop d’installations farfelues, de théorie, de conceptuel invendable (salut les futurs chômeurs)... mais après une renaissance en 2019 raison est un peu revenue ; la mouture 2022 s’est même étendue aux pratiques artisanales en passant -évidemment- par l’écologie (mais aussi à la performance, qui sort du domaine de l’art plastique...)

 

 

> le 6b à Saint-Denis

 
Le 6b (proche de la gare RER D Saint-Denis) ressemble à un grand HLM des années 70 : entrez, c’est ouvert tous les après-midi de semaine lors des expositions qui se succèdent ; c’est un lieu de création et de diffusion essentiellement d’art plastique, une résidence autogérée de plusieurs dizaines d’artistes ; les propositions lors des expositions sont souvent intéressantes et novatrices, par exemple en fin 2016 :

cet immense et superbe fresque d’Emilie Sévère ressemblerait à un paysage abstrait, ce qu’elle nie ; ce serait plutôt des paysages mystiques, un peu comme ceux que vous voyez sur les plafonds de la Sixtine mais sans les protagonistes ; ces volutes ont en effet un souffle, une dynamique exceptionnelle

 

 

Emilie Sévère, Topos, 2016, 200x720
  Valentina Canseco

 

 
> les Ateliers de Paris

les Ateliers de Paris , devenus Le Bureau du Design, de la Mode et des Métiers d’Art qui dépend de la Ville de Paris, est un incubateur et formateur dédié aux métiers d’art, design et mode, situés au 30 r du Faubourg Saint Antoine ; il dispose au rez-de-chaussée d’un espace d’exposition utilisé toute l’année (entrée libre) pour montrer ses jeunes artistes, designers et artisans ; on y fait de réelles découvertes ;

   

l’espace est petit, mais c’est un des seuls moyen de découvrir des designers toute l’année

> par exemple tout juillet 2017 est consacré aux étudiants du Master expérimental Design : création, projet, transdisciplinarité, des Écoles supérieures d’arts appliqués Boulle, Duperré, Estienne et Ensaama ; pas moins !

 

une proposition faite en 2016 :
Sophie Gallardo, secrétaire en écorce de bouleau incrusté de mineaux, 2015

 

 

> le 100, à Paris

 le 100ecs, au 100 rue de Charenton entre Bastille et Nation, est un "espace de fabrication" en art plastique, art vivant, design, couture, impression 3D et 2D ; des ateliers d’artiste sur plusieurs étages ; il a été redesigné l’été 2017 ;
le rez-de-chaussée comporte un vaste espace d’exposition (et aussi une petite scène), qui n’est pas réservé à ses membres mais fonctionne sur projets ; la journée il sert d’espace de co-working mais les soirées et week-end sont ouvertes au public qui accède gratuitement aux expositions

> le 100 accueille tous types d’artistes plasticiens,
ici le photographe Guillaume Bounaud

 

 

Guillaume Bounaud, Window, série Women
(courtoisie l’artiste)
  Guillaume Bounaud photo

 
> la Fondation Ricard

la Fondation d’entreprise Ricard (qui s’est récemment installée derrière la gare St-Lazare) est depuis plus de vingt ans un tremplin pour les jeunes artistes qu’elle présente dans son espace ; elle délivre un prix décerné par un jury de collectionneurs et personalités d’art, achète l’oeuvre et l’offre au Centre Pompidou ; elle organise aussi des conférences et des rencontres artistes-curateurs-public ;
expositions variables en genre et qualité, parfois passionnantes ; bémol : les artistes, bien que d’avant-garde, ont déjà un cursus connu, établis depuis une dizaine d’années ;

   

ainsi fréquenter la Fondation vous donne une vue assez juste de l’art plastique actuel, du meilleur au pire, mais peu de jeunes découvertes ; entrée gratuite ;
c’est plutôt une précieuse contribution qui donne aux artistes émergés un tremplin vers le monde des musées et grands centres ; c’est aussi un lieu d’échange et de convivialité, avec un côté un peu bobo, avec effluves du savoureux pastis Ricard

 

vue générale de l’exposition dédiée
à Laurent Montaron fin 2016

 

> le Palais de Tokyo

injuste de ne pas le mentionner ici car c’est "le" musée de Paris sur l’avant-garde plastique internationale ; s’il fait travailler des artistes dejà connus du monde l’art, il dédie ses petites galeries en marge des grands espaces à des artistes émergents internationaux de bon potentiel d’évolution : qualité variable, on est dans l’expérimental.
Depuis 2020 les locaux ne sont pas tous occupés, il y aurait de la place pour les jeunes...

 

> le Prix Marcel Duchamp au Centre Pompidou

difficile de ne pas citer cette distinction donnée par l’ADIAF, qui revendique un rôle de diffusion internationale de l’art français. Toutefois ce Prix concerne des artistes déjà établis : moins des découvertes que des consécrations ; comme ces artistes internationaux ne sont pas forcément connus du grand public, même averti, leur exposition annuelle au Centre Pompidou est la bienvenue.
On reproche souvent à ce Prix de ne pas porter assez d’attention aux artistes travaillant principalement et véritablement en France, et non juste munis d’un badge France cousu sur la manche... un défaut bien français, "acheter français" c’est juste pour les légumes ? voir "un artiste français, c’est qui ?"

 

 

 > achat-ventes de particulier à particulier

 

> Almanart annonce des oeuvres, pièces de design ou décoration, à vendre de gré à gré directement sans intermédiaire

> vous êtes vendeur ? vous êtes acheteur ou curieux ?

 



 

annonces d'événements :


 

très belle vente, abordable

grande vente d’art et design contemporains
avec de vraies opportunités

 lundi 5 décembre à 14h
à Drouot en salle et live

par Magnin-Wedry


 

un calendrier de Noël à surprises

le BDMA, Bureau du Design, de la Mode et des Métiers d’Art
vous suggère des cadeaux de fêtes
par ce calendrier de l’avent très original

l’ouvrir et découvrir les jeunes créateurs


 

si le tableau boude...

 

... c’est qu’il veut son cadre ! zoom sur les cadres !
> Les Atamanes cadrent le débat : lequel choisir ?
>
à moins que ce soit le tableau qui choisisse ?
> Almanart s’interroge : pourquoi et comment ?

 


 

remettez-le à l’endroit svp

qu’attend-on donc pour remettre à l’endroit les tableaux de Georg Baselitz !

pourquoi cette question idiote ?


 

 

Prendre soin, de la Renaissance à nos jours

passionnante exposition au Musée des BA de Dole
pour le bicentenaire Pasteur ;
que nous montrent les œuvres d’art sur la notion des "soins" ?


 

annoncez vos ventes
trouvez à acheter

particuliers : annoncez vos oeuvres à vendre

seuls des biens de qualité sont acceptés,
sélectionnés par Almanart

de bonnes occasions pour
acheter

 

 

suivez nous  :

 

 

Plans et itinéraires du Grand Paris :
Où sont les quartiers d'art ?

 

 

 

Le "Petit Mot" : 10 micro-newsletter/an, gratuites

 

nos recommandations en art et design :

 

 

 

 

Le "Petit Mot"
login (modal) Abonnez-vous, ici
entrez votre mail :

10 newsletter/an, gratuit

 

 

 

 

 

 

nos partenaires :

 

 

 

nos amis en art et design :