tapez un ou deux mots :

qu’est-ce qu’une photo d’art ?

 

photo plasticienne ou non ?
faites la différence :

tous les genres existent en photographie contemporaine : reportage, documentation, publicité, science, art... Ces clichés peuvent justifier de belles expositions, mais sont-ils de l’art ?
Des photographes se disent "plasticiens" pour signifier que les oeuvres sont artistiques, qu’elles appartiennent au domaine de la "photo artistique" ou "photo plasticienne" ; qu’en est-il ?
A vous, amateur, de faire cette différence : comment ?
Dans cette page :
 

 

 

 

> accueil d’Almanart  

l’actualité de la photographie
par une exposition :

> le photographe André Steiner (1901-1978) est reconnu comme spécialiste du corps en mouvement, du sport et du nu : ses photos sont une collection de corps superbes en action et peu vêtus ; mais ces thèmes, choyés à cette époque de l"überlegener Mann" dans l’est de l’Europe d’où il vient, n’ont chez Steiner rien de fasciste, : étant juif c’est plutôt de l’esthétisme et la beauté de l’effort dont il témoigne ; d’ailleurs en formation à Vienne, il l’a quitte pour Paris face à l’antisémitisme
> ainsi il va renouveler la scène photographique française par "son expérimentation moderne du médium (déformations, points de vue inhabituels, superpositions) qui fait de lui un des tenants de la « Nouvelle Vision », mouvement né en Allemagne" (DP), ce que montre bien ce cliché plus proche de l’art que du reportage
> jusqu’au 22 septembre 2024 au MAHJ Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme

 André Steiner photographe
André Steiner, Gardien de but 1936 C.Pompidou
(courtoisie MAHJ) ... clic=zoom

focus : photo photographie d’art artistique, photo photographie plasticienne et photographie contemporaine, artistes photographes
 

 > achat-ventes de particulier à particulier

 

> Almanart annonce des oeuvres, pièces de design ou décoration, à vendre de gré à gré directement sans intermédiaire

> vous êtes vendeur ? vous êtes acheteur ou curieux ?

 

Il y a deux types d’amateurs de photographie, avec toutes les nuances entre :
> les amoureux de la photo pure, argentique ou numérique mais qui n’a pas traversé un ordinateur, celle prise sur le vif et sans manipulation
> les amateurs d’art qui, ne cherchant pas la vérité technique, s’intéressent au résultat artistique et sa signification, quel que soit le procédé de prise de vue, de traitement post-photographie ou de mixage photo et autre médium. Après tout on peut aimer une symphonie mais pas l’opéra

 

la photo peut être artistique :

> sur le pull : une peinture ou une projection ?

plutôt un hasard de rencontres amusantes que Bénédicte Hebert a su attraper dans son objectif, lors d’une exposition d’art, sans aucune manipulation.
Ces photos-témoignages ont été présentée en 2008 à la galerie Christophe Gaillard

Benedicte Hebert

 
Benedicte Hebert, Ca me regarde n°50, 2008
(courtoisie galerie Christophe Gaillard)

 

> est-ce une photo "vintage" ?

non, c’est un aspect de la Chine d’aujourd’hui où, à 100 mètres près, l’on passe du moyen-âge à l’autoroute aérien.

Dans cette série consacrée au rouge chinois emblématique du bonheur et de la réussite, Pascal Maljette s’est posé la question de savoir où figure ce rouge là dans le foisonnement des couleurs de la vie chinoise ; il a ainsi décoloré ses photos de toutes leurs couleurs, sauf ce rouge précis

Pascal Maljette

 
Pascal Maljette, Huangyao street, 40x30, 2009
(courtoisie l’artiste)

 

> cette tache sur le fond : un accident lors du développement ?

pas du tout : Tony Soulié part ici d’une photographie de lui ou non, la transpose sur toile ou sur une lithographie,qu’il rehausse de matière, peinture et vernis qui sont pour lui des repères personnels ; ainsi il accentue l’aspect dramatique ou narratif.
Il est soutenu notamment par la Galerie 125

Benedicte Hebert

 
Tony Soulié, West Coast VII, vers 2011, litho rehausée, 32 x 48, 120 ex
(courtoisie Galerie 125)

 

art et photo, un lent décloisonnement

 

les expositions de photo et d’art s’adressent à des publics souvent distincts et se tiennent dans des lieux différents : les unes à la MEP (Maison Européenne de la Photographie), les autres au MAMVP (Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris)... les salons aussi sont sectorisés : Paris-Photo versus Fiac : photo d’un côté, art plastique de l’autre. Une surprenante séparation, encore actuelle, bien que s’opère un brassage à partir de deux évolutions :

> une "première" décisive dans les 70’s : l’école de Dusseldorf érige la photo au rang d’oeuvre d’art en l’agrandissant et la présentant comme un tableau, grâce à la photo printée en haute qualité
> des artistes utilisent de plus en plus couramment plusieurs mediums à la fois, partant de clichés qu’ils "photoshoppent", peignent, etc

les amateurs d’art, peut-être plus ouverts que les amateurs de photos, s’intéressent aux deux mondes, ainsi que les institutions : déjà en 2005 le Jeu de Paume exposait à la fois Charly Chaplin et Tony Ousler (mais dans des salles séparées...)

 

on peut s’interroger sur la bonne
connaissance de l’histoire de l’art par le
comité Hsbc : Sandy Skoglund avait déjà
produit en 1981 une image similaire,
dans un esprit à peine différent...

Cerise Doucède

une typique photo plasticienne :
cette grand-mère rêvasse à ses délicieuses tartes ! "mon travail évoque la relation entre les humains et les objets... le moment où le personnage bascule, décroche et commence à rêver" précise Cerise Doucède qui a remporté le prestigieux Prix HSBC 2013

Cerise Doucède, série Egarements_2011
(courtoisie l’artiste) / clic=zoom

confusion :

en corrolaire de ce reste de cloisonnement résulte une certaine confusion des genres par l’amateur peu informé : n’importe quelle photo n’est pas une oeuvre d’art !
Certains amateurs ne savent plus s’il achètent une oeuvre ou un objet de collection, ce qui est assez différent sur le concept, sur le marché et même juridiquement. Comme en plus certaines définitions sont mal comprises, alors qu’elles conditionnent la valeur d’un cliché : vintage, retirage, tirage, etc.

Notez que c’est actuellement la même situation avec le design !

 

 

la photo d’art résulte d’une quête artistique

 

la photo d’art (ou "photo plasticienne") est un moyen d’expression artistique parmi d’autres. 

 

Gustave Le Gray, 1852 :
"j’émets le voeux que la photo, au lieu de tomber dans le domaine de l’industrie et du commerce, entre dans celui de l’art" ;
(la 1ère photo vint au monde en 1827)

  Zhou Jun  

 

Les artistes actuels utilisent le média photo comme un de leurs outils leur permettant d’imaginer une image qui traduise un sentiment ou une recherche esthétique particulière ; ces outils sont parfois combinés : photo peinte, projection sur sculpture, etc

> le rouge de cette photo peinte par Zhou Jun évoque le communisme ; mais en Chine la couleur rouge est le symbole de succès et de bonheur qui, ici, vont toujours ensemble

 

 

Zhou Jun,
Beijing, Hujialou, série Area, 2006
(courtoisie Galerie Paris-Beijing)
clic=zoom

 

ne pas confondre démarches créatrices et techniques :

à l’aube de la photographie, certains peintres ont craint son réalisme qui leur a ôté leur fonction documentaire ; pourtant il y a une différence essentielle dans les démarches : les artistes imaginent leurs images, alors que les photographes les empruntent : l’une est création, l’autre est révélation.
Exemple : voyez ces millions de clichés pris en rafales par des robots, caméra de surveillance ou envoyés sur les réseaux sociaux... statistiquement il y en aura toujours un d’excellent qu’il suffirait de sélectionner, mais où est l’acte de création ?

La vraie réponse pour l’amateur d’art est de savoir si une photo résulte d’une quête artistique ou non ; la réponse réside donc chez l’auteur : est-il artiste ou artisan-photographe ?

 

 

une frontière floue

il n’y a pas toujours séparation nette entre l’artiste photographe qui crée au sein d’une démarche artistique, et l’artisan photographe qui s’appuie sur sa maîtrise technique et sur son observation ; certains font parfois l’un, parfois l’autre :

 

> la photo de gauche se place dans l’art car l’utilisation faite des spots verts sur une prise de vue travaillée comme en studio "magnifie la fantasmagorie du commerce de masse, dont les acteurs rappellent des fantômes en plastique venus d’un autre monde") ; celle de droite, splendide, vient d’un reportage

Jiri Krenek (prix Talentinum 2001, deuxième prix Jaromir Funke 2003) se libère de savoir dans quel genre il se place quand il travaille

(courtoisie CCTchèque Paris)
clic=zoom
Jiri Krenek   Jiri Krenek

 

> par la transversalité des arts contemporains, le passage de reporter-photographe ou photographe de mode à artiste est fréquent, dans les deux sens et de manière alternée ; un cas célèbre est David LaChapelle, démonstration par cette exposition

> Thomas Ruff il y a 25 ans, a commencé par de grands portraits de gens impénétrables ou d’immeubles sans âme, images classiques ; puis il est sorti de ce style documentaire pour étudier la perception de l’image ; sa démarche alors se place en avant de l’image (qui provient de n’importe où, piquée sur internet...), celle-ci ne faisant que traduire cette recherche : il s’agit de mettre une distance entre l’image et la réalité, pour montrer que certaines images ne reflètent pas une vérité, mais viennent d’un artifice ; on n’est plus ici dans la photo pure, mais dans l’art ; un de ses procédés est la multi-pixelisation >>

Thomas Ruff
clic = découvrez le traitement effectué
par Thomas Ruff (courtoisie gal.Nelson Paris)
  Franco Fontana  

> ou encore Franco Fontana qui a réussi avec ses Landscapes de véritables oeuvres abstraites minimales, par une recherche notamment sur le cadrage ; il est soutenu à Paris par la Galerie Baudoin Lebon

 

Landscape, 1990
(courtoisie Cotroneo Italie)
clic=zoom

 

comment distinguer un artiste d’un artisan photographe ?

le terme artisan exprime un savoir-faire technique et professionnel ; ainsi un artisan photographe doit faire des photos techniquement parfaites ; de sorte que cette perfection peut passer pour de l’art : distinguer l’artiste de l’artisan (au sens noble du terme) est subtil :

> Depardon dans les années 80 prenait des clichés qu’il commentait par de courts textes ; cette sorte de narration figurative se situer à mi-chemin de la création et du reportage

> Robert Zhao Renhui a obtenu le prix Découverte des Rencontres d’Arles de 2015, avec ce cliché extraordinaire, bel exemple d’une photo documentaire de haute qualité visuelle et technique

 

 

Comparez ces deux stars apparemment proches :

Robert Zhao Renhui
Robert Zhao Renhui, Gros ours polaire nageant dans la baie d’Hudson, 2013 / clic=zoom

> les images gigantesques de Thomas Struth sont célèbres par sa totale maîtrise : observation du sujet, prises de vues, cadrages, lumière... tout ce qui concourt à la révélation sublimée du sujet ; mais ces oeuvres appartiennent au témoignage
> Andreas Gursky, s’il crée des vues qui ressemblent à priori à celles de Struth, a une démarche plus créatrice : partant de vues combinées prises à partir d’échafaudages (par exemple), il retouche subtilement l’image finale sur ordinateur pour accentuer les effets de foule afin d’exprimer une force, une densité ; il sait d’avance quel résultat il souhaite atteindre.

Pourtant un photographe-reporter peut créer un chef-d’oeuvre artistique, par le talent allié à la passion et la sincérité qui engendre une émotion particulière, plus un zeste d’heureux hasard
> exemple : cette image a fait le tour du monde sur National Geographic, rendant célèbre son auteur, Steve McCurry

Steve McCurry
portrait de Shabat Gula, 1984
(courtoisie Steve McCurry / Magnum)
clic=zoom

 

Mais si "la photo documentaire est une chose, la photo artistique en est une autre" disait Emile Puyo, fondateur du Pictorialisme français, déjà en 1904 !
David Hamilton dit la même chose : "quelle distinction faites-vous entre le photographe-témoin et le photographe-créateur ?"-"le témoin fait ce que nous voyons chaque jour ... le créateur se trouve devant sa feuille blanche, comme un peintre, il doit inventer son monde à lui" [interview Zoom 1er sem.1984]. CQFD

  Steve McCurry

 

même le fisc fait la distinction !

 
car il existe une instruction de 2003 qui distingue une oeuvre photographique artistique et les clichés de reportage, et qui régit le taux de TVA applicable ; il faut que le cliché soit reconnu comme une oeuvre "qui porte témoignage d’une intention créatrice manifeste de la part de son auteur".

Bien sûr se pose la question des critères et du jugement de cette intention, mais une photo de reportage "porte-t-elle une intention créatrice manifeste" ? pas plus qu’une photo de vos vacances !

 

 voyez aussi :



 

 

 

Le "Petit Mot" : 10 micro-newsletter/an, gratuites

 

annonces d'événements :


 

le design parade à Toulon et Hyères
 

l’été s’annonce avec la Design Parade dans les lieux emblématiques de Toulon pour l’architecture d’intérieur et de Hyères pour le design

Festival du 28 au 30 juin
expositions jusqu’en fin octobre
plus d’infos sur ces événements à Toulon/Hyères


 

 les formes épurées de Fanjoux saluent le sport

Les Atamanes jouent les olympiades :

cette gymnastique rythmique très stylisée traduit la joie, entre sport et cirque

un beau grand tableau proposé ici


 

une opportunité ! par Les Atamanes


 

T’ang Haywen (1927-1991) maître de l’encre

 

Jean-François Cazeau présente une exposition inédite de ce grand artiste :
> en sa Galerie du 24 mai au 17 juin
> au Printemps Asiatique à La Pagode du 6 au 13 juin
tandis que le Musée Guimet lui consacre une rétrospective


 

art et design à acheter en direct

 

achetez
de particulier à particulier

art, design, décoration
sélection par leur qualité

 

(Almanart est annonceur, pas place de marché)


 

suivez nous  :

 

 

Plans et itinéraires du Grand Paris :
Où sont les quartiers d'art ?

 

nos recommandations en art et design :

 

 

 

 

Le "Petit Mot"
login (modal) Abonnez-vous, ici
entrez votre mail :

10 newsletter/an, gratuit

 

 

 

 

 

 

nos partenaires :

 

 

 

nos amis en art et design :