tapez un ou deux mots :

investir dans l’avant-garde (Laurent Godin)

  > accueil d’Almanart > sommaire entretiens

 

Beaux-Arts de Lyon, assistant d’artistes, commissaire, directeur du Rectangle à Lyon, il a ouvert sa galerie à Paris et participe à des foires telles que la Fiac, Art Forum Berlin, Strasbourg…
Ligne : avant-garde contemporaine française et étrangères, exemple d’artistes : Claude Closky, Delphine Coindet, Corinne Marchetti, Rajak Ohanian, Gérard Traquandi, Wang Du…

entretien fin 2008


Laurent Godin


directeur de la Galerie Laurent Godin à Paris,
devant Belly de Marilyn Minter, peinture sur métal Enamel, 2008
( courtoisie L. Godin) clic=zoom

 

Un entretien passionnant car l’audace de Laurent Godin est de promouvoir l’avant-garde, ces artistes qui tentent les amateurs par leur potentialité et freinent les ardeurs d’investisseurs peu désireux de prendre des risques ; dix ans plus tard -en 2018- la Galerie Godin se porte toujours aussi bien et nous connaissons quelques collectionneurs qui regrettent de n’avoir osé plus tôt...

 

 

investir dans l’avant-garde

 

Almanart  : les artistes de la galerie sont plutôt en avant-garde, souvent française ; c’est un choix audacieux, est-ce plus difficile pour vous et pour le collectionneur ?
Laurent Godin : la scène artistique française est assez audacieuse, les collectionneurs sont surtout français et nous sommes déjà présents à New York, Berlin, Mexico et bien sûr à la Fiac ; mais il n’est pas facile d’être dans les foires internationnales, les candidats sont nombreux et les français sont peu présents dans les Comités de sélection : on n’est pas assez visibles….

> At  : mais des initiatives se développent pour mieux représenter nos artistes, depuis quelques annnées ?
L. G. : comme on vient du désert c’est encore insuffisant, on est encore loin des anglo-saxons. Et on a aussi une histoire ; l’art se développe aussi en regard de l’architecture : il est difficile de mettre des oeuvres contemporaines devant des immeubles hausmaniens ou même à l’intérieur ; les grand formats apparut après guerre répondent à l’architecture de New-York ; on peut placer des grandes sculptures à Berlin reconstruit. Enfin les institutions n’ont plus d’argent hormis pour quelques grandes opérations évenementielles…

> At  : comment bien vivre ce compromis de la galerie entreprise qui doit vivre, et l’amour de l’art et des artistes qui demande des prises de risques ?
L. G. : une galerie qui soutient des artistes a deux projets : artistique et économique ; c’est un peu le casino tous les jours, on est en permanence en position risquée ; or l’évolution est nécessaire et il faut privilégier les projets longs qui déboucheront sur le plan économique plus tard

> At  : en termes de marché, en dessous de 50’000€ l’art peut-il être actuellement un investissement ?
L. G. : ce n’est pas ainsi que devrait se poser la question car il y a une sorte d’incompatibilité entre le souci patrimonial, compréhensible, et ce qui impulse un collectionneur qui réagit par passion : "cette oeuvre je la veux" est un choix irrationnel ; alors la spéculation sur l’art est une sorte de dérive.
Le collectionneur ne doit pas se laisser influencer par les records, cela ne concerne qu’une infime minorité de gens ; l’art plastique est comme la musique ou le cinéma : une minorité d’artistes sont très connus et les autres presque pas, ces deux mondes tendent à se séparer de plus en plus dans notre monde médiatisé et pyramidal

> At  : et lors du choix d’un oeuvre ?
> L. G. : choisir une oeuvre est une démarche intime où on a foi en elle, où le collectionneur prend un risque sur son devenir, quitte à faire "un pied de nez à la valeur" ; il ne faut pas non plus avoir peur de faire parfois des erreurs. Les non connaisseurs sont un peu désemparés devant l’art contemporain, ses prix élevés, avec l’impression que c’est un peu un panier de crabes ; mais quand on a fait un premier acte d’achat, action fondamentale, on commence à mieux comprendre

> At  : et votre ligne artistique face à la crise ?
> L. G. : actuellement les liquidités ne manquent pas, surtout pour le haut de gamme. Et on n’est plus dans un marché fermé, mais dans un cadre mondial, l’art n’est plus une affaire de spécialistes, il déborde de partout, tous les types de journaux en parlent et cette irrigation de l’information fait que les artistes sont bien perçus ; c’est une énergie globale.

 

> At  : merci pour ce recentrage du débat sur l’art !

 

 

 



 

annonces d'événements :


 

très belle vente, abordable

grande vente d’art et design contemporains
avec de vraies opportunités

 lundi 5 décembre à 14h
à Drouot en salle et live

par Magnin-Wedry


 

un calendrier de Noël à surprises

le BDMA, Bureau du Design, de la Mode et des Métiers d’Art
vous suggère des cadeaux de fêtes
par ce calendrier de l’avent très original

l’ouvrir et découvrir les jeunes créateurs


 

si le tableau boude...

 

... c’est qu’il veut son cadre ! zoom sur les cadres !
> Les Atamanes cadrent le débat : lequel choisir ?
>
à moins que ce soit le tableau qui choisisse ?
> Almanart s’interroge : pourquoi et comment ?

 


 

remettez-le à l’endroit svp

qu’attend-on donc pour remettre à l’endroit les tableaux de Georg Baselitz !

pourquoi cette question idiote ?


 

 

Prendre soin, de la Renaissance à nos jours

passionnante exposition au Musée des BA de Dole
pour le bicentenaire Pasteur ;
que nous montrent les œuvres d’art sur la notion des "soins" ?


 

annoncez vos ventes
trouvez à acheter

particuliers : annoncez vos oeuvres à vendre

seuls des biens de qualité sont acceptés,
sélectionnés par Almanart

de bonnes occasions pour
acheter

 

 

suivez nous  :

 

 

Plans et itinéraires du Grand Paris :
Où sont les quartiers d'art ?

 

 

 

Le "Petit Mot" : 10 micro-newsletter/an, gratuites

 

nos recommandations en art et design :

 

 

 

 

Le "Petit Mot"
login (modal) Abonnez-vous, ici
entrez votre mail :

10 newsletter/an, gratuit

 

 

 

 

 

 

nos partenaires :

 

 

 

nos amis en art et design :