tapez un ou deux mots :

l’animal expose sa beauté

 

jusqu’au 09/12/18 92 - Rueil Malmaison Atelier Grognard 4 €

6 av du Château de Malmaison

> accueil d’Almanart
les meilleures expos en cours

toutes images exposition animalièree animaux Sauvages à Rueil / clic = zoom

 

paradoxe : l’animal n’a jamais été aussi populaire, écologie oblige, mais l’art animalier reste peu visible ; on le remarque parfois dans des foires d’art actuel, par-ci, par-là, mais les expositions qui lui sont dédiées sont organisées dans des lieux secondaires. La peinture animalière est un peu considérée comme celle du dimanche, alors que les bêtes de Pompon, Bugatti, Artus, Barye battent des records aux enchères.
Profitez donc de cette exposition de très bonne qualité,
dont voici quelques extraits

voir ci-dessous l’animal peint et sculpté dans l’histoire de l’art

 

l’animal expose sa beauté

l’exposition du Rueil réunit des artistes reconnus voire cotés, qui ont observé inlassablement les grands félins comme les petits oiseaux de nos marais dans des paysages féeriques ; ils sont séduits par leur souplesse, leur beauté, leurs regards mystérieux ou intenses ; ils n’ont cessé de scruter leur plastique fugace, le déploiement de leur pelage chatoyeux. Un travail minutieux de peinture et sculptures pour traquer l’élan, le geste fulgurant, les plumages magnifiques, les pelages en longues ondulations, la lumière traquée à travers un envol de plumes.

 

Voici un bestiaire de rêve pour immortaliser la nature vivante dans sa diversité :

 

> les sculptures de Pierre Yermia traduisent, plus qu’elles ne décrivent, la majesté de l’animal en liberté ; par un rapport de proportions jouant sur l’allongement ou le rétrécissement -ici, une tête fière mais rétrécie par rapport au corps- il déploie la puissance de ce cerf

 
Pierre Yermia
Cerf, 2017,
bronze, 77x41x34
clic=zoom
  Yermia-Pierre artistes
  Bernard Frigière artiste  

> Bernard Frigière est passionné de l’élément liquide et de la faune qui l’habite ; raies, hippocampes, crabes, aigles marins et hirondelles océanes sont ses dieux et déesses qu’il immortalise dans un expression réaliste d’une grande rigueur et d’une beauté fascinante

 

Bernard Frigière,
Martin-pêcheur,
bronze
clic=zoom

> l’observation de Patrick François est aiguë, précise, met en exergue un détail, un angle de vue ; c’est rare et pertinent car elle révèle notre façon naturelle de scruter un motif après en avoir eu une vue d’ensemble ; ici, les pattes avant -les Antérieurs- à la fois fragiles et solides d’un cheval racé

 

 
Patrick François
Antérieurs
clic=zoom
  Patrick François artiste
  Michel d'Oultremont artiste  

> comme un ornithologue, Michel d’Oultremont a guetté pendant des heures, immobile, son téléobjectif braqué ; l’instant est fugitif, l’improbable oiseau ne s’accroche qu’une miraculeuse seconde puis ne restera qu’un fond diffus de mini-forêt de roseaux blonds

 

Michel d’Oultremont,
Photo n°4
clic=zoom

 

 


   

 publi-information partenaire : l’animal chez les Atamanes

 
> les Atamanes s’intéressent aux Petits Maîtres, ou Second Maîtres de la peinture

> elles groupent leur collection sous des Ambiances, dont trois concernent les animaux : en voici une ; trouvez donc les autres !


 

 

petite histoire de l’animal peint et sculpté

l’histoire de l’art animalier est résumée dans le Dossier de Presse et L’artiste et l’Animal (BnF) ; en substance :

 
Au début du 17è siècle des artistes étudient des animaux empaillés, d’autres peignent des- natures mortes et des trophées de chasse : la représentation des animaux devient un genre particulier dans la ligne du naturalisme ;

  Bernard Frigière artiste  

> ainsi Pieter Boel étudie les animaux à la ménagerie de Versailles avec force détails pour leur donner vie et en faire, notamment, des modèles de tapisseries

> et Paulus Potter peint de grands portraits de bovins et des scènes champêtres.

 

Paulus Potter,
Taureau-blanc, vers 1640,
huile sur bois, 16x21
(courtoisie musée Louis Vouland)
clic=zoom

 

A la fin du 17è, les natures mortes naturalistes sont à la mode, avec le hollandais Jan Weenix, les français Jean-Baptiste Oudry et Alexandre-François Desportes ; Frans Snyders y intègre des animaux vivants comme des singes malicieux.
Au 18è siècle la vogue de la scène de genre place les animaux familiers entre femmes et enfants ; Buffon sollicite des scientifiques pour illustrer les planches de son Histoire Naturelle, tradition qui se poursuit au 19è avec des peintres naturalistes comme Jean-Jacques Audubon ; des romantiques peignent et sculptent les animaux comme jamais on ne l’avait fait :

  Antoine-Louis Barye, 
Lion au Serpent Louvre  

> "un lion sauvage et rugissant, plaque au sol un serpent qui, tête rejetée en arrière, mâchoires grandes ouvertes, siffle avec défi ! le rendu naturaliste et la violence de l’expression firent événement : les romantiques applaudirent, les conservateurs déplorèrent que le jardin des Tuileries soit devenu un zoo"
 
[extrait de l’introduction au Louvre par Valérie Montalbetti]

 

Antoine-Louis Barye,
Lion au Serpent, 1835, bronze
(courtoisie musée du Louvre)
clic=zoom

 

De décors ou d’accessoires, les animaux deviennent le sujet central des oeuvres, comme ce Lion au Serpent de Antoine-Louis Barye qui dessine les animaux du Jardin des Plantes avec le peintre Delacroix en leur insufflant une dimension épique. Le cheval, symbole de noblesse, devient un sujet de prédilection de nombreux artistes comme Géricault.

Il faut attendre 1912 pour voir le premier salon des artistes animaliers, fondé par la Société des Animaliers, suivi du Salon National des Artistes Animalier) en 1976 ; "c’est dans cette tradition séculaire que s’inscrit l’exposition à Rueil : SAUVAGES, les grands artistes animaliers contemporains" [DP]

> référence : L’artiste et l’animal - BnF

 

 

 

 

 

plus d’infos :

> l’exposition à l’Atelier Grognard - Rueil Malmaison

 

 



 

annonces d'événements :


 

fotofever, la photo actuelle au Louvre

"la" foire de la photo actuelle
au Carrousel du Louvre,
8-11 novembre

 fotofever est la 1ère foire dédiée à la découverte et la collection de photos contemporaines ; 7ème édition

pour les "jeunes" : la Ruche, une section à petit prix

pour les Japonismes : 10 galeries japonnaises
photo de Akira Nagashima, 2018, Ginza Gallery


 

MacParis c’est bientôt !

le Cahier d’Automne de MacParis sera
au Bastille Design Center
du 13 au 18 novembre


à MacParis, une des plus ancienne foire d’art actuel de Paris, les artistes vous vendent en direct 

vous pouvez déjà télécharger vos invitations


 

un animal entre air et eau

André Margat est un artiste animalier marquant des années 30, dont la bio est très riche

 

ce Cormoran plongeant est une aquarelle disponible chez les Atamanes

 ? qui sont les Atamanes ?


 

design : extraordinaires Lotus d’Or...

...que sont ces petites chaussures chinoises !

 jamais exposé au monde : un millénaire de tradition du 10è au 20è siècle, on bandait les pieds des filles pour limiter leur taille à <10cm dans ces engins de torture magnifiques...

Espace Jules Vallès
 4-26 oct entrée libre


 

Alfons Mucha, affichiste et peintre

les Editions Larousse proposent un livre très didactique, abordable, abondamment illustré

 

à l’occasion de la
rétrospective Alphonse Mucha
au Musée du Luxembourg


 

 le Prix du Graffiti & Street Art s’expose

au Pavillon de l’Eau, 77 av de Versailles
5 sept - 25 nov, gratuit
par Graffart et un prestigieux jury

plus d’infos

=> chaque année Almanart y découvre des perles ;
les collectionneurs pointus s’y intéressent


 

suivez nous  :  petits écrans :

 

 

Plans et itinéraires du Grand Paris :
Où sont les quartiers d'art ?

 

 

 

Le "Petit Mot" : 10 micro-newsletter/an, gratuites

abonnez-vous, entrez ici votre ad mel :

aucune autre information n'est demandée

 

 

 

 

Mesure d'audience par :

 

 

 

 

 

Le "Petit Mot"
login (modal) Abonnez-vous, ici
entrez votre mail :

10 newsletter/an, gratuit

 

 

 

 

 

 

nos partenaires :

 

 

 

nos amis en art et design :