tapez un ou deux mots :

art moderne arabe et décolonisation

Présences arabes, Art moderne et décolonisation, Paris 1908-1988

exposition au MAMVP (Musée d’Art Moderne de Paris) du 5 avril au 25 août 2024

 

Cette grande exposition fera date ; érudite, elle traite magistralement ce sujet complexe, avec recul, une forte documentation et de belles découvertes artistiques ;
son catalogue est une mine pour les historiens, chercheurs et amateurs curieux ;
mais au sous-titre "décolonisation", celui de "liberté" aurait été plus positif, ouvert, affranchi de toute culpabilité 
Elle s’articule en 4 volets, en substance :
> 1908-1937 : la renaissance arabe sous influence occidentale
> 1937-1956 : les avant-gardes arabes s’émancipent
> 1956-1967 : sous le feu de la liberté
> 1967-1988 : la cause Palestinienne et celle de mai 68

 

> accueil d’Almanart

 Jean-Michel Atlan artiste Jean-Michel Atlan, La Kahena 1958
 (courtoisie Centre Pompidou) ... clic=zoom

 

le peintre Jean-Michel Atlan (1913 Constantine,1960 Paris) a étudié la philosophie à la Sorbonne en 1930 ; son style est reconnaissable : cette huile traitée comme une oeuvre abstraite, en fait représente La Kahena (vrai nom Dihya Tadmut), une reine berbère des Aurès qui a combattu les Omeyyades au 7ème siècle


focus : histoire de l’art, artistes et peintres arabes en Art moderne et décolonisation ; histoire de l’art et politique
 
 

 > achat-ventes de particulier à particulier

 

> Almanart annonce des oeuvres, pièces de design ou décoration, à vendre de gré à gré directement sans intermédiaire

> vous êtes vendeur ? vous êtes acheteur ou curieux ?

 

L’exposition raconte l’histoire d’une libération de l’art arabe, en compagnie des artistes engagés de Paris :

   Huguette Caland  artiste  

 
elle témoigne d’une triple rencontre : Histoire, histoire de l’art et politique, alors que Paris fut le point de convergence de l’art occidental et oriental ; si le début du parcours est esthétiquement un peu difficile, l’étonnement augmente dans la chronologie, pour évoluer vers l’éblouissement des années 70-80 libérées

< peintre, sculptrice et aussi styliste, la libanaise Huguette Caland (1931-2019 Beyrouth) a vécu à Paris dès 1970, puis à Los Angeles et Venise ; elle est connue notamment pour ses "paysages corporels" doucement érotiques presque abstraits qui bénéficient d’une cote élevée ; une expression libérée des styles vernaculaires arabes

Huguette Caland Espace blanc 1984 huile 200x200 Coll Pierre Caland
(Collection Pierre Caland, courtoisie)
clic=zoom

 

Ces artistes arabes ont été longtemps peu connus ("arabes" au sens large : Liban, Syrie, Egypte et Irak inclus) :

la reconnaissance de ces peintres émigrés n’a pas été celle des artistes d’entre deux guerres -Picasso, Chagall, Giacometti...- : ils ont été trop mal connus en raison des tensions politiques ; les soutenir à l’époque comme les réhabiliter aujourd’hui aura été un apport important du MAMVP

> Mohamed Ataallah -ou Romain Atala- (1939 Maroc-2014 Caen) a été intéressé par le modernisme occidental constructiviste et conceptuel ; il a aussi enseigné à Caen

Mohamed Ataallah
Tanger Bleu et Blanc 1969
(courtoisie estate Ataallah)
clic=zoom

 

Entre les deux guerres en Europe, l’art plastique est animé par une compétition rude entre l’abstraction, la figuration engagée et le surréalisme ; une créativité qui a maintenu Paris au centre du monde occidental artistique ;

Mohamed Ataallah artiste Romain Atala
 
 Chaïbia Tallal artiste
 

 

alors rien d’étonnant à ce que les artistes "arabes" passés par ces ateliers parisiens produisent des oeuvres qui en sont aussi imprégnées ; cependant plusieurs conservent une singularité exogène, ce qui les distingue, alors que d’autres s’en éloignent comme Chaïbia Tallal

 

 
< Chaïbia Tallal (1929 Maroc-2004 Maroc), autodidacte ; elle a exposé notamment à Paris ; son style art naïf assez répétitif et identifiable lui vaut une reconnaissance mondiale

 

Chaïbia Tallal
Mon Village Chtouka 1990
(courtoisie MAMVP) ... clic=zoom

 

L’exposition montre l’attractivité de l’avant-garde parisienne, en dehors de considération politique :

outre l’abstraction et la figuration narrative, le surréalisme aussi a inspiré les peintres arabes, sans qu’ils renient leur désir d’autonomie et leur particularisme : ils ont apporté ces mouvements dans leur culture, enrichissant le propos ; plusieurs d’entre-eux sont restés à Paris pour faire carrière et ont contribué à l’histoire de l’art

 

> le surréalisme s’invite avec le poète irakien Abdul Kader el-Janabi (1944 Bagdad), co-fondateur de la revue Désir libertaire ; exemple ce délirant passeport : à Paris il a invité ses amis artistes et poètes surréalistes à enregistrer leurs visites dans ces pages qui deviennent une sorte de "cadavre exquis" : ici, l’intervention de Pierre Pevel, écrivain, vers 1985

Abdul Kader el-Janabi artiste

Abdul Kader el-Janabi, passeport "cadavre exquis"
(courtoisie Centre Pompidou) ... clic=zoom

 

En 1962 un groupe d’artistes marocains révolutionnent leur Ecole des Beaux-Arts dans l’avant-garde moderne, action connue sous l’appellation "école de Casablanca" ;

   Peintres de Ecole de Paris, Peintres Marocains, à Casablanca  

 
un rapprochement avec "l’école de Paris" se concrétise par l’exposition "Peintres de l’école de Paris, peintres marocains" au sein de l’Ecole de Casablanca ;
(attention : voir le sens particulier de "école")

 

< catalogue des "Peintres de l’école de Paris, Peintres marocains", expostion en 1962 à l’Ecole des Beaux-Arts de Casablanca (archives Maurice Arama)

 

(courtoisie MAMVP)
clic=zoom

 

En France, 1968 a vu le summum de l’engagement politique des artistes plasticiens,

vous les redécouvrez ici sous une incidence particulière : par exemple le rôle politique du peintre Claude Lazar à l’époque où, avec Gérard Fromanger -dont il hérite du style- leurs contestations prenaient forme en la figuration narrative

> Claude Lazar (1947), français né là Alexandrie, a été un artiste militant à l’époque, proche de la figuration narrative ; sa peinture a plus tard évolué vers de paisibles scènes urbaines étonnamment dépourvues de personnages

Claude Lazar
Confrontation 1974 huile 130x195
(courtoisie MAMVP) ... clic=zoom
Claude Lazar peintre

 

 

plus d’infos :

> l’exposition Présences arabes au MAMVP
> style : "l’école" de Casablanca

 

 voyez aussi :



 

 

 

Le "Petit Mot" : 10 micro-newsletter/an, gratuites

 

annonces d'événements :


 

nouvelle page : l’art moderne arabe

à ne pas rater : l’exposition majeure
"Présences arabes, Art moderne et décolonisation, Paris 1908-1988"
 

le compte-rendu d’Almanart


 

L’affection de Joséphine Baker en vidéo

Les Atamanes analysent "L’affection de Joséphine Baker" de Patrice Nabor, dans une interview par la journaliste Claude Léger

en vidéo, découvrez ce tableau


 

art et design à acheter en direct

 

achetez
de particulier à particulier

art, design, décoration
sélection par leur qualité

 

(Almanart est annonceur, pas place de marché)


 

suivez nous  :

 

 

Plans et itinéraires du Grand Paris :
Où sont les quartiers d'art ?

 

nos recommandations en art et design :

 

 

 

 

Le "Petit Mot"
login (modal) Abonnez-vous, ici
entrez votre mail :

10 newsletter/an, gratuit

 

 

 

 

 

 

nos partenaires :

 

 

 

nos amis en art et design :