tapez un ou deux mots :

design : tendances au 21ème siècle

le design français est bien vivant !

si Roger Tallon vivait encore (+2011) il changerait peut-être cet avis : "il ne reste plus grand chose du design en France... il est cantonné aux arts décoratifs, au meuble" [Télérama janvier 2011].
Car depuis se révèle un foisonnement d’initiatives dans tous les domaines du design, de la formation à la création en passant par les manifestations : "décoration" est devenu un mot ringard, le design a passé la frontière de l’art et s’accorde avec lui.
Dans cette page :
 

 

 

 Luigi Colani et Flitz Egli
moto Kawasaki MDR-1 1986
(courtoisie musée Luxembourg)
clic=zoom avec pilote

le design actuel illustré par une exposition :

> "Match, design & sport" explore cette relation par les équipements, base de toute discipline sportive. Si l’humain reste au centre de la pratique sportive, les relations entre technologie, ergonomie et design n’ont cessé de se développer pour que l’athlète performe ; et si possible dans un look élégant (marketing des marques oblige) dont l’impact psychologique compte pour la confiance en soi
> les technologies des engins de sport est un domaine majeur de recherche qui obéit à des codes précis : cette moto Kawasaki a été créée par Luigi Colani et Flitz Egli en 1986 en style futuriste appelé bio-design, à partir de formes organiques où son pilote est son prolongement au point qu’on ne distingue plus l’un et l’autre (clic sur l’image) ; l’engin a démontré son efficacité en battant un record du monde de vitesse [Claude Léger]
> jusqu’au 11 août au Musée du Luxembourg

 Luigi Colani et Flitz Egli design

> accueil d’Almanart

> sommaire du design

 

 > achat-ventes de particulier à particulier

 

> Almanart annonce des oeuvres, pièces de design ou décoration, à vendre de gré à gré directement sans intermédiaire

> vous êtes vendeur ? vous êtes acheteur ou curieux ?

 

la société a changé

suite logique de "la laideur se vend (toujours aussi) mal" [Loewy], l’Observatoire du design note que désormais "l’esprit du design irrigue les pratiques des professionnels du développement économique" : le design est devenu moteur de compétitivité dans tous les domaines

> même le marteau pour suspendre vos tableaux est revisité, beau, maniable, ergonomique, technologique, friendly car il amortit les vibrations transmises au poignet. Les commissaires priseurs vont-ils l’’adopter ?

 

Société Leborgne :
marteau anti-vibrations Nannovibr
Nannovibr

Oui, la société a changé ! à commencer par l’architecture intérieure : finis, les intérieurs hausmaniens hyper-cloisonnés avec prestigieux salon et le reste à vau-l’eau ; l’espace s’élargit, même les cuisines ; la lumière entre bien que l’espace se restreint du fait du coût de l’immobilier. Bouleversement par l’internet et le télé-travail à domicile, les économies d’énergie... ; on fait petit mais beau, pratique, techno.
Mais pas tellement changé en fait : c’est une sorte de retour au cocooning des années 70, que de se vautrer avec sa tablette ou de s’asseoir devant son PC de bureau en partageant avec Zoom, ce qui pose le problème du confort d’usage que le design actuel a trop négligé, alors qu’on se gargarise d’ergonomie...

> illustration par les Frères Campana qui proposent le retour au doudou et à la forêt ; ces deux célébrités du design Brésilien basent leur travail sur le détournement poétique de matériaux industriels ou artisanaux confortables ; ils se sont fait reconnaître en France au Café du Musée d’Orsay qu’ils ont aménagé

 

emboîtables, modifiables, ces crocos sont aimables :
Fernando et Humberto Campana, Kaiman Jacaré, 2006
Fernando  Humberto Campana Kaiman

> le design fait même du sentiment, ainsi Matali Crasset "met l’humain au centre de sa réflexion " et propose Nano-ordinaire, une maison empathique qui établit une relation d’autonomie à l’énergie, pour la Biennale du design de Saint Etienne 2013

 

 

Matali Crasset, étude maison Nano ordinaire, 2013
pour la Biennale du design de Saint Etienne
Matali Crasset maison Nano

L’influence des marques est devenu exagéré : rappelons-nous la bataille de titans qui opposa Apple et Samsung sur les brevets de design de leurs smartphones : pour vendre aujourd’hui, il faut bien sûr plaire mais aussi "montrer" sa marque.

Que vous le vouliez ou non, le design s’impose : les émissions télé et autres coaching déco, les conversations de vos amis, les envies de vos enfants et les innombrables galeries-boutiques contribuent à le démocratiser.

 

les nouveaux objets du désir

quelques exemples qui vont peut-être marquer notre futur :

> ce fauteuil-cabine de Jean-Marie Massaud pour téléphoner isolé ou consulter ses mails en posant son portable (téléphone ou ordi) sur la table légère intégrée, qui s’inspire des sièges d’avion dotés de tablettes, lampes de lecture, loges pour les câbles, prise de courant… sans oublier le moelleux pour se lover (pas en Eco, là c’est la bétaillère) !

> les Frères Bouroullec l’ont bien compris, luttant contre la raideur et la dureté : léger, doux, moelleux sont leur vocabulaire, avec le canapé Ploum pour Roset. Pour la partition des espaces ils ont inventé les célèbres tuiles de feutre qui se transforment au gré de vos envies en cloisons, paravents, tenture murale

  Jean-Marie Massaud  
Jean-Marie Massaud, fauteuil-cocon, 2013, pour Coalesse
 
Ronan et Erwan Bouroullec,
cloisons présentées à leur
rétrospective aux Arts Décos en 2013
 

Ronan et Erwan Bouroullec

Ainsi peut-on moduler son espace, bureau comme home : si le dressing devient beau il peut s’intégrer à la salle de bains ou la chambre à coucher, qui elle devient salon avec son home cinéma pendant que la cuisine joue la pièce à vivre… tout est possible, enfin, théoriquement, faut-il encore en avoir les moyens…

> une tendance : le multi usages, montrer que les objets ne sont plus fabriqués en vue d’une tache précise mais en fonction de l’usage que l’on veut en faire à un moment donné ; Philippe Hurel par exemple a tenté cette recherche pour tenir compte du manque de place ; dans la même veine, Ora Ito aspire à "simplexiser" : rendre simple le compliqué, des lignes les plus simples possible pour que la complexité devienne invisible :

  Philippe Hurel  
Philippe Hurel, secrétaire, 2013
 
Ora Ito, étude d’un kiosque
pour Unibail-Rodamco, 2011
 

Ora Ito

Côté éclairage, les " ampoules" écolos LED sont une révolution énergétique, permettant à peu de frais de laisser l’éclairage allumé ; malheureusement elles pêchent par leur couleur blanche qui tue l’environnement et nous fait regretter les vieilles ampoules chaleureuses (dans tous les sens du terme)… il existe des nuances de blanc-jaune mais c’est rare, cantonnée au haut de gamme et exorbitan

 

tendance matières écolos

la cause écologique influence énormément les usages en design décoratif et mobilier : recherche de matériaux neutres, durables et recyclables, fabrication vertueuse voire localisée, etc

> ainsi c’est le grand retour du bois, un héritage des années 2000 où déjà l’écologie avait redécouvert le vintage scandinave des années 70-80

> la céramique est devenue un matériaux très actuel car techniquement mieux maîtrisée ; la Cité de la céramique à Sèvres n’y est pas pour rien, qui ouvre largement ses portes aux designers contemporains tels que Mathieu Lehanneur (les Radi designers y ont contribué il y a déjà 30 ans !)

> redécouverte du liège ! très prisée dans les années 70-80, le voici fort heureusement sorti du purgatoire depuis 2004 grâce à Jasper Morrisson et ses assises Cork, puis de jeunes designers comme Guillaume Delvigne et l’éditeur Nicolas Lanno design.

On retrouve ses qualités de beauté et de naturel, mais aussi ses propriétés d’absorption sonore, cette nuisance trop souvent ignorée dans ces années prétendument ergonomiques ; mais la rareté de ce matériaux rend son prix excessif pour une diffusion correcte

Jasper Morrisson,
assises Cork en liège, 2013, pour Vitra
Jasper Morrisso

> le béton brut lissé pour les objets, la décoration et le mobilier datent aussi des 2000, un succès grandissant pour les architectes d’intérieurs ; actuellement il est très courant pour les salles de bain

> le plastique semblait en régression, mais à plus long terme il revient en scène grâce à la possibilité de le recycler et à l’impression 3D, permettant théoriquement à chacun de créer ses propres objets ; en fait les labs 3D -boutiques de fabrication à la demande- ont fait long-feu

 

les "nimporte-quoi"

le design d’avant-garde est par définition expérimental, soyons donc indulgents envers ces recherches, sachant que -comme pour les artistes- le recul permettra de faire le tri entre les annonces publi-pipole et les vraies créations ; par exemple on peut noter déjà :

> l’inconfort : on peut espérer qu’un jour disparaisse ce "tout pour la vue rien pour le confort !"

  faux vintage  

> l’arrivée du faux vintage : comme les sources du vintage authentique se tarissent, aussi bien en mobilier de bois que celui métallique, se répand une revisite pas toujours très heureuse si ce n’est monstrueuse : c’est cher, inconfortable, moche, encombrant, bref tout ce qu’il faut pour disparaître après l’effet de mode ;
par contre ces revisites accompagnées de créations populaires peuvent trouver un heureux débouché : par exemple Prisunic (devenu Monoprix) à repris son initiative des années 60 du "design pour tous" (exposition au MAD en 2022) en diffusant les gammes abordables de Margaux Keller chez Monoprix

détournements de meubles d’ateliers, faux vieux,
chers, lourds et grossiers vus au concept-store Merci
dans le Marais ; cela tiendra longtemps ?

 

> attention aux limites : papier, carton, liège, bambou, céramique… c’est heureux, mais ne pas oublier qu’elles sont souvent fragiles, malpratique et se nettoient à la main !

> quand à la "récup" sophistiquée, quelle durée de vie auront certains de ces objets et qui va les réparer ?

 



 

 

 

Le "Petit Mot" : 10 micro-newsletter/an, gratuites

 

annonces d'événements :


 

le design parade à Toulon et Hyères
 

l’été s’annonce avec la Design Parade dans les lieux emblématiques de Toulon pour l’architecture d’intérieur et de Hyères pour le design

Festival du 28 au 30 juin
expositions jusqu’en fin octobre
plus d’infos sur ces événements à Toulon/Hyères


 

 les formes épurées de Fanjoux saluent le sport

Les Atamanes jouent les olympiades :

cette gymnastique rythmique très stylisée traduit la joie, entre sport et cirque

un beau grand tableau proposé ici


 

une opportunité ! par Les Atamanes


 

T’ang Haywen (1927-1991) maître de l’encre

 

Jean-François Cazeau présente une exposition inédite de ce grand artiste :
> en sa Galerie du 24 mai au 17 juin
> au Printemps Asiatique à La Pagode du 6 au 13 juin
tandis que le Musée Guimet lui consacre une rétrospective


 

art et design à acheter en direct

 

achetez
de particulier à particulier

art, design, décoration
sélection par leur qualité

 

(Almanart est annonceur, pas place de marché)


 

suivez nous  :

 

 

Plans et itinéraires du Grand Paris :
Où sont les quartiers d'art ?

 

nos recommandations en art et design :

 

 

 

 

Le "Petit Mot"
login (modal) Abonnez-vous, ici
entrez votre mail :

10 newsletter/an, gratuit

 

 

 

 

 

 

nos partenaires :

 

 

 

nos amis en art et design :