tapez un ou deux mots :

Karsten Greve : l’administration freine

 

 

> accueil d’Almanart

> sommaire des entretiens

 


Karsten Greve

né en Allemagne, devint très tôt marchand d’art ; en 67 il est déjà éditeur d’œuvres graphiques et d’objets d’artistes ; il crée en 69 à Cologne une première galerie ; polyglotte, il s’installe à Paris en 89 au Marais pour exposer les plus grands artistes du monde ; en 94 il ouvre aussi une galerie à Milan, et enfin une antenne à St. Moritz en 99.

 

 

Almanart : y a-t-il encore des freins à l’art contemporain en France ?
Karsten Greve : les choses ont changé mais pas assez encore sur le plan administratif. Un exemple : lorsque je monte une exposition de Louise Bourgeois (ndlr : artiste américaine soutenue en France par Karsten Greve), les œuvres arrivent de New York ; et bien le transport de l’aéroport De Gaulle à ma galerie du Marais coûte aussi cher que celui de New York à ma galerie de Cologne en Allemagne ; de plus je dois déposer la TVA à la douane et présenter une garantie bancaire : ce sont des dépenses énormes, impensables pour des galeries sans liquidité importante. Ainsi on limite les expositions de très haut niveau à Paris d’oeuvres venant de l’étranger. C’est une forme de protectionnisme ; j’en ai parlé plusieurs fois avec des hommes politiques et cela va peut-être changer ; la force culturelle d’un pays réside dans l’échange, pas dans l’unilatéralisme.

 

At : quelles sont les conséquences de la présence de ces freins ?
KG : une est que les collectionneurs français achètent à l’étranger plutôt qu’en France (ndlr : d’autres raisons fortes sont fiscales) ; j’en vois beaucoup à New York et à la foire de Bâle. C’est un fait économique, pas forcément culturel car, lorsque je fais à Paris une exposition Soulage (artiste français célèbre) il y a 12000 visiteurs.

Par contre je déplore encore un manque de collaboration entre les institutions publiques et les acteurs privés, alors qu’il devrait y avoir concertation et une meilleure information, tout est toujours compliqué ; à Londres comme à Bâle, ce n’est pas comme ça

 

At  : et du côté du public ?
KG : les choses se sont bien améliorées en France ; il y a une grande envie de voir les expositions, il suffit voir les queues à l’occasion d’importantes manifestations. Mais pour l’art contemporain, il faut faire en plus un travail d’éducation, de la part aussi bien des galeries que des musées ; il faut donner plus d’importance aux œuvres qu’aux mots ; il faut éduquer les gens à voir, à reconnaître les sensations, les émotions, pas seulement à comprendre rationnellement.
Voyez la différence entre Beaubourg et le musée de Zurich ou la New Tate à Londres, lieux où l’on présente les œuvres en les confrontant entre elles sans trop de discussion, comme on a tendance à faire en France.

 

At : et pour un certain public cultivé mais réticent à l’art contemporain ?
KG : il faut l’approcher là où il va, en mélangeant très discrètement les époques, comme a commencé à le faire la plus importante foire d’antiquités, celle de Maastricht. (ndlr : Paris est dynamique sur ce plan, car ont fait ainsi depuis 2003 les Musées Bourdelle, Zadkine et depuis 2004 Le Louvre et le musée d’Orsay ; actuellement cela s’est généralisé).

 

At : merci de cette opinion constrastée !

 

Interview réalisée en 2007 par Alessandra Quaglia, remis à jour en 2009

 



 

 

 

Le "Petit Mot" : 10 micro-newsletter/an, gratuites

 

annonces d'événements :


 

voici la Semaine du Dessin !

 

du 22 au 27 mars
avec son vénérable Salon, cette Foire et aussi celle-ci

et ses nombreuses manifestations dans les institutions

et la page dessins contemporains d’Almanart


 

Art Paris fête ses 25 ans

la grande foire du printemps
134 galeries de 25 pays
 

30 mars – 2 avril

plus d’infis


 

points de vue sur la fissure en art

une exposition visuelle et sonore sur la création en ces temps troublés par des artistes français et chinois
29 mars - 21 avril au Patronage Laïque Jules Vallès 15ème

entrée gratuite sur inscription


 

rendez-vous d’art à Boulogne-Billancourt

6 galeries exposent,
animations et ateliers
à l’Espace Landowski
 

du 24 mars au 2 avril

 entrée libre

 


 

petits tableaux, grand luxe

au 19è le petit tableau correspond au nouveau mode de vie bourgeoise
or il convient bien à nos petits appartements


 

Les Atamanes vous offrent une belle exposition virtuelle de ces petits formats d’époque

 


 

suivez nous  :

 

 

Plans et itinéraires du Grand Paris :
Où sont les quartiers d'art ?

 

nos recommandations en art et design :

 

 

 

 

Le "Petit Mot"
login (modal) Abonnez-vous, ici
entrez votre mail :

10 newsletter/an, gratuit

 

 

 

 

 

 

nos partenaires :

 

 

 

nos amis en art et design :