tapez un ou deux mots :

néo-impressionnisme, divisionnisme, pointillisme

 

Ceci est une archive d’une exposition exceptionnelle

Note sur les visuels : si les droits liés à l’expo sont échus, ne restent que des imagettes de faible définition à titre de mémoire, sans agrandissement possible ; celles agrandissables ont obtenu un accord ou sont libres ; en cas d’erreur, les vues générales sont libres ; svp nous en faire part et, suite vérification, le visuel sera retiré ou mis en imagette-mémoire ; merci !
  > accueil d’Almanart > sommaire des archives


Le néo-impressionnisme : du divisionnisme au pointillisme
> au Musée d’Orsay, mars-juillet 2005

 

C’était la première exposition en France dédiée au mouvement néo-impressionniste connu aussi sous les appellations de divisionnisme (la division des couleurs) ou de pointillisme (la technique de peinture), lancées en 1884 par Georges Seurat et Paul Signac. Une grande majorité d’oeuvres vient de l’étranger, ce qui laisse songeur sur l’entrain des conservateurs de l’époque sur la nouveauté picturale...

 

Le pointillisme et le divisionnisme se caractérisent typiquement par :
> le traitement de la lumière et sa coloration, dont la décomposition s’appuie sur la théorie des couleurs de Chevreul
> la configuration de l’espace-plan, venant notamment du japonisme
> dans une certaine mesure : un rythme et une géométrie caractéristiques de l’abstraction.

 

Les relations du pointillisme avec les nombreuses tendances de l’époque (symbolisme...) forment des ouvertures sur celles qui vont suivre : les fauves, les tachistes (qui élargissent le point jusqu’à la mosaïque) voire des premiers abstraits : Klee, Mondrian, Kandinsky...

> Seurat réussit ici à exprimer les scintillements
de la lumière, encadrée par les diagonales
des falaises et les horizontales des jetées
(plus d’infos)

 
Georges Seurat
Port en Bessin 1888
( courtoisie musée d’Orsay)
clic=zoom
  Seurat Port en Bessin

 
Englobant les techniques de divisionnisme et pointillisme, le terme néo-impressionnisme positionne le mouvement dans l’histoire, s’appuyant sur la libération de la lumière qu’a opéré préalablement l’impressionnisme de manière empirique ; ensuite cette innovation a été poussée à son paroxysme scientifique avec la décomposition des couleurs et leur recomposition par l’oeil à partir d’une certaine distance d’observation (ne pas regarder ces tableau trop près).
Deux ramifications se sont inspirées du pointillisme : le 1er mouvement cinétique qui a fait se mouvoir les taches colorées, et l’abstraction car dès lors que le sujet peut être décomposé, il peut aussi disparaître...

 

  Seurat le noeud noir  

Si le divisionnisme s’applique à la couleur, le pointillisme ne s’applique pas seulement à la peinture :

< les dessins de Seurat au crayon Conté illustrent son extraordinaire maîtrise : ici, l’obtention d’un effet pointilliste proche de la photo à gros grain, permet d’exprimer une ambiances, des halos, des contrastes

 
Georges Seurat
le Noeud noir 1882
(courtoisie RMN)
clic=zoom

 

 

Voir aussi : le pointillisme de Paul Signac

 



 

 

 

Le "Petit Mot" : 10 micro-newsletter/an, gratuites

 

annonces d'événements :


 

nouvelle page : l’art moderne arabe

à ne pas rater : l’exposition majeure
"Présences arabes, Art moderne et décolonisation, Paris 1908-1988"
 

le compte-rendu d’Almanart


 

L’affection de Joséphine Baker en vidéo

Les Atamanes analysent "L’affection de Joséphine Baker" de Patrice Nabor, dans une interview par la journaliste Claude Léger

en vidéo, découvrez ce tableau


 

art et design à acheter en direct

 

achetez
de particulier à particulier

art, design, décoration
sélection par leur qualité

 

(Almanart est annonceur, pas place de marché)


 

suivez nous  :

 

 

Plans et itinéraires du Grand Paris :
Où sont les quartiers d'art ?

 

nos recommandations en art et design :

 

 

 

 

Le "Petit Mot"
login (modal) Abonnez-vous, ici
entrez votre mail :

10 newsletter/an, gratuit

 

 

 

 

 

 

nos partenaires :

 

 

 

nos amis en art et design :