tapez un ou deux mots :

Dynamo : un siècle d’art optique et cinétique, 1913-2013

 

Ceci est une archive d’une exposition exceptionnelle

 
Note sur les visuels : si les droits liés à l’expo sont échus, ne restent que des imagettes de faible définition à titre de mémoire, sans agrandissement possible ; celles agrandissables ont obtenu un accord ou sont libres ; en cas d’erreur svp nous en faire part et, suite vérification, le visuel sera retiré ou mis en imagette-mémoire ; merci !

 

  > accueil d’Almanart > sommaire des archives

 

Dynamo : un siècle d’art optique et cinétique, 1913-2013
> au Grand Palais, jusqu’au 22 juillet 2013

 

pour former ce jeu de chiffres, l’exposition s’étend dès 1913, mais plutôt dès 1912 par un tableau de Robert Delaunay et un mobile de Marcel Duchamp ; en fait il n’y a pas de date fondatrice de ce genre artistique mais un développement progressif en parallèle avec l’abstraction, dans les années 1910.

 

L’exposition comporte deux parties (Vision et Espace) où sont répartis les effets produits par thèmes : immatériel, monochromie, interférence, immersion, clignotement, nuée, instabilité, distorsion, vide, invisible, permutation... Cette analyse pertinente éclaire (!) bien le sujet :

 

> dans le square avant l’entrée, vous êtes accueillis par une "sculpture de brume" de Fujiko Nakaya qui vous arrose de ses volutes inoffensives.
Si elle n’est pas exactement dans le domaine de l’exposition, elle vous fera prendre patience...

 

Fujiko Nakaya, Cloud Installation 07156, in-situ, 2013
  Fujiko Nakaya

l’art optique et cinétique

ce panorama quasi-exhaustif vous permet d’apprécier ces travaux avec recul et vous rappelle ces incroyables recherches qu’ont faites des artistes audacieux. Ils ont joué avec la vision d’un regardeur qui participe à l’oeuvre, ceci par rapport au regard du spectateur passif devant une oeuvre fixe.

Précisons : il y a deux aspects de l’art cinétique, l’un qui crée le mouvement (Tinguely, Calder par exemple) et ne cherche aucun effet optique, et celui qui se rattache à l’art optique ; ainsi dans le cadre de cette exposition vous devez considérer :
> l’art dit "optique" qui obtient des effets de vision sans mouvement, ni du spectateur, ni de l’oeuvre
> l’art dit "cinétique" qui s’appuie sur le mouvement soit de l’oeuvre (par un mécanisme ou un effet électrique) soit de l’observateur qui devient actif devant l’oeuvre.

  22:02 30/09/2011  

Ces deux genres ici frères, agissent sur la vision pour créer des impressions directes, des sensations moins intellectuelles que l’abstraction.

 

L’art optique a des origines dans les années 1910 avec les Carrés de Malevitch et la naissance de l’abstraction, tandis que l’art cinétique se développe dans les 1920 en parallèle au cinématographe et est porté par l’intérêt pour les sciences et techniques.

 

Gregorio Vardanega, Tour orthogonale, 1987

L’apogée fut la période 1955-1972 avec les recherches des artistes sud-américains, nord-américains et français, la mise en valeur à Paris par l’exposition Le Mouvement à la galerie Denise René en 1955, puis la création du GRAV (Groupe de recherche d’art visuel) à Paris en 1961.


"le cinétisme ce n’est pas ce qui bouge, c’est la prise de conscience de l’instabilité du réel"
Jean Clay (historien de l’art)

 

La première consécration fut au Museum of Modern Art de New York en 1965.
Après cet âge d’or des trente glorieuses de l’art, les artistes contemporains puis actuels perpétuent le genre.

 

l’art optique environnemental

d’autres artistes, parfois les mêmes, sont sortis du classique tableau pour faire de l’espace lui-même une oeuvre d’art, créant des sensations qui reposent sur le positionnement du spectateur dans l’ environnement de l’oeuvre lorsqu’il y pénètre ; "plutôt que d’être représenté, l’espace va être utilisé, investi, devenir le sujet même de la création" [extrait du catalogue p.182]

  Carlos Cruz-Diez Chromosaturation  

Il y a donc une filiation avec l’art abstrait, pas seulement par l’absence de figuration, mais par les sensations produites, comme si vous pénétriez à l’intérieur-même d’un tableau abstrait

 

> cette ambiance créee par Cruz-Diez, artiste inévitable de l’optical-art, est une installation dite environnementale car elle est pénétrable et s’appuie sur le lieu où elle est installée

Carlos Cruz-Diez, Chromosaturation, 1965

 

En conclusion, dans cette exposition dévolue aux effets optiques dans l’art, ces deux aspects : Vision et Espace, sont indissociables ; ils n’auraient pu faire l’objet de rétrospectives distinctes.

 

notes :
> se tient à Barcelone à la Fondation Stämpfli l’exposition Cinetik qui présente beaucoup d’oeuvres des mêmes artistes mais à prépondérance espagnole et latino-américaine ; cette exposition met en avant le terme bien trouvé de "lumino-cinétisme"
> même à Paris se tiennent simultanément plusieurs expositions sur le même thème : voir ci-dessous ; c’est comme les nouvelles, tout le monde parle de la même chose en même temps, une stupidité qui engendre la lassitude des spectateurs.

 

 

 

plus d’infos :

> l’exposition Dynamo au Grand Palais
> l’art optique et cinétique modernes, définition
> l’art cinétique et cinétique contemporains, définition
> l’exposition Soto au Centre Pompidou
> l’exposition Le Parc au Palais de Tokyo

 

 



annonces art et design à vendre
 

 

annonces d'événements :


 

Sm’art : art & design en pleine forme

 

pas de risque ! la grande foire d’art contemporain est en plein air, dans le Parc Jourdan

Aix en Provence du 23 au 27 septembre

200 artistes, 20 galeries dans une ambiance joyeuse et jazzy

billet prix réduit en ligne
 


 

Papa Madi est le père de quoi ?

apparaît en 1946 à Buenos-Aires
un extraordinaire mouvement d’art

père fondateur : Arden-Quin et sera amplifié par des artistes internationaux réfugiés de la guerre ; comme ici le tchécoslovaque renommé Falik

passionnantes explications
par Les Atamanes


 


 

30 ans de Graffiti et de Street Art à Paris

c’est la fête du Prix du Graffiti ! gratuite (pass san.)

expo du 2 au 22 septembre 14-20h
vernissage le 3 dès 17h

à la Serre du Parc des Docks de Saint-Ouen, métro Mairie de Saint-Ouen

une production Graffart


 

pour les Journées Européennes du Patrimoine,

la SNCF fête le PLM (le célèbre Paris-Lyon-Marseille) en réhabilitant la magnifique fresque dans la Gare de Lyon (ci-dessous Monaco) :

les 18 et 19 septembre
et par une fastueuse visite interractive
 


 

le Paris des peintres

du XVIè siècle aux modernes, les peintres ont arpenté et représenté Paris

sous ce thème, une revue des styles et une plongée dans le Paris d’autrefois

 somptueusement illustré
chez Larousse

 


 

art et design à acheter en direct

 

achetez
de particulier à particulier

art, design, décoration
sélection par leur qualité

 

(Almanart est annonceur, pas place de marché)


 

suivez nous  :  

 

 

Plans et itinéraires du Grand Paris :
Où sont les quartiers d'art ?

 

 

 

Le "Petit Mot" : 10 micro-newsletter/an, gratuites

abonnez-vous, entrez ici votre e-mail :

aucune autre information n'est demandée

 

 

nos recommandations en art et design :

 

 

 

 

Le "Petit Mot"
login (modal) Abonnez-vous, ici
entrez votre mail :

10 newsletter/an, gratuit

 

 

 

 

 

 

nos partenaires :

 

 

 

nos amis en art et design :