Les Houris, de Majida Khattari

 

 

Majida Khattari (1966, d’origine Marocaine, travaille à Paris) s’intéresse au statut de la femme dans le monde et particulièrement dans celui de l’islam ; connue pour ses "défilés-performance" composées de "robes-sculptures", vêtement de parade et de coercition, elle est également photographe et vidéaste ; exposée dans le monde, elle est aussi présente à l’exposition d’ouverture de l’IMA jusqu’en juillet 2012.

> plus d’info sur la démarche de Majida Khattari

 

avec la complicité de Majida Khattari, décembre 2011 (images : courtoisie l’artiste)
  Majida Khattari  

 

  > sommaire de analyse > sommaire de comprendre > accueil d’Almanart

 

 

Les Houris, un plaidoyer de Majida Khattari

 

cette oeuvre impressionnante a été montrée en mars 2012 au Passage de Retz, lors d’une exposition sur le blanc, couleur "qui autorise un décalage vers une liberté d’expression" [Yves Sabourin, commissaire] ; c’est une installation en grandeur nature montrant une procession de Houris.

 

 

 

Les Houris : installation de 72 poupées géantes,
vêtements brodés, cheveux, 2007
photo au Passage de Retz, expo. Blanche est la couleur,
mars-avril 2012 .... clic = zoom
  Majida Khattari Les Houris

 

La question qu’aborde ici Majida Khattari est celle du statut et du corps de la femme dans certains pays du sud, dont "on a besoin de parler car l’art est un peu silencieux sur ce sujet actuellement".

 

les Houris, qui est-ce ?

Houri est une désignation floue faute d’une définition unique et claire dans le Coran : les Houris seraient des jeunes vierges promises aux bienheureux au sein du paradis, sinon plus globalement elles seraient témoins du bonheur au paradis musulman.

Dans la 1ère explication leur virginité serait permanente et elles ne pourraient donc porter d’enfant ; l’interprétation de leur rôle peut être sujette à des écarts, comme celle de les réserver aux martyrs, ce terme semblant lui-même mal défini.

  > plus d’info sur les Houris  :

- sur Islamiates

- sur Wiki

 

L’oeuvre

Cette installation de Majida Khattari concerne l’interprétation la plus commune dans l’imagerie populaire : celle des vierges promises.

Dans ce rôle elle ont traditionnellement la peau blanche, diaphane (car dans certains de ces pays, les femmes se blanchissent la peau), les yeux et cheveux tressés noirs voire teintés ; elles sont belles et presque identiques, d’où l’usage par l’artiste de poupées ; leur tenues ne diffèrent que dans les détails, allant de la simplicité à la somptuosité : les Houris concernent tous les milieux.

Dans ce défilé les Houris sont au nombre de 72, la base de 7 étant symbolique.

  Majida Khattari Les Houris   Majida Khattari  Houris
  Bien que souriantes, elles semblent aussi absentes ; leurs yeux sont fermés car elles vont au devant de la mort.   Elles sont en robes de mariées car elles s’y préparent, mais portent au-dessus le voile blanc du deuil : elles vont donc se marier avec la mort (image : clic=zoom)

 

Par ce moyen Majida Khattari dénonce non pas le mythe historique des Houris, ni le symbole de bonheur paradisiaque qu’il représenterait, mais l’utilisation qui en est faite de la femme, la façon dont elle est prisonnière d’un rôle qu’elle n’a pas revendiqué, d’une destinée à priori définitive ; peut-être aussi regrette-t-elle la passivité fataliste des jeunes femmes modernes ?

Mais cette intrumentalisation de la jeune femme existe aussi en occident : citons les pin-up des années 50 aux USA, femmes-objets toujours représentées sur un schéma semblable sous forme de posters et auto-collants destinés aux machos et autres camionneurs de la Route 66…

En fait l’art de Majida Khattari n’est pas uniquement une diatribe sur l’utilisation de la femme dans l’islam, mais plus globalement un regard critique et ironique sur la position de la femme dans le monde, que ce soit par l’intermédiaire de la mode ou par la question de leur intégration en occident.

 

  vos commentaires sont les bienvenus :  

> soit par mail : envoyez !
> soit postez : sur le blog ou réseaux

 

 



à vos petits écrans !

  > le blog d'almanart : curiosité, humour, people, sexy...
 

 

annonces d'événements :


 

"le" cadeau pour amateur d’art !

111 histoires amusantes
mais réelles, pour décrypter le monde de l’art
et 111 conseils avisés

 

achetez le en ligne !

(vient de paraître, février en librairie)

 


 

les offres de Noël des Atamanes

 

un tableau ?
un souvenir qui reste à vie !

un choix à petits prix

 

 ? qui sont les Atamanes ?


 un cadeau arty pour les fêtes ?

 

original, inattendu, abordable
et... clâââsse !

voici des idées accessibles


 

redécouverte d’un bel artiste disparu

Jacques Reverchon maître en gravures et aquarelles, disparu a 40 ans... son magnifique travail dormait...

à la galerie du Vert-Galant (adresse et plan) du 1er au 16 décembre ; prix très abordables

en savoir plus (téléchargez l’info)


 

profitez des promos du Géant !

au Géant des Beaux-Arts, jusqu’au 18 décembre 2017

> qui est Géant des Beaux-Arts ?


 

suivez nous  :  petits écrans :

 

 

Plans et itinéraires du Grand Paris :
Où sont les quartiers d'art ?

 

 

 

Le "Petit Mot" : 10 micro-newsletter/an, gratuites

abonnez-vous, entrez ici votre ad mel :

aucune autre information n'est demandée

 

 

 

 

Mesure d'audience par :

 

 

 

 

 

Le "Petit Mot"
Abonnez-vous, ici
entrez votre mail :

10 newsletter/an, gratuit

 

 

 

 

 

 

nos partenaires :

 

 

 

nos amis en art et design :