tapez un ou deux mots :

Léonard de Vinci, La Belle Ferronnière et le sfumato

 

L’exposition 500 ans de Léonard de Vinci au Louvre montre notamment un tableau exceptionnel : le Portrait d’une dame de la cour de Milan, dite La Belle Ferronnière, peut-être la plus belle oeuvre de Léonard de Vinci après La Joconde ; les documents produits par Le Louvre sur ce tableau l’analysent comme jamais et expliquent les techniques de Vinci, notamment son usage du sfumato
> sommaire 1 oeuvre 1 artiste > accueil d’Almanart

extraits entre guillemets : documents de presse du Louvre et du C2RMF ( Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France)
toutes images courtoisie Le Louvre et C2RMF ; clic=zoom

 

 

l’artiste : Léonard de Vinci (1452-1519) et la recherche du naturel

 
né à Vinci près de Florence, doué pour le dessin et doté d’une grande curiosité, Leonardo di ser Piero étudie dès l’âge de 12 ans dans l’atelier de Maitre Verrocchio, grand sculpteur de la Renaissance.

 

Léonard de Vinci, Autoportrait

Léonard de Vinci, Autoportrait
vers 1513, sanguine
(courtoisie Bibliothèque-de-Turin)

Par la sculpture, il apprend à maitriser la forme et l’espace ainsi que le clair obscur engendré par la lumière ; mais la "forme parfaite" préconisée alors, lui semble figée ; or le monde est mobile et le peintre ne peut traduire la vérité de ce mouvement que s’il garde une certaine liberté.

Léonard de Vinci part approfondir ses connaissances à Milan en 1478 ; il travaille sur le mouvement et le sfumato (vaporeux en italien), cette technique qu’autorise la nouvelle peinture à l’huile : reprendre inlassablement les contours de la forme pour déterminer un flou, un velouté, par de multiples applications de couches d’huile semi-transparentes et extrêmement minces. Cette manière douce devient la signature de son oeuvre.
Comme la considération des apparences lui est insuffisante, il étudie aussi toutes les manifestations du monde physique pour faire jaillir l’expression du mouvement : des milliers de dessins et d’études sur le vivant sont consignés dans un traité de la peinture, le Codex Atlanticus ou Codice Atlantico qui fait autorité. Il est reconnu comme "un génie universel" bien qu’ayant réalisé seulement une vingtaine de tableaux.

Il meurt à Amboise en 1519 et nous laisse... La Joconde

 

 

 

l’oeuvre : Portrait d’une dame de la cour de Milan, dit La Belle Ferronnière

 

un des plus beau tableaux de Léonard de Vinci est cette Belle Ferronnière, par la qualité de sa récente restauration, par la beauté de la personne elle-même, mais surtout par le soin qu’il y a mis pour la rendre aussi présente, vivante ; comment Vinci a-t-il fait ?

> d’abord par le naturel de la position du modèle : il avait déjà rompu avec la tradition moyen-âgeuse de représenter le portrait de profil et avait aussi étudié minutieusement l’anatomie humaine ; en positionnant le modèle de trois quart, il le rend plus réel

> pour ce portrait il a réalisé une esquisse (un dessin sur carton transféré par report pour former l’ébauche du tableau) puis sur celui-ci il a orienté précisément la position du cou, la tête très légèrement penchée et ajusté sa rotation par rapport au buste afin que l’impression soit absolument naturelle

 
Portrait d’une dame de la cour de Milan,
dit La Belle Ferronnière
vers 1495, huile sur noyer, 64x44
(courtoisie Le Louvre) ... clic=zoom
  Léonard de Vinci La Belle Ferronnière

 
> de fines retouches sur le visage sont révélées par la "cartographie de fluorescence X", la "cartographie du fer" et surtout la "réflectographie infrarouge" réalisées par le C2RMF (et présentées dans l’exposition) :

Léonard de Vinci La Belle Ferronnière

vous pouvez observer sur cette dernière, à droite, outre des modifications de détail sur le siège et les vêtements, que le visage est légèrement mais significativement moins aigu, les pommettes moins larges et le menton moins pointu ; peu de choses ? mais qui révèlent précisément la proportion de ce visage parfait, qui vous regarde avec attention et une certaine insistance un peu inconvenante pour l’époque

 
Cartographie-du-fer par le C2RMF / clic=zoom
réflectographie-IR par le C2RMF / clic=zoom

Léonard de Vinci La Belle Ferronnière

 
Par quel moyen Léonard de Vinci a-t-il effectué ces retouches ?

par un sfumato appliqué en dernier ressort, très progressivement, pour obtenir "une transition impalpable" entre le modèle et le fond : dix ans avant ce qui est considéré comme son chef-d’oeuvre, la Joconde, Léonard de Vinci avait donc développé au plus haut point la technique du sfumato (inventée par les flamands).
Le Louvre estime que "Léonard révolutionne ici le portrait féminin par la vitalité du mouvement, la complexité des articulations, le caractère inassignable du regard, la force de l’intelligence et de la volonté, la souveraineté de la conscience" *

Le Louvre précise aussi que ce tableau est le portrait d’une dame de la cour de Milan : Béatrice d’Esté, femme du More, Lucrezia Crivelli, son amante ou Isabelle d’Aragon, épouse du duc en titre Gian Galeazzo ; erreur de titrage dont Ingres serait responsable *

* : manuel remis gratuitement à l’exposition Vinci au Louvre, en place de cartels des oeuvres.

 

 

plus d’infos :

> l’exposition au Louvre
> biographie de Léonard de Vinci

 

 

 

 > achat-ventes de particulier à particulier

 

> Almanart annonce des oeuvres, pièces de design ou décoration, à vendre de gré à gré directement sans intermédiaire

> vous êtes vendeur ? vous êtes acheteur ou curieux ?

 



annonces art et design à vendre
 

 

annonces d'événements :


 

enfin, le Guide des galeries !

nous l’attendions depuis longtemps...

724 galeries incontournables en France et en Belgique ; 220 pages en couleur
19,50 €

 

voir et commander


 

 

qui a inventé l’art abstrait ?

la rétrospective Hartung le présente comme un précurseur ;

mais dix ans plus tôt d’autres avaient investi le domaine révolutionnaire de l’art abstrait,
ce que vous montrent et illustrent ici Les Atamanes, historiennes de l’art

 ? qui sont les Atamanes ?

 


 

voici le MacParis d’automne !

6 jours de foire, de rencontre entre artistes, amateurs d’art et collectionneurs
sur les 3 étages du :
Bastille Design Center
12-17 novembre

à MacParis, les artistes vous vendent en direct 

téléchargez vos invitations gratuites


 

art et design à acheter en direct

 

achetez
de particulier à particulier

art, design, décoration
sélection par leur qualité

 

(Almanart est annonceur, pas place de marché)


 

suivez nous  :  

 

 

Plans et itinéraires du Grand Paris :
Où sont les quartiers d'art ?

 

 

 

Le "Petit Mot" : 10 micro-newsletter/an, gratuites

abonnez-vous, entrez ici votre e-mail :

aucune autre information n'est demandée

 

 

nos recommandations en art et design :

 

 

 

 

Le "Petit Mot"
login (modal) Abonnez-vous, ici
entrez votre mail :

10 newsletter/an, gratuit

 

 

 

 

 

 

nos partenaires :

 

 

 

nos amis en art et design :