page d’accueil
du 19 février au 4 mars 2018
(2 semaines)

 

 

 

 

 

Neil Beloufa, installation
in-situ
(courtoisie PdT)
clic=zoom
Neil-Beloufa Palais de Tokyo

 
> la Discorde, Fille de la Nuit ! elle envahit presque tout le Palais de Tokyo ; Fille de la Nuit car Eris -la discorde - est fille de Nyx -la nuit- selon Hésiode, poète grec antique ; elle est mère de nombreux enfants qui ont pour noms Désastre, Mensonge, Douleur, Oubli, Faim, Carnage... (extrait de l’édito de Jean de Loisy)

> voilà le décor posé ; les artistes y déclinent à l’envi la domination des nations, les conflits, les révoltes face au mal, mais aussi les fraternités que la résistance engendre ; l’immense exposition met en scène l’interchangeabilité des stratégies et des discours sous la forme de présentoirs en carton-pâte déplacés par des robots comme dans une usine de fabrication d’événements, suscitant une relecture de leur signification et remettant les associations en nouvelles perspectives. Un peu ésotérique, déconcertant, poignant

 

Edito :

Dada n’a plus sa place

> deux éléments nous interrogent sur Dada : la lecture de Gabriële (Anne et Claire Berest, Stock, 2017), captivant document romancé sur Francis Picabia et son épouse Gabriële Buffet, aussi déjantés que leurs fréquentations Guillaume Apollinaire, Marcel Duchamp… qui sont à l’origine -partagée- de Dada et du surréalisme ; l’autre élément est cette exposition Discorde qui vient d’ouvrir au Palais de Tokyo (reportage lundi 19 à midi)

> extraits du premier : en janvier 1917 les peintres Marie Laurencin et Francis Picabia créent la Revue 391 avec l’aide de l’épouse de Picabia, Gabriële, sur le modèle de l’avant-gardiste new-yorkaise Revue 291. Un jour Gabriële reçoit une épreuve erronée : Max Jacob leur envoie un poème qui parle de « petits oiseaux » que le typographe espagnol imprime « polis soiteaux » ; Gabriële montre ça à Francis, en riant : - on va le laisser, non ? - tu as raison, c’est mieux comme ça ! Absurde ? non, dadaïste ! Car 391 l’est, mais sans le savoir puisque le mouvement Dada naît en Suisse en même temps

Revue 391, 1917
(courtoisie BnF)
clic=feuilletez la revue

Revue 391 Picabia

> Dada est né en pleine boucherie de la Grande Guerre, en réponse à cette absurdité, dans des pays neutres où se sont réfugiés des artistes de tous domaines : en Suisse en 2016 puis en Espagne en 1917, avant de se développer dans toute l’Europe après la guerre : à New-York, Berlin, etc (infos : ici, et aussi là et encore là)

Hannah Hoech, collage Dada, 1929
(courtoisie Kunst-Mus-Hamburg)
clic=zoom

 
> qu’en reste-t-il aujourd’hui ? presque rien ; aurions-nous perdu le sens de l’humour absurde et révolté ? l’an passé, l’anniversaire du mouvement a été presque inaperçu en France, juste marquée par l’exposition Dada Africa qui vient de fermer ; et il ne reste qu’une revue active en ligne

> actuellement l’état d’esprit est inverse : priment l’autocensure, le parler neutre, le politiquement correct, les radicalismes religieux et féministes… pas très drôle… mais notre époque l’est-elle, avec son lot de dictatures politiques et spirituelles, le souvenir de l’holocauste, les menaces nucléaires ? les pitreries des artistes Dada seraient-elles actuellement comprises ?

> la grande exposition Discorde qui vient du Palais de Tokyo reflète tout à fait cet air maussade de notre temps : une puissante dénonciation déclinée dans un registre sévère mais totalement dénué de sarcasme ; une révolte à caractère documentaire, d’une passionnante interprétation artistique ; les artistes d’aujourd’hui n’ont pas du tout le cœur à rigoler !

Georges Maisonneuve

 

 

nos coups de coeur en une image commentée : clic  

un Bain Mystérieux de Chirico est à la Galerie Tornabuoni Pierre et Gilles, l’eau de rose à la Galerie Templon redécouverte des belles estampes de Antoni Clavé à la BnF Jean Bazaine dans toutes les formes à la Galerie Maeght Mohamed Bourouissa fait du tuning aux chevaux au MAMVP
le Prix Eurazeo de la photo est salué par la MEP l’effarente peinture de Genieve Figgis à la Galerie Rech étonnante rétrospective Nino Migliori à la MEP les effets spéciaux crèvent l’écran à la Villette ()
les équilibres de Kat Fenwick à à La Galerie Particulière Miniartextil déroule ses fils colorés à Montrouge les vertiges de José Fernando Mugnoz aux Archives Nationales () Degas et Valéry dansent au Musée d’Orsay

 

 

blockbusters ou pas, ne les manquez pas :

 

> art contemporain  : l’éblouissement textile de Sheila Hicks, l’artiste qui a inventé l’art textile, au Centre Pompidou

 
 

> art moderne  : la rétrospective Jean Fautrier au MAMVP éclaire la démarche de ce peintre d’abord très sombre, puis inventeur de l’art informel ; une belle leçon d’indépendance

 
 

> art contemporain  : l’événement César au Centre Pompidou, sa rétrospective tant attendue, la voici donc, superbement mise en scène et complète avec des pièces rares à découvrir

 

 

les belles expositions passées :

> cette exposition, vous voulez la revoir, la montrer, ou vous l’avez manquée ? la voici en résumé

 

 

à savoir :

 
> nos critères de choix des expositions
que signifient : belle époque, moderne, contemporain, actuel, avant-garde ?

> Almanart visite pour vous, ne travaille pas que sur dossiers

 

 

à vos petits écrans !

  > le blog d'almanart : curiosité, humour, people, sexy...
 

 

annonces d'événements :


 

jouez avec Le Géant des Beaux-Arts
et Almanart !

César aura même compressé des voitures neuves, comme le montre son exposition à Pompidou ! un bon prétexte pour vous faire jouer (et gagner ?) -gratuitement et sans engagement- jusqu’au 28 février

> qui est Géant des Beaux-Arts ?


 

Paris sera toujours Paris
 

Sommeil Profond :
une photo de Alberto Ibanez,
disponible à 130€


une Ambiance chez Les Atamanes

 ? qui sont les Atamanes ?


 

apprenez l’art en vous amusant !

111 histoires amusantes
mais réelles, pour décrypter le monde de l’art
et 111 conseils avisés

 

achetez le en ligne !

(vient de paraître, février en librairie)


 

blog à part...

 sur vos petits écrans : le blog d’Almanart !
décoiffant, incongru, sexy, people, pas sérieux quoi...

 


 

suivez nous  :  petits écrans :

 

 

Plans et itinéraires du Grand Paris :
Où sont les quartiers d'art ?

 

 

 

Le "Petit Mot" : 10 micro-newsletter/an, gratuites

abonnez-vous, entrez ici votre ad mel :

aucune autre information n'est demandée

 

 

 

 

Mesure d'audience par :