tapez un ou deux mots :

Alfons Mucha... peintre !

 

Ceci est une archive d’une exposition exceptionnelle

 
Note sur les visuels : si les droits liés à l’expo sont échus, ne restent que des imagettes de faible définition à titre de mémoire, sans agrandissement possible ; celles agrandissables ont obtenu un accord ou sont libres ou sont en "fair use" ; en cas d’erreur svp nous en faire part et, suite vérification, le visuel sera retiré ou mis en imagette-mémoire ; merci !
  > accueil d’Almanart > sommaire des archives

toutes images exposition Alfons Mucha ou Alphonse Mucha au Musée du Luxembourg / courtoisie RMN / clic = zoom

 

Alfons Mucha... peintre !
jusqu’au 27 janvier 2019 au musée du Luxembourg


Alfons Mucha (1860-1939) est un artiste à la fois célèbre et méconnu : célèbre pour avoir parfois donné son nom à l’Art Nouveau, méconnu pour son immense talent de peintre voué à la cause nationale de son pays (la Tchéquie actuelle) et des peuples slaves. L’exposition du Musée du Luxembourg redécouvre le premier Alphonse Mucha et découvre le second, pour dévoiler sa complexité artistique, politique et spirituelle [DP]

 

Alfons Mucha était aussi un peintre !

il a tellement imprégné l’Art Nouveau qu’on a souvent fini par appeler celui-ci : "le style Mucha". Affichiste, illustrateur, styliste, rendu célèbre par des affiches lithographiques comme ce Job (papier à cigarettes, pas l’anglicisme,,,), cette tapisserie ou cet éventail, il est mondialement connu et identifié dans ce style ; mais...

Alphonse Mucha Job   Alphonse Mucha Femme-à-la-marguerite   Alphonse Mucha éventail
une des nombreuses
affiches Job, litho, 1896
Femme-à-la-marguerite, 1900
tissu, velours, 60x78, Fond. Mucha
Le-vent-qui-passe-emporte-la-
jeunesse, éventail, 1889, BnF

 

 

Le "style Mucha" :

Mucha élabore un style décoratif qui s’inspire d’une variété de motifs ornementaux japonais, celtiques, islamiques, grecs, gothiques et rococos ; ses racines slaves en restent toutefois indissociables. A partir de 1896 il intègre des éléments traditionnels de son pays la Moravie (République Tchèque) sous forme de robes, fleurs, motifs botaniques inspirés de l’artisanat populaire ; les halos, très présents, rappellent les icônes byzantines (selon Mucha, l’art byzantin est au fondement de la civilisation slave), tandis que les courbes évoquent le décor des églises baroques tchèques. Contribuant à son succès, Paris connaît alors une vague slavophile [extrait d’un cartel dans l’exposition]

 

...Mais savez-vous que Alfons Mucha était un peintre des plus talentueux ? ce que révèle cette rétrospective qui montre plusieurs peintures romantiques assez éloignées du style Art Nouveau et d’une extraordinaire maîtrise picturale ; deux exemples :

 

la Vierge-aux-Lys

> en 1902 Mucha doit décorer une église de Jérusalem dédiée à la Vierge Marie, projet abandonné mais dont il reste ce tableau de la Madone des Lys qui démontre la virtuosité du peintre

> il conçoit cette Vierge Purissima comme un être spirituel (mais en costume slave !) entourée de lys, symboles de sa pureté ; "elle n’a pas conscience de la présence céleste mais le long voile de la Madone la touche à la façon d’une bénédiction" [cartel] ; la composition donne la prédominance à la Madone mais c’est la jeune fille qui ressort au premier plan par contraste et par un dessin à la ligne claire (inventée avant l’heure !)

Vièrge-aux-Lys
1905, affiche
clic=détail

 

 

Après la bataille près de Grünwald

  Zao Wou-Ki peintre

> vers 1910, Mucha défend un art épique qui témoigne de son rêve d’unité entre tous les peuples slaves ; ainsi cette Épopée Slave (1912-1926), son chef d’oeuvre élaboré en quinze ans, qui groupe vingt tableaux monumentaux exprimant les mythes slaves, en quelque sorte son testament d’artiste. Non présentes dans l’exposition, ces toiles y sont projetées sur grands écrans au côté d’études

> longtemps invisibles pour le public, Prague leur a trouvé récemment une demeure spécifique en cours d’aménagement (reportage Culturebox), raison pour laquelle nous ne les avions pas vues non plus dans notre reportage sur le Prague artistique

  Zao Wou-Ki peintre
série Epopee-Slave, Après-la-bataille-près
de-Gruenwald, 1911, Fond.Mucha / clic=zoom

 

 

 

 

 

plus d’infos :

> l’exposition rétrospective au musée du Luxembourg (site de la RMN)
> le site de la Fondation Mucha
> le style Art Nouveau

 

 



 

annonces d'événements :


 

un calendrier de Noël à surprises

le BDMA, Bureau du Design, de la Mode et des Métiers d’Art
vous suggère des cadeaux de fêtes
par ce calendrier de l’avent très original

l’ouvrir et découvrir les jeunes créateurs


 

si le tableau boude...

 

... c’est qu’il veut son cadre ! zoom sur les cadres !
> Les Atamanes cadrent le débat : lequel choisir ?
>
à moins que ce soit le tableau qui choisisse ?
> Almanart s’interroge : pourquoi et comment ?

 


 

remettez-le à l’endroit svp

qu’attend-on donc pour remettre à l’endroit les tableaux de Georg Baselitz !

pourquoi cette question idiote ?


 

 

Prendre soin, de la Renaissance à nos jours

passionnante exposition au Musée des BA de Dole
pour le bicentenaire Pasteur ;
que nous montrent les œuvres d’art sur la notion des "soins" ?


 

annoncez vos ventes
trouvez à acheter

particuliers : annoncez vos oeuvres à vendre

seuls des biens de qualité sont acceptés,
sélectionnés par Almanart

de bonnes occasions pour
acheter

 

 

suivez nous  :

 

 

Plans et itinéraires du Grand Paris :
Où sont les quartiers d'art ?

 

 

 

Le "Petit Mot" : 10 micro-newsletter/an, gratuites

 

nos recommandations en art et design :

 

 

 

 

Le "Petit Mot"
login (modal) Abonnez-vous, ici
entrez votre mail :

10 newsletter/an, gratuit

 

 

 

 

 

 

nos partenaires :

 

 

 

nos amis en art et design :