Guangzhou : acteurs et marché de l’art

.
un oeil curieux sur Guangzhou, 2è partie : ses acteurs de l’art 

La Partie 1 montre la ville de Guangzhou (Canton) et ses artistes ; voici des acteurs et le marché de l’art

  > accueil d’Almanart > 1. Guangzhou, ses artistes
 

le monde de l’art :

  • des galeries de tous genres
  • un village d’artistes
  • les grands musées
  • les principale foires
  • des mécènes généreux !
  • le marché regional de l’art
  • et Hong-Kong ?
  • Parties du reportage :

    • 1 : la ville de Guangzhou-Canton et ses artistes
    • 2 : xes acteurs et le marché de l’art (cette page)

    toutes images : courtoisie Almanart et les artistes et galeries citées

     

     

     

    des galeries de tous genres

     
    il y a encore peu de galeries à Guangzhou, environ 30 en 2010, 40 en 2012, 50 en 2015 et de niveaux très différents, de la grande place effectuant un travail identique à son homologue occidentale, à l’espace d’exposition approximatif lié à un groupe d’artistes, en passant par le magasin arty. Elles sont disséminées dans cette immense zone urbaine ; certaines sont groupées dans des "villages d’artistes" en banlieue, mais l’équivalent des usines d’art de Beijing n’existe pas

     

    Fei Gallery

     

    Fei Gallery est un espace de haut niveau ; design et art plastique d’avant-garde s’y cotoient

     

    << Fei Gallery

     

    Chaise, 2010, sculpture de
    Lu Biaobiao et Feng Feng >>
     

    Lu Biaobiao et Feng Feng

     

     

    Wilber Gallery

    Dong Shan Kou Guangzhou

    Wilber Gallery est située dans Dong Shan Kou, le vieux quartier colonial réhabilité bobo

     

    << Wilber Gallery

     

    un bronze en perspective
    exagérée de Chan Ke >>
      Chan Ke

     

     

    Vitamin Gallery

     

    il faut dénicher la Galerie d’avant-garde Vitamin au fond d’un quartier populaire (images) !

    Nous basant sur l’exposition en ses murs, il y aurait des progrès à faire... pourtant elle a été sélectionnée à Art Basel 2010, Art Basel Miami 2009, Frieze 2009, Art Berlin 2009... en 2015 elle soutient des artistes à la grande expo de la Fondation Vuitton : en Chine, ne pas se fier aux apparences !

    << Vitamin Gallery et son exposition >>
     

    Vitamin Gallery

     

     

    Art 64 Gallery

     

    Art 64 Gallery, au sous-sol d’un passage au sein de l’ancienne concession, au bord de la Rivière des Perles.

    Une salle est consacrée aux expos tremporaires, l’autre au peintre et... propriétaire du lieu, le peintre Li Weiguang (voir Chapitre 1.). En Chine art et business sont intimes

     

     

    << Art 64 Gallery

     

      Témoin de la mutation en cours : le concept-store branché Ephemeral Pearl River, sur 5 étages d’un immeuble art-déco : deux formant galeries d’art, une de fashion, une de chichouilles, une terrasse-café :
      Ephemeral Pearl River concept-store   Ephemeral Pearl River concept-store   Ephemeral Pearl River concept-store   Ephemeral Pearl River concept-store

     

     

    un village d’artistes

     

     

    le vieux village d’artistes de Xiaozhou, en banlieue sud-est, groupe une ribambelle de minuscules galeries et ateliers, où des espaces de jeunes artistes cotoient des antiquaires et des maisons de thé cosies ; le village se transforme en site de détente et de week-end.

     

    Xiaozhou

     

    Xiaozhou

     

     

    Xiaozhou Maison du Peuple chinois

     
    << l’ancienne Maison du Peuple sert d’atelier :
    un futur génie entamme une vie de copiste sous le regard du père, dans sa cahute-atelier >>
     

    Xiaozhou

     

     

    Xiaozhou

     
    << une mini galerie dans une ancienne maison

     

     

    dans un petit atelier-show-room, l’artiste Feng Feng
    pastiche par cette installation la présentation
    traditionnelle des cadeaux des mariages >>
     

    Feng Feng

     

     

    les grands musées :

     
    > le Guangdong Museum of Art est le principal musée d’art, moderne et splendide, il organise des expositions permanentes et temporaires d’art et design moderne et contemporain chinois. Situé sur l’île de Ersha, il est bien intégré dans cet endroit culturel et de détente.

     

    Guangdong Museum of Art Guangzhou

     

    ce nous y avons vu est somptueux, de mise en scène parfaite ; mais la documentation n’est qu’en chinois, l’internationalisation n’est pas encore un but pour l’administration… Intéressant : les photos sont autorisées dans les musées

    (voir une autre de ses expos au Chapitre 1.)

    expo solo de Fang Lijun,
    mondialement connu >>
     

    Fang Lijun

     

    > le Musée des Beaux-Arts, près du charmant parc et lac Luhu au nord, se consacre aux grands artistes de toutes les époques de la province de Guangdong

     

     

    Musée des Académies des Arts Haizhu Guangzhou

     

    > le Musée des Académies des Arts, à Haizhu, est un grand espace à la fois d’expositions contemporaines et d’avant-garde lié à l’Université d’art qui la jouxte

     

     

    Musée des Académies des Arts Haizhu Guangzhou

     
    << des salles servent aux événements ; nous les avons trouvées un peu vides

     

     

     

    une expo-vente de calligra-
    phies de style traditionnel >>
     

    calligraphie chinoise

     

     

    les principale foires d’art :

     

    > la plus importante est Guangzhou Art Fair (en 2015, toujours pas de site propre !), avec une relative présence étrangère, surtout européenne ; environ 250’000 entrées et 6 M € de vente

    > la Guangzhou Photo Biennial est organisée au printemps au Guangdong Museum of Art

    > le Lianzhou International Photo Festival, près de Guangzhou, se tient en décembre

     

     

    des mécènes très actifs !

     

    ici la grande richesse rend généreux, d’autant que la reconnaissance publique fait partie de la culture sociale. Quelques exemples :

      > imaginez un riche entrepreneur qui construit un musée high-tech de la taille du tiers de Pompidou, avec résidence d’artistes, ateliers, communs… et aussi demeures privées d’exception disséminées dans un parc, business oblige (le lieu est pour le moment tenu secret) :
         

     

     

     

    > imaginez un patron d’une chaîne de restaurants de luxe, qui a créé un musée au rez-de-chaussée d’un des établissements, pour y exposer des oeuvres immenses d’artistes chinois célèbres

     

    superbe oeuvre de Dong Zhi Qiang, inconnu hors de Chine

    > imaginez encore un financier qui consacre le rez de chaussée de son immeuble, lui-même garni d’art, à une grande galerie d’art

     

    une oeuvre malicieuse de Pascal Maljette :
    des centaines de petits poissons qui tournent autour d’une pièce de 1 yuan incrustée…
    et les Lions de Huang Jian Xun gardent le salon VIP >>

     

     

    > imaginez enfin un autre mécène qui ouvre une ravissante petite galerie chic dans l’ancien quartier colonial...

     

    Pascal Maljette

    Tout cela existe et se développe. L’influence de ces mécènes va devenir forte et amènera immanquablement d’autres vocations, des plus riches entrepreneurs aux collectionneurs simplement aisés. Pour conclure : imaginez tout ceci dans un monde urbain qui dépassera bientôt 20 millions d’habitants…

     

    le marché régional

     

    Constat : si la vie est moins onéreuse à Guangzhou qu’en Europe (sauf le luxe), l’art y est bien plus cher.

     

    Chen Ben

     

    Un exemple : pour ce grand tableau qu’il considère comme un de ses meilleurs, Chen Ben demande pour lui 600’000 RMB (Yuan), soit environ 60’000 €... Bien que connu en Chine où il vend bien, il n’a que quelques expositions en Europe et n’est pas coté au second marché : c’est hors de prix vu de l’Occident... (d’ailleurs, pour son exposition en septembre 2010 à la Galerie Lipao-Huang à Paris, il a accepté de baisser ses prix).

    Il est clair que si ces artistes se confrontaient au marché international, où l’offre est large et donc les prix plus bas, ils seraient contraints de beaucoup revoir leurs tarifs...

     

    << Chen Ben, Dream of Qin Dynasty, 2009, 180x150

    Certains d’entre eux sont sensibles à une présence à l’étranger, sorte de consécration, mais le veulent-ils tous ? Bien des artistes chinois n’y sont pas sensibles, fiers d’être chinois ils n’attendent pas la consécration de l’Occident pour vivre de leur art : la Chine a conscience d’être la 2è économie mondiale ; l’équilibre du marché de l’art risque de s’en voir modifié.

    Dans cet univers en expansion, des artistes se prennent facilement pour des stars dès lors qu’on s’intéresse un peu à eux : ils affichent des prétentions de grands artistes du marché international sans même y être représentés. De plus, contrairement à leurs aînés modernes, ils font "grand" : difficile de trouver un tableau de moins d’un mètre cinquante sur deux ; alors cette conjonction rend l’art hors de prix.
    C’est une conséquence de la grande richesse des amateurs locaux actuels, mais aussi de la distribution qui souffre d’un manque de concurrence. Si, à l’instar de l’électronique, quantité d’oeuvres étaient exposées dans des chapelets de galeries, les prix seraient plus bas et accessibles à un plus grand nombre. C’est peut-être encore un manque de maturité du marché régional, mais cela viendra sans doute.

    Côté ventes aux enchères d’art, il y a une petite activité par les deux principales sociétés locales : Guangzhou Art Auction et Guangzhou Guardian International Auctions ; les ventes se font souvent dans des grands hôtels. Aucune comparaison bien sûr avec le marché des auctioners de Hong-Kong.

     

     

    Guangzhou

    témoin ce stock "d’art" en attente de transport, au bord d’une grande artère de banlieue
     

    A l’heure actuelle en art, Guangzhou foisonne davantage d’activités de création et de production que de vente d’art aux amateurs locaux ; en cela elle nous rappelle Berlin :

    l’action culturelle française :

    Philippe Bourbon, Attaché Culturel au Consulat, confirme que Guangzhou est en phase de transition, soutenue par la proximité de Hong-Kong : "en art plastique tous les esprits sont orientés dans le même sens de progression" (artistes, galeries, acheteurs…). Il porte ses efforts sur un mixage des domaines culturels, notamment par le prochain Festival Croisements de 2011. Cet événement mobilise aussi Jean-François Hans, Directeur de l’Alliance Française. Guangzhou est jumelée avec Lyon.

     

     

    Guangzhou

     

    << témoin aussi cette grande fonderie en banlieue, pleine de monde au travail (comme partout en Chine), dont une partie de la production est destinée aux autres provinces ou à l’exportation.

    Comment oublier qu’ici, l’art est aussi une industrie ?

     

    Guangzhou

    un ouvrier réalise (pour son "créateur") une sculpture, à partir d’une simple photo... 

     

    et Hong-Kong ?

    On peut, aussi, comparer le couple Guangzhou/Hong-Kong à celui de Berlin/Bâle, l’une formant réservoir d’activités créatrices, l’autre formant diffuseur commercial. Car le vrai business se fait à Hong-Kong, si proche de Guangzhou et bien mieux armée sur le plan fiscal : peu de taxes, port franc, institutions financières, secret bancaire…

     

    Hong-Kong

     

    La partie "anglaise" de Hong-Kong, sur l’île, rassemble environ 60 galeries dont nombre d’entr’elles sont dirigées par des étrangers, avec quelques mastodontes, plus une dizaine de centres artistiques ; la HK International Art Fair en mai ne cesse de grandir ; y sont présents les auctioners de tous pays dont Christie’s et Sotheby’s.

     

     

    Si c’est le galeriste berlinois Matthias Arndt qui le dit, cela doit être vrai :"la HK Fair sera en Asie une plateforme de marché comparable à Art Basel en Occident"
    [Lettre de HK par Matthias Arndt, 2010]

     

     

    à la Schoeni Art Gallery,
    le graffeur français L1ES ONE
    (Sidhoum Lyes-Olivier) qui vit à HK >>
     

    Schoeni Art Gallery Hong-Kong L1ES ONE sidhoum Lyes-Olivier

     

     

     

    Parties :

    • 1 : Guangzhou et ses artistes (voir la Partie 1)
    • 2 : ses acteurs et le marché de l’art (cette page)

     



    à vos petits écrans !

      > le blog d'almanart : curiosité, humour, people, sexy...
     

     

    annonces d'événements :


     

    "le" cadeau pour amateur d’art !

    111 histoires amusantes
    mais réelles, pour décrypter le monde de l’art
    et 111 conseils avisés

     

    achetez le en ligne !

    (vient de paraître, février en librairie)

     


     

    les offres de Noël des Atamanes

     

    un tableau ?
    un souvenir qui reste à vie !

    un choix à petits prix

     

     ? qui sont les Atamanes ?


     un cadeau arty pour les fêtes ?

     

    original, inattendu, abordable
    et... clâââsse !

    voici des idées accessibles


     

    redécouverte d’un bel artiste disparu

    Jacques Reverchon maître en gravures et aquarelles, disparu a 40 ans... son magnifique travail dormait...

    à la galerie du Vert-Galant (adresse et plan) du 1er au 16 décembre ; prix très abordables

    en savoir plus (téléchargez l’info)


     

    profitez des promos du Géant !

    au Géant des Beaux-Arts, jusqu’au 18 décembre 2017

    > qui est Géant des Beaux-Arts ?


     

    suivez nous  :  petits écrans :

     

     

    Plans et itinéraires du Grand Paris :
    Où sont les quartiers d'art ?

     

     

     

    Le "Petit Mot" : 10 micro-newsletter/an, gratuites

    abonnez-vous, entrez ici votre ad mel :

    aucune autre information n'est demandée

     

     

     

     

    Mesure d'audience par :

     

     

     

     

     

    Le "Petit Mot"
    Abonnez-vous, ici
    entrez votre mail :

    10 newsletter/an, gratuit

     

     

     

     

     

     

    nos partenaires :

     

     

     

    nos amis en art et design :