quelle nationalité pour cet artiste ?

 

un artiste "français", c’est qui ?

un constat : il y a un manque de visibilité des artistes français à l’international.
Mais que veut dire un "artiste français" ; celà a-t-il encore un sens dans un monde ouvert où les artistes, surtout eux, se déplacent et ne se sentent pas "nationaux" ?

Pourant le marché international est encore très... "national" : ce sont les amateurs et collectionneurs qui le sont moins ; celà aussi change, doucement

 

 

 

Philippe Vermes Baisé
photo série Bikers
(courtoisie l’artiste)
clic=zoom

 

 

 

> accueil d’Almanart

 

l’actualité française par une exposition :

> Philippe Vermes a été la star d’une grande exposition solo à Pingyao (entre Pekin et Xian) en Chine en septembre 2017, sur sa série Bikers bien connue par son originalité et la qualité de clichés
> il avait installé studio de fortune au bord de la route avec une chambre fixe, que les Bikers avaient plebiscité
> ce qui est étonnant est de voir combien les chinois sont fascinés par ces clichés d’une culture pour eux aussi éloignée que ces motards vintage US des années 80

 Philippe Vermes photographe Bikers

focus : artistes français à l’étranger à l’international, plasticien français dans le monde, top 100 des artistes et contemporary-art-market

 

 

un artiste a-t-il une nationalité ?

 
désigner un artiste par une "nationalité" indique que ce créateur a choisi de travailler essentiellement dans cette nation-là, quelle que soit son origine : c’est une désignation culturelle, pas administrative, ainsi :

> Julio Le Parc n’est pas un artiste argentin mais français : né en 1928 à Mendoza, il s’est établi à Paris dès 1958
> Louise Bourgeois était une artiste américaine, pas française : née à Paris en 1911, installée à New York en 1938, elle a été naturalisée américaine
> Huang Yongping est un artistes français : né à Xiamen en 1954, il a quitté la Chine pour la France en 1989 lors de l’exposition Les Magiciens de la Terre à Pompidou ; il travaille à Paris et a co-représenté la France à la Biennale de Venise en 1999
> Pierre Huyghe, présenté comme un français en 29è position mondiale par le Top 100 ArtReview 2015, vit et travaille à New-York, donc pas français...
> Benjamin Vautier alias Ben est 100% artiste français puisqu’il se caractérise par des tableaux écrits (voyez sa rétrospective au Musée Maillol en 2017)

22:02 30/09/2011
Ben, Le Chant du Critique d’Art (courtoisie-Musée Maillol)

 

    quand à l’étranger on parle de "Paris", ce n’est pas de l’espace administratif restreint à 2M d’habitants (une moyenne ville chinoise), mais bien de l’espace culturel du Grand Paris de 10M d’habitants : "Paris est plus une ville de culture que de nature" observe l’artiste Gérard Traquandi ; de même quand on parle d’un artiste de New York, on ne regarde pas s’il vit à Manhattan, Brooklyn ou dans le Bronx...
 

 

Cas plus délicat : celui qui est implanté dans plusieurs pays et y est imprégné de leurs cultures :

> Barthélémy Toguo est installé aussi bien en France qu’au Cameroun (où il a créé une structure d’art) ; il a toujours été très mobile : après des études aux Beaux-Arts d’Abidjan, de Grenoble, de Düsseldorf, il n’a cessé de parcourir le monde ; on dira alors qu’il est un artiste Franco-Camerounais et peut-être même "mondialiste"

malgré son travail prolixe et international, Barthélémy Toguo
s’est donné la peine de créer et d’éditer chez Item à Paris
(anciens ateliers Mourlot) une série de lithographies tirées à un
nombre et un prix raisonnables
Barthelemy-Toguo, litho, 2009, 56x76
(courtoisie Item Ed) / clic=zoom

 
en conclusion la bonne façon de topographier la culture de l’artiste serait celle-ci : "X né à Beyrouth, vit et travaille à Paris et Berlin" ; finie la nationalité, vive la mondialisation !

 

 

 

 

artiste français vivant, dites-vous ?

pourtant la nationalité d’origine d’un artiste a une incidence sur sa vie, du fait de la culture générale à laquelle il est imprégné, au moins au départ de sa carrière : la capacité à communiquer, sa compréhension du marché, son indépendance...

Or "les artistes français sont encore très largement méconnus à l’internationale" : titrait déjà Les Echos en 2011 (1er journal économique francophone) ; les premières places sont squattées par des américains et des chinois, suivis des anglais et des allemands : pourquoi pas les français ?

Est-ce mieux en 2016 (pas de stats en 2017-18) ?
> aucun français dans les top 100 Artprice ; Combas vient en 106è position... mais ce classement vient des ventes aux enchères (par absence d’autres données)

> les français sont mieux placés sur des critères de visibilité artistiques, mais les données datent : en 2012 parmi les 100 premiers figuraient les grands comme François Morellet, Pierre Soulages, Daniel Buren, Sophie Calle, Pierre Huygue et Christian Boltanski et un artiste plus jeune : Anri Sala

> l’appel de Christophe Leroux (plasticien
franco-américain) est tout à fait opportun :
Debout, tôle froissée peinte 2010,
(courtoisie l’artiste) / clic=zoom
 

 

 
nos sources :
1/ l’indice ArtIndex du Journal des Arts : un compte de points sur les expositions internationales, l’importance de ces expositions et leur ancienneté ; c’est un indice de notoriété par opposition aux indices du marché ; les artistes chinois sont peu présents car les expositions en Chine sont mal décomptées
2/ Art review publie en fin d’année son top 100 du monde de l’art (pas seulement des artistes)
3/ Artprice analyse en permanence le second marché de l’art et publie des conclusions anuelles
mais ces analyses coûtent cher et ne sont pas systématiques
 

 

mes boulets d’artiste français :

> je ne parle pas anglais couramment
> je fais de l’art conceptuel ; "l’art français est conceptuel alors que le marché international ne l’est pas" rappelle Antoine de Galbert ; pire, je fais d’invendables installations...
> de culture catholico-gauchiste je n’aime pas l’argent et les marchands d’art sont des siphoneurs !
> comme l’art se bien vend bien à NY, HK car lié au dynamisme économique, eh bien, puisque pour être vu en France il faut d’abord l’être ailleurs, je vais partir et tant pis si je ne serai plus un "artiste français" !

Ces problèmes sont ceux des artistes plasticiens ; dans le design artistique la question ne se pose pas : il y a des stars comme Starck ou les Bouroullec et la plupart des designers travaillent en entreprises (la leur ou d’une marque) et ne sont pas décomptés comme "artistes"

 

 

 

 



à vos petits écrans !

  > le blog d'almanart : curiosité, humour, people, sexy...
 

 

annonces d'événements :


 

profitez de l’été pour faire le plein :

jusqu’au 21 août

> qui est Géant des Beaux-Arts ?


 

blog à part...

 sur vos petits écrans : le blog d’Almanart !
décoiffant, incongru, sexy, people, pas sérieux quoi...

 


 

c’est l’été, j’ôte le haut !

las, on n’est plus dans les 70’s, la plage n’est plus ce qu’elle était...

par contre le bien connu artiste suisse Luciano Castelli vous rappelle ces bons moments avec cette lithographie

disponible chez les Atamanes

 ? qui sont les Atamanes ?


 

amateur, vous êtes aussi vendeur ?

 

  Quel Marteau vous permet de comparer les propositions des maisons de ventes aux encheres sur vos objets (estimations, honoraires..)

gratuit ; comment ça marche ?


 

 

Art Insider, la revue des pros de l’art

clic sur l’image = vous saurez tout


 

suivez nous  :  petits écrans :

 

 

Plans et itinéraires du Grand Paris :
Où sont les quartiers d'art ?

 

 

 

Le "Petit Mot" : 10 micro-newsletter/an, gratuites

abonnez-vous, entrez ici votre ad mel :

aucune autre information n'est demandée

 

 

 

 

Mesure d'audience par :

 

 

 

 

 

Le "Petit Mot"
login (modal) Abonnez-vous, ici
entrez votre mail :

10 newsletter/an, gratuit

 

 

 

 

 

 

nos partenaires :

 

 

 

nos amis en art et design :