la couleur bleue

 

le bleu 

 

 

"Bleu de cobalt rêve de bonheur, d’outremer eau étincelante, zinzolin des nymphéas... Bleu ciel, marine, roi, lagon, myosotis, pervenche, saphir… Bleu de Prusse ombre sur le mur, de Delft le soleil sur le mur, cyan lumière du regard, indigo l’infini du ciel" (référence) …sous une apparente douceur son histoire est très contrastée ; vénéré partout sauf en Occident ou il fut déprécié jusqu’au XIIè siècle par le dogme religieux, il devient populaire au XVIIIè siècle en sortant du symbolisme pour entrer dans le langage courant.
Avec Alphonse Allais et sa "Grande Bleue" c’est la ruée sur la Côte d’Azur, que l’on rejoint en "Train Bleu" à la rencontre de " l’Or bleu " des agences de voyages. Puis c’est l’envahissement, de l’écran bleu de votre ordinateur ou de votre TV à celui de la petite pilule qui élève (!) au 7è ciel ou celui de vos ecchymoses !

Etude réalisée par Claude Maisonneuve

Bleu IKB Klein

simulation du monotoype Bleu IKB 1960 visible au Centre Pompidou

 

  > accueil d’Almanart

> réagissez à cet article

> sommaire couleurs

 

le bleu, une histoire universelle

 

En Occident il a été longtemps dévalorisé : dans l’antiquité, c’est simple : ce n’est pas une couleur ! Il est peu apprécié des Romains : pour eux c’est la couleur des Barbares (les yeux clairs des Celtes et Germains, leur corps enduit de bleu pour le combat ?). Il faut attendre le XIIè siècle pour que le bleu connaisse une vraie promotion..il se met à évoquer le paradis et devient symbole d’espoir et de sérénité.

 

Adami

Adami, vitrail exposé au Centre du Vitrail de Chartres
(courtoisie C.Vitrail) .... clic=zoom
 

Pendant ce temps là toutes les autres civilisations anciennes l’ont vénéré. Dans l’Egypte Pharaonique : les hiéroglyphes de Dendérah montrent des étoffes sacrées en vert, pourpre et bleu ; de splendides objets bleu-vert, bleu égyptien, portent bonheur dans l’au-delà et dominent l’art. La turquoise est dédiée à la déesse de la maternité Hathor, élue des dieux et protège du mauvais œil. Le pectoral du Dieu Horus, d’un bleu puissant, symbolise l’œil qui voit tout, l’œil qui guérit "comme le soleil qui reapparait chaque matin". le bleu des pierres précieuses finement broyées protége les yeux du soleil. Appelé également "anil" l’indigo a donné son nom au Nil, "le fleuve bleu" d’Egypte, rien que cela !
Pour les Perses le monde repose sur un saphir qui donne au ciel son éclat.
L’Arizona et Nouveau Mexique fouillent les collines à la recherche des pierres bleues "qui soudent la terre, le ciel et la mer" : lapis lazuli, saphirs, turquoise… associées à l’éternité, elles apportent aux hommes le sceau protecteur des dieux. Les Navajos lancent la turquoise, "morceau de firmament", dans un lac pour faire tomber la pluie. D’autres tribus la contemplent après la nouvelle lune pour attirer la chance.

En Chine le bleu est paré des vertus de la plante médicinale "l’indigo", de son utilisation en fabrication des papiers huilés à dessins, et en teinture du fameux "bleu de Chine" utilisé aussi bien pour les vêtements populaires que les soiries des mandarins. Les Tibétains, eux, cherchent la turquoise au fond des lacs, trésors protecteurs des eaux et sources.
En Orient on suspend encore la turquoise en guirlande à la façade des maisons ou au-dessus du lit des enfants pour se préserver du malin.
Alors, evidemment, parées de tant de bienfaits, les pierres bleues ont été monnaie d’échange : les plus foncées, réputées les plus bénéfiques, sont les plus chères.

 

l’aube du terme :

 

Le bleu, très peu prisé en Occident ancien a peu de mots pour le définir : dans les textes bibliques en hébreu, araméen ou grec, seul revient le mot "saphir", la pierre préférée des peuples de la Bible. Les langues romanes iront puiser les mots germaniques "blau" et arabes "azraq", et encore le bleu était souvent confondu avec le gris et le vert. Paradoxe : parmi les anciennes formes au 12è siècle on trouve "blo, bloe" : le mot anglais "blue" vient donc du français.

  Alechinsky
Alechinsky, fresque à la rue Mouffetard
et poème d’Yvces Bonnefoy
(courtoisie GMA) .... clic=zoom
 

Il semble que dès l’origine le mot ait désigné une couleur "pâle, blanchâtre" ou "livide, bleuâtre" qui s’applique surtout aux couleurs du visage ou de la peau contusionnée. Il nous en reste "une peur bleue" qui nous ferait devenir livide, quant au bifteck, on continue de le vouloir "bleu", à savoir quasi saignant.
Cette pauvreté linguistique contraste avec l’infini des nuances de bleu : du plus clair au plus foncé, du plus azur au plus nuit, du plus profond au plus mystérieux, travaillé pur ou mélangé, de jour ou de nuit, il se fait turquoise ou bleu nuit, violet ou vert profond. Une palette que les impressionnistes nous ont fait redécouvrir.

C’est au XIIè siècle que le bleu se révèle couleur de mer et de ciel, pur, clair ; il se met à véhiculer en Occident une image de liberté ; il nous en reste la zone bleue ou la Carte Bleue (même si notre époque bling-bling l’a virée au Gold…), et d’irréels petits nuages qui "nous mettent dans le bleu" où l’on n’y "voit que du bleu" !

 

une fabrication difficile

 

Difficile à produire et mal aimé chez nous, les progrès de sa fabrication sont faibles jusqu’au 12è siècle. Le bleu des Egyptiens était fabriqué à base de cuivre, selon une formule que l’on cherche encore, sans succès. Pourtant nombreux sont les colorants :

 

> origine végétale : jusqu’à 21 familles de plantes sont source de bleu ; les pétales de thapsia donnent l’ancienne couleur "lucalin", les sucs de violette un azur plus sourd, les fruits de l’héliotrope le bleu de tournesol. Et ainsi de toutes sortes de fleurs : bleuets, myrtilles, érable, iris, pavot, isatis,… qui écrasées, séchées, retrempées et associées à des onguents, à la gomme, à l’alun, donnent la gamme des "pastels" dont la culture devient une branche florissante de l’agriculture au XVIIIè siècle. La guède donne un bleu assez pâle, délavé, peu résistant à la lumière. Un bleu foncé, violet, superbe, s’obtient avec l’indigo, connu depuis le néolithique dans les régions où pousse l’arbuste "indigotier" (Inde, Moyen Orient, Afrique), mais l’importation en fut interdite en Europe pour protéger le pastel des Européens jusqu’en 1737 ! Aujourd’hui le règne du pourrissement végétal a fait place à des compositions carbonées organo-métalliques

Philippe Cognée
Philippe Cognée, Médina Bleue, aquarelle, 2004
(courtoisie P.Cognée) .... clic=zoom

 

> origine minérale : le bleu azur obtenu à partir de la pierre azurite, très cher et précieux, fut longtemps réservé à la peinture du manteau de la Vierge Marie et des vêtements royaux. Le lapis lazuli (silicate du groupe des feldspathoïdes, si, si !) est très beau mais aussi cher à produire que l’azurite (ou armenus) provenant d’Arménie : mêlés à des cires et résines, ils ont donné les belles "cendres bleues" déjà connues des Romains, mais instables elles ont souvent viré au vert. Le bleu de smalt, issu d’une pierre noire travaillée et mélangée, a produit le bleu de la verrerie syrienne, des céramiques iraniennes, des mosaïques et porcelaines avant de devenir la couleur préférée de Léonard de Vinci

> origine chimique : les pigments viennent de l’oxyde de fer et du sulfure de mercure. Au XVIIIè siècle un chimiste allemand crée un bleu foncé, le fameux "bleu de Prusse", par hasard en voulant faire… un rouge : ayant mélangé du sulfate de fer avec de la potasse de mauvaise qualité, il obtient un bleu magnifique mais instable à la lumière et destructible par les alcalis ; toutefois son pouvoir colorant est très élevé et il se mélange. Cette invention fera le bonheur des peintres, le bleu de Prusse est moins cher que l’indigo dont on vient de libérer l’importation .. trop tard ! Le bleu de smalt deviendra bleu de cobalt quand un chimiste réussira à fabriquer le pigment à partir du minerai de cobalt en 1802. Le XXè siècle va révolutionner la peinture par la richesse des couleurs et la mise au point de leur conditionnement en tubes, les impressionnistes et des Fauves vont en profiter ; notamment le cobalt et l’outre mer vont dominer les palettes bleues de Gauguin ou de Van Gogh.

 

le bleu fait rêver tous les artistes

 

chez les anciens : au XVIIè siècle, les tableaux religieux du catholique puis janséniste Philippe de Champaigne comportent souvent des bleus lumineux, témoins de la lumière du ciel ; comme le belge et catholique Rubens, il montre une palette de couleurs chaude et forte ; alors que le calviniste Rembrandt a une palette plus sobre, avec des bleus effacés

 images : de gauche à droite) ... clic=zoom

 

  Philippe de Champaigne   Rubens  

Rembrandt

 

chez les modernes les couleurs se débrident :

 

 

> né au début du XXè siècle, Blaue Reiter est-il un mouvement exclusivement dans le bleu ?
Pas du tout, ce groupe fondé par Franz Marc et Kandinsky en 1911 à Munich, s’est appelé Der Blaue Reiter (le cavalier bleu) en référence à leurs deux dadas (!) : les chevaux et cavaliers, et la couleur bleue ! Le bleu y est utilisé abondamment, mais comme les autres couleurs vives, surtout par Marc qui était proche des Fauves, puis par Kandinsky lorsqu’il est passé à l’abstraction

Franz Marc, Grands Cheveaux Bleus, 1911
(courtoisie Walker Art Center) .... clic=zoom
 Franz Marc

> Delacroix, très sensible à la correspondance entre les notes et les couleurs, fera l’éloge de la "note bleue" qu’il retrouve dans la musique de Chopin : elle représente pour lui la transmission plastique d’un climat poétique et esthétique. Cette note musicale jouée ou chantée avec un abaissement d’un demi-ton donnera au jazz et au ’blues" toute sa sonorité, sa couleur musicale et donnera son nom au célèbre label de jazz "Blue Note Records".

 

c’est chez les fondateurs de l’art contemporain, que le bleu éclate littéralement :

 

notamment, le génial et volontiers farceur Yves Klein est en 1957 l’inventeur (puis l’astucieux breveteur en 1960) d’un bleu particulier appelé IKB (International Klein Blue) dont Vikipedia propose une formule (sous toutes réserves). Cet extraordinaire azur, paradoxalement lumineux et sombre, fascinant, Klein l’a d’abord fait vibrer sur des toiles monochromes ; puis il l’a décliné sur quantités d’objets-sculptures (mappemondes, Vénus de Milo…), que vous pouvez admirer au MAMAC de Nice, sa ville natale, ou au Centre Pompidou. Faites clic mais… rassurez-vous, votre ordinateur n’a pas planté !
Même la déclaration du mouvement des Nouveaux Réalistes , auquel Klein a appartenu comme co-fondateur, a été écrite à la craie, principalement sur papier bleu (en 7 exemplaires, et une sur papier rose, une sur papier doré, les autres couleurs fétiches de Yves Klein).

une des déclarations manuscrites du groupe des NR 
(sous réserve accord attendu des ayants-droit de Klein)

 

 déclaration du mouvement des Nouveaux Réalistes

les artistes actuels :

utilisent le bleu dans le même esprit de bonheur, comme ce Vitrail de Adami à la cathédrale de Chartres qui irradie à la tombée de la nuit, cette fresque d’Alechinsky qui illumine l’arrivée au quartier Mouffetard, cette aquarelle de Philippe Cognée qui traduit la vibration de la Médina dans le crépuscule silencieux, ou enfin cette mystérieuse diapo printée de Vassiliev, toutes oeuvres visibles ici sur cette page.

 

une riche symbolique

 

Comme elle est très contrastée, il faut différencier avant et après le XIIè siècle :
 - avant, cette couleur ne jouait aucun rôle dans la vie sociale ou religieuse ; elle avait même mauvaise réputation : avoir les yeux bleus rendait les hommes ridicules et témoignait des mœurs légères des femmes
 - après, le bleu fut un enjeu religieux et royal : l’abbé Suger, homme de science, pense que la couleur est lumière donc relève du divin ; quand il fit reconstruire l’abbatiale de Saint Denis en 1140 avec des couleurs partout, il n’oublia pas le bleu.

> symbole religieux :
un changement profond dans la symbolique religieuse s’étend entre le XII et XIIIè siècle, faisant apparaître le Dieu des Chrétiens comme dieu de lumière qui vient du ciel ; alors les trois couleurs traditionnelles (blanc, rouge, noir) vont s’enrichir d’une quatrième, qui va connaître une reconnaissance spectaculaire en devenant la couleur "qui dissipe les ténèbres". Le Bleu devient un phénomène de société qui va diviser les hommes d’Eglise et bouleverser la symbolique de cette couleur. Les ciels se peignent d’un bleu qui se répand sur les vitraux et les œuvres d’art. La vierge Marie se rhabille de bleu (elle était jusque là en sombre, pleurant le deuil de son fils martyr) et bien entendu le Roi de France aussi : Philippe Auguste et Saint Louis les premiers, alors qu’avant eux c’était inconcevable : il nous en reste la couleur "bleu-roi" ! Les Seigneurs s’y mettent et le bleu devient une mode aristocratique. La vague moraliste en fin du Moyen Age qui va provoquer la Réforme, n’entamera pas la carrière du bleu puisque les réformateurs le conservent dans la palette des couleurs "dignes" avec le blanc, le noir, le gris, le brun (quelle gaieté !).

 

Alexei Vassiliev

 

> symbole économique :
Le bleu alors se diffuse dans le vêtement aussi bien féminin que masculin dans toute l’Europe protestante avec ses conséquences économiques : on ne peut plus se passer du bleu céleste et limpide… et l’on fera une guerre sans merci à la couleur rouge, qui ruinera ses fabricants ! La guède, mi-herbe mi-arbuste, colorant bleu artisanal, voit sa demande exploser ; la culture de ces boules appelées "coques" devient industrielle et fait la fortune de régions telles que la Thuringe, la Toscane, la Picardie, le Toulousain, d’où l’expression pays de "cocagne" ! On dit que 80% de la cathédrale d’Amiens (XIIIè) ont été payés par les marchands de guède. C’est seulement la libéralisation de l’importation de l’indigo au XVIIIè siècle qui bouleversera ces régions, en faisant la fortune des marchands et des ports tels que Bordeaux.

 

Alexei Vassiliev, Etude 5, 2008 ; représenté par la galerie Bluie Square, Paris ....
(courtoisie A.Vassiliev) .... clic=zoom

> symbole politique :
en France, le bleu fut la couleur naturelle (liberté !) des Républicains qui s’oppose au blanc des Monarchistes, au noir du parti Clérical, et au rouge des Révolutionnaires. Après la première guerre mondiale il est devenu conservateur, il nous en reste le bleu horizon de la gendarmerie et de la police. Le bleu, consensuel par essence, fait l’unanimité comme symbole de consensus et paix : il devient la couleur des organismes internationaux : Unesco, ONU (les Casques Bleus), Union Européenne

> symbole de distinction :
d’aura divine ou royale, nous sont restés ces symboles du mérite : carton bleu, ruban bleu… Chez vous, qui est le cordon bleu ?

> symbole de naïveté :
gare à vous si vous n’y voyez que "que du bleu"...la tromperie n’est pas loin. Etre dans le bleu, par référence à l’azur du ciel, c’est rester dans l’irréel, dans les nuages dans le flou ou dans l’ignorance. Quant au familier "les bleus" il désigne les débutants ou la jeune recrue (la bleusaille car les jeunes des classes populaires arrivaient habillés de blouses bleues) et, par extension, le jeune recruté en entreprise ("un bleu") ; dans les usines canadiennes on désigne les ouvriers habillés de bleu par "cols bleus" par opposition aux "cols blancs" ; ce bleu de travail, de grosse toile teintée à l’indigo bon marché, s’est décliné aujourd’hui en Jeans, symbole populaire devenu l’uniforme de tous donc de personne, on est très loin du symbole royal !

 

plus d’info :

 

> référence à lire : Agnès Rosenstiehl, Bleus air, eau, ciel, Ed. Autrement, 2001, Petite Collection de Peinture

 

 



 

annonces d'événements :


 

 

 jetez-vous l’eau : achetez votre billet !

pour fotofever paris novembre 2016
coupe-file, discussions, visite guidée par un expert...
 


 

 

les animaux d’André Margat

sont chez Les Atamanes

André Margat, artiste animalier reconnu dont le succès a débuté dans les années 30 ; en 1932 il expose avec Pompon chez l’ébéniste Ruhlmann

 ? qui sont les Atamanes ?

 


 

Sensual Paintings :

c’est le titre de la nouvelle exposition de 5 peintres de talent à la

Concorde Art Gallery, la galerie érotique de Paris

du 4 juin au 31 juillet

de 11 à 20 heures

   
 

 

l’Homme d’Ombre et de Lumière

 
 ? qui est
Double S ?

titre des dessins originaux et curieux au fusain du chinois Wu Xiaohai, avec parfois des saynètes sur des rouleaux de plusieurs mètres

vernissage public le 13 juillet

à la Galerie Double S, ouverte tout l’été
 


 

 

un moteur => toutes les ventes !

le plus puissant moteur de recherche d’objets d’art
100 maisons de ventes aux enchères francophones
sont déjà partenaires

 


 

le Graffiti Art est à Bordeaux

les tableaux de légende 1970-1990 de la fameuse collection Gallizia sont à
l’Institut Culturel Bernard Magrez

 

la collection Gallizia, qu’est-ce ?

 


 

suivez nous  :  petits écrans :

 

 

Plans et itinéraires du Grand Paris :
Où sont les quartiers d'art ?

 

 

Le "Petit Mot" : 10 micro-newsletter/an, gratuites
Abonnez-vous, entrez ici votre ad mail :
aucune autre information n'est demandée

 

 

 

Mesure d'audience par :

 

 

 

 

 

Le "Petit Mot"
Abonnez-vous, ici
entrez votre mail :

10 newsletter/an, gratuit

 

 

 

 

 

 

nos partenaires :

 

 

 

nos amis en art et design :