votre rôle face au droit de l’art

 

le droit d’auteur vous concerne, quels que soient le ou les rôles que vous jouez dans le monde de l’art : artiste, collectionneur, organisateur d’événements, galeriste, conservateur, agent ou marchand, éditeur, éducateur.

Cette rubrique a été créée en collaboration avec le cabinet Carbonnier, Rasle & Lamaze à Paris.

 

 

dans quel rôle vous situez-vous ?

 

 

l’actualité du droit illustré par une exposition :

> ce Vagin de la reine écope d’un procès ! pourquoi, par qui ?
> par les élus de Familles Avenir (sic) de Versailles, qui demandent "le retrait immédiat des gravats et saisissent le procureur de la République" pour "enlever ces pierres, gravats et déchets métalliques..." !
> ce tas de gravats est une oeuvre de Anish Kapoor, invité au Château, qualifiée par lui-même de "Vagin de la reine qui prend le pouvoir" ; Anish Kapoor avait prévenu d’inviter le chaos à Versailles ; ainsi cette oeuvre qui, malgré son aspect chaotique, est millimétrée ; ce Dirty Corner (’coin sale’) est posé en plein milieu de la pelouse, choquant comme un furoncle ! car dans ce parc immaculé "on a l’impression que le jardinier royal a éliminé les aspects de la vie qui ne sont pas acceptables : le désordre, le déclin, la sexualité" explique l’artiste qui veut rappeler une réalité, celle cachée derrière les bosquets où l’on médisait, complotait, déféquait et baisait...
> c’était dans les jardins du Château de Versailles, l’été 2015

Anish Kapoor, vagin de la reine

Anish Kapoor, Dirty Corner, in-situ, 2015 (courtoisie Galerie Continua)
 
 

 

 

> accueil d’Almanart

> sommaire juridique

> réagissez à cet article


focus : juridique : exploiter exploition d’une oeuvre d’art, contrat d’exploitation en art, droit artistique, utilisation montrer oeuvre d’art

 

je suis professionnel, comment "exploiter" une oeuvre ?

il vous faut passer un contrat d’exploitation comprenant la cession totale ou partielle des droits, et précisant :
> les parties concernées
> chacun des droits cédés, totalement ou partiellement
> la destination (but de l’opération)
> le mode et lieu d’exploitation
> la durée d’exploitation
> la rémunération et son mode : proportionnel ou forfaitaire.
Attention  : sans document écrit et signé des deux parties, il n’y a pas cession.

 

comment faire ?

de toutes façons il vous faut passer un contrat d’exploitation avec l’artiste ou ses ayants droits, et pour la rémunération des droits, deux voies sont possibles :
> si l’artiste n’adhère pas à l’ADAGP, la négocier avec lui
> s’il y adhère, vous pouvez acheter directement les droits à l’ADAGP ; alors vous devez vous adresser à celle-ci pour obtenir son propre accord et ses tarifs, par un aller-retour d’un formulaire en ligne.
Dans tous les cas de présentation d’une oeuvre, vous devez mentionner au moins le nom de l’artiste en regard de l’image.

 

où vous adresser ?

> soit à l’AGAGP : si l’artiste y est inscrit (son site liste tous ses membres) ; s’il n’y est pas, c’est inutile car il est censé s’occuper lui-même de ses droits
> soit directement à l’artiste ; mais s’il est inscrit à l’ADAGP, vous devez aussi contacter cet organisme
> et si l’artiste réside à l’étranger, c’est le droit de son pays qui fait loi ; la CE harmonise ses procédures  ; soyez prudents avec les américains...

combien devrais-je payer pour les droits ?

pour un artiste non inscrit à l’ADAGP, à vous de voir, c’est négociable. Pour connaître les barèmes de l’ADAGP il faut s’adresser à elle ; voici ses principes de tarification, le montant est :
> proportionnel aux recettes d’exploitation lorsque celle-ci est durable et mesurable ; c’est le contrat qui fixe les montants et modalités
> forfaitaire lorsque l’exploitation est isolée (une conférence, article de presse...), ou lorsque le support est consacré à un seul auteur ; ce sont alors les barêmes de l’ADAGP (ou d’un autre organisme) qui prévalent.

 

pour ce qui concerne l’ADAGP, les tarifs forfaitaires dépendent :

> du type de média :
- pour le web : du nombre de pages vues par mois
- pour les supports papiers : de la surface d’illustration (pleine ou 1/4 de page...) et du tirage

> de la catégorie de l’exploitant :
- un organisme non lucratif (éducation, information, promotion de l’artiste...) paie moins cher
- l’usage d’oeuvres en publicité est le plus cher
- le tarif est fdortement dégressif selon le nombre d’oeuvres
- rappelons que la TVA est due en plus.

En pratique :
voici un ordre de grandeur des prix forfaitaires de l’ADAGP (2007) :
> pour un livre tiré à 10 000 exemplaires, une oeuvre couleur en 1/4 de page vous coûtera environ 90 € HT ; s’il y a 10 oeuvres, c’est 10 fois plus
> pour un document tiré seulement à 1000 exemplaires, l’oeuvre couleur 1/4 page vous coûtera environ 70 € HT ;
> dans certaines conditions (publication à compte d’auteur, bénévolat, enseignement...) une remise de 20 à 50% peut être consentie
> pour le web : un site éducatif présentant 15 oeuvres en tout paiera environ 30€ HT par mois ; un site de vente présentant 150 oeuvres paiera environ 300 € HT par mois.

 

 

je suis éducateur, enseignant, suis-je aussi soumis ?

 

quelques petits aménagements :

vous êtes soumis, mais vous aurez quelques petits avantages :
> l’ADAGP pratique des tarifs moins élevés
> les photocopies bénéficient d’un tarif bas et les moins de 20 semblent libres
> dans certains cas "on ferme les yeux" (conférences, cours...) mais ce n’est qu’une tolérance
> la jurisprudence dispose de quelques cas spécifiques : consultez un avocat et... prudence !
> prudence aussi car la législation s’armonise dans la CE et les lois comme les usages peuvent changer.

 

mais le droit est trop pesant !

Almanart estime que le domaine éducatif et enseignement devraient être exonérés du paiement de ces droits :
> au nom du créateur qui, souvent, souhaite moins se faire payer que de se faire connaître

  > au nom du développement de l’art contem-porain, situé en queue de la culture française...
> au nom de la formation et l’information du public, qui doit être faciles d’accès.

Faute de quoi les effets pervers sont connus :
> voyez en littérature et musique où les éducateurs qui copient sont, par leurs besoins, poussés dans l’illégalité
> l’effet se fait sentir dans les livres, où l’on préfère montrer des artistes étrangers que des français (voir l’interview), et...
> ...pire, l’on montre de préférence des auteurs anciens libres de droit, ce qui accentue encore le mauvais réflexe "rétroviseur" en culture

 

je suis artiste, comment puis-je bénéficier de ce droit ?

 

où vous inscrire ? > liste des organismes

de préférence à l’ADAGP ; adhérer ne vous coûtera qu’environ 15 € HT (2007) ; vous devez soumettre un dossier de vos activités et références artistiques (comme le CV que vous faites pour une exposition).

Dans certains cas particuliers décrits plus haut vous pouvez aussi vous adresser au SCAM, à la SACEM ou au CFC.

L’INPI (Institut de la Protection Industrielle) peut vous intéresser dans des cas inhabituels en art : l’invention d’un procédé nouveau, la création d’un logo, dessin ou modèle à déposer.

En pratique :
vous pouvez prouver l’antériorité de votre oeuvre ou votre procédé par un simple enregistrement de l’existence de cette création à une date initiale, ceci en déposant dans une enveloppe scellée agréée la preuve de cette existence à une date donnée ; attention, ce n’est pas une protection mais une précaution utile dans certains cas, lorsque notamment vous débutez une oeuvre et n’avez pas le temps de faire de la paperasse.
Ce dispositif est proposé à l’INPI, l’ADAGP et quelques autres instances comme un officier ministériel, huissier ou un notaire, mais ils n’auront aucune capacité à vous défendre, il ne pourront que montrer une preuve.

 

L’oeuvre d’art comporte parfois des animations, simulations ou même jeux logiciels : si vous êtes auteur d’un logiciel spécifique et original qui fait partie ou qui a servi à la création de l’oeuvre, nous vous suggérons de le faire aussi déposer sur CD à l’APP qui en assurera une protection très efficace au besoin. Il vous en coûtera environ 200 € HT la 1ère année et 100 les autres (2007).
Rappelons qu’un logiciel n’est pas brevetable en France, mais il l’est aux USA.

Si votre oeuvre comprend une partie audio-visuelle conséquente, il vous faudra décider de déposer soit à l’ADAGP, soit à la SACEM, cela dépend de la proportion respective et de l’usage commercial que vous envisagez de l’oeuvre ; nous vous suggérons de demander conseil à ces deux organisations.

Enfin si vous avez créé une oeuvre dite composite ou de collaboration, la meilleure précaution envers des contestations ou difficultés ultérieures est de se mettre d’accord entre auteurs sur un texte co-signé décrivant les parties respectives, voire de passer entre vous un contrat.

 

En pratique :
Nous savons bien sûr vos réticences les procédures administratives ; mais nous savons aussi que beaucoup deviennent plus attentifs dès que le succès devient palpable (sic), alors autant avoir pris des dispositions avant de se disputer entre soi, avec son marchand, ou pire entamer un procès incertain, coûteux en temps, en efforts et en amour-propre.

 

le statut d’artiste est-il nécessaire ?

non car il ne régit que les aspects sociaux, comptables et fiscaux.

 

je veux promouvoir un artiste !

 

 

vous aurez quelques faibles avantages, comme les enseignants  ; mais certains usages courants semblent admis, bien que non reconnus légalement :

> rappelons qu’il faut distinguer les artistes ayant adhéré à un organisme de gestion des croits et les autres, libres de ne pas réclamer l’application du droit en leur égard

> les espaces qui exposent s’accordent avec l’artiste pour libérer temporairement des oeuvres du droit patrimonial, afin que les medias annoncent l’événement en l’illustrant

> un media peut convenir avec un artiste de montrer des oeuvres dans le but d’assurer sa promotion, mais les droits d’auteurs restent en principe dus ; s’il s’agit d’un artiste débutant, que la promotion n’est pas commerciale et que l’action reste limitée, les poursuites sont très rares, mais reste dans le domaine de la tolérance

> notre suggestion est d’inverser le procédé : que l’artiste s’auto promeuve en diffusant lui-même des images de son travail, quitte à se faire aider par un tiers (un média, attaché de presse, une agence...)

> les reproductions dans un catalogue de vente judiciaire sont soustraites à l’accord de l’auteur comme au paiement du droit d’auteur.

Un conseil :
dans tous les cas douteux soyez prudent, consultez un avocat ou demandez conseil à l’ADAGP ; veillez toujours à respecter le droit moral en citant notamment l’auteur et en ne dénaturant pas ses oeuvres.

 

je suis bénévole, suis-je concerné ?

oui, mais il y a une tolérance.

 

je suis collectionneur et sollicité pour exposer !

 

dans un lieu privé et pour un cercle fermé de regardeurs : vous êtes libre ; mais dès lors que l’exposition est publique, vous devenez exploitant ; alors :
> obtenez l’accord de l’artiste, qui reste le propriétaire moral : lui seul (ou ses ayants droits) peut accepter ou non de voir représenter son œuvre dans les conditions que vous prévoyez
> obtenez de lui (ou de l’ADAGP si elle le représente) une cession temporaire des droits matériels
> payez le droit à l’auteur ou à l’ADAGP, mais le créateur non inscrit peut y renoncer ; l’ADAGP parfois ferme les yeux, ne souhaitant pas aller contre l’intérêt des artistes ; mais attention ce n’est qu’une tolérance !

vous prêtez pour une grande exposition ?
bravo : l’organisateur s’occupera des formalités et paiera les droits d’exploitation et d’assurance ; mais vérifiez que ce soit écrit

vous louez l’oeuvre ?
aAttention vous devenez exploitant commercial puisqu’il y a rémunération ; veillez à ce que l’acquéreur temporaire s’occupe de toutes les démarches légales.

En pratique :
ne faites RIEN sans signer un accord, même succinct et sur un coin de table, pour pallier aux risques vis-à-vis de l’artiste, de la loi et des assurances.
Sachez qu’en droit, d’une manière générale :
> la bonne foi est un élément important dont les magistrats tiennent compte
> nul ne devant ignorer la loi (même si c’est impratiquable en France...), c’est presque toujours à vous de "faire la preuve" de votre bonne foi en cas de plainte, d’où l’usage peut-être exagéré du parapluie.

 

 

 voyez aussi :



à vos petits écrans !

  > le blog d'almanart : curiosité, humour, people, sexy...
 

 

annonces d'événements :


 

ouverture de l’après-vente
multiples art urbain et contemporains

après les enchères du 18 avril chez Blanc-Manteaux Auction il reste de belles pièces en "après-vente" :

 

ci-dessus, un emblématique "C215 !

jusqu’au 2 mai !  __  ? qui est Blancs-Manteaux ?
 


 

 dans un mois : le Sm’Art !

le Sm’art est le premier salon d’art contemporain de la région PACA ! avec des nouveautés
dans un beau parc à Aix en Provence

SM’ART : du 11 au 15 mai

 ?? qui est Sm’Art Aix ??

 


 

le parcours fotofever paris est né !

 
"fofofever start to collect"
crée le parcours guidé des galeries partenaires : visites, guide-conseil...

une innovation pour bien débuter une collection

mois de la photo 20/04-01/05

 ? qui est fotofever  ?


 

Larousse décrypte Picasso

une méthode originale pour "lire" Picasso,
à un prix modique :
parcours du peintre, savoir lire trente oeuvres

 

Lire la Peinture de Picasso

 


 

des services personnalisés
pour les amateurs
et les collectionneurs !

 



 

suivez nous  :  petits écrans :

 

 

Plans et itinéraires du Grand Paris :
Où sont les quartiers d'art ?

 

 

 

Le "Petit Mot" : 10 micro-newsletter/an, gratuites

abonnez-vous, entrez ici votre ad mel :

aucune autre information n'est demandée

 

 

 

 

Mesure d'audience par :

 

 

 

 

 

Le "Petit Mot"
Abonnez-vous, ici
entrez votre mail :

10 newsletter/an, gratuit

 

 

 

 

 

 

nos partenaires :

 

 

 

nos amis en art et design :