glossaire des termes d’art

 

 

> accueil d’Almanart

> glossaire de la photographie
> un dictionnaire des BA gratuit


 

 

soit cliquez sur le mot :

. abstrait . académie . accrochage . Adagp . anamorphose . à-plat . App . apprêt . aquarelle . aquatinte . artiste . argentique . auteuravant-garde . ayant droit . bankable . baroque . bas-relief . bauhaus . brevet . brut (art) . bistre . calligraphie . cartel . catalogue . Cfc . chalcographie . cimaise . circa . classique . cliché-verre . contemporain . contrefaçon . collective (oeuvre) . contretype . composite (oeuvre) . copie . copie privée . cote . curateur . critique d’art . crayon Conté . dation . depôt légal . détrempe . dibond . diptyque . dripping . eau forte . écoles . enchères . encollage . entoilage . épreuve d’artiste . Diasec . estampe . esthétique . estomper . ex-libris . fac-similé . faux . format . folles enchères . fondation . fondu . French touch . fresque . fusain . événement . genres . genre (scène de) . glacis . gouache . gothic . gravure .graphite . graffitisme . happening . haut-relief . imprimatur . in-situ . Inpi . Interdeposit . installation . ISF . jurisprudence .kitsch . lettrage . laque . lap . lavis . leporello . ligne claire . linogravure . lithographie . logo . lot (enchères) . marché (premier, second...) . marine . maître . maroufler . mécènat . Merz . moderne . modeste . monochrome . monotype . motif . mouvements . multiple . naïfs . non-objectif . numérique (art) . oeuvre . offset . original . palette . palimpseste . parrainage . parodie . pastel . pastiche . Peintre-de-la-Marine . peinture . performance . photo . photo d’art . pinacothèque . pochade . pochoir . pompier . post-graffitisme . préemption . premier marché . primitivisme . print . ravalement . romantisme . ronde-bosse . ready-made . réalité augmentée . reliefs (haut, bas) . reproduction . retable . retirage  . rococo . Sacem . sanguine . Scam . sculpture . second marché . sellette . sfumato . signature . situ (in) . sponsoring . sténopéstoryboard . styles . Svv . tag . taille douce . texture . tableau-sculpture . tempera . tirage . tondo . transversalité . triptyque . TVA . unique (pièce) . vanité . vernissage . vidéo . vidéogramme . vintage . VJ (veejay) . wall power . writing . xylographie .

 

 

 

soit cherchez par ordre alphabétique :

 
abstrait

genre d’oeuvre ne représentant rien de concret, aucun motif, que l’expression de sentiments.
 : les styles et genres modernes

 

> haut

accrochage

acte de mise sur cimaise des tableaux d’une exposition et, par assimilation, journée précédent le vernissage

 

> haut

académie

exercice plastique selon un modèle vivant : une figure peinte ou une sculpture du modèle ; depuis la naissance des Ecoles des Beaux-Arts, désigne son enseignement

 

> haut

anamorphose

déformation du motif d’une image issue d’un procédé optique ou géométrique qui fait que le motif ne peut être reconnu que dans certaines conditions (position du regardeur par rapport à l’image, reflet, etc)

 

> haut

apprêt

préparation prélalable du support à peindre par une couche épaisse faite d’un mélange d’huile et de blanc ou, autrefois, de chaux et colle ; actuellement les toiles sont souvent vendues déja apprêtées

 

> haut

artiste

it’s "somebody who products things that people don’t need to have, but that it ... he thinks it would be a good idea to give them", (auto ?)-définition d’Andy Warhol. (un artiste est quelqu’un qui produit des choses dont les gens n’ont pas besoin, mais qu’ils pensent pouvoir offrir)

 

> haut

à-plat
ou aplat

n’a aucun rapport à un artiste épuisé, désigne une couleur pure appliquée de manière plate, continue, cohérente, sans effet ; mode très utilisé par les Nabis

 

> haut

auteur d’une oeuvre
(et droit d’auteur)

l’auteur d’une oeuvre (quelle qu’elle soit : plastique, musicale, littéraire, vidéo, logicielle...) est son créateur, sachant que juridiquement une oeuvre d’art doit "être exécutée de la main de l’artiste ou sous son contrôle", contrairement aux objets de collection et d’antiquité.
Le droit d’auteur dont bénéficie le créateur est attaché à l’oeuvre et transmissible que partiellement

 

> haut

avant-garde
(art)

à la période moderne puis contemporaine, les "avant-gardes historiques" désigne tous les styles et mouvements du 20è siècle qui ont bouleversé l’art classique.

Actuellement celà exprime un art expérimental, à la recherche de moyens, de styles, de techniques d’expressions nouvelles qui veulent rompre avec l’art établi ; l’intérêt pour vous qui contemplez de telles oeuvres est d’avoir une idée sur ce qui va venir dans le futur ; mais la communication commerciale abuse de ce terme qui, appliqué à toute oeuvre qui se veut original, devient banal

 

> haut

ayant droit

(pluriel : ayants droits) ; personne ayant un droit ; en art, désigne l’héritier des droits d’un créateur

 

> haut

bankable

savoureux néologisme désignant des artistes gros producteurs de fric pour leurs soutiens (galeries, agents, collectionneurs...) ; exemples : Murakami, Hirst...

 

> haut

Bauhaus

terme allemand qui se prononce ’baohhaouz’, merci !
nom de l’école révolutionnaire du Bauhaus à Weimar, qui prônait entre les deux guerrre l’intégration dans un même enseignement de l’art, du design et de l’architecture en rapprochant art pur et art industriel et populaire

 

> haut

baroque
(ou rococo)

style théâtral surchargé de détails, fioritures et ors, né au XIIIè siècle en Italie et utilisé par l’église catholique comme moyen fort pour frapper les esprits communs ; puis s’est développé pour les mêmes raisons en Europe et en Amérique latine où il s’est fortement implanté sous des formes dérivées locales ; cette manière s’est étendue aussi en architecture, musique et littérature

 

> haut

bistre

couleur gris-beige, entre brun et jaune

 

> haut

brut (art)
et
l’art singulier
ou
outsider art

l’art brut a été défini par Jean Dubuffet en 1949 en s’inspirant parait-il du champagne brut, le plus pur ; l’art brut se révèle parfois austère, exclusif, fréquenté par des passionnés pointilleux, situé dans la transcendance, "dans le vrai" ! ce qui sous-entend qu’en art ce n’est pas toujours le cas...

l’art singulier est notre définition préférée, car elle englobe tout sans sectarisme : les artistes de l’art brut, les non-artistes de l’étrangeté (qui conduit par exemple aux Cabinet de Curiosités) et toute la création aux frontières de l’art académique

 

> haut

cartel

étiquette ou plaquette apposée à côté d’une oeuvre exposé dans un espace et l’identifiant : artiste, titre, date, technique, dimensions, provenance.
Fait l’objet parfois de mauvais traitements...

 

> haut

cimaise

à l’origine désigne une moulure sur un mur qui autrefois servait d’appui à une rangée de tableaux à hauteur d’yeux ; une cimaise par extension désigne donc un mur d’une salle d’exposition ;
si on déplore de voir des murs dépourvus de cimaise, bien pires sont les cimaises sans tableau...

 

> haut

circa

signifie simplemement "environ" pour une date ; terme qui n’est pas propre à l’art mais qu’on voit souvent dans les catalogues de vente, exemple : "Nom de l’artiste, Titre de l’oeuvre, circa 1922" signifie que l’oeuvre non datée est estimée par un tiers aux environs de 1922, ou bien que cette date n’est pas certaine

 

> haut

classique
(art)

qui se réfère à l’art grec ancien qui a fondé les critères classique de beauté plastique, notamment en sculpture de l’humain (Praxitel...) et en architecture (nombre d’or déterminant les proportions...), remis en avant notamment à la Renaissance.
Est devenu une référence philosophique ; par exemple : "se dit d’une oeuvre d’art qui parvient à survivre à son temps et à tous les temps" (Massimo Bontempelli, écrivain de l’époque du Novecento) ou : "est un contexte de mémoire, de continuité, de stabilité, pour accueillir l’art contemporain" (Jean-Marc Bustamante, plasticien contemporain français)

 

> haut

contemporain
(art)

la période contemporaine par définition ethymologique est l’actuelle, celle des acteurs vivants ; mais en art on la positionne relativement à la période précédente, la période moderne ; celle-ci s’achève en occident à la fin de la prépondérance parisienne, par la guerre, remplacée par l’influence américaine dès les années 50 ; c’est donc à l’après-guerre que débute la période dite contemporaine.
La fin du "contemporain" est celle du décès de chacun de ses artistes -échéance indéfinissable- ; et comment définir l’après "contemporain" ? la meilleure réponse est celle d’une rupture : l’art dit "actuel" (nouvelle appellation pour une nouvelle période) montre une autre manière d’aborder, de vivre, de produire l’art

 

 :
> "contemporain" : une définition pas si simple !

> haut

contrefaçon

reproduction d’une oeuvre originale (condition nécessaire) sans l’autorisation de son auteur ; cela concerne aussi la transposition ; la reproduction implique imitation de l’original.
Le problème de la ressemblance pose celui de l’inspiration qu’un artiste aurait d’une oeuvre antérieure : il serait préférable que l’artiste précise "hommage à..." pour signifier qu’il n’a pas l’intention de contrefaire mais d’honorer, et évite qu’il y ait confusion entre les oeuvres par le regardeur ; à noter qu’est tolérée la reproduction pour dérision, à condition que ce but soit clair

 

> haut

copie

duplication (par offset, sérigraphie, moulage, fichier...) d’une oeuvre initiale, limitée en nombre ou non, avec l’assentiment de l’artiste ou de ses ayants droit.
Si le tirage est très faible et si l’artiste créer, contrôle et signe l’oeuvre,elle est appelée originale. Une copie peut être signée par l’artiste, mais alors ne doit être confondue avec les originaux : voir tirages.
Et soyons clairs : c’est soit un original, soit une copie ; il n’y a pas de "copie d’origine", de "copie d’auteur", etc, sauf pour les pigeons 

 

 :
> voir ci-après
> tirages, que pouvez-vous accepter ?

 

> haut

copie privée

disposition juridique qui est une exception du droit d’auteur, vous autorisant à faire une seule copie d’une oeuvre culturelle (quelle qu’elle soit) dans un but personnel privé, évidement non commercial.
Sinon c’est une contrefaçon ou du piratage

 

> haut

cote

indication de la valeur d’une oeuvre d’un artiste, obtenue par constat officiel lors de la succession des ventes aux enchères où elle apparait ; en fait ce sont les différentes oeuvres vendues de cet artiste qui forme "sa" cote.
Ainsi par extension on dit qu’un artiste est coté ; mais c’est son oeuvre qui l’est. Attention : une cote dite "officielle" est le constat objectif des ventes en enchères des oeuvres de l’artiste dans le monde entier ; elle ne concerne que le second marché puisque les ventes de gré à gré ne sont pas enregistrées.

La qualité (donc le prix) des oeuvres d’un artiste peut être assez variable, de sorte qu’il faut savoir interpréter le cours variable d’une cote, selon la suite des ventes, la date de l’oeuvre, sa taille, sa techique, la santé de l’économie, la trajectoire de l’artiste, le dynamisme de ses représentants et le sens du vent (la mode, son décès, etc).

 

 :
> : tenir compte de la cote dans les prix
> estimer la valeur d’une oeuvre

 

> haut

curateur

étend le métier du traditionnel conservateur de musée, à la notion double d’organisateur et de commissaire, souvent indépendant ; ce mode de fonctionnement vient des anglo-saxons, qui nous donnent une leçon de latin : curare signifie prendre soin ; l’état romain désignait un curator pour mener une mission, mais Larousse nous en dit bien mieux : il est aussi "chargé d’assister l’incapable majeur" (ça, c’est vous et moi)... ; le Robert est plus prudent : il "veille aux intérêts d’un tiers".

 

L’Ecole du Magasin de Grenoble est à l’origine d’un réseau international de structures rattachées à des lieux d’art contemporains, qui forment à la pratique curatoriale

 

> haut

critique
d’art

terme bêtement négatif pour un métier plus de promotion, de valorisation, que de démolition ; car par leur sens du verbe juste les grands critiques modernes ont défini certains mouvements (les fauves, l’art brut,...) ou ont contribué à lancer des artistes, par leur regard en avance sur leur temps (Restany pour les Nouveaux Réalistes...) ; mi-journaliste, mi-historien, c’est à la fois un métier de terrain et de réflexion qui fait lien entre le monde professionnel de l’art et le public, sans qui l’art n’est rien.

Actuellement son rôle pédagogique est d’autant plus difficile que la lecture devient courte ; la chute des revues papier et le fait que n’importe qui s’exprime sur n’importe quoi ont fait place (inter)nette : en France vers 2000 il n’y en avait environ 300 ; seuls quelques dizaines de vrais journalistes-critiques subsistent, la pluspart des autres se contentant de copier-coller les textes des attachées de presse et agences de com’ (preuve en est : la navrante banalité des rédactionnels)

 

> haut

dation

en France : moyen de paiement en nature des droits de succession et de l’ISF, permettant de céder à l’Etat français une partie des oeuvres provenant d’un héritage ;
sous condition de l’agrément des Ministères des Fnances et la Culture

 

> haut

dépôt légal

obligation qu’à l’artiste vivant en France de déposer à la Bibliothèque National un exemplaire supplémentaire de toute estampe ou photographie qu’il créer ; n’est malheureusement pas bien respecté, bien que gratuit et intéressant pour l’artiste, car mal connu faute d’une information publique et d’une formation pratique dans les écoles d’art
 : détails

 

> haut

dripping

technique gestuelle consistant à faire égoutter ou projecter la peinture sur la toile posée au sol, sans le contact d’un instrument ; elle a été utilisée par Hans Hofmann aux USA après guerre puis par Pollock, artistes de l’action painting

 

> haut

école

"de Paris", "de New-York", "de Moscou", "de Londres"... : il n’y eu pas plus d’école que de maître ou d’étudiant, car les artistes qui y sont arbitrairement attachés pratiquent souvent des genres différents ; en fait ce terme désigne plutôt une prépondérance d’un certain art plastique dans un lieu et une période donnée ; exemples :

 

> Paris a réunit au début du XX siècle quantité d’artistes venant de tous pays, notamment de Russie ; par facilité on évoquait "l’école de Paris" pour les désigner ; c’est d’autant plus paradoxal que, déjà à l’époque, le public français n’appréciait que peu ces novateurs...

 

> New York : après le coup de force des lobbies américains lors de la biennale de Venise de 1964, le centre du monde de l’art s’est déplacé à New York, qui est devenue à son tour une "école" pour marquer ce tournant historique ; en fait ces artistes américains n’avaient pas attendu 64 pour inventer leur art

 

> Londres : en réaction à l’abstraction, des peintres figuratifs y furent réunis en une exposition remarquable en 1976 : Freud, Bacon, Auerbach, Kossof, Andrews, Brooks Kitaj... qui devinrent célèbres

 

> Nice : encore plus évanescente... Jean-Claude Farhi (artiste de cette "école") : "elle n’existe pas, c’est juste une notion géographique, c’est une salade niçoise !"

 

> haut

enchères

vente au plus offrant faite en salle publique moyennant une procédure stricte
 : mode d’emploi 

 

> haut

encollage

préparation de la toile par application de couches de colle pour unifier sa surface et la resserrer afin qu’elle absorbe moins la couleur ; c’est équivalent à un enduit

 

> haut

entoilage

fixation de la toile surla châssis ; pour que la toile soit absolument plane, on la cloue sur la périphérie et on la tend par des coins de bois insérés aux coins du châssis pour écarter celui-ci

 

> haut

épreuve d’artiste
(notée EA)

d’une manière générale c’est un essai, un test de qualité ("soumettre à l’épreuve") ; une épreuve d’artiste notée EA est une oeuvre de mise au point d’un tirage ; en photo agentique ce tirage est effectué en petit format.
Si l’épreuve est mise en vente, c’est qu’elle satisfait forcément son créateur (à moins qu’il ou ses ayant-droits ne soient trop voraces) ; alors elle peut présenter des avantages :

 

> pour l’artiste, qui voit se prolongée à 12 la notion d’oeuvre originale : les tirages limités à 8 plus les épreuves limitées à 4

 

> pour l’amateur, qui obtient un exemplaire qui pourrait se différencier des tirages ultérieurs ; mais attention que cela ne tourne au mauvais commerce... une épreuve sert avant tout à verifier et à corriger avant le vrai tirage ; tout est question de qualité de l’oeuvre ainsi obtenue

 

> haut

esthétique

c’est d’abord une théorie du beau et de l’harmonie ; par extension le terme désigne aussi bien les codes et critères académiques qui régissent cette théorie, que les sentiments liées à la beauté ; d’abord relatif au visuel, il s’étend à tous les arts. Désormais c’est une notion culturelle à la fois individuelle et collective, liée à l’éducation et à la société, donc évolutive et plus forcément prisonnière des conventions classiques

 

> haut

estomper

rendre un trait de crayon ou de pastel moins net, plus flou, en le gommant superficiellement au moyen d’un tissu ou d’une peau ; on peut ainsi créer des ombres ou des transistions moins nettes entre couleurs (voir aussi fondu)

 

> haut

ex-libris

terme de bibliophilie qui désigne une image, généralement une gravure ou une lithographie, placée à la page de garde d’un livre ; souvent elle est dédicacée ou créée à cette occasion, signée et limitée ; parfois c’est le collectionneur qui l’ajoute au livre

 

> haut

événement,
performance,
happening

action se situant dans un lieu et une époque précis, par laquelle un artiste plasticien s’exprime, soit par lui-même, soit par des acteurs, acrobates..., en collaboration ou non avec les spectateurs.
Le media est le lieu lui-même. 
L’événement peut éventuellement être répété, encore que ce soit l’exception puisque le but est l’effet de surprise, ce qui distingue précisément un événement d’une session de théâtre

 

> haut

faux

réplique ou duplication d’une oeuvre sans l’assentiment de l’artiste ou de ses ayants droits, et donc susceptible d’être contestée s’il s’agit d’une contrefaçon ou que son usage ne soit pas strictement personnel pour celui qui possède l’original.
On doit aussi considérer comme un abus une oeuvre ayant été produite avec l’autorisation mais sans l’intervention ni le contrôle de l’artiste lui-même et néanmoins prétendue être "originale". Voir copie et aussi ci-après

 

> haut

fac-similé

réplique exacte d’un document ou d’un dessin par un quelconque procédé de copie ; en photo argentique c’est la duplication du négatif et non celle de l’épreuve, qui s’appelle un contretype

 

> haut

folle enchère

dispositif légal remettant aux enchères un bien qui a trouvé un preneur qui, en fait, ne peut pas le payer
 : les enchères

 

> haut

fondation

forme de société permettant à une entreprise ou à un particulier d’acquérir des oeuvres moyennant une déduction fiscale, à condition de les exposer de manière publique ; de 2006 à 2008 la France a (enfin) pris des dispositions pratiques et fiscale qui favorise la création de ces institutions privées tellement utile à la culture et au mécénat

 

> haut

fondu

passage doux d’une couleur à l’autre, l’une disparaissant progressivement à mesure que l’autre apparaît ; technique courante en lavis et aquarelle (voir aussi estomper)

 

> haut

format

dimension normalisée d’un support traditionnel comme les papiers ou les toiles.
 : tous les formats en art

 

> haut

face="Arial">French touch

pourrait se traduire par "style français" ; appellation du style français particulier de musique électronique des 90’s par Air, Daft Punk, Cassius, etc, qui est reconnu comme "la" réussite française à l’international ; ce style très libre et sophistiqué a débordé sur le graphisme par, justement, les pochettes de ces disques et les affiches des concerts ; puis le terme s’est étendu en illustration pour, actuellement, toucher le fashion voire l’art

 

> haut

glacis

superposition de couches transparentes de peinture, notamment pour faire des fonds de fresques ou tableaux

 

> haut

genre (scène de...)

en peinture, une scène de genre est un motif ayant pour décors la vie de tous les jours, une scène familière, par opposition à la classique peinture d’histoire à l’époque du 19è siècle

 

> haut

imprimatur

en peinture ancienne, constitution d’un fond sur lequel est effectué le travail précis de mise en place du sujet, qui paraît illuminé par l’effet de transparence de ce glacis

 

> haut

installation

mise en scène d’un certain nombre d’objets assemblés dans un lieu, par laquelle un artiste plasticien s’exprime.
Le media est alors le lieu même où se situe l’installation ; celle-ci peut être élaborée pour ce lieu précis, mais plus généralement elle est déménageable.
On distingue une installation d’une sculpture par le fait qu’elle utilise plusieurs objets et que ceux-ci ne sont pas forcément retravaillés

 

> haut

ISF

"Impôt de Solidarité sur la Fortune" : type de taxe pratiqué par la seule France au monde (sauf la Suisse et la Russie, mais de manière favorable au redevable !) et qui fait fuir les collectionneurs fortunés dans d’autres pays ; cet impôt intrusif dans la vie des gens créer un handicap important à l’industrie d’art française ; il est démontré que coûte plus cher qu’il ne rapporte... Mais ce dogme résiste encore à la raison...
Certes les oeuvres d’art n’y entrent pas, mais dans certaines conditions

 

> haut

jurisprudence

terme juridique (voir cette rubrique, pour l’art) désignant la somme des décisions judiciaires qui progressivement complètent les lois, l’ensemble des deux constituant le droit ; le problème est que ces décisions se réfèrent à des cas de plus en plus spécifiques et peuvent se voir contestées par un jugement ultérieur

 

> haut

kitsch,
gothic
(gothique)

kitsch proviendrait de l’allemand "kitschen" désignant une méthode d’ébénistier mélangeant des parties anciennes avec des récentes pour faire un meuble d’époque, ou "verkitschen" qui désigne un peu plus péjorativement rénover du vieux avec du neuf pour vendre à bas prix, ou carrément faire du faux vieux ; puis le terme dériva pour signifier des rajouts décoratifs allant jusqu’au mauvais goût ("kitschig" : du toc).
En art contemporain l’exemple-type est Koons ; voir aussi le style kitsch.

 

Une version du kitsch est le gothic, associé à une mystique morbide, dont la version contemporaine est des clubs, des attitudes (vêtements noirs cloutés, sexe sado-maso, déguisements, objets...) et une expression artistique : cinéma, musique, art plastrique ; même Halloween en fait partie !
Exemples : graphisme : Giger, peinture et installation : les collectif Kimberly Clark.

 

Tous ces mouvements sont anciens, pour la partie moderne héritant du pop d’il y a 40 ans, du punk il y a 20 ans, la version hip-hop contemporaine en héritant aussi

 

 :
> le style kitsch en art contemporain
> définition et origine du kitsch
> analyse du kitsch selon Kundera
> définition du gothic

 

> haut

leporello

un livre en reporello est, simplement, un livre en accordéon : les pages ne sont pas reliées toutes du même côté, mais les unes après les autres, en chaine, de façon qu’on puisse ouvrir le livre en l’étirant.
Par son esthétisme et sa faculté de valoriser les images, c’est un procédé souvent utilisé dans cette oeuvre d ’art particulière qu’est le livre d’artiste

 

> haut

Ligne Claire

en BD, la ligne claire ("klare lijn", terme utilisé par le dessinateur néerlandais Joost Swarte) est un style de dessin narratif de graphisme sobre et net, cherchant le réalisme, avec contour des motifs d’un trait à l’encre et codification simple des couleurs ; bien sûr le principal inventeur en est Hergé, mais bien d’autres l’ont naturellement utilisé avant lui ou encore actuellement : Windsor McCay aux USA ("Little Nem" en 1905), E.P. Jacobs et son célèbre "Blake et Mortimer", Bob de Moor et Jacques Martin avec "Lefranc", ce dernier avec "Alix", etc

 

> haut

logo

ou logotype, graphisme représentant une marque ou un produit ; beaucoup détourné ou repris en art contemporain

 

> haut

maîtres
(grands ou petits)
maître d’art

le terme Maître sous-tend celui d’école ; mais formellement il n’y a pas plus de l’un que de l’autre : se voit ainsi désigné un artiste ayant une influence prépondérante dans un style ou une époque, reconnue par ses confrères.
En vente, les grands maîtres sont hors portée de l’amateur courant, qui peut se retourner sur les "petits maîtres" où un marché se développe, comme c’est le cas pour de nombreux impressionnistes ayant gravité autour des grands.
Ainsi l’appellation "petit maître" n’a rien de péjoratif, elle désigne à l’heure actuelle des artistes de grande qualité mais n’ayant pas eu un rôle moteur dans l’histoire de l’art ; par exemple il y a eu d’excellents post-cubistes 10 à 20 ans après que ce genre soit né : ils n’ont eu aucune part dans l’émancipation du genre (exemples : Survage, Marcousis ou Metzinger).

nommé par le Ministère, est un artisan reconnu qui se voit confier un rôle de transmission à un élève

 

> > haut

marine
(et fomats Marine)
(et Peintres
de la Marine)

une "marine" est une oeuvre représentant une scène de mer

le format Marine d’un tableau est une dimension un peu différente des autres châssis (voir les formats)

Les Peintres de la Marine est un corps officiel ; l’artiste, incorporable donc autorisé à embarquer sur un vaisseau de guerre, est nommé pour 3 ans renouvellables, voire définitivement pour les mieux ancrés (ils ont le droit d’apposer une ancre à leur signature), ceci sur proposition d’un jury lors du salon biennal de Paris nommé Salon de la Marine, au Musée de la Marine

 

> haut

maroufler

la maroufle était une colle forte applicable au pinceau, d’où l’expression maroufler qui signifie simplement coller ; par extension désigne coller pour le renforcer un support mou (papier...) sur un support dur (bois, aluminium...)

 

> haut

mécénat

procédé permettant à une entreprise ou à un particulier de subventionner une action culturelle et d’acheter des oeuvres d’art, sans autre contrepartie qu’une incitation fiscale ; c’est très différent du sponsoring ou du parrainage
 : types et modalités

 

> haut

Merz

ce terme sans signification dans aucune langue, sinon nom propre, a été trouvé par hasard par Kurt Schwitters pour désigner ses différentes créations dadaïstes, allant de l’écrit au tableau en passant par l’architecture (avec son Mertzbau, installation utopique qui envahira progressivement totalement son appartement)

 

> haut

moderne
(art)

terme qui en art, s’applique à l’époque située avant la période contemporaine, soit approximativement depuis la fin du 19è siècle avec les impressionnistes jusqu’à pratiquement la fin de la 2è guerre mondiale ; il est donc impropre de désigner par "art moderne" les productions présentes.

Toutefois Magritte plaçait l’art moderne au début du 19è siècle car "Courbet, Géricault, Delacroix réalisent des images qui n’ont plus le caractère conventionnel classique". Malraux en 1945 va encore plus loin : "l’art moderne est sans doute né le jour où l’idée d’art et celle de la beauté se sont trouvées disjointes ; par Goya peut-être..." c’est-à-dire fin du 18è siècle... une définition qui s’appliquerait encore mieux à l’art contemporain et à toutes les "avant-gardes" !

 

> haut

modeste
(art)

définition proposée par Hervé Di Rosa, plasticien d’art brut, qui ne se rattache à aucune époque ni région mais à des travaux populaires à caractère artistique qui échappent par leur "modestie" aux genres et styles convenus ; la meilleure définition est de consulter le Miam, le Musée International des Arts Modestes qu’a conçu Di Rosa à Sète

 

> haut

monochrome

étymologiquement désigne une seule couleur ; en art désigne une oeuvre d’une seule tonalité (un tableau d’un jaune unique (Lavier...) ou une sculpture toute bleue (Klein)) ; mais Soulage, qui joue sur des noirs d’une grande subtilité car composés de textures très étendues (qui provoquent par réflexions des noirs différents), préfère parler de "mono-pigment"

 

> haut

monotype

désigne un tirage d’un seul exemplaire ; le tableau ne répond pas à cette définition puisqu’il n’est techniquement pas reproductible : le terme est utilisé en estampe pour bien distinguer une épreuve unique, marquée 1/1 ; alors que le nième tirage d’un multiple est marqué n/x.
Le monotype est donc bien une oeuvre unique obtenue par une technique reproductible, choisie par l’artiste pour des raisons artistiques et non un désir de reproduction ; l’artiste en principe détruit le master après la 1ère épreuve satisfaisante (il en garde peut-être une autre pour lui et une autre pour le dépôt légal, marquées Epreuve d’Artiste, et c’est tout)

 : voir aussi "multiple"

> haut

motif
(sur le motif)

sujet, modèle qu’un artiste veut représenter ; lorsque le motif était à l’extérieur, comme un paysage, dessiner sur le motif servait à préparer le tableau à réaliser ensuite dans l’atelier ; puis dès lors que la technique l’a permis (chevalets portatifs et tubes de couleurs) peindre ou plus généralement travailler sur le motif signifie directement peindre sur place

 

> haut

multiple
(et "pièce unique")

catégorie d’oeuvres qui sont, par la nature de leurs techniques, reproduites en nombre mais de manière limitée (voir original) ; le terme reproduction n’est pas synonyme : il désigne un tirage ou un retirage d’une oeuvre en nombre non restreint, donc sans valeur car cet objet a quitté le domaine de l’art pour celui de la consommation.

Ainsi les photos, les sculptures, les vidéos, les estampes sont des multiples sauf mention spécifique ; par exemple par la mention "monotype" ou 1/1 ou "pièce unique".

Nous introduisons le terme "pièce singulière" (dans une série) pour une oeuvre issue d’un tirage mais retravaillée par l’artiste ; exemple : une sérigraphie notée 6/20, sur laquelle il a appliqué un collage particulier et unique, ou un rehaut à la main ; elle porte toujours le numéro 6/20 mais se distingue de toute autre au sein de la même série ; elle acquière donc une valeur un peu plus élevée ; Rottella et Soulié utilisent souvent ce genre.

Par opposition une oeuvre ne comportant qu’un seul exemplaire est une "pièce unique", comme un dessin, un tableau ou une installation.
Elle a évidemment une bien meilleure valeur, par effet de rareté ; les grands collectionneurs ne s’intéressent qu’à des oeuvres uniques, sauf en cas de rareté extrême.

 : voir aussi "monotype"

> haut

naïfs

appellation générale désignant des peintres populaires sans formation académique, dont la production montre la vie quotidienne d’une manière simple, fraîche et conventionnelle ; Rousseau est un des rares qui soit reconnu

 

> haut

non-objectif
(art)

dénomination faite dans les années 30 par Hilla Rebay, de peintures d’avant-garde aussi bien abstraites (Kandinsky, Rudolf Bauer, elle-même...) que figuratives (Chagall...) et qui ont, grâce à elle, constitué la base de la collection de Salomon Guggenheim qu’il a regroupé dans son musée à New-York, dont elle a été la principale inspiratrice

 

> haut

numérique
(art)

ensemble des arts plastiques faisant appel à différents procédés de numérisation et de traitements informatiques, partiels ou complets
 : typologie

 

> haut

offset

procédé d’impression utilisant un transfert de l’image originale sur un rouleau, qui sert ensuite à imprimer des feuilles de papier

 

> haut

original
(et quantités)

paradoxe : la question de l’original ne se pose que pour... des reproductions, car si la technique utilisée (peinture, taille directe...) ne peut engendrer qu’une seule oeuvre, la question ne se pose pas !

Une "oeuvre originale" multiple émane soit de l’artiste soit d’un de ses assistants mais sous sa direction ; elle doit être limitée en nombre d’exemplaires, numérotée, signée et datée. Ce nombre (qu’on appelle tirage) varie avec la technique utilisée et les pays (voir les nombres légalement autorisés) ; mais l’oeuvre n’est jamais originale si elle n’est pas créée par ou sous le contrôle de l’artiste, c’est alors une copie ; voir aussi "multiples".

Techniquement un original est la plaque de métal de l’estampe, le négatif de photo, le master vidéo (comme en cinéma et en musique), le plâtre d’un bronze, le fichier premier d’un oeuvre logicielle, etc. Mais comme ces objets ne sont presque jamais présentés (ou vendus) comme étant l’oeuvre finale, en parlant d’originaux on désigne les tirages limités en nombre de ces "masters".

Plus finement, il y a deux définitions qui se complètent :

 

> artistique :
 - dans le cas des estampes, on nomme "originale" toute oeuvre conçue (et non transposée) spécifiquement pour le "master", par l’artiste ou sous son contrôle et quel que soit ensuite le nombre d’exemplaires tirés...
Mais Almanart est gêné par cette liberté sur le nombre ; autrefois cela posait moins de problème car la technique comme l’honnêteté des artistes faisaient auto-limitation et les tirages ne dépassaient pas 20 ou 30 ; depuis l’appât du gain et les facilités techniques poussent à des tirages de 100 voire 500, ce qui est clairement abusif ! La seule définition artistique est devenue trop libérale car certains en abusent
 - dans le cas des photos : c’est un tirage limité effectué à partir du négatif original, par le photographe ou sous son contrôle direct

 

> juridique : le juriste a défini de manière pratique qu’un "original" est un tirage précisément limité (voir ces nombres sous tirages des oeuvres) ; cette limite officielle conditionne la fiscalité pour plusieurs pays européens et en France elle conditionne en partie l’appartenance à la catégorie "art" de l’ISF (voir)

 : tirages, que pouvez-vous accepter ?

 

> haut

palette

outil traditionnel du peintre qui supporte les peintures et mélanges qu’il a préparés pour faire son oeuvre ; sorte de plateau arrondi et percé d’un trou pour y passer le pouce pour le tenir plus facilement horizontalement

 

> haut

palimpseste

pratique consistant effacer un manuscrit pour y inscrire un nouveau texte ; vient des époques où le support était rare et cher, par exemple le parchemin qui était effacé à la pierre ponce.
En généralisant en art, se dit de tout rajout par dessus : graffitis venant recouvir un autre, repréparation d’une toile d’un tableau, etc

 

> haut

parodie

imitation d’une œuvre dans une intention caricaturale ou burlesque ; elle ne constitue ni une copie ni ne la dénature (voir la rubrique juridique) ; (voir aussi pastiche, ci-dessous)

 

> haut

parrainage
(ou sponsoring)

mode d’intervention d’une entreprise pour aider une activité culturelle en contrepartie d’une publicité d’elle ou de ses produits ; à distinguer du mécènat
 >   : types et modalités

 

> haut

pastiche

imitation d’une œuvre en modifiant certains de ses éléments, de sorte que le sens de l’oeuvre change ; peut être à caractère humoristique mais pas forcément ; (voir aussi parodie, ci-dessus)

 

> haut

Peintre de la Marine

distinction offcielle donnée depuis 1830 par le Ministère de la Défense français, Département de la Marine, à un artiste élu par le jury du Salon de la Marine, qui se tient tous les deux ans au Musée de la Marine à Paris.

Elle permet notamment à cet artiste d’être à bord de navires de guerre et de participer à des missions de représentation à l’étranger, une facilité qui a donné à l’art une quantité de tableaux, gravures et même sculptures extrêmement intéressants aussi bien sur le plan historique qu’artistique, car la qualité est un critère majeur de sélection.

 

 : les Peintres de la Marine et aussi ici

 : le Salon de la Marine

 

> haut

peinture

technique consistant à "recouvrir une surface plane de couleurs et de les assembler dans un certain ordre", définition (approximative) attribuée à Maurice Denis, en plein effort de recherche Nabis

 

> haut

pinacothèque

synonyme de musée ou de galerie d’art, mot surtout utilisé en Allemagne ou en Italie. Vient du grec signifiant tout simplement : galeries de tableaux

 

> haut

pochade

oeuvre exécutée en quelques coups de crayon ou de pinceau, qui n’est pourtant pas une esquisse qui, elle, reste un moyen d’étude

 

> haut

pompier

se dit d’une peinture académique, c’est-à-dire dans le genre officiel d’une Académie des beaux-arts tel qu’il était officiellement et exclusivement admis au milieu du 19è siècle ; puis vint la révolution fauviste ou impressionniste et ses fameux salons des refusés par, précisément, le système académique de l’art. D’où l’appellation de pompier, peut-être due à l’aspect pompeux de cet art convenu ou alors à l’accuité du regard officiel qui a, chacun sait : pompier-bon-oeil (allez, c’est pour sourire...)

De récentes expositions, notamment celle de Gérôme à Orsay en 2011, ont fait renaître notre intérêt sur ces peintres académiques, dont la technique exceptionelle fait bien des envieux chez les artistes contemporains...

 

> haut

préemption

droit dont dispose l’Etat français dans toute vente aux enchères, lui permettant d’acquérir une oeuvre qui vient d’être adjugée, au prix d’adjudication et à la place du dernier enchérisseur. 
CF La Fontaine, les Marrons du Feu...

 

> haut

primitivisme

designation assez vague pour l’art singulier ou ethnique de provenance non européenne ;
selon Wiliam Rubin [Primitivisme au MOMA en 1984] : "influence des arts non-européens sur la constitution puis l’évolution de la modernité en Occident"

 

> haut

print

anglicisme signifiant imprimé, sous-entendu impression d’une image numérique par jet d’encres ou de pigments sur papier ; le print par projection de pigments est le procédé le plus haut de gamme

 

> haut

ravalement

ce terme désigne une pièce à vendre (qu’on appelle un "lot", qui peut grouper plusieurs pièces) présentée aux enchères et qui n’a pas trouvé preneur... le vendeur en est pour ses frais, puisqu’il paiera tout de même ceux dûs aux vendeurs, et peut ravaler aussi sa salive !
Car Alain Rey précise [le Robert historique du français] que ravaler signifiait à l’origine un abaissement, une diminution ; c’est bien le cas puisqu’une enchère réussie a pour but d’augmenter un prix de vente.

Pour le perdant, il s’agit bien d’une perte de face ou plutôt de façade, à refaire !

 

> haut

réalité augmentée

procédé numérique permettant d’enrichir une image ou une vidéo en lui superposant une autre image ou vidéo provenant d’une autre source comme internet ; par exemple vous filmez votre chien courant et ajoutez un fond de ciel de nuages mouvants pris ailleurs et détouré par logiciel, donnant l’impression que le chien court dans les airs

 

> haut

retable

décor sculpté ou peint, placé sur un autel d’une église ; par extension panneau placé sur une table ou un lieu de prière

 

> haut

reliefs (bas-relief, haut-relief, ronde-bosse)

ce sont 3 distinctions de rendus en sculpture :

 

> si le motif sculpté a peu de relief, ne se détache que peu du fond voire est en creux (en scupture murale ou sur un panneau), c’est un relief bas : un bas-relief

 

> s’il est fortement protubérant, qu’une partie se détache du fond bien que tout de même rattachée, le relief est haut par rapport à celui-ci : un haut-relief

 

> s’il est complétement détaché (ou maintenu par une barre, etc), c’est une scupture au sens habituel (et non plus un relief) car on peut voir sa face antérieure ; le fond n’existe éventuellement que comme socle ; ce procédé s’appelle aussi la bosse ronde : ronde-bosse

 

> haut

romantisme

empruntons cette définition à Bruno Delarue, expert, auteur et galeriste : " le romantisme n’est pas une école avec des manifestes et des préceptes, et c’est en cela qu’il est difficile à définir. C’est surtout un état de réaction d’une génération contre le goût de l’antique et la rigueur davidienne.
Il n’a pas de frontières véritablement définies ni de limite dans un temps précis, si bien qu’il est souvent difficile de dire qu’un tableau est purement romantique ou naturaliste."

 

> haut

sculpture

it’s"something you bump into when comming back to look at a painting", définition attribuée à l’américain Barnett Newman
("quelque chose que vous heurtez lorsque vous reculez pour admirer une peinture") ;
"la sculpture protège, sa présence assure à celui qui la côtoie une confiance toujours renouvellée dans la vie, je porte sur elle un regard animiste" observe joliment le critique Olivier Cena [Telerama n°2908]
 : les techniques

 

> haut

second marché
’premier marché)

"second marché" : terme général désignant tous les marchés d’occasion (biens ou services qui ont été au moins une fois déjà en vente) par opposition au "premier marché" qui désigne la toute première vente de ce produit ou service.
Mais le terme doit être mis dans le contexte de chaque profession : ainsi en art le second marché est celui des ventes aux enchères, tandis que le 1er marché est celui des galeries censées présenter de nouvelles oeuvres (or ce n’est pas forcément le cas puisqu’elles font aussi des achats et reventes, mais le terme est resté)
rien à voir avec le second marché boursier, qui est la place de cotation des capitalisations de valeurs moyennes.

En art les ventes aux enchères conditionnent la cote d’une oeuvre.

 

> haut

sellette

dictionnaire : petiti banc en bois des tribunaux de l’Ancien Régime où s’asseyait l’accusé, assez inconfortable pour atteindre sa dignité ; le même ou son semblable sert à assoir les modèles souvent nues dans les ateliers accadémiques de dessin... ambiance...

 

> haut

sfumato

issu de l’italien fumo, fumée, le sfumato est une technique picturale inventée par Léonard de Vinci qui la décrit comme "sans lignes ni contours, à la façon de la fumée" ; la superposition de plusieurs couches de peinture très fines permet de créer des contours imprécis, vaporeux, qui ont donné notamment sa célébrité à La Joconde.

 

Toutefois il semble que la superposition de glacis ait été inventée par les peintres flamands ; mais aucun n’a atteint la perfection de de Vinci, dont les couches ont l’épaisseur de quelques microns !

 : plus d’info

 

> haut

signature

celle de l’artiste d’abord, qui seule authentifie son oeuvre et lui donne sa valeur ; en son absence un expert peut attribuer un oeuvre sans pouvoir toutefois l’authentifier avec la même certitude ; de sorte que c’est aussi elle qui, sur les cas de falsification, différencie les cas de copie (avec absence de signature ou alors celle du copiste), des cas de faux (avec imitation de la signature de l’artiste original). C’est aussi elle qui différencie les notions de reproductions et de multiples.

Preuve même de sa valeur, la notion de signature a été dénoncée par Piccabia qui a fait signé son fameux tableau "l’Oeil Cacodylate" par tous ses amis artistes !

 

La signature de l’atelier peut avoir une importance, notamment en sculpture ou en lithographie, où la compétence est en jeu pour la qualité (donc la valeur) d’un multiple ; de plus en l’absence de la signature de l’artiste, elle vient non pas s’y substituer mais sert d’élément d’authentification.

 

> haut

situ (in situ)
/ situé

"in situ" signifie "dans l’endroit où l’on se trouve", donc une oeuvre créée in situ l’est pour un endroit précis, soit tenant compte de la topographie du lieu où elle s’intègre, soit qu’elle le transforme ; bien des artistes contemporains suivent cette démarche à mi-chemin de l’architecture : Buren, Toroni... ;
au contraire une oeuvre "située" s’adapte au lieu (bien qu’elle puisse le transformer aussi), ce peut être une installation autonome mais qui voit différentes versions selon les lieux

 

> haut

storyboard

équivalent ou complément du dessin préparatoire pour une oeuvre qui se déroule ou qui raconte une histoire : un film, une vidéo, une BD... Il fixe le cadencement de l’action, les rôles, le contexte, etc.

 

> haut

styles, genres, mouvements

l’art a fait l’objet comme tout activité humaine de diverses classifications, autant de tentatives pour éclairer (ou moquer) les courants artistiques, qui sont sont résumés dans la rubrique "styles".

 

Un mouvement est défini par ses fondateurs (par exemple le suprématisme) par un manifeste ou un article, ou une sorte d’école s’il est suffisamment reconnu (comme le cubisme), ou encore par des groupes d’artistes qui se sont réunis sur des concepts mais sans style bien défini (Fluxus), ou même par simple esprit d’indépendance (Cobra).

 

Un style est une appellation générale, forgée par le temps et l’observation ; exemples : le style naïf, le style figuratif ; ou bien reposant sur une technique de création, comme le pointillisme. 

 

Un genre peut être un style, mais aussi une simple désignation faite par un tiers sans que les artistes ne l’ait définie ; par exemple l’appellation "fauvisme" est née d’une moquerie d’un critique d’art.
En fait tous ces termes sont proches

 

> haut

tableau-
sculpture

on peut tourner autour d’une sculpture, pas d’un tableau-sculpture, oeuvre plaquée au mur ; mais elle utilise aussi la 3è dimension comme un relief, renforçant l’effet en jouant sur la profondeur et les ombres ; par exemple Arp, Kemeny (pour les modernes), Claudine Drai, Paul Day (pour les contemporains) en ont fait une technique de base

 

> haut

tag

"étiquette" en anglais ; au départ c’est une balise que les informaticiens placent dans un programme pour y repérer une ligne de code, ou un marqueur placé dans un document, un fichier, etc, pour y repérer un passage ou un endroit particulier, ceci de manière libre (comme si vous mettiez un post-it sur une page d’un livre).
Dans le domaine social, c’est une marque typique qu’un individu en mal de reconnaissance bombe ou feutre sur un mur pour faire connaitre son existence ; ce n’est pas de l’art, ne pas confondre avec un graff

 

> haut

texture

état de surface d’un tableau : lisse, rugueux, satiné...

 

> haut

tirage,
et retirage

nombre maximum prévu d’exemplaires (ou d’épreuves) reproduits d’une oeuvre, dits originaux si l’artiste en est l’initiateur et dits copies sous certaines conditions.
Un retirage est un opération de reproduction ultérieure, qui devrait être autorisée par l’artiste ou par ses héritiers.
Le tirage et la technique utilisée doivent être stipulées dans un document ou sur l’oeuvre elle-même.

 

Il n’y a pas de "retirage original", même en photo ; il peut y avoit un "retirage posthume original" : fait à partir du plâtre original (et non pas d’un bronze) avec l’accord de l’artiste ou de ses descendants, ceci dans la limite de la définition d’original ; attention d’éviter les abus faciles...
 : tirages, que pouvez-vous accepter ?

 

> haut

tondo

(pluriel tondi, car vient de l’italien rotondo) peinture faite sur un support rond plutôt que sur le rectangle habituel ; en usage fréquent à la Renaissance

 

> haut

transversalité

expression qui en art, témoigne de l’interpénétration des disciplines : mode, design, architecture, paysages, cinéma, photo, art plastique se répondent, se ligues, se combinent entre eux ; un artiste plastique peut être photographe ou développer une ligne de vêtements, ou encore dans une installation mixer les disciplines.

 

Inversément, après Warhol le précurseur, de récents créateurs viennent d’autres disciplines vers les arts plastiques : Decoufflé, Goude, Crasset...
La difficulté pour l’amateur est de savoir distinguer au niveau de l’oeuvre (et non du créateur) ce qui relève de l’art, de l’artisanat, voire de la communication

 

> haut

triptyque

ensemble peint ou sculpté formé d’un panneau central et de deux autres aux côtés, qui se referment sur le central ; autrefois est souvent un retable ; par extension désigne une oeuvre conçue de trois pièces mises côte à côte, donc indissociables (ou deux pièces pour un diptyque)

 

> haut

TVA

signifie "taxe sur la valeur ajoutée" : pourcentage ajouté au prix HT "hors taxe" pour obtenir le prix de vente au particulier, dit prix TTC "toutes taxes comprises" ; le domaine de l’art comprend des dispositions particulières favorables

 

> haut

vanité

désigne la mort, dans les arts : depuis l’origine des temps l’homme est fasciné par la mort et sa symbolique, le crâne. Sa relation avec la vanité (latin : vanitatem, de vanus : vain) vient d’Ecclésiast, fils de David, roi de Jérusalem, qui vers -250 proclame dans l’Ancien Testament : "vanité des vanités, tout est vanité", parole d’introduction à sa philosophie de retour à la sagesse et l’humilité : "j’ai tout vu ce qui se fait sous le soleil, tout est vanité et poursuite du vent" (1, 13).
 : la synthèse, l’expo au musée Maillol

 

> haut

vernissage

inauguration d’une exposition d’un artiste : ce lancement commercial et mondain permet à l’amateur de rencontrer l’artiste, des amis et... de se faire voir (car ce qu’on voit le moins sont les oeuvres). Le galeriste stylé offre un verre de vin... Dans la douceur d’un soir, pour rien au monde vous ne raterez ça ! 
L’amateur le plus accro (sic) sera passé le jour d’avant : celui de l’accrochage (d’où les petits points rouges déjà posés avant le vernissage). 

 

Le vernissage était une procédure où les artistes exposants (à l’époque des salons officiels) pouvaient retoucher leurs tableaux pour les adapter à l’éclairage du lieu (par exemple accentuer les couleurs) puis les vernir pour les fixer ; cette manière a évidement complétement disparu par le progrès des éclairages et la diversité des lieux d’exposition

 

> haut

vidéo

procédé utilisé par les artistes vidéastes, recouvrant plusieurs techniques de fabrication d’images mobiles : filmage classique (caméra 16 ou 35 mm), filmage vidéo (caméra numérique), élaboration d’images de synthèse animées, assemblage d’images réelles retravaillées et enchaînées sur ordinateur, etc.
Voir aussi la rubrique techniques

 

> haut

VJ
(VeeJay)

appellation équivalente à DJ (Disc Jockey ou DiscJay) mais en vidéo : ce sont donc des plasticiens vidéastes qui mixtent et projettent des vidéos en temps-réel, aussi avec de la musique, bien sûr

 

> haut

wall power

le haut de gamme du marché de l’art s’exprime ici : le "pouvoir de faire de l’argent" d’une peinture accrochée au mur... est hissée au-dessus de son niveau artistique...

 

> haut

et aussi :

voir notre glossaire de la photographie

 

> haut

 



 

annonces d'événements :


 

annoncez vos ventes
trouvez à acheter

particuliers : annoncez vos oeuvres à vendre

seuls des biens de qualité sont acceptés,
sélectionnés par Almanart

de bonnes occasions pour
acheter

 

 

 

 jetez-vous l’eau : achetez votre billet !

pour fotofever paris novembre 2016
coupe-file, discussions, visite guidée par un expert...
 


 

le Graffiti Art est à Bordeaux

les tableaux de légende 1970-1990 de la fameuse collection Gallizia sont à
l’Institut Culturel Bernard Magrez

 

la collection Gallizia, qu’est-ce ?

 


 

 

un moteur => toutes les ventes !

le plus puissant moteur de recherche d’objets d’art
100 maisons de ventes aux enchères francophones
sont déjà partenaires

 


 

 

les animaux d’André Margat

sont chez Les Atamanes

André Margat, artiste animalier reconnu dont le succès a débuté dans les années 30 ; en 1932 il expose avec Pompon chez l’ébéniste Ruhlmann

 ? qui sont les Atamanes ?

 


 

suivez nous  :  petits écrans :

 

 

Plans et itinéraires du Grand Paris :
Où sont les quartiers d'art ?

 

 

Le "Petit Mot" : 10 micro-newsletter/an, gratuites
Abonnez-vous, entrez ici votre ad mail :
aucune autre information n'est demandée

 

 

 

Mesure d'audience par :

 

 

 

 

 

Le "Petit Mot"
Abonnez-vous, ici
entrez votre mail :

10 newsletter/an, gratuit

 

 

 

 

 

 

nos partenaires :

 

 

 

nos amis en art et design :