un vernissage branché

 

 

Vous est-il arrivé d’entrevoir, à l’entrée d’un lieu indéterminé, une petite affluence jeune se presser, ayant l’air de se connaître, montrant patte blanche à un videur (pardon : un gardien, ce n’est pas une boîte) ?

Ah, vous n’y étiez pas, curiosité aiguisée et un peu déçu ?

Allons, Almanart vous y emmène (virtuellement) !

 

Dan Witz, Mosh Pit 1, 2001 (courtoisie gal. Addict) ... clic=zoom 

 

> accueil d’Almanart > sommaire humour

 

une incursion dans l’avant-garde

 

Du trottoir, des couples s’engouffrent sous le porche au numéro 40 du CAAC (Centre Avancé d’Art Contemporain) ; petite bousculade sous l’oeil du garde, on monte… Au comptoir d’accueil, embouteillage : on picore de la doc, une matuvue réclame quelque chose (n’importe quoi, là n’est pas la question). Tous sourires dehors, tous décolletés plongeants, l’on se bise, l’on se congratule, bref l’on se reconnaît ou l’on feint de se rencontrer (hypocrite, va !), les yeux glissants pour s’assurer qu’on est vus ou guetter qui est là.

 

Un plateau passe, on pique une coupe, geste rituel signifiant qu’on connaît, qu’on est dedans. Je tends l’oreille, de quoi parle-t-on ? "Qu’est-ce que tu deviens, t’as vu l’expo machin, tu sais j’ai fait…" (sans risquer un commentaire pointu, ne fâchons personne), bref on parle de tout sauf de l’exposition ; mais on est bien, là, dans le réseau qu’on tisse, on est entre soi. Entre soi dans la foule compacte mais anonyme : jeunes artistes mal rasés fringués type-étudiant, curateurs très bien mal fringués, collectionneurs bobos fringués type-sophistiqué, cadres fringués décravatés (donc mal)… l’on regarde à gauche, à droite, sans en avoir l’air, on regarde tout sauf les oeuvres, on est pas là pour ça.

Pierre Malphette, 2007 (courtoisie Jeu de Paume)
 

 

Au fait, y en a-t-il, des oeuvres ? Elles doivent être très minimalistes ou ressembler à rien d’artistique, c’est la mode… Ah oui, là, par terre, repérée alors que j’écrasais une serviette en papier : s’écoule le long du mur dans une gouttière du ciment liquide. AOI : amusant-original-invendable. En face une machine à faire de l’art crapahute sur le mur blanc ; l’artiste est devant, chic, profitons-en : "quelle signification ce… ?" oh le maladroit que je suis, le pôvre petit, le voilà bien embarrassé devant telle incongruité… car normalement c’est le critique d’art ou le curateur qui sait, mais d’où sortez-vous ?

 

 

Bon, j’ai fait trois fois le tour, fait trop chaud (évidemment pas de vestiaire), salué quelques relations, bu quelques coupes entre jolis minois qui le savent et yeux cillés aux aguets ; ça bavarde, ça bavarde... Soudain, un horrible doute m’assaille : la serviette en papier sous mon pied, faisait-elle partie de l’oeuvre ?? Couvert de sueur, je bats retraite, l’air de rien... Sauvé, voila la sortie avec son air frais d’hiver !

Tout de même j’ai passé un très bon moment, je ne manquerai pas d’y être la prochaine fois car c’est indispensable pour exister, à condition de savoir où-quand-pourquoi (accessoirement) : le sésame de Paris ou d’ailleurs.

 

Arnaud Labelle-Lorjoux, détendez-vous..., 1998 (courtoisie Labelle-Lorjoux)

 

à quoi servent les centres d’art d’avant-garde ?

 

Il y a en France de nombreux lieux publics ou privés qui ont pour vocation de promouvoir l’art plastique d’avant-garde ; ce sont souvent des Frac (Fonds Régionaux Art Contemporain), mais à Paris la répartition privée-publique est plus équilibrée, par exemple : le Palais de Tokyo, la Fondation Ricard, Le Laboratoire, Le Plateau, Le Cube et parfois le Passage de Retz, l’Espace Louis Vuitton, la Maison Rouge

Leur rôle sur la scène artistique est important car eux seuls osent montrer des oeuvres expérimentales, le futur de l’art ; ils présentent des tâtonnements, des innovations, des tentatives d’artistes souvent jeunes n’ayant encore pu consolider leur démarche ; ce soutien leur est précieux. Pourtant le choix des artistes est parfois incertain, mais ces centres prennent ce risque, et aussi un risque financier car la mode et l’attrait des technologies font que ce sont maintenant des installations quasiment invendables et ils font l’effort de nous recevoir très bien en plus !

Il faut donc rester prudent dans l’appréciation de la qualité des oeuvres, parfois chiche, et tolérant vis-à-vis des artistes ; et c’est bien de fréquenter ces lieux, non seulement pour "les sentir" mais surtout pour activer cette veille indispensable et entretenir son esprit curieux ; d’ailleurs il nous est arrivé d’y découvrir une pépite en devenir !

 

 
.

 

 

> réagissez à cet article

 

 

Envoyer à un ami Envoyer cette page Almanart à un ami



 


 

offez une oeuvre unique !

 une petite huile, pièce unique à prix très modéré :
une idée à la portée de tous
facile à envoyer, facile à emporter

chez Carré d’Artistes
 

 

 


 

pour Noël des lithographies des 30’s

un petit mais exceptionnel lot dans
l’Abstraction Géométrique des années 30



chez Les Atamanes

 



 

pour les Fêtes : l’art-déco abordable :

 

la Galerie François Rambaud vous propose des sculptures en résine résolument design à partir de 160€ !

et un grand choix design

 

Galerie Rambaud
237 bd Saint Germain

 


 

pour un cadeau à l’artiste de la famille :

 

 

 + 500 produits à prix atelier chez Géant des Beaux-Arts
le plus grand fournisseur pour pros et amateurs

 


 

Envie d’Art : tout beau sur son nouveau site !

pour Noël vous pouvez acheter en ligne sur ce site beau et convivial

cette oeuvre sur bois de Robbert Fortgens,
2014, 24x24 est très accessible : 380 € ! livraison est offerte jusqu’au 24/12

Galeries Envie d’Art

 

 

suivez nous  :

 

Plans et itinéraires du Grand Paris :
Où sont les quartiers d'art ?

 

Le "Petit Mot" : 10 micro-newsletter/an, gratuites
Abonnez-vous, entrez ici votre ad mail :
aucune autre information n'est demandée

 

Mesure d'audience par :

 

 

 

Le "Petit Mot"
Abonnez-vous, ici
entrez votre mail :

10 newsletter/an, gratuit

 

 

 

suivez nous  :

 

 

 

 

nos amis en art et design :

 

Beaux-arts, le guide

NewArtTV, la chaîne de l'art

Tout pour les Femmes, culture & art

BPA : biographie-peintre-analyse