attaché(e)s de presse, soyez efficaces !

 

 

Savoir communiquer : pas si facile !

Attaché(e) de Presse ou Chargé(e) de Communication, vous devez promouvoir en un minimum d’espace-temps, entre annonce publicitaire (la vivacité de l’accroche) et l’article de presse (l’intérêt du contenu) ; vous devez captiver l’attention des médias à un événement, afin qu’elles rediffusent deux contenus : la pratique (quoi, qui, où, quand, comment...) et ce qu’est l’événement et son importance...

Comment faire ? que ne pas faire ?

 

 

 

 

> accueil d’Almanart

 

communiquer, illustré par une exposition :
 

Ryan Trecartin

Ryan Trecartin, I be Area, 2007 (courtoisie MAMVP)

 

> l’exposition Co-workers au MAMVP est courageuse : montrer le monde partagé et virtuel des entreprises-2.0, ses moyens et processus de communication
> une gageure, bien sûr, de vouloir concrétiser cela en visible par des artistes (et des fonctionnaires) qui ignorent ce qu’est une entreprise...
> une scénographie irréelle et futuriste d’un rapport assez lointain avec la réalité ; mais l’exposition est esthétique et curieuse à voir
> une des installation amusante est celle de Ryan Trecartin où le bureau est réduit à une planchette au mur garnie d’ordinateurs et, indispensable complément de vie laborieuse, de machines à café (en libre-service)
> à voir jusqu’au 31 janvier 2016


focus : attaché attachée de presse, chargée de communication, responsable de communication, assistante de presse, communiquer
par Georges Maisonneuve, rédacteur en chef d’Almanart

 

 

 Votre métier d’attaché(e) de presse est délicat :

Avec une difficulté de communication : le contenu doit non seulement intéresser les journalistes mais aussi être réexploité facilement par eux pour servir, en définitive, le grand public.

Vous utilisez deux outils parfois conjointement : le CP (communiqué de presse), une seule page A4 dense pour alerter rapidement, et le DP (dossier de presse), document analytique (historique, références de l’artiste, liste des oeuvres...) avec visuels. Attention : un dossier incertain ou compliqué risque qu’on le zappe !

Rien d’étonnant qu’avec ces difficultés de communication il y ait une différence de niveau entre les "pros" des grands musées et d’autres plus indépendant(e)s : question de formation ? Almanart, qui reçoit des paquets de CP et DP, vous aide !

 

> 1ère règle fondamentale :

1 envoi = 1 seul message ! alors abandonnez les Newsletters...

 

> 2ème règle fondamentale :

mettez-vous à la place de ceux qui recoivent vos envois !

Avez-vous une idée de votre travail vu par vos correspondants ? Non ? Alors voici un retour :

Nous observons que vos envois sont, à :
 - 50% bien rédigés et organisés
 - 25% munis d’erreurs parfois gênantes
 - 25% difficilement exploitables.

Les erreurs récurrentes sont :
- titrage
- mots, noms en majuscules
- infos pratiques peu visibles
- visuels mal joints
- mauvais adressage
- mise en page fantaisiste
- orthographe et la grammaire

Qu’attendons-nous
d’un attaché de presse ?

Nous, destinataires, voulons être informé sans perdre de temps, pouvoir vite trier vos nombreux envois, récupérer les données sur informatique.
Deux mots clés :
> rapidité
> facilité

 

 

Pressé(e) ? Voici 10 trucs primordiaux à ne pas faire :

  cliquez sur les chiffres ( etc) et accédez aux explications correspondantes
 

occulter ou oublier les infos pratiques (date de fin...)
envoyer un document non copiable (texte scanné, majuscules...)
noyer nos boites de flyers, votre logos, imagettes parasites
écrire les noms, lieux, etc, en majuscules
agrandir la page pour qu’on "la voit mieux" (à plus de 100%)
titrer vos méls par une mention banale type "dossier de presse"
inclure un visuel dans le corps du message et non en pièce jointe
nommer vos images n’importe comment (voir exemples)
nommer vos pièces jointes n’importe comment (voir exemples)
envoyer vos courriers trop tôt ou trop tard

 

 

Vous utilisez un Mac ? tant pis...

car 60 à 70% de vos lecteurs utilisent un PC ; voulez-vous peut-être qu’ils vous lisent aussi ?

Alors attention aux fichiers illisibles : les Mac omettent de créer les 3 caractères qu’un PC place après un point dans le nom du fichier (ex : nomfichier.doc où "doc" indique un fichier créé par Word) ; un PC qui reçoit un tel fichier ne sait pas le lire, faute de savoir quelle application ouvrir ! Dans ces conditions, un fichier créé par un Mac peut être mal reconnu par un PC.

Vous êtes sur Mac ? Tapez vous-mêmes un point puis ces 3 caractères après le nom du fichier :

caractères à taper :

application concernée :

.doc

Word

.rtf

format texte universel

.pdf

Adobe Reader (universel)

.jpg

lecteur d’image (universel

.xls

Excel

exemple : "nom.xls"

votre fichier "nom" ouvre Excel

 

Certains formats peuvent être illisibles, votre belle mise en page risque d’être perdue ! Exemple : si vous utilisez Word pour Mac ou un autre traitement de texte, ne PAS enregistrer directement ! Vous avez 3 solutions pour être lu de tous :
> à la fin du nom de votre fichier, taper un point puis les 3 caractères ci-dessus
> choisir directement le format universel RTF
> le mieux : convertissez le document en PDF (pour Adobe Reader, logiciel universel, fort usage en com’)

 

 

Vous envoyez une Newsletter ?

Oui : eh bien, dommage ! Car elle n’est pas faite pour servir de DP, ne respectant pas la règle fondamentale :
> "1 communiqué = 1 sujet"
... et non pas 2 sujets et encore moins 36...
Si le journaliste pressé doit chercher son info dans une suite d’annonces, il zappe assez vite...

 

 Pratique de la rédaction :

  = fréquent ou très important !
 = un des "10 trucs primordiaux"
 

 

 svp ne faites pas : veuillez préférer :
de long discours avec intro, analyse, exposé, conclusion : on est dans la com’, pas à l’uni. ni chez Le Monde avec des virgules imbriquées et le verbe à la fin...
éviter aussi le gros dossier fourre-tout et les newsletters ; nos boîtes ne sont pas un débarras !
> la concision ; svp toutes les infos principales en 1ère page, sans devoir tout parcourir pour les trouver ; phrases courtes, verbe au début !
> distinguer le CP (communication presse) sur une seule page et le DP (dossier de presse), structuré (table des matières), documenté, imagé
de noms, lieux, etc, en majuscules ; inutiles, désagréables, elles oblige à ressaisir au lieu d’un copier-coller > les seules majuscules admises, en langue française, sont celles en début de phrase et en début des noms propres ; point barre !
 > retour aux "10 trucs"
de substitution, vous n’êtes pas artiste :
- pas de fioritures svp
- ni polices folklos
- ni caractères de couleur peu contrastée sur le fond
> le contenu doit primer sur la forme : plus le texte est agréable à lire, mieux il est compris
de texte pénible à lire ; les critères de lisibilité ont été scientifiquement étudiés et impliquent d’éviter :
- les majuscules
- le cadrage centré
- le cadrage proportionne
- les gras et couleurs non structurés
- les longs blocs sans ponctuation
- la ponctuation foklo
> une police lisible et universelle Mac-PC (Arial, Univers, Helvetica...), de dimension normale (de 10 à 12, ni plus ni moins)
> cadrer à gauche sans proportion
> majuscule à la seule 1ère lettre du nom propre ou en début de phrase
> pas de phrases interminables
d’agrandissement de la page pour qu’on "la voie mieux", on passe son temps à dézoomer pour lire l’ensemble, lassant... ;
ni d’agrandissement par double interlignage ou gros caractères, cela oblige à tourner les pages
> sur Word par ex., composez votre texte avec un affichage de 75% ou 100% maxi (polices de 12 ou 10 respectivement) ;
compactez normalement votre texte pour éviter d’imprimer un roman blanc
> retour aux "10 trucs"
de document non éditable, les erreurs grossières étant :
- scanner un document et envoyer son image
- utiliser un logiciel confidentiel (PowerPoint)
- écrire des mots entiers en majuscules
> le journaliste, aussi pressé que vous, doit pouvoir sans effort y copier des éléments pour les coller dans son texte ; surtout ce qui est diffcile à taper sans risquer des fautes, comme les noms propres et les éléments pratiques
 > retour aux "10 trucs"
de document non imprimable :
- fond qui vide la cartouche
- trame d’image derrière
- double espace entre lignes ou paragraphes
- format paysage, ou non A4
- caractères pattes de mouche
- caractères peu contrastés
> presque tout le monde imprime les parties importantes ; les écolos ou économes font l’effort de le faire en mode brouillon (à faible contraste), alors donnez leur le moyen de le faire
 > retour aux "10 trucs"
d’oubli d’une info importante comme la date de fin, car on ne téléphonera pas, ou l’endroit exact et complet : nous ne chercherons pas si Triffouillis-les-Oies est dans le 60 ou le 78... > les infos primordiales sont :
- dates de début ET de fin d’expo
- horaire, jour de fermeture
- lieu géographique (non pas postal), horaires, nocturnes, métro-RER, accès, parking
- numéro du département, mais si !
- moyen d’y aller si hors Paris
- tél du lieu
- nom de la responsable sur le lieu
- site web du lieu
- votre nom et votre mail
de dissimulation d’infos pratiques en dernière page ou pire, noyées dans la masse (on cherche, et puis zut, on zappe...) > les mettre toujours au début, qu’on puisse d’un coup d’oeil à la 1ère page appréhender toutes les données importantes ;
soyez p r a t i q u e s !
 > retour aux "10 trucs"
de prolongation : l’info presse c’est "one shot", sauf pour les très grandes expos > z’avaient qu’à mieux s’organiser ! on n’est pas là pour faire de la pub à répétition pour ceux qui, sait-on jamais, y songeraient...
de paramétrage incorrect de votre ordinateur, notamment pour éviter les problèmes entre Mac et PC > vous avez un Mac et vous voulez que les utilisateurs de PC vous lisent ?
=> lisez ceci !
de groupage d’annonces dans un même DP > rêgle d’or en com’ : 1 message =1 thème !
de mettre des PJ faites par des logiciels folkloriques ou peu utilisés dans la presse (Power-Point, Works, QuickTime...), les formats et logiciels purement Apple et des normes trop spécialisées (fichiers en EPS pour les imprimeurs..., fichiers TIFF, SIT, etc) > tous les ordinateurs décodent les formats universels (RTF...), les logiciels courants (Word et Acrobat), les formats d’image JPEG (format jpg) et ceux d’internet (HTM) ; tous ces logiciels sont capables d’enregistrer sur ces formats universels : pas d’excuse pour ne pas être lus !

 

Pratiquez un bon mailing :

 = fréquent ou très important !
 = n° d’un des "10 trucs primordiaux"
 svp ne faites pas : veuillez préférer :
de mel sans objet ou muni d’une mention banale type "DP" ou "communiqué" ; vous prenez 2 risques : vous faire écarter par les anti-spams, et par le lecteur qui trie sur les titres : trop bête, n’est-ce pas ? > réfléchir à un titre (le "sujet" du mail) concis, explicite en moins de 25 caractères ;
c’est primordial : en lisant sur la messagerie le nom de l’émetteur plus le sujet, on DOIT savoir de quoi il s’agit ET la date de l’événement
> retour aux "10 trucs"
de floraison de flyers et imagettes parasites dans votre mail, elles encombrent les boites... Pas d’adresse, pas de logo, pas d’amuses-gueules svp, on est des pros pas des enfants... > mettre adresses, etc sous forme de texte
> supprimer les logos en PJ (pièces-jointes)
de titre en anglais, c’est aussi un exxxxcccellent moyen de se faire écarter par les anti-spams ! > bis repetita
exemples de ce que nous, ou notre anti-spam, virons tout de suite :
> les images non compressées
> celles sans extension (donc venant d’un Mac) et qui ne chargent pas automatiquement le logiciel de visualisation
> toutes les pubs sous forme d’images
> les images trop grosses, lentes à charger
> no comment...
d’envoi d’image d’un texte, au lieu du texte en mode caractères ! C’est stupide car empêche le couper-colle > aidez-nous, en nous facilitant la manipulation, à pouvoir reprendre des extraits de votre propre texte
de visuels HD dans le corps du message : le mail devient lourd, l’image est illisible car trop grande. Et attention  : Almanart et d’autres pros utilisent des logiciels de réception perfectionnés qui mettent au rebus les images non en PJ, pour écarter les parasites, logos, flyers inutiles : donc vos visuels sont aussi évacués... > évidemment, c’est une règle de base, mettre les images en PJ (pièce jointe), c’est fait pour ça...
Cela ne pose plus de problème de format ou de taille ; elles sont lisibles par un seul clic avec dimensionnement automatique
 > retour aux "10 trucs"
de titrer vos images n’importe comment ; éviter par flemme de les appeler "image1", "photo1", "Sans titre1", etc : que croyez-vous que ça donne après réception de 50 mails ?
Ce qui nous dissuade de regarder : "annonce.jpg", "3f3c4a2.jpg", "10.jpg", "image8.fpg"
> il faut qu’on puisse lier le nom de l’image au nom du mail, pour cela il suffirait par exemple que ce titre et le nom de l’image en PJ commencent par les mêmes caractères, pour faciliter le tri ;
exemples ci-dessous, en

 > retour aux "10 trucs"

de titrer vos PJ (pièces jointes) n’importe comment : "CP2306.doc", "DP.dbf", "cvfc.doc", "attachement.pdf", "CP2306.doc"... :
> ça oblige d’ouvrir la pièce pour savoir de quoi il s’agit
> pire, cet exemple fréquent : nommer un CV d’artiste "CV", sans faire de lien avec l’expo où il figure et qui devient impossible à retrouver
> bis repetita de  ;
 exemples :
-objet : "Machin chez Truc, expo en juin"
-PJ1 : "Machin image 1"
-PJ2 : "MachinCV"
-PJ3 : "Machin DP"
Pas trop difficile, quand même, non ?

 > retour aux "10 trucs"

d’envoi du programme des 6 mois à venir ; sauf si c’est un très grand évènement à ne manquer sous aucun prétexte....il risque de s’abîmer dans une mer de papier ou une toile d’arraignée de mels... > solliciter la presse au moment où il le faut, ni avant (pas plus de 1 mois) ni après (4-5 jours avant c’est virtuellement après !) : l’idéal est entre 2 et 3 semaines avant pour pouvoir venir à l’invitation
de double envoi parce qu’on n’est pas sûr ; ce n’est pas pro et em...nuyeux > no comment...

 

Dites-le à votre dir’com :

 = fréquent ou très important !

 

 svp qu’il ne fasse pas : qu’il préfére :
> tous ses vernissages le jeudi, comme tout le monde et partout, car il y a une chance qu’on n’y vienne pas...
Notamment si vous êtes en banlieue, c’est l’assurance de n’y voir AUCUN parisien, qui sont placés devant le problème de difficilement choisir les invitations de ce sempiternel jeudi.
> s’il n’est pas un acteur majeur, pas de taille à lutter pour être en pôle position ce jour, choisir un autre jour ou une autre heure (avant les autres, par exemple) ;
beaucoup ont compris que se grouper est efficace
de site web en technique Flash, c’est ch... car long à charger, demande presque toujours de télécharger le dernier logiciel flashplayer (ce qui est inutile), et surtout : rend impossible le copier-coller
Résultat = un site dissuasif...
> suivre 3 principes : simple, simple et simple

 > retour aux "10 trucs"

de prise de contact par un formulaire, pour se dissimuler derrière comme le font les fonctionnaires ou les écoles...
Résultat = on ne vous contacte pas : casse-pied, refus de vous donner nos infos persos...
> proposer un mel normal, type "contact@xxx"
> laisser des informaticiens ou des graphistes lui faire son site : il sera hyper-technique ou hyper-graphique, donc hyper-merdique (lent, peu maniable, sans copier-coller...) >désigner un utilisateur (mieux : une utilisatrice) pragmatique pour les encadrer et tester absolument tout
Vernissage sans vin
 Est tout à fait mesquin
> Offrir un petit verre
 N’est pas vraiment plus cher
> téléphoner pour savoir si on a reçu le mél...
vous imaginez combien on en reçoit ?
> un mél efficace, respectant nos 10 points fondamentaux, sera conservé et considéré

 

    bon succès !

 

 

.
riez, souriez sur vos petits écrans :
  > le blog d’almanart : curiosité, humour, people, glamour...
.

 



 

annonces d'événements :


 

annoncez vos ventes
trouvez à acheter

particuliers : annoncez vos oeuvres à vendre

seuls des biens de qualité sont acceptés,
sélectionnés par Almanart

de bonnes occasions pour
acheter

 

 

 

 jetez-vous l’eau : achetez votre billet !

pour fotofever paris novembre 2016
coupe-file, discussions, visite guidée par un expert...
 


 

le Graffiti Art est à Bordeaux

les tableaux de légende 1970-1990 de la fameuse collection Gallizia sont à
l’Institut Culturel Bernard Magrez

 

la collection Gallizia, qu’est-ce ?

 


 

 

un moteur => toutes les ventes !

le plus puissant moteur de recherche d’objets d’art
100 maisons de ventes aux enchères francophones
sont déjà partenaires

 


 

 

les animaux d’André Margat

sont chez Les Atamanes

André Margat, artiste animalier reconnu dont le succès a débuté dans les années 30 ; en 1932 il expose avec Pompon chez l’ébéniste Ruhlmann

 ? qui sont les Atamanes ?

 


 

suivez nous  :  petits écrans :

 

 

Plans et itinéraires du Grand Paris :
Où sont les quartiers d'art ?

 

 

Le "Petit Mot" : 10 micro-newsletter/an, gratuites
Abonnez-vous, entrez ici votre ad mail :
aucune autre information n'est demandée

 

 

 

Mesure d'audience par :

 

 

 

 

 

Le "Petit Mot"
Abonnez-vous, ici
entrez votre mail :

10 newsletter/an, gratuit

 

 

 

 

 

 

nos partenaires :

 

 

 

nos amis en art et design :