Jean Lurçat, l’enchanteur des lisses aux Gobelins

Ceci est une archive d’une exposition exceptionnelle

 
Note sur les visuels : si les droits liés à l’expo sont échus, ne restent que des imagettes de faible définition à titre de mémoire, sans agrandissement possible ; celles agrandissables ont obtenu un accord ou sont libres ou sont en "fair use" ; en cas d’erreur svp nous en faire part et, suite vérification, le visuel sera retiré ou mis en imagette-mémoire ; merci !
  > accueil d’Almanart > sommaire des archives

toutes images, courtoisie Musée Galerie des Gobelins sauf mention / images : clic=zoom

 

Jean Lurçat, l’enchanteur des lisses,
aux Gobelins jusqu’au 18 septembre 2016

Pour le cinquantenaire de la mort de Jean Lurçat (1892-1966), une généreuse rétrospective à la Galerie des Gobelins à Paris.
P
eintre, illustrateur, poète, Lurçat était le grand rénovateur de la tapisserie, qu’il a fait entrer dans la modernité. Voyageur, ses créations ont subi les influences de contrées colorées et joyeuses et ont donné à ses tapisseries une flamboyance qui n’avait jamais été atteinte ; sa création est pensée pour la tapisserie, contrairement aux peintres qui ont souvent fait réaliser des tapisseries à partir de leurs tableaux

 

Jean Lurçat le peintre tapissier

la tapisserie est un médium d’autant plus intéressant qu’il se situe entre l’art et la décoration : l’art puisque le "peintre" Jean Lurçat crée des cartons originaux (près d’un millier) qui sont repris par les ateliers tapissiers, et décoration car traditionnellement ces réalisations y étaient dévolues ; aujourd’hui la perception du textile en général, donc de la tapisserie, évolue vers l’art pur et Lurçat y a contribué :

> cette tapisserie est exceptionnelle par sa structure libre (alors que ses autres réalisations jouent sur la symétrie), sa folle exubérance et les animaux exotiques qui s’y ébattent ;

inspirée de son voyage au Brésil en 1954, elle décrit des papillons qui planent au lieu de voler : "je peux les mettre dans tous les sens inimaginables et ils tiennent"

 

Jean Lurçat

Jean Lurcat, Tropiques, 1957, basse lisse, laine, Atelier Picaud d’Aubuisson (courtoisie Fond. Lurça et Mus. Gobelins)

 

  Jean Lurçat

 

 

> déjà en 1947 ses tableaux portent les prémisses d’un style qui deviendra très reconnaissable

Par contre il devra composer les couleurs de ses cartons en tenant compte du jeu de couleurs disponibles des laines

 

 

Les Mats, 1931, huile
(courtoisie -Musée Zervos)

Ses premiers pas dans le domaine du textile portent sur la décoration :
> avec en 1938 la commande du revêtement de ce Canapé, Les Illusions d’Icare

canapé-causeuse, canevas et
paravent basse-lisse laine et soie, 1938

 

Puis, pour relancer l’art de la tapisserie, l’Etat lui commande Les Quatre Saisons, ensemble de quatre tapisseries qui marquent le renouveau de la tapisserie d’Aubusson

Jean Lurçat

peinture et poésie

Jean Lurçat, poète lui-même, côtoie les grands poètes de son temps : Rainer Maria Rilke, Guillaume Apollinaire, Max Jacob, Louis Aragon, Paul Eluard, Pierre Seghers… ; il est surtout fasciné par Eluard, Tzara, Aragon et Apollinaire auxquels il emprunte des vers qui viennent enrichir ses tapisseries

  Jean Lurçat

 

 

> Le Jardin du poète en 1955 atteint un sommet avec des extraits de textes d’Appolinaire (Le jour s’ouvre comme une orange), de Jean Marcenac (J’en vois de toutes les couleurs) et de Paul Eluard (Le poids léger et doux des bourgeons et des fruits)

 

Le Jardin du Poète, 1955,
basse-lisse laine, atelier d’Aubusson

 

 

 

des motifs récurrents

Jean Lurçat est très constant : son style a peu évolué au cours de sa carrière ; bien qu’il se soit progressivement libéré, trois motifs reviennent constamment dans ses oeuvres, quelles que soient les circonstances :

> le soleil, figure centrale de plusieurs réalisations dès ses débuts, est peut-être un peu trop répétitif ; à propos d’un superbe coq enrobé de soleil il dit : "quelle gloire, quelle superbe ! un roi, le Grand Roi, le Roi Soleil !" et en fait une tapisserie !

> un bestiaire d’animaux fantastiques issu de l’imaginaire médiéval que Jean Lurçat a admiré dans la tapisserie de l’Apocalypse d’Angers ; en fait il conçoit ce bestiaire comme de véritables poèmes tissés

> les feuillages d’une nature, qu’il transcende en paradis :

 

Le Jardin du Reveur, poème de Pierre Seghers
1968, basse-lisse laine
 

Jean Lurçat

remarques techniques

pour réaliser une tapisserie, l’artiste crée le motif sur un "carton", c’est-à-dire un modèle -pas forcément à l’échelle- qu’il dessine et/ou peint souvent sur un carton car il n’est pas destiné à être exposé ou vendu en qualité d’oeuvre ; puis l’atelier réalise la tapisserie sur cette base

Jean Lurçat qui est avant tout un peintre, conçoit ses cartons comme des tableaux, avec un soin minutieux et abouti, comme le montrent ces deux exemples :

 

Jean Lurçat

 

Jean Lurçat

 
Carton de Esope, 1947, gouache et crayon
 
carton de La rose et le colibri , 1955, gouache

 

A partir des cartons, la plupart des réalisations sont faites par les ateliers des Gobelins, de Beauvais et de la Savonnerie, qui dépendent tous du Mobilier national, ou d’ateliers d’Aubusson ; toutes les tapisseries sont authentifiées par un bolduc : sorte de cartel en tissu cousu au dos et en bas mentionnant l’atelier, la date de réalisation, l’auteur du carton et signature, la technique du tissage.

Pour atteindre les très grands formats qui sont une de ses spécialités, Lurçat fait utiliser la technique du canevas de laine, plus rapide d’exécution et moins chère que la tapisserie traditionnelle de lice faite sur un métier à tisser.

 

 

 

plus d’infos :

> l’exposition à la Galerie des Gobelins (le musée)
> la Fondation Jean et Simone Lurçat
> reportage : le Mobilier national et la Galerie des Gobelins

 



à vos petits écrans !

  > le blog d'almanart : curiosité, humour, people, sexy...
 

 

annonces d'événements :


 

l’art au vert :

partez en week-end arty !

voir nos suggestions

 

 


 

suivez nous  :  petits écrans :

 

 

Plans et itinéraires du Grand Paris :
Où sont les quartiers d'art ?

 

 

 

Le "Petit Mot" : 10 micro-newsletter/an, gratuites

abonnez-vous, entrez ici votre ad mel :

aucune autre information n'est demandée

 

 

 

 

Mesure d'audience par :

 

 

 

 

 

Le "Petit Mot"
Abonnez-vous, ici
entrez votre mail :

10 newsletter/an, gratuit

 

 

 

 

 

 

nos partenaires :

 

 

 

nos amis en art et design :