la sculpture n’est plus de marbre

 

la sculpture a-t-elle disparu ?

 

plusieurs amateurs pensent qu’elle n’est que classique ou qu’elle a disparu

Vraiment ? Cherchons bien…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Moffat Takadiwa,
Plastic-Smile, 2016, 220x160x15
(courtoisie Galerie des Galeries)
 

la sculpture illustrée par l’actualité :

> un sourire qui reluit d’autant qu’il se compose de brosses à dents et de tubes dentifrices, dûment ritualisés par Moffat Takadiwa, des déchets recyclés avec humour
> ainsi va la débrouille africaine, qui part de presque rien pour vous enchanter
> une des pièces de l’exposition-découverte de l’art plastique africain, une des meilleures parmi les nombreuses de la saga africaine qui déferle sur Paris
> à voir à la Galerie des Galeries, l’espace d’art des Galeries Lafayettes, quasiment introuvable car nulle part indiquées ; sans doute la part africaine des fameuses "Farfouillettes" ? (allez, on est sympa : demandez le stand Vuitton, c’est juste derrière, au 1er étage)
> voyez notre reportage ici

 

> accueil d’Almanart

> sommaire thèmes

focus : sculpture moderne et contemporaine ou actuelle ; sculpter la pierre ou fondre des bronzes : artistes sculpteurs

 

 

la sculpture existe-elle encore ?

d’abord, de laquelle parle-t-on ?

étymologiquement sculpter signifie en latin "tailler la pierre", ce qui la différencie théoriquement du modelage de la terre. En fait le terme est générique et désigne tout ce que façonne la main de l’homme en 3 dimensions, au moins en art classique et moderne ; toutes les techniques sont concernées : moulage, fonte... pas seulement la taille directe, et tous les médias : métaux, bois, terre... pas seulement la pierre ou le marbre.

 

Henry Moore fut l’un des derniers grands sculpteur moderne utilisant
des techniques classiques, ici : Helmet head 2, bronze, 1955, 34 x 24 x 24
Cette tête suggère un casque militaire, témoin de sa démarche humaniste
(courtoisie Henry Moore Foundation et Staadtsgalerie Stuttgart) ... clic=zoom
  Henry Moore Helmet head

 

Car il y a désormais bien des techniques qui permettent de créer des oeuvres d’art en volume : de la traditionnelle fonte à l’impression 3D (une taille par imprimante laser à partir d’une modélisation informatique).

La résine est un matériau très utilisé pour ses facilités de réalisation (elle se moule ou elle se pétrit), elle plait aux artistes par ses capacités à être peinte, à inclure des pigments, à la mixer avec d’autres matériaux par inclusion ; sa légèreté facilite le transport et l’accrochage. Evidemment ce n’est pas une "matière noble" mais qui s’en soucie actuellement ?

 

sculpture murale de Faz
A livre ouvert, 2012, résine peinte, 93x,73x7
(courtoisie l’artiste) ... clic=zoom
  Faz

 

Alors oui, si l’on veut bien prendre le terme dans ses pleines dimensions (si l’on peut dire), la sculpture existe, mais sous des formes inhabituelles..

 

 

 

l’installation… une sorte de sculpture ?

 les installations sont en plein essor, telle un marqueur de l’art du XXIè siècle ; on peut considérer qu’il s’agit d’une extension de la sculpture...

par exemple comment classer cette oeuvre complexe de Marion Laval-Jeantait & Benoit Mangin : une installation puisque bien intégrée dans le lieu ? une sculpture puisque non créée pou le lieu, donc indépendante de lui ?

 

Marion Laval-Jeantait et Benoit Mangin ont montré en fin 2013
au Musée de la Chasse et de la Nature, leur cosmogonie homme-animal
une démarche qui interroge les relations entre ces deux mondes
> cette sculpture concerne le massacre du bison de l’Oregon
disparu en 1825, l’homme chasseur n’étant évoqué que par la
trace de ses pieds dans une marre de sang, peut-être une façon anonyme
de se dérober ? Les artistes le remettent "les pieds dans le plat"
(courtoisie AOO) ... clic=zoom
  Marion Laval-Jeantait et Benoit Mangin

D’une manière générale les différences portent sur ces bases, dans la mesure où cela a encore du sens :

> l’artiste conçoit une sculpture comme un objet individuel et indépendant du contexte où il se place, que ce soit une salle à manger ou la place du village ; c’est généralement un multiple tiré (ou fondu) à 8 exemplaires. Le contraire d’une installation qui est souvent in-situ, c’est-à-dire conçue pour l’endroit où elle est destinée, et de surcroît pièce unique

> la sculpture classique peut être un objet décoratif dont le plaisir est esthétique, mais souvent sans signification particulière comme par exemple le statuaire ; c’est peut-être pour cela qu’elle intéresse moyennement les artistes actuels qui cherchent plutôt à transmettre un message par leurs oeuvres

> la signification, le message, la prise de position affirmée par le spectaculaire est une tendance lourde de l’art actuel. Evidemment l’installation convient mieux que la sculpture ; mais l’un n’empêche pas l’autre :

Julien Salaud

Julien Salaud, Constellation de la biche 2, 2012
(courtoisie l’artiste et gal. Tarasieve) clic=zoom

par exemple Julien Salaud (représenté par la Galerie Tarasiève) a créé une série de grandes oeuvres mystiques entourées de fils (émanation ou protection ?), mais aussi de petites pièces murales dans le même esprit (telle celles qui sont au mur sur l’image).

Ainsi ses sculptures sont-elles des prolongements de ses installations, dont la signification est alors éclairée par ces sculptures

 

la définition qui réunit tout le monde :

c’est celle de Barnett Newman, célébrité de l’expressionnisme abstrait américain : "une sculpture est quelque chose que vous heurtez lorsque vous reculez pour admirer une peinture" !

 

note : qu’est-ce qu’une sculpture murale ? c’est un volume destiné à être accroché au mur ; la différence avec une scultpure est que si vous vous obstinez à vouloir tourner autour, vous risquez de vous manger le mur

 

 

  plus d’informations :

> les techniques de la sculpture
> les installations, définitions, exemples

 

.
Vous êtes amateur, collectionneur ?
Almanart peut vous guider et vous aider :
voyez nos services !
.

 



à vos petits écrans !

  > le blog d'almanart : curiosité, humour, people, sexy...
 

 

annonces d'événements :


 

 

"on se dit tout" avec une artiste !

clic sur l’image = vous saurez tout


 

un artiste crée la tombe de Gauguin !

incroyable histoire !

un peintre, Pierre Bompard (1890-1962), a créé la tombe de Paul Gauguin aux Marquises...
racontée par Les Atamanes

 ? qui sont les Atamanes ?


 

artistes, profitez de l’aubaine !

au Géant des Beaux-Arts, jusqu’au 19 juin 2017

> qui est Géant des Beaux-Arts ?

 


 

des services personnalisés
pour les amateurs
et les collectionneurs !

 



 

suivez nous  :  petits écrans :

 

 

Plans et itinéraires du Grand Paris :
Où sont les quartiers d'art ?

 

 

 

Le "Petit Mot" : 10 micro-newsletter/an, gratuites

abonnez-vous, entrez ici votre ad mel :

aucune autre information n'est demandée

 

 

 

 

Mesure d'audience par :

 

 

 

 

 

Le "Petit Mot"
Abonnez-vous, ici
entrez votre mail :

10 newsletter/an, gratuit

 

 

 

 

 

 

nos partenaires :

 

 

 

nos amis en art et design :