comment, où acheter de l’art ?

 

pourquoi achetons-nous de l’art ? aquérir une oeuvre, disent les psychologues,’c’est :

> s’approprier une part de culture par l’objet
> perpétuer la mémoire d’une émotion, comme par une photo de famille
> faire entrer chez soi le rêve et sa liberté
> satisfaire un besoin esthétique, l’oeuvre entre dans la décoration
> compenser un regret de ne pouvoir être artiste
> se faire interpeller, remettre les choses "au carré", par une oeuvre forte
> faire valoir son originalité, son intelligence
> faire valoir sa capacité financière, bien placée

Nous pensons plus simplement qu’acheter une oeuvre traduit notre amour de l’art.

 

Reste à savoir comment et où acheter de l’art, quels sont les avantages et inconvénients des différentes filières.

 

 

 

 

Gérard Laux alias Mosko, Jaguar, 2016, pochoir
(courtoisie Le Cabinet d’Amateur )
 

où acheter, illustré par une exposition :

> bien sûr vous l’avez déjà rencontrée, la ménagerie de Mosko ; dans les rues où elle abonde depuis des années dans ce style très reconnaissable et sous la signature des Mosko Associés ; et, depuis un an, sous celle de Mosko seul, à savoir Gérard Laux
> et se pose toujours la même question pour les artistes des rues : comment, où acheter leurs oeuvres ? c’est plus facile lorsque les street-artistes trouvent une galerie, comme c’est le cas de Mosko
> à voir (et donc acheter) au Cabinet d’Amateur, jusqu’au 10 avril 2016

Mosko, Gérard Laux
 
> accueil d’Almanart
> sommaire de savoir acheter

 

 

 

 

 

acheter dans les galeries

 
r
echercher, découvrir, hésiter, dialoguer avec des gens heureux de partager leur passion, ceci sans plus d’obligation que dans un magasin... : pourquoi se priver de ce petit cérémonial, voie du nécessaire compromis entre les élans du coeur et la rigueur de la raison ?

> voir : comment fonctionne une galerie, quels sont ses apports ?

En compensation de ses services, une galerie prend une marge (brute) de 40 à 60% (50% en moyenne) du prix de vente d’une oeuvre, selon les engagements pris avec ses artistes, le niveau de ses charges (la mise en scène de certaines vidéos ou installations est chère) et selon la probabilité de vendre, qui dépend du succès de l’artiste et de la "rareté" de sa production face à la demande. Les taxes sont incluses dans le prix de vente. Compte-tenu du travail fourni cette marge est normale, et 50% avant frais et charges pour la partie commerciale est une constante de tous commerces

Sans le travail d’une galerie vous n’auriez probablement jamais entendu parler de l’artiste qui vous plait ; sans elle, la notoriété de cet artiste ne pourrait évoluer et sa cote peu de chance d’augmenter. Et le jour où ou vous songerez à revendre une oeuvre ou l’échanger, elle pourra peut-être vous aider. A long-terme il y va de votre intérêt.

C’est un peu cher ? si les conditions le lui permettent, si manifestement vous devez faire un effort financier pour votre coup de coeur, demandez à la galerie de vous aider ; elle pourra vous consentir 5% à 15% de rabais (variable selon le contexte économique) ou vous proposer des paiements échelonnés en 2 ou 3 fois sans frais.
Payer en espèces ni vu ni connu pour un plus fort rabais ? peut-être mais franchement déconseillé ! vous accumulerez les inconvénients cachés : pas d’assurance faute de certificat, aucun recours en cas de vol ou de faux... et si dans 10 ans la cote de l’artiste est haute, votre oeuvre sera plus difficilement vendable parce que non répertoriée...

Soyez attentifs et pas trop naïfs car fixer des prix est une pratique approximative : les artistes émergents sont introduits "au feeling" faute de cote, et ceux des artistes connus varient d’une galerie à l’autre ; exemples vécus : une oeuvre de Lartigue vaut exactement deux fois moins chez X que chez Y ; une galerie "amicale" a bien voulu céder à un ami peu connaisseur une huile au double de son prix "objectif"... ; cas extrêmes et rares car le milieu est plutôt sain, mais nous vous adjurons de connaître un peu les prix, d’avoir un brin de bon sens, de marchander un peu, de vous informer sur les cotes, de consulter un expert, un autre galeriste, une relation compétente , ou adressez-vous à almanart, on pourra vous aider.

Pour repérer les galeries, voir où aller ou consulter notre sélection des expos en cours, classées par quartiers
 

En conclusion dans une optique à long terme, l’achat en galerie est le meilleur compromis et le plus souple moyen d’assumer un coup de coeur ; c’est aussi le moyen le plus décontracté car vous avez le temps de réfléchir, et le moyen le plus sympathique par la balade qu’il impose, le plaisir de la découverte, et souvent la qualité du contact humain.

 

publi-information partenaire . "Double S", une synergie artistique Chine-France :

> deux sociétés culturelles se renforcent et échangent entre la Chine et la France, l’une à Pékin, l’autre à Paris St-Germain : la Galerie Double S, plate-forme d’art qui encourage les rencontres entre les artistes, le public et les étudiants
> les artistes qu’elle vous fait découvrir ont cette particularité très chinoise : un travail d’excellente qualité picturale


 

 

acheter dans les foires et salons

 
i
l y a deux types de manifestations :
celles où ce sont des intermédiaires professionnels qui vendent, celles où les artistes vendent directement ; ces deux types de manifestations sont aussi bien nommées "foires" que "salons".
Normalement on ne vend pas dans les salons, mais les deux termes souvent se confondent...

Ce qui diffère est le mode de vente : dans certaines foires ou salons les artistes vendent en direct ; ce sont aussi ceux qui parfois louent une galerie pour être vus ; les artistes consacrés sont toujours représentés par des intermédiaires.
Ce qui ne veut pas dire que les ventes directes soient forcément de moindre qualité, mais elles concernent beaucoup d’artistes émergents non cotés, dont l’un sera peut-être une future valeur ; ce sont deux marchés complémentaires qui, pour vous acheteur, méritent des démarches distinctes : l’une de découverte, l’autre de confirmation.

Il y a 4 publics, mais qui se cotoient peu du fait des horaires d’admission et du nécessaire cloisonnement commercial, de plus en plus sélectif et contrôlé :
> les VIP (Very Important Portefeuilles (sic)) sont ceux qui, réellement, justifient les salons internationaux comme outils commerciaux ; ne vous y trompez pas : sans eux, il n’y aurait ni salon, ni art et vous, acheteur, n’auriez rien à voir... circulez ; parmi eux sont les entreprises mécènes, qui heureusement sont de plus en plus nombreuses en Europe
> les pros de l’art qui font leur business relationnel, plus la presse (journées professionelles ou de presse)
> les acheteurs lambda mais constants, qui se voient invités aux "vernissages publics"
> les journées grand public, payantes.

Avantages d’acheter dans les salons et foires : vous êtes anonyme et décomplexé, vous demanderez facilement un renseignement ou un prix, cela n’engagera à rien (mieux : les anglo-saxons ont, eux, l’obligeance de mettre le prix sur les étiquettes) ; vous aurez un choix vaste, en une tournée de 2-3 heures vous aurez un panorama de la situation de l’art, des idées d’achat concurrentes et ressentirez plus d’indépendance.
Mais il vous faudra accepter quelques sérieux inconvénients : la foule interdit toute sérénité, voire l’observation sereinne des œuvres, la fatigue finit par troubler la fête, les lieux ne sont pas toujours romantiques, la décision d’achat doit être rapide (vous ne reviendrez pas) et vous regretterez peut-être votre impulsivité... ou votre indécision. Les coups de coeur sont bienvenus.

 

.
vous êtes amateur, collectionneur ? alors vous êtes aussi acheteur et vendeur !
pour vous, Almanart annonce des oeuvres de qualité
à céder par des particuliers

 

 

Attention : ces foires exacerbent la mode en cours ; restez attaché à vos convictions, votre goût et votre bon sens ; par exemple la photo est devenue en l’an 2000 un "phénomène de mode" et les prix se sont envolés, pour retomber un peu ensuite. Lors de votre choix posez-vous au moins ces 2 questions :
> quelle notion d’originalité s’applique à l’oeuvre convoitée ?
> son prix est-il normal ou "conjoncturel" (sa cote sera-t-elle stable) ?
Les prix pratiqués sont généralement les mêmes qu’en galerie et vous pourrez négocier 5 à 15%.

Vous êtes passionné, vous êtes patient, curieux, vous avez le temps ?
Allez donc dans les foires de second rang, dites "off", ce qui signifie nullement de piètre qualité, ou dans les manifestations de province moins soumises à la pression des porte-feuilles étrangers. De jeunes foires et manifestations se créént dans beaucoup de villes moyennes d’Europe, elles valent souvent le détour.

Les nouvelles foires dites "abordables" démocratisent l’art contemporain et offrent un vrai choix d’artistes souvent de qualité (il faut trier un peu plus) avec des prix étudiés. Certaines ont un vrai souci d’accompagnement du néophyte en offrant des services de coach, des conférences, des enchères et peuvent présenter de jeunes artistes qu’elles priment.

 
En conclusion, ce lieu d’achat est avant tout une commodité, qui offre un choix tel qu’il vous permet d’avoir une vue assez complète de la création dans un délai restreint ; si vous avez décidé à priori d’acheter quelque chose, c’est l’idéal. Les prix ne seront pas moins élevés qu’en galerie.

 

 

acheter ou vendre aux enchères

 
en France elles sont organisées par des Société de Ventes Volontaires (SVV) agréées, soit en salle, soit en ligne..
Comment se déroule une vente dans une salle ?
Pas comme ça, rassurez-vous ; il y a de l’empoigne mais c’est plus civil.

Mais êtes-vous vendeur ou acheteur ?
 

 

 

vous êtes acheteur

mieux vaut savoir ce que vous voulez acheter : vous aurez donc vu l’exposition le jour précédent et consulté le catalogue, n’est-ce pas ?
Dans les grandes ventes vous déposerez préalablement identité et garantie de paiement (numéro de carte de crédit), dans les petites ventes on vous les demandera dès votre 1er achat ; pourquoi ? Simplement parce que si un lot vous a été adjugé, la loi vous contraint de l’acheter, et ou  !
En plus du prix adjugé s’ajoutent les honoraires de l’étude, de 15 à 25% selon les cas, plus une TVA de 3,332% si l’achat convenu ne dépasse pas 100’000 € ; les devises sont converties au moment du paiement.

Vous n’osez pas ? Décontractez-vous : allez d’abord dans une vente à Drouot pour regarder, l’entrée est libre et on ne vous demandera rien ; en vente amusez-vous mentalement à repérer une œuvre et notez son estimation puis jouez le jeu "à blanc", voyez le rituel, repérez les habitués ou professionnels, observez comment ils font, imaginez à quel moment vous vous manifesteriez ; le spectacle est lui-même intéressant.

Vous êtes décidé ? un conseil : n’allez pas trop loin dans le feu de l’action ; fixez-vous une limite intégrant environ 20% de frais & taxes ; la vraie question est : combien ai-je envie de dépenser, au pire ? Question à se poser avant !
Pendant la vente il vous faut être rapide, mais cooooool… En face vous aurez d’abord l’étude qui organise la vente et qui, cherchant à satisfaire ses clients vendeurs, pousse au plus haut ; vous aurez aussi des professionnels : galeristes, marchands d’art, acheteurs de fondations et musées : ça peut devenir chaud... c’est la règle ; si cela vous angoisse, achetez autrement, car là encore c’est le plaisir qui doit primer.
Si vous ne pouvez ou ne voulez pas être présent, vous pouvez préalablement à la vente déposer un ordre d’achat assorti d’un chèque ; c’est le commissaire-priseur qui se substituera à vous en faisant savoir au public qu’il détient un ordre de tel montant : si personne ne renchérit, le lot sera à vous ; la difficulté est évidemment d’ajuster le montant de l’ordre.

 

publi-information partenaire . "Blancs-Manteaux Auction" dans le Marais

> Blancs-Manteaux Auction est une petite Etude de ventes aux enchères ouverte :
> simplicité et rapidité en ligne, convivialité en salle, ouverture aux jeunes...
> des ventes d’artistes actuels, d’avant-garde et de street-art
> des prix abordables, des frais raisonnables...


 

 

Le lot est à vous... sauf si ne viennent contrarier votre légitime joie :
> une erreur ou un vice de procédure commise en vente (le commissaire priseur est un officier ministériel, c’est une garantie contre ces cas)
> la révélation d’un faux, ou d’un vol (la vente peut être annulée à posteriori)
> une préemption de l’Etat, annoncée dès adjudication.

Quand payer ? dès la session terminée ; normalement vous devriez avoir un mois pour solder votre dette sous risque de remise en vente, de frais et indemnités ; cela étant, l’étude peut parfois accorder des délais (les professionnels en bénéficient bien, eux).

Quand prendre le lot ? Dès son paiement ; mais si vous êtes emballé par votre achat, lui aussi devra l’être par vous : prévoir le nécessaire pour son transport voire son assurance ; seules les grandes ventes assurent un gardiennage temporaire et une logistique, payante (ou négociable avant)

Je n’en veux plus ! Votre émotion vous a entraîné loin de vos moyens ? C’est une "Folle enchère" : le lot est par exemple remis en vente et vous devrez régler l’éventuelle différence entre le prix initialement atteint et le nouveau prix d’adjudication si ce dernier est inférieur, plus éventuellement des intérêts, frais de dépôt du lot, manutention et transport... La SVV peut peut-être vous accorder un petit délai mais contrairement au ventes en ligne, vous n’avez pas un délai légal de rétractation.
Pourtant la rétractation est une calamité en Chine, où la proportion forte de frimeurs et frivoles qui se rétractent est telle, qu’elle plombe la réputation des meilleures salles de ventes chinoises et faussent leurs statistiques ; heureusement ce sport est plus risqué en occident, où les limites sont bien établies ; vous risquez même de vous voir, comme au Casino, interdire d’achat.

 

publi-information partenaire . les bonnes affaires des Atamanes :

Atamanes  

> spécialistes des Petits Maîtres modernes, elles squattent les ventes aux enchères, sont capables d’y dénicher les pépites cachées (ce que vous ne saurez pas faire) et... vous les revendent (après nettoyage, restauration...) sur internet

320€ huile post-impressionniste Soir au Luxembourg de Valley Amédé, typique début 20ème

 
> une double affaire pour vous : des choix pointus et des prix très abordables !


 

 

vous êtes vendeur

bravo, mais ne croyez pas qu’on peut tout vendre à n’importe quel prix, il y a des modes en art et le marché fluctue : il faut savoir quoi vendre, quand et où. Observez, prenez des conseils (Almanart peut vous aider).

Compliqué ? Mais non, tout est fait pour vendre !
Il vous faudra d’abord montrer l’œuvre à céder à l’étude qui en fera une double expertise : l’authenticité et la valeur, basée si elle existe sur la cote de l’artiste ; vous devrez pour des œuvres de grande valeur montrer le certificat d’achat ou être capable de prouver vos droits de propriétaire ; tout ceci n’est pas nécessaire dans les petites ventes, dites "ventes courantes".

L’établissement du montant de mise en vente est tactique, le commissaire saura vous conseiller ; il vous faut aussi fixer un "prix de réserve" en dessous duquel la vente peut n’être pas conclue, faute d’amateur ayant enchéri ; il correspond généralement à l’estimation basse ; alors si vous voulez absolument vendre, posez une limite plus basse que l’expertise.
Vous pouvez aussi vous mettre d’accord avec l’étude pour qu’elle vous garantisse une somme minimum quelle que soit la vente et, au-dessus, vous conviendrez d’en partager la plus-value. Attention : en cas de mévente sous le prix de réserve, vous devrez dédommager l’étude des "frais de rachat" (environ 3% du prix de réserve).
Rappelez-vous cette vérité : il s’agit de réussir une transaction commerciale et la mise à prix n’a pas valeur d’expertise, mais le prix adjugé contribuera à établir la cote de l’artiste et de l’œuvre. Sachez aussi qu’en vendant de cette façon, vous serez identifié par l’administration fiscale, surtout si vous êtes acteur d’une grande vente, même si la société de vente ne la déclare pas…

Un risque pour l’acheteur par téléphone ou dépôt d’ordre d’achat : que ce que vous découvrez en réel ne corresponde pas à la description, de par l’état, le ressenti envers l’oeuvre, ou le doute sur l’authenticité (certains faux ou pièces bidouillées peuvent être mélangés avec d’authentiques, ce n’est pas rare)... Car dans la profession SVV on trouve de tout : des grands internationaux jusqu’aux petits opérateurs locaux, dont quelques uns sont nichés dans des locaux insalubres, vétustes, qui entassent les oeuvres sans précaution... donc prudence si vous achetez sans voir l’oeuvre avant !

Les grands opérateurs (auctioneers en anglais) tous genres confondus à Paris sont classés par chiffre d’affaires décroissant 2006 : Drouot-Patrimoine (qui est le plus grand regroupement de traders de Drouot) puis Christie’s, Sotheby’s et Artcurial au même niveau, enfin Tajan qui ont tous leurs salles privées, puis Piasa, Pierre Bergé, Beaussant-Lefèvre, CalmelsCohen... qui peuvent opérer à l’Hôtel Drouot ou dans leurs salles privées ; il y a aussi des études en Ile de France, par exemple Osenat à Fontainebleau et Aguttes à Neuilly ; tous opèrent selon le même rituel légal

 

 

acheter sur internet


il y a beaucoup de sites de vente d’art, en gros distinguez 3 catégories :
> les généralistes qui vendent aussi de l’art, comme eBay
> les petits sites spécialisés, souvent des extensions d’autres activités professionnelles, comme ceux des artistes et ceux des galeries
> les grands sites spécialisés, comme Artprice
ou Artsper

le risque principal sont les arnaques, faux et abus, moins du fait des sites mais des vendeurs qui, s’ils sont nombreux, ne peuvent être contrôlés par les grands sites.

 

Les sites spécialisés dans la vente en ligne d’oeuvres d’art qui fonctionnent le mieux sont ceux :
> qui s’appuyent sur des professionnels pour sélectionner voire expertiser les oeuvres, et se munissent d’une charte de vente
> ceux qui vendent en ligne ET aussi en cimaise, ce qui vous rassure visuellement sur votre choix, la qualité et l’authenticité des oeuvres présentées par des professionnels ; la consultation du site vous permet un pré-choix qui évite un déplacement et vous permet de sonder les prix.

Un véritable marché particulier mais aussi professionnel s’est imposé sur e-Bay ou sur Artprice ; mais il faut bien les distinguer car chez les généralistes les risques sont assez élevés (voir ci-dessous) ainsi que certaines déviances comme des faux amateurs qui vendent (et se voient souvent pris à partie par le fisc pour activité professionnelle dissimulée), en toute conscience ou non, ou des professionnels qui se font passer pour des amateurs, par sociétés-écran pour certains... la vie sauvage existe sur internet, par absence de services et conseils spécialisés en art ; il y a juste un petit contrôle par notation à posteriori des vendeurs par les clients sur quelques grands sites. La encore en cas de doute consultez-nous.

Mais les avantages de l’achat en ligne sont bien là : chiner, choisir, consulter les prix discrètement, pouvoir en discuter en famille sans pression du vendeur ; et c’est ainsi facile et rapide d’offrir un cadeau culturel.
L’inconvénients est que le choix d’une oeuvre chère peut difficilement se concrétiser sans la voir et sans bonne documentation, sauf pour les acheteurs très avertis.

D’autres arguments sont avancés par ces sites : des prix plus bas (mais ceci est toujours à vérifier), la possibilité d’échange ou de retour (c’est la loi qui l’impose), des possibilités de crédit ou d’étalement (les galeries le font aussi).

Qu’y trouve-t-on ? Sauf sur les grands sites spécialisés, peu de grands artistes (sauf sous forme de reproductions), pas d’avant-gardistes ; mais vous découvrirez de bons créateurs, et parmi eux peut-être quelques grands de demain ; le marché est donc assez concurrent (ou complémentaire) de celui des galeries ou des salons. A vous d’oser ; allez-voir sur internet, ça au moins ce n’est pas cher !

les risques :

> découvrir que l’objet en réel qui ne correspond pas au virtuel, de par son état, ses dimensions, votre ressenti... d’où l’intérêt des sites locaux ayant leurs galeries. Parade : ces ventes sont soumises à la loi de la VPC (vente par correspondance) qui prévoit le repentir de l’acheteur même sans motif mais dans un délai court ; voir les modalités de la vente par correspondance

> attention aux sites étrangers à l’UE : vous avez théoriquement une même procédure mais la garantie n’est pas bien assurée puisque hors Communauté Européenne et les vendeurs peuvent être des particuliers

> je n’en veut plus ! vous vous êtes trompé ou votre émotion vous a entraîné trop loin ? l’Europe vient à votre secours : vous avez 14 jours pour changer d’avis, même en Angleterre, mais c’est parfois la galère...

> cette oeuvre d’un artiste très connu n’est pas chère, quelle belle affaire ! pour les gogos, certainement ; car le nombre de faux qui circulent sur internet est assez alarmant pour avoir suscité une enquête approfondie de la brigade anti-fraude en 2012... Sans connaissance ni conseil vous êtes une une vraie proie (ou poire : anagramme bien tentant)

> les fraudes sur les paiements bancaires sont alarmantes : sur internet en 2014 selon l’Observatoire de la sécurité des cartes de paiement, la fraude y représente 65% du total des arnaques à la carte bancaire, bien que les transactions en ligne ne font que 11% du montant global des paiements
Vous vous sentez peut-être statistiquement à l’abri, car le taux de fraude sur internet est "seulement" de 0.08% toutes méthodes confondues [Les Echos 16/07/14] ? faux : l’art est une cible préférentielle car aussi un véhicule de blanchiment ; ainsi même si vous êtes vendeur vous avez un certain risque de ne pas être payé

 
En conclusion si vous êtes un amateur d’art peu habitué aux circuits parisiens, si vous ne pouvez vous déplacer en journée, si vous souhaitez rester discret : la vente sur internet est une alternative intéressante et rapide ; elle représente aussi une bonne façon de vous faire une idée sur l’art contemporain et de connaître ses coûts. Mais soyez trèèèèès prudent, c’est aussi le terrain de la bidouille ; ne vous intéressez qu’aux circuits professionnels sûrs.

 

 

voir en ligne et acheter en vrai !

 

qu’est-ce donc que cette formule ?

C’est une combinaison de l’achat en galerie et sur internet.
Un c
oncept relativement récent et si peu d’acteurs y opèrent, c’est avec succès ; la raison s’appelle sécurité !

 

Une bonne partie des galeries ont maintenant développé cette formule, soit sur leur propre site, soit sur un grand site spécialisé ; elle permet de voir les oeuvres en ligne pour les repérer et en effectuer un pré-choix, puis éventuellement les acheter dans la galerie où vous pourrez conforter votre choix et vous assurer de sa qualité.
Bien sûr vous pouvez aussi y acheter directement en ligne et vous faire livrer, mais le véritable avantage est de pouvoir scinder en deux votre démarche : choisir tranquillement en connaissant les prix, puis réellement voir les oeuvres pour décider. Cela peut vous vous rassurer et vous conforter, sans devoir demander une liste de prix auprès d’une personne (car "si vous commencez par demander le prix c’est qu’évidemment il est au-dessus de vos moyens !", nous disait un collectionneur malicieux).

 
En conclusion si vous êtes un amateur d’art prudent, ou qui débutez, ou un amateur occasionnel, c’est une formule idéale à condition que vous puissiez venir à la galerie, ce qui suppose une relative proximité.

 

 

acheter dans des magasins d’art

 
l
e développement est marginal mais, l’art contemporain devenant à la mode au même titre que le design, les circuits de vente d’art en magasins mixtes s’étendent de la même manière.

Ce sont souvent des magasin tendance qui mélangent art, design, gadgets, fashion et propose des séries du type collectors.

 

Cela a commencé avec les ventes dans les boutiques de musées ou proches, pour les produits dérivés allant du tee-shirt aux sculptures moulées en résine, mais en passant aussi par des sérigraphies d’oeuvres récentes ; désormais quelques magasins spécialisés en oeuvres contemporaines abordables ont ouvert, ainsi que des petits espaces branchés mixant les livres, la musique, la vidéo (clips comme art) et l’art plastique d’avant-garde. Même une espèce de supermarché a ouvert à la Défense et à Paris, mais plutôt bling-bling et plutôt cher...

Qu’y trouve-t-on ? Avant tout des artistes jeunes ; la qualité est parfois bonne, parfois exécrable, avec une proportion élevée d’oeuvres faites pour s’associer avec l’habitat contemporain ou le design ; ou alors des oeuvres avant-gardistes ou hip, pour les jeunes branchés, et des objets pour faire un petit cadeau.

Un danger réel : on y mixte savamment des oeuvres et des collectors sans valeur et des objets à la mode mais sans espoir d’être mutée en oeuvre d’art ; attention : on y mixte aussi les prix, ne soyez pas naïf !

 
En conclusion
il faut être habitué aux circuits "branchés" et aux journaux "cities" pour savoir où aller, mais il est clair que se développe un nouveau marché proche de l’art, populaire (au sens abordable et non spéculatif), permettant à chacun de suivre la tendance arty actuelle, pour parraitre être à la mode.
Le problème est que ces magasins défendent rarement les artistes...

 

 

 

acheter directement à l’artiste


pratiquée continûment cette démarche mono-culture n’est pas propice à vous ouvrir l’esprit ; et si vous voulez valoriser votre collection, c’est toujours risqué de mettre tous ses oeufs dans le même panier.
Mais il y a des avantages :

> 1er cas : vous connaissez l’artiste qui est un voisin, un ami ou qui vous est présenté ; c’est une solution de facilité pour ceux qui ne souhaitent pas courir les galeries ou les ventes, qui ne savent pas bien ou ne veulent pas chercher. Si l’oeuvre plait pourquoi pas, c’est une sage façon de commencer à côtoyer le milieu des collectionneurs, même à petite échelle

> 2ème cas : vous soutenez un artiste que vous connaissez bien ? C’est une démarche personnelle des plus estimables

> 3ème cas : vous participez à une "journée porte ouverte" organisée dans un quartier, par une association d’artistes..., excellente occasion de balade-découverte, offrant de voir comment travaillent les artistes (mais ils auront fait de l’ordre et ne seront pas en activité). Attention, il y aura du meilleur et pas mal de pire ! Ayez aussi assez de caractère pour entrer, discuter, et repartir sans achat. Le connaisseur en quête d’auteur sauront, avec de la chance, faire une découverte

> 4ème cas : l’artiste vend en direct dans une foire : ce cas est traité ci-après ; ses prix tiendront compte des frais qu’il aura eus, d’inscription, de location de surface voire de transport.

Dans tous les cas demandez un certificat (en cas de vol, etc).

Note : si c’est un moyen de court-circuiter galeries et salons, nous désapprouvons cette dévianve, car elle suppose que celui qui la pratique contacte discrètement l’artiste et que celui-ci joue ce même jeu. Le risque est fort pour les deux acteurs car tout fini par se savoir dans le milieu de l ’art.
Certains artistes honnêtes, s’ils vendent en direct bien qu’étant lié à une galerie (même sans contrat), reversent spontanément un pourcentage à leur galerie ; c’est sain ; d’autres vont même jusqu’à refuser de vendre.

 
En conclusion l’achat direct est une solution de facilité valable dans une situation particulière, moins chère qu’en galerie ou en salon ; mais elle ne concerne pas non plus le même marché, pas celui du haut de gamme. Si votre achat est un acte unique, pas de regret. Si c’est un soutien d’artiste : bravo ! Sinon, ce n’est pas une voie systématique raisonnable.

 

.
Vous êtes collectionneur ? Almanart peut vous guider !
> nous contacter
.

 



 

annonces d'événements :


 

 

 jetez-vous l’eau : achetez votre billet !

pour fotofever paris novembre 2016
coupe-file, discussions, visite guidée par un expert...
 


 

 

les animaux d’André Margat

sont chez Les Atamanes

André Margat, artiste animalier reconnu dont le succès a débuté dans les années 30 ; en 1932 il expose avec Pompon chez l’ébéniste Ruhlmann

 ? qui sont les Atamanes ?

 


 

Sensual Paintings :

c’est le titre de la nouvelle exposition de 5 peintres de talent à la

Concorde Art Gallery, la galerie érotique de Paris

du 4 juin au 31 juillet

de 11 à 20 heures

   
 

 

l’Homme d’Ombre et de Lumière

 
 ? qui est
Double S ?

titre des dessins originaux et curieux au fusain du chinois Wu Xiaohai, avec parfois des saynètes sur des rouleaux de plusieurs mètres

vernissage public le 13 juillet

à la Galerie Double S, ouverte tout l’été
 


 

 

un moteur => toutes les ventes !

le plus puissant moteur de recherche d’objets d’art
100 maisons de ventes aux enchères francophones
sont déjà partenaires

 


 

le Graffiti Art est à Bordeaux

les tableaux de légende 1970-1990 de la fameuse collection Gallizia sont à
l’Institut Culturel Bernard Magrez

 

la collection Gallizia, qu’est-ce ?

 


 

suivez nous  :  petits écrans :

 

 

Plans et itinéraires du Grand Paris :
Où sont les quartiers d'art ?

 

 

Le "Petit Mot" : 10 micro-newsletter/an, gratuites
Abonnez-vous, entrez ici votre ad mail :
aucune autre information n'est demandée

 

 

 

Mesure d'audience par :

 

 

 

 

 

Le "Petit Mot"
Abonnez-vous, ici
entrez votre mail :

10 newsletter/an, gratuit

 

 

 

 

 

 

nos partenaires :

 

 

 

nos amis en art et design :