la couleur rouge

 

le rouge

 

  Violent, lumineux ou sombre, lourd de symboles : le rouge, jamais neutre, est la couleur ambivalente entre toutes.
Le rouge renvoie à deux éléments –le sang et le feu– considérés soit positivement soit négativement : rouge feu de la vie, de l’esprit saint, langues de feu régénératrices mais aussi rouge de l’enfer et ses diables, crimes de sang donc du péché mais que le sang du Christ purifie. Ailleurs le disque rouge du soleil, drapeau de l’empire du Soleil-Levant symbolise plutôt la sincérité et la passion.
Dans la gamme chromatique, la couleur rouge constitue la limite basse du spectre solaire visible, les radiations passant ensuite dans l’infra rouge où nous n’irons donc pas.
une étude de Claude Maisonneuve

 

Kasimir Malevitch : Carré Rouge 1915, 53x53
(le tableau lui-même est déformé)
 Kasimir Malevitch Carré Rouge

 

  > accueil d’Almanart > réagissez à cet article > sommaire couleurs

 

 

actualité : le rouge en Chine

Zhou Jun joue sur la symbolique du rouge qui tranche sur le contraste du gris de l’environnement en transformation échevelée.
La couleur rouge est traditionnellement en Chine moderne, celle du bonheur et de la réussite : "dans les entreprises, lorsqu’on partage les profits, cette cérémonie est nommée fen hong (partager le rouge) ; quelqu’un apprécié par son patron s’appelera hong ren (une personne rouge)".
Ainsi la coloration en rouge de certaines parties des photos rappelle l’identité chinoise et sa fierté nationaliste.

 

> jouez aux devinettes !

Zhou Jun

Zhou Jun : Hanging Red, à Nanjing 2009
(courtoisie gal.Paris-Beijing) ... clic = zoom

 

l’aube du terme :

Rouge est issu du latin "rubeus » dérivé de "rubere" qui désigne "être rouge" ; dans les langues romanes il a supplanté "ruber", mot romain qui aux côtés de "robus" et "rufus" appartient à la racine indo-européenne : "reudho", "roudho".
"Rubeus" s’est conservé dans les langues romanes où il désigne plutôt des nuances du rouge.

Le mot est assimilé à la couleur elle-même, de sorte que dans certaines langues il signifie à la fois rouge et coloré, ou rouge et beau, ou rouge et riche ; par exemple en russe le mot "krasny" signifie beau mais s’applique aussi à la couleur rouge.

Vittore Carpaccio, Vierge Lisant, 1505
clic = zoom

Vittore Carpaccio

et, question vocabulaire...

 
orange    
rose    
incarnat    
vermeil    
garance    
écarlate    
vermillon    
pourpre    
sang    
amarante    
bordeaux    
lilas    
...cherchez donc une "cartouche rouge" pour votre imprimante, vous n’en trouverez pas... Car, pourquoi faire simple, "rouge" chez les pros se prononce "magenta"...
Côté tonalités c’est encore plus nuancé (sic) et les mots pour le dire sont tout aussi variés : vermillon, écarlate, garance, pourpre…alors voici un mini guide autour de la référence "rouge vif", dite "écarlate".



Attention :
> cette palette vous donne une idée d’une teinte selon son vocabulaire ; elle n’a rien de scientifique, ainsi le rose n’est pas un mélange du jaune et du rouge (qui donne l’orange), mais un dégradé de rouge par le blanc ; ne l’utilisez pas comme gamme chromatique
> les teintes que vous voyez dépendent beaucoup de votre écran ; par exemple les anciens Macs affaiblissent très fortement les couleurs.

 

 

une couleur facile, donc omniprésente :

Facile à produire, la couleur rouge est présente dès l’origine de l’humanité ; on trouve ses pigments dans des décors dès le paléolithique : les bisons polychromes de la Grotte Chauvet sont noirs et rouges ; car l’un des plus anciens pigments rouges provient d’un oxyde fer présent à l’état naturel dans le sol, les sables ocreux (issus de dépôts marins) du Vaucluse et du Roussillon. La production par chauffage était connue il y a 40’000 ans, transformant les ocres jaunes (goeghite) en ocre rouge (hématite) ; à cette époque on savait aussi exploiter la plante garance.
Selon qu’il est d’origine animale, végétale ou synthétique, le rouge couvre actuellement la plus grande palette de nuances :

  > animale : le kermès est un insecte résidant sur les chênes kermès et les chênes lièges formant des gales au niveau des rameaux qui, broyées, donnent un rouge écarlate soluble dans l’eau ; la cochenille du Nopal est un insecte vivant sur les figuiers de Barbarie dont la femelle est à l’origine d’un superbe rouge carmin ; l’encre de sèche produit le rouge sépia ; la pourpre, le plus noble et le plus rare des rouges, provient du mollusque murex : il en faut des milliers pour obtenir une belle quantité de teinte rouge
> végétale : le fard rouge s’obtient à partir d’une plante de la famille du safran, le benibana ou carthame ; la racine rougeâtre de la garance produit un jus d’un beau rouge vif (alizarine ou purpurine) connu sous le nom de garance
> minérale  : le porphyre notamment s’utilise broyé
> chimique  : l’oxyde de fer et le sulfure de mercure...
  Hans Seiler
Hans Seiler Intérieur Rouge, 1946
(courtoisie ayants-droit H.Seiler)
clic = zoom

Le problème avec la couleur rouge, quel que soit son support d’application, est son manque relatif de stabilité au soleil et même à l’éclairage direct ; nous vous conseillons fortement de ne pas soumettre une oeuvre comportant du rouge, du violet, du rose, du mauve, etc, à une source de lumière naturelle permanente ; un verre ordinaire ne filtrera rien ; il est impératif de placer l’oeuvre perpendiculairement ou en opposition à toute source de lumière permanente.

 

 

le rouge attire l’oeil de l’artiste :

 Depuis toujours le rouge intéresse par sa qualité à attirer l’œil, à trancher sur les autres couleurs, à mettre en valeur les couleurs juxtaposées (le vert par exemple) :

> dans l’art ancien :
sur les icônes des temps pré chrétiens le rouge occupe une place prépondérante ; c’est aussi la couleur des icônes Byzantines, comme celle du Buisson Ardent qui symbolise à la fois la présence de Dieu (brûle mais ne se consume pas) et le feu de la vie ; puis ce sera le sang de Jésus et celui des martyrs qui inonde toute l’iconographie pendant des siècles.
Les vêtements des ecclésiastiques y sont représentés en rouge en souvenir du sang versé par le Christ ; et les diables rouges devaient paraître effrayants... Anges et démons se rejoignent !

Icône russe du 16è siècle évoquant St-Gabriel,
ce messager de Dieu est devenu en 1951 grâce à Pie XII, le St-Patron des télé-communications ; ça vaut bien une petite pub sur Almanart, foi de webmestre !
clic = zoom
   
 
Olga Rozanova
Olga Rozanova
composition abstraite, 1918
  > dans l’art moderne et contemporain :
artistiquement le rouge est exploité comme couleur du choc, du feu, de la violence et de l’esprit malfaisant, mais aussi comme couleur divine d’un monde surnaturel de joie et de rédemption.
Les scènes de guerre sont évidemment balayées de rouge sang : dans les tableaux des périodes révolutionnaires tout est rouge.
Même en BD pour les jeunes c’est une couleur très signifiante, car facile à comprendre : le sang qui colore la peau exprime la colère du petit bonhomme qui "voit rouge" ou sa honte (s’il baisse la tête), ou encore qui "devient rouge comme un coq" devant sa dulcinée.

 

 

 une symbolique riche, complexe :

 

et tellement forte qu’au Moyen Age, les teinturiers obtenaient une licence de travail limitée à une seule catégorie de rouge !

  > vie, purification et énergie :
la couleur sang symbolise la vie, ainsi chez les catholiques le sang versé par le Christ qui purifie, est la couleur de leurs dignitaires prêts à verser leur sang pour Lui. Le fer rouge à l’état naturel est symbole de l’énergie....et le fer des épinards continue de terroriser les enfants depuis Popeye. Le sang des femmes, symbole de séduction féminine et procréation, est celui de vie, bonheur, jeunesse, vitalité.
Ainsi de nombreuses traditions attribuent aux pierres précieuses rouges (rubis...) des pouvoirs homéopathiques : combattre les hémorragies, fortifier le sang, le coeur et donc favoriser la force, l’énergie, la lutte, le courage.
 

André Thomarel

André Thomarel, Listwa, 1998
il s’agit d’un conte ésotérique des caraïbes pour enfants
(courtoisie GMA) ... clic = zoom
 
  > violence et mort :
si le rouge est le signe du sang versé, c’est donc aussi celui du péché, tabou de la chair impure.
C’est aussi celui de la violence, de la guerre : les uniformes avaient longtemps une composante rouge pour exprimer la puissance mais aussi pour éviter que le sang ne fasse de tâches trop visibles. Et si la muleta présentée au taureau est rouge c’est pour le public, car lui n’y voit que du feu, ne distinguant pas les couleurs !

 propagande communiste russe, env.1920 ... clic=zoom
 

> feu et chaleur :
depuis le XIVè "rouge" qualifie la couleur d’un matériau chauffé, d’où l’expression "tirer à boulets rouges". Le "rouge feu" est celui de l’astre solaire qui réchauffe, illumine, éclaire mais aussi le feu de l’enfer qui brûle et détruit tout.
Il en reste nos rutilants camions de pompiers, les bornes à incendie, les extincteurs....et les oeuvres de Jean-Pierre Raynaud qui interprète si bien nos symboles rouges (voir son site).
 

J-P Raynaud, installation à Pampelone, 2004
(courtoisie JP Raynaud)
   Jean Pierre Raynaud
 
Aki Kuroda 
Aki Kuroda, Rouge 2, 1996 
(courtoisie gal.Maeght Paris)
  > luxe et élites :
les plus beaux rouges étaient coûteux à produire, surtout la somptueuse "pourpre" réservée à l’élite, au point qu’il était interdit de s’habiller de rouge ou de décorations rouges sous peine de mort, sauf à être Prince de sang. Bien avant, Cléopâtre était représentée vêtue d’un somptueux manteau pourpre, couleur obtenue à l’époque par 10’000 coquillages pour 1 gramme de piment !
Naturellement le rouge devint représentatif des dignitaires et leurs institutions : dès l’antiquité on lui confie les attributs du pouvoir, de la religion et de la guerre ; comme les dieux, les centurions romains sont vêtus de rouge. Ainsi le rouge reste-t-il de nos jours associé au luxe et à l’élite.
 

 

> puissance, excellence, mérite :
l’armée, l’église, la justice ont fait du rouge le symbole de leur pouvoir et de leur dignité. Par métonymie la couleur elle même s’est classifiée :
- aux Rois, Empereurs, chefs d’Eglise, le rouge le plus prestigieux : la pourpre
- aux magistrats : l’écarlate
- aux soldats de l’armée française : la garance de leurs fameux pantalons
- les "Peaux Rouges" aussi ? oui, car ils doivent leur appellation non à la couleur de leur peau mais à leur teinture de guerre
- et pour vous ? restent la Rosette, le Ruban, le tapis rouge et le théâtre équipé de fauteuils rouges suggérant le confort (son idée seulement, car nous y sommes plutôt rouges de crampes et de chaleur…) ; le marketing a étendu cette idée d’excellence aux produits courants : "label rouge, "cordon rouge" pour en suggérer la qualité et faire autant rougir la carte Visa...

 
Nikolai Sazhin 
 une icône moderne :
Moldodyr, 1982, de Nikolai Sazhin
clic = zoom
 
Gérard Fromanger
 Gérard Fromanger, série Album Le Rouge, 1968
(courtoisie G.Fromanger)
ici le sang semble dégouliner sur la République, mais Gérard Fromanger dit ici exprimer l’énergie vitale de la République, mais il n’est pas opposé à d’autres vues
  > révolution et communisme :
en 1789 l’assemblée constituante décréta qu’en cas de trouble, un drapeau rouge serait placé aux carrefours de la capitale pour interdire les regroupements ; quand l’émeute menaça en 1791, c’est le maire de Paris qui le fit hisser pour avertir de l’intervention de la force publique, ce quelle fit ce jour ; alors, ce drapeau rouge teint du sang des martyrs deviendra le symbole de la révolution française. Depuis, un tel drapeau signale un contexte révolutionnaire ; les communistes se le sont approprié, se qualifiant eux-mêmes de "Rouges", ainsi de suite avec les Brigades Rouges, le Petit Livre Rouge, etc
  > alarme, interdits et dangers :
dès le 17è les décisions de justice sont enregistrées sur "le livre rouge", extension d’être "marqué en lettres rouges" (lui-même issu du marquage au "fer rouge"), ce qui est resté comme être condamnable, représentant un danger ou un interdit.
Ainsi le "téléphone rouge" utilisé par les grands de ce monde est dans la même gamme que la "liste rouge" interdisant l’accès à votre numéro de téléphone, que la lampe rouge protégeant l’entrée d’un studio, que la bande rouge des emballages de médicaments dangereux, que la nouvelle codification des aliments contre l’obésité aux USA sous forme de "traffic lights" ! Et pour éviter d’être "dans le rouge" à la banque, mieux vaut payer "rubis (rouge) sur l’ongle".
 
 propagandes en URSS et en Chine :
les dangers ne se renouvellent pas,
la 1ère date de 1920, la 2è de 1950 !
clic=zoom


 
Pascal Maljette 
 Pascal Maljette, 2007, foule chinoise sous la pluie
 clic=zoom (courtoisie P.Maljette)
  > énergie et bonheur :
"faisons nous du bien, voyons rouge" dit le décorateur, non cette couleur énergétique "est la plus énervante", réplique le psychologue ; de sorte que chez nous elle sert en décoration mais comme appoint. En Chine le rouge figure le bonheur, aussi le retrouve-t-on de la décoration des pièces jusqu’aux meubles laqués et aux emballages de produits de beauté.
Mais d’où vient cette tradition qui demande aux filles de porter des "dessous rouges" le soir du nouvel an ? Pour leur porter chance toute l’année, les inviter à la débauche ce soir là, ou perdre leur virginité sans que cela se voie ?
  > beauté, séduction et péché :
pourquoi jusqu’au XIXè la robe de mariée était-rouge ? Parce que le jour du mariage on revêt ses plus beaux atours et que la beauté était forcément rouge ! Ainsi l’usage de fard rouge remonte au IXè pour les lèvres et les joues, symbole de vie et de bonheur à en rougir de plaisir ! "Mettre du rouge" signifie encore mettre du rouge à lèvres même s’il peut être bleu ou noir.
Les prostituées ont longtemps été obligées de porter des vêtements rouges pour qu’on les remarque et surtout qu’on ne les confonde pas avec les femmes vertueuses ; les maisons closes étaient signalées par une lanterne rouge ; même les femmes rousses ont été regardées comme dangereuses.
 
Mimmo Rotella 
 Mimmo Rotella, La Malicieuse, affiche déchirée, 1991
(courtoisie GMA)
   Andy Warhol Knives  

> immoralité et passion :
pour les réformateurs protestants (dont nous avons vu la répulsion des couleurs voyantes), le rouge représente tout ce qu’ils détestent : l’immoralité et la couleur des papistes ! Alors ils chassent le rouge des habits de tout vrai chrétien.
Dès le XVIè les hommes s’habillent de moins en moins en rouge, ce sont les femmes qui progressivement vont pouvoir le faire : le rose reste le grand gagnant pour les filles, le rouge est la couleur de l’érotisme, de la passion et de ses dangers.

 

Andy Warhol, Knives, 1982
(courtoisie Corcoran Gal.Washington)
       

 

Enfin, comme la causticité et l’actualité imprègnent nos contemporains, saluons cette démarche extraordinaire :

 

Raphael Juillard a présenté à la FIAC de 2005 1’000 toiles rouges sous-traîtées en Chine, signées non par lui (auteur de la seule démarche) mais par les ouvriers qui les ont peintes.
Les toiles vendues 100€ (10 fois moins que faites ici) ont été écoulées en 2 jours, où elles valaient déjà 300€ !
Le message est clair : l’art n’est pas à l’abri des délocalisations !
Il existe d’ailleurs en Chine des "usines" à reproduire des toiles de Maîtres, comme une forte industrie de l’édition d’art à vocation mondiale...
  Raphael Juillard
 clic=zoom 
  Raphael Juillard
(courtoisie GMA)

 

 

 Devinette  : pourquoi le Petit Chaperon est rouge ?
> pour mieux le repérer dans la forêt, disent les conteurs
> car c’est la Pentecôte, jour de l’Esprit Saint, disent les anciens
> car il se fera dévorer et son sang coulera, disent les psychanalystes torturés
> car le père Noël était une fille, disent les féministes
> car c’était les soldes et il ne restait que ça, rajoutent les misogynes !

et aussi :
le rouge du drapeau français représente-t-il le sang versé ?
> réponse

 

 

 



 

annonces d'événements :


 

 

 jetez-vous l’eau : achetez votre billet !

pour fotofever paris novembre 2016
coupe-file, discussions, visite guidée par un expert...
 


 

 

les animaux d’André Margat

sont chez Les Atamanes

André Margat, artiste animalier reconnu dont le succès a débuté dans les années 30 ; en 1932 il expose avec Pompon chez l’ébéniste Ruhlmann

 ? qui sont les Atamanes ?

 


 

Sensual Paintings :

c’est le titre de la nouvelle exposition de 5 peintres de talent à la

Concorde Art Gallery, la galerie érotique de Paris

du 4 juin au 31 juillet

de 11 à 20 heures

   
 

 

l’Homme d’Ombre et de Lumière

 
 ? qui est
Double S ?

titre des dessins originaux et curieux au fusain du chinois Wu Xiaohai, avec parfois des saynètes sur des rouleaux de plusieurs mètres

vernissage public le 13 juillet

à la Galerie Double S, ouverte tout l’été
 


 

 

un moteur => toutes les ventes !

le plus puissant moteur de recherche d’objets d’art
100 maisons de ventes aux enchères francophones
sont déjà partenaires

 


 

le Graffiti Art est à Bordeaux

les tableaux de légende 1970-1990 de la fameuse collection Gallizia sont à
l’Institut Culturel Bernard Magrez

 

la collection Gallizia, qu’est-ce ?

 


 

suivez nous  :  petits écrans :

 

 

Plans et itinéraires du Grand Paris :
Où sont les quartiers d'art ?

 

 

Le "Petit Mot" : 10 micro-newsletter/an, gratuites
Abonnez-vous, entrez ici votre ad mail :
aucune autre information n'est demandée

 

 

 

Mesure d'audience par :

 

 

 

 

 

Le "Petit Mot"
Abonnez-vous, ici
entrez votre mail :

10 newsletter/an, gratuit

 

 

 

 

 

 

nos partenaires :

 

 

 

nos amis en art et design :