voir cette exposition sans file d’attente

 

l’exposition est à la base de vos plaisirs, vous, amateurs d’art ! mais... foule, queue, attente, chaleur... peuvent vous dissuader d’y entrer !

Ne soyez pas mouton : voici quelques trucs d’un vieux routinier pour éviter les heures d’attente et les queues :

 
  queue file attente foule

 
> toutes les fiches pratiques

> glossaire

focus : queue devant une exposition, foule à l’entrée exposition, ne pas attendre à l’entrée, éviter les attente les queues

 

 

chûût... ce sont nos trucs !

 

c’est la foule dehors :

> l’appréhension de l’interminable file d’attente, avant même d’aller poiroter vous tue l’envie de voir cette exposition... Comment faire ?

> choisissez les nocturnes : dans tous les musées qui respectent leurs visiteurs, il y a une nocturne par semaine ; allez-y en calculant : visiter l’expo. vous prend 2 heures, moins 1/4 d’heure pour sortir, moins 1/4 d’heure de queue (voire zéro) : donc pointez-vous à l’heure de fermeture moins deux heures et demi ; ça marche à 95% du temps

 
les périodes les plus chargées :
 - les week-ends et feriés
 - puis les jeudis et vendredis
 - de 12 à 19 heure

> sinon choisissez l’heure du repas : soyez athée, snobez le rite de 13h par un sandwich à manger dans la queue, il y a moitié moins de monde
> optez pour les jours creux : si le week-end c’est l’horreur, sauf le dimanche fin d’après-midi, lundi est un très bon jour (attention : une partie des musées ferment le lundi, l’autre le mardi) ; le vendredi soir aussi, surtout si le week-end s’annonce beau

> et le coupe-files ? très bien car il évite la queue, parfois en entrant par un endroit différent, par une carte d’abonnement annuelle, souvent liée à l’adhésion à l’association des "amis de" ; les cartes sont amorties vers la troisième exposition. Certaines cartes permettent d’avoir des réduction en d’autres lieux, par ententes entre musées (Orsay et le Louvre, etc)

> les inscriptions d’avance minimisent la queue, surtout si une entrée spécifique est réservée. Les cartes étudiants, celles des amis de la fanfare de Pimpol, ne permettent pas de sauter la queue...

 
Judith Benhamou-Huet, critique :
"la multiplication des images qu’on voit partout aurait tendance à nous faire oublier une vertu principale de la peinture : pour la ressentir il faut la voir en vrai"
[Les Echos juillet 09]

> plus risqué mais ça marche : à quelques jours de la clôture de certaines grandes expositions, quand un succès exceptionnel est constaté, des nocturnes spéciales et ’ouverture de jours normalement fermés sont organisées (on a vu même du 24/24 au Grand Palais !) : une opportunité à prendre car alors les queues diminuent

 

c’est la foule dedans :

> évitez de commencer par la 1ère oeuvre de l’expo pour finir par la dernière ; car c’est l’assurance de doubler votre temps de trajet voire de zapper la fin de l’expo par lassitude...

> dans une salle il y a toujours, à un moment donné, une ouverture vide de spectateurs devant une oeuvre pendant une minute ou deux : la loi stochastique régissant les foules le veut ainsi ; profitez-en ! une oeuvre se dégage ? foncez directement dessus ; avec un peu de chance vous l’aurez même une 3ème minute à vous, par votre simple présence devant !

parisiennes visitant la dernière expo à la mode
 

 

évaluez la taille de l’expo...

...simplement pour être sûr de pouvoir la finir ! La lenteur de la foule, la fatigue, l’oubli d’avoir posé votre lourd manteau, font parfois que vous abandonnez avant la fin, dommage...
Consulter le plan de l’exposition, au bout de quelques minutes regardez où vous en êtes, jetez un coup d’oeil plus loin pour vous rendre compte ; éventuellement allez directement vers ce qui vous intéresse.

 

 

 

 

prières de l’amateur au scénographe :

bien des commissaires et scénographes oublient qu’une exposition est faite pour le public, pas pour eux... ils doivent intégrer dans leur compétence celle de la gestion de la foule ; merci à eux :

 

> la lumière et la topographie :

parfois, surtout pour les photos, l’accrochage est gâché par des interférences lumineuses ; illustration : Gursky à Beaubourg en 2002 a été torpillé par les reflets des baies sur ses murs parallèles aux baies, alors que la même présentation au MOMA de New-York en salle close était sublime ; pour éviter les problèmes d’un accrochage d’oeuvres sous verre, ne visitez qu’au crépuscule et dans des salles peu lumineuses

> l’accrochage :

placer un tableau à hauteur de vue est une sottise : les gens se collent devant et la visibilité se réduit à leur dos, passionnant… Anecdote : au Grand Palais en 2004 une toile était placée à 2,5 m. de haut et légèrement inclinée (c’était systématique au Louvre, autrefois) : c’était la seule correctement visible ! et incroyable mais vrai, le commissaire a cru utile de préciser sur un cartel que c’était à la demande expresse du prêteur ! il y a des leçons (ou autre chose) qui se perdent…

> la scénographie :

la mise en scène, outre son rôle didactique, conditionne la lisibilité des oeuvres ; exemples : l’exposition de Staël à Beaubourg en 2003 a su présenter parfaitement des tableaux très petits à côté d’autres très grands ; le MAMVP sait remarquablement profiter de ses salles biscornues ; mais l’exposition Modigliani au Musée du Luxembourg en 2003 était infréquentable par entassement des tableaux et affluence permanente.

Parfois il faut être indulgent : certaines oeuvres sont sensibles à leur environnement (dessins fragiles ou anciens, installations, vidéos, sonorisation…) ; exemples de contraintes : lumière tamisée, positionnement précis du spectateur, besoin de son intervention, nombre limité de personnes, etc

> les explications :

les panneaux d’introduction (à l’exposition ou à chaque partie) aident beaucoup à la comprendre ; mais combien de fois sont-ils placés dans un endroit de passage, ou mal éclairés et décalqués noir sur gris, totalement illisibles ?

> des cartels faits pour les bassets :

le cartel est ce petit écriteau posé à côté de chaque oeuvre exposée, qui décrit ses références : nom de l’artiste, titre de l’oeuvre, date de création, dimensions, technique, appartenance ou provenance, copyright... les commissaires les plus consciencieux apposent aussi sur ce cartel ou un autre tout proche, l’histoire de l’oeuvre ou des détails intéressants, ou indiquent d’utiliser un audio-guide. Le cartel contribue à la lecture de l’oeuvre... s’il est lisible

Car dans certains lieux le sport est de rendre illisibles les cartels ; le sabotage consiste à :
1/ placer l’écriteau à la hauteur de basset (renseignements pris, ils ne sont pas admis) sous prétexte qu’il y a une majorité (!) d’handicapés et que personne en France n’a mal au dos
2/ à les composer très petit, de manière à obliger le bourgeois (qu’on veut apparemment em...) à faire des allers-retours incessants et gênants (sans doute pour améliorer notre forme sportive)
3/ les imprimer par exemple en noir sur fond gris ; original mais pourquoi pas noir sur noir, ça serait plus arty ?
4/ les "metteurs en scène" (sans doute des artistes frustrés) les plus vicieux les placent dans la pénombre

Le meilleur score appartient à ceux qui réussissent à provoquer un bel embouteillage, pour obtenir de l’avancement (sic) ? Ou est-ce une astuce : si personne ne voit le cartel il n’y a plus de bouchon !
N’y aurait-il pas un seul parmi ceux-ci qui imaginerait de poser DEUX cartels, un pour les enfants et handicapés, et un autre à hauteur normale ? Ou faire comme le MAC/VAL : mettre tout en bas (pas trop proche de l’oeuvre) de très gros cartels, légèrement inclinés vers le haut, bien contrastés. Qu’apprend-on donc aux commissaires dans les Ecoles de gestion d’art ?

> respecter les autres...

...semble être une bienséance acceptable ; mais non :
 - horripilant ce grossier, cette étourdie ou cette bande de bavards-m’avez-vous-vu qui se plantent devant vous du fait que votre nez n’est pas incrusté dans l’oeuvre
 - d’une manière générale, faire un pas pour passer derrière les regardeurs semble civique, mais visiblement (sic) ce sens s’est perdu à l’entrée du musée... Parfois on a envie de pousser son pied pour voir le (la) rustique se manger le plancher...

 

Désolé de râler si fort, mais c’est pour vous car nous, journalistes, voyons les expositions avant leur ouverture, avec peu de gêne. Alors c’est à vous de vous plaindre, dans le Livre d’Or ou par mél ; si personne ne dit rien il ne se passera rien non plus.

 



 

annonces d'événements :


 

des enchères originales :

 
Blancs-Manteaux Auction organise Mouvement Art Technologie à Paris !
60 artistes de 1956 à 2016

le 19 juin à 15h dans un lieu tout aussi original
expo le 18 juin de 11h à 23h

 ? qui est Blancs-Manteaux Auction ?

 


 

 

ce tableau assez curieux...

...est analysé par Les Atamanes ;
il est de Marie-Lucie Nessi-Valtat et date du début du 20è siècle


 ? qui sont les Atamanes ?

 


 

Sensual Paintings :

c’est le titre de la nouvelle exposition de 5 peintres de talent à la

Concorde Art Gallery, la galerie érotique de Paris

du 4 juin au 31 juillet

de 11 à 20 heures

   
 

 

le Graffiti Art est à Bordeaux

les tableaux de légende 1970-1990 de la fameuse collection Gallizia sont à
l’Institut Culturel Bernard Magrez

 

la collection Gallizia, qu’est-ce ?

 


 

 

un moteur => toutes les ventes !

le plus puissant moteur de recherche d’objets d’art
100 maisons de ventes aux enchères francophones
sont déjà partenaires

 


 

le printemps en couleurs

Envie d’Art fête avec vous la fin de la grisaille !
avec trois peintres emblématiques de la couleur, du figuratif à l’abstrait
à voir à la Galerie Envie d’art rue Treilhard
 

 ? qui est Envie d’Art ?

 

 

week-end Création & Idées

2 jours d’animations gratuits
par le Centre Pompidou et France Culture
débats, visites, ateliers, démos...
à Pompidou et l’IRCAM,

le 4 et 5 juin
 programme

 


 

suivez nous  :  petits écrans :

 

 

Plans et itinéraires du Grand Paris :
Où sont les quartiers d'art ?

 

 

Le "Petit Mot" : 10 micro-newsletter/an, gratuites
Abonnez-vous, entrez ici votre ad mail :
aucune autre information n'est demandée

 

 

 

Mesure d'audience par :

 

 

 

 

 

Le "Petit Mot"
Abonnez-vous, ici
entrez votre mail :

10 newsletter/an, gratuit

 

 

 

 

 

 

nos partenaires :

 

 

 

nos amis en art et design :