connaissez-vous les couleurs ?

 

les couleurs... les reconnaitre n’emporte pas qu’on les connaisse !

Les couleurs ont une histoire, un sens, une signification mythologique et aussi psychologique ; elles ont longtemps conduit l’expression artistique et c’est plus que jamais d’actualité

 

 

Et, page par page :

 

 

 

toutes les études des couleurs
sont menées par Mme Claude Léger

 

 

 

> accueil d’Almanart

 

 

 

 

David Hockney, Garden, 2015,
acrylique, 122 x 183 ... clic=zoom
(courtoisie David Hockney et Centre Pompidou)
 

les couleurs illustrées par une exposition :

> splendide, car cette oeuvre de David Hockney vient aussi de chez Matisse !
> la recherche sur la couleur est une de ses grandes préoccupations : dès l’origine de son travail il retient de Matisse l’usage de couleurs intenses pour exprimer la joie de vivre, jusqu’aux tous derniers tableaux comme celui ci-dessous crée en 2015
> il utilise plusieurs moyens pour être au plus près de la "couleur pure" : stain color field (imprégnation très diluée de la toile), photocopieuses couleur, papiers pré-imprimés dans la masse, collaboration avec Canon, couleurs numériques sur tablettes, etc
> il applique même les couleurs franches du sud à des paysages nordiques, comme ce tableau (milieu de page) North Yorkshire 1997 aux tonalités et gestuelle de Van Gogh, ce qui lui donne un aspect curieux
> David Hockney utilise ses emblématiques piscines comme autant de recherches sur la couleur bleue et ses infinies nuances, par le jeu des transparences selon les éclairages, les mouvements, vaguelettes et autres… splatchs : voir le tableau emblématique A Bigger Splash
> voir d’autres images de l’exposition commentées ici, et là et enfin ici
> formidable rétrospective David Hockney à voir jusqu’au 23 octobre 2017 au Centre Pompidou

David Hockney Garden

focus : les couleurs en art, couleurs en peinture ; tonalités ; histoire de la couleur ; couleur noire, blanche, rouge, bleue, jaune, vert

 

La physique des couleurs est incroyablement complexe : au-delà de l’aspect scientifique, leur perception par l’homme, leur cohabitation sur une toile ont fait l’objet d’études depuis des siècles et l’on n’est pas certain d’avoir encore tout découvert

 

 

 

courte histoire des couleurs

au cours de l’histoire de l’art, les couleurs ont été mal aimées ou adorées, rejetées ou imposées, toujours lourdes de symboles ; elles ont reflété leurs époques, leurs régions, leurs corporations, le statut de ceux qui les portent, et ainsi nous renseignent sur les évolutions de nos civilisations et leurs techniques

 

les premières couleurs en art

  "dans le noir, toutes les couleurs s’accordent"
Francis Bacon
  le blanc, le noir, et le rouge sont les trois couleurs que l’on retrouve le plus communément depuis l’Antiquité, puis vient le bleu essentiellement en Egypte. A l’époque féodale, ce sont surtout les quatre couleurs : le rouge, le bleu auxquels s’ajoutent le jaune et le vert que l’on retrouve dans la vie courante mais avec une charge symbolique moindre. Puis, rien de nouveau avant longtemps : on voit l’herbe comme verte, le ciel comme bleu, le soleil comme jaune, un point c’est tout.

 

Il faudra attendre les études sur la lumière (Newton au début du XVIIIè siècle), la découverte du spectre des couleurs et de la roue chromatique (inventée par Eugène Chevreuil en fin du XVIIIè), pour déterminer les nuances des couleurs et la place qui leur revient dans notre vie.

A l’ère scientifique, les expériences réalisées sur le spectre de la lumière ont réorganisé un classement qui a relégué certaines couleurs anciennes (jaune, vert) au rang de couleurs secondaires, déroutant un peu la perception que le public pouvait en avoir depuis les temps anciens

 

Cédric Teisseire Alias

Cédric Teisseire : Alias, huile sur toile cirée, 1997 (courtoisie C.Tesseire) ..... clic=zoom
 

 

les autres couleurs peineront à se développer

les couleurs se définissent différemment selon les cultures : en occident le vert, le jaune, le bleu viennent s’ajouter aux couleurs de base que sont le blanc, le noir et le rouge ; puis viennent les couleurs "secondaires" issues de mélanges des premières, que l’on retrouve dans la vie courante mais avec une charge symbolique moindre : ce sont les gris, les bruns, roses, violet ou orangés.

Et la morale s’en mêla : tout honnête citoyen, comme tout bon chrétien doit éviter de se faire remarquer par des couleurs agressives, bariolées, qui manquent de modestie ; pareil pour les couleurs chaudes qui manqueraient de pudeur.

Ainsi longtemps les gammes de noir, blanc, gris, bruns... toutes couleurs neutres et discrètes, ont-elle été privilégiées car réputées dignes, voire vertueuses. Ceci même tard ; au début du XX siècle : une voiture de couleur ? Surtout pas, une voiture se doit d’être noire pour bien fonctionner ! Le cinéma n’échappera pas à cette chappe de plomb que sont les symboles de la couleur, pour rester noir et blanc alors que les progrès techniques auraient permis son évolution en couleur bien avant. Actuellement, la grisaille bien parisienne des foules perpétue ces traditions, en contradiction des couleurs pétantes, voire agressives, de l’art actuel.

Johanes Itten
Johanes Itten :
les 4 Saisons, Bauhaus env.1910
(courtesy GMA) ... clic=zoom

 

En particulier nos codes vestimentaires restent très traditionnels : si la palette du vêtement féminin s’est affranchie des codes sociaux après guerre, s’est éclaircie, enrichie et diversifiée fortement dans les années pop, on y est bien revenu... Encore aujourd’hui le costume masculin se doit être sombre pour faire sérieux, les femmes sont contraintes à un dressing-code très sévère aux USA.

Il y encore encore à faire pour obtenir une liberté de ton ; l’art seul se sera libéré de ces pesanteurs, grâce aux années pop.

 

 

 

 

les cinq cents verts d’Ivan Messac

le plasticien Ivan Messac, remarquable coloriste, décortique savament les couleurs ; voici un extrait de sa newsletter de mai 2016 [courtoisie Ivan Messac] :

> "les deux couleurs qui dans le spectre chromatique occupent le plus et le moins large espace sont le jaune et le vert. Du jaune l’œil humain distingue au mieux cinquante nuances, du vert il parvient à en dénombrer cinq cents. Je me suis amusé, à la manière d’un Georges Perec ou d’un Umberto Eco, à en établir la plus longue liste possible en puisant dans divers nuanciers :

 

Ivan Messac digigraphie

Ivan Messac, Au cours d’Académie
20161, digigraphie, 50x50cm
(courtoisie Ivan Messac)
 

vert anglais, émeraude, amande, printemps, pistache, caca d’oie, oxyde de chrome, tendre, kaki, bronze, cul de bouteille, absinthe, pomme, de gris, turquoise, jade, pastèque, tilleul, sarcelle, d’eau, clair , épicé, layette, malachite, sapin, arbre, polaire, serpent, eucalyptus, cyprès, soie, persan, pétrole, chartreuse, prairie, citron, cadmium, menthe, menthe à l’eau, olive, forêt, océan, victorieux, canard, poireau, Véronèse (quel autre peintre a son vert ?), sauge, de vessie, viridien ou Guignet (un chimiste), smaragdin, perroquet, lichen, anis, gazon, hooker, impérial, chrome, céladon, opaline, militaire, mélèze, glauque, épinard (on ne dit pas : si cuit ou cru !), avocat, sinople, aigue marine, givré, jonc, fougère, de sécurité, platine, trafic, phtalo, chlorophylle, kasbouri, jujubier, univers, verdana, verdaccio, ulluco, bruyère, glacier, amazone, lotus, thé, disco, wagon, luciole, béryl, de fumée et tourmaline...

> ...ce faisant, je ne suis pas si loin d’avoir identifié cinq cents verts, car chacune de ces couleurs peut être rabattue (ajout de noir), dégradée (ajout de blanc), rompue (ajout de sa complémentaire). Dès lors, ma liste se multiplie au moins par quatre ; il manque encore cent verts !"
Ne le laissons pas sur sa soif, donnons lui un dernier grand vert ! voici :
vertsaillles, vertcingétorix, vertmisseau, vertsez toujours, vert-mi-sel, vert-balisé, vert-glacé (pour l’été), vert-solitaire, vert-rouillé (en Bretagne), vert-cors au pieds : avec dix nuances, le compte est bon.

 

 

  > en savoir plus  :

- une information généraliste sur les couleurs
- les couleurs dans l’histoire
- plus sur : le blanc, le noir, le rouge, le bleu, le jaune, le vert

 

 



à vos petits écrans !

  > le blog d'almanart : curiosité, humour, people, sexy...
 

 

annonces d'événements :

 

Foto Doc’ Collection c’est à Arles

 
voici la première exposition fotofever à Arles, autour de la photographie documentaire, en collaboration avec 10 galeries partenaires

> du 03 juillet au 24 septembre 2017
entrée libre à la Fondation Manuel Rivera-Ortiz

 ? qui est fotofever  ?


 

ne partez pas sans eux !

pas sans vos mots-croisés !

surtout pas sans les 80 grilles du journal Le Monde, par le célèbre Philippe Dupuis

avec les solutions en fin d’ouvrage

6 €, en vente... partout

 


 

en week-end près de Rouen ?

 

 au château de Saint-Crespin (ancien atelier de Bernard Buffet) : exposition des belles oeuvres lyriques de Brigitte Camus

vernissage le 14 juillet - entrée libre

 



 

les Mouvements dans la peinture

de la Renaissance à nos jours : analyse, illustration, histoire...
le best-seller de la collection chez Larousse
a un petit prix
 

les Mouvements dans la peinture

 

(les mouvements sur Almanart)


 

un artiste crée la tombe de Gauguin !
 

quelle histoire !

un peintre, Pierre Bompard (1890-1962), a créé la tombe de Paul Gauguin aux Marquises...
racontée par Les Atamanes


 ? qui sont les Atamanes ?

 


 

suivez nous  :  petits écrans :

 

 

Plans et itinéraires du Grand Paris :
Où sont les quartiers d'art ?

 

 

 

Le "Petit Mot" : 10 micro-newsletter/an, gratuites

abonnez-vous, entrez ici votre ad mel :

aucune autre information n'est demandée

 

 

 

 

Mesure d'audience par :

 

 

 

 

 

Le "Petit Mot"
Abonnez-vous, ici
entrez votre mail :

10 newsletter/an, gratuit

 

 

 

 

 

 

nos partenaires :

 

 

 

nos amis en art et design :