2017 : qui rira bien de l’art, rira le dernier

 

  > sommaire de l’humour

> accueil d’Almanart

> vous aimez deviner ?


en ces pages d’humour l’ordre chrono est inversé / images pour rire : clic=zoom lorsque possible

 

 

en juillet, fait chaud !

 

  Phyllida Barlow Britain Pavilion Venice International Art Biennale  2017  

et quand il fait chaud, les escargots grimpent

> zavez vu ? aujourd’hui les graffeurs sont super-équipés !

 

 

 

sur du Poitou dans le Marais

 

 

juin, sortez votre nez de votre smartphone : la vie est ailleurs

 

> juste un cadre et une signature, les deux ingrédients qui font l’oeuvre d’art, comme disait Picasso !

> ce graffeur-amateur doit être un érudit : figurez-vous que Albert Constant Jouanneault (1888-1944) était un sculpteur -et héros des deux guerres-, connu pour ses monuments aux morts (juteux marché à l’époque) : d’où la vanne (sic) d’arrêt (resic) ?
ou d’arrêt de la célèbre Fromagerie Jouanneault, comme l’inciterait à le croire son site ? rassurez-vous, elle affine toujours, à côté des Enfants Rouges

 

inconnu, rue de Bretagne dans le Marais
... clic = zoom
Albert Constant Jouanneault

 

 

en mai, fait déja chaud !

 

  Phyllida Barlow Britain Pavilion Venice International Art Biennale  2017  

> rassurez-vous, contrairement aux bruits persistants, la Biennale de Venise 2017 a bien ouvert à l’heure, tous les travaux sont achevés, mais suite à une grève de la mafia chargée d’évacuer les débris, certains sont encore restés sur place ;

> il semblerait que les anglais ont profité de la situation ; la Commission Européenne enquête...

 

Phyllida Barlow au Pavillon Britanique
Venice International Art Biennale 2017

 

   

> il faut chaud,
... l’optimisme revient,
....... le marché de l’art se cabre

 

 

avril part en vrille...

 

> "Eric Hattan bricole", précise le DP de l’expo au CCH (Centre Culturel Suisse) : le voila qui monte du sol au plafond, en équilibre, une improbable installation composée de n’importe quoi qu’il trouve n’importe où... à son palmarès lui manque encore le n’importe comment...

> mais la bonne fée du sort veille sur lui : patatras ! voici que le totem à peine érigé se flanque par terre avec grand fracas

> "eurêka" s’exclame le petit génie "ne touchez à rien, et j’ai même le titre" : Chute Subite (il va falloir donner des consignes précises à la femme de ménage...)

 

Eric Hattan, La-chute-subite, in situ, 2017
(courtoisie CCS) ... clic = zoom
Eric Hattan

 

> une des sélections ridicules du Salon de Montrouge 2017, écrin des avant-gardes de l’art plastique cocorico... décidément, le dogmatisme conceptuel des théoriciens de l’art ne tarit pas, c’est devenu une spécialité du pays qui produit trop d’artistes gavés de théories bidon, incapables de vendre quelque chose de concret, invisibles des radars à l’étranger

> il n’y a à voir qu’une vitre posée par terre devant un mur blanc avec des reflets du dehors : un style qui se développe, le CRAV (Circulez, Rien A Voir) ; l’artiste le précise d’ailleurs : "il ne s’agit plus de montrer quelque chose mais de révéler ce qui montre et ainsi tenter de s’approcher au plus près de ce qu’est le voir"...

par humanité nous restons muets sur
l’origine de "l’oeuvre" / clic=zoom 

 

mars et attrapes

 

   

> vient de sortir :
une nouvelle version des célèbres Raboteurs de Planchers de Gustave Caillebotte ! à voir au Grand Palais à l’expo du Centenaire de Rodin ;
mais certains de ces modèles seront partis , vous vous contentrez du modèle en fonte

 

 

photo prise lors du vernissage :
Wilhelm Lehmbruck, vers 1917
(courtoisie Telerama) ... clic = zoom

 

 

februar fever... !

 

> l’artiste "met en question notre conception de la construction identitaire... tandis que ses œuvres la câlinent et la caressent, puis l’attaquent et la blessent, la bande son de la vidéo révèle un orchestre de basses métalliques, de bourdonnements sourds et de cliquetis et tintements émanant des sculptures, procurant à l’ensemble la teinte d’un carnaval délicieusement pervers"

> bref, de l’art-bidon, dans tous les sens du terme... et c’est très sérieusement présenté dans une institution mécène, connue pour ces genres d’art creux (du bidon vide en quelque sorte)

 

par humanité nous restons muets sur
l’origine de "l’oeuvre" / clic=zoom 

 

étonnant : l’année commence en janvier !

 

  Donald Trump  

> l’investiture de l’Atout d’Amérique (Trump of America) a au moins l’avantage de stimuler les caricaturistes

> et ça commence assez mâle...
mais a rendu l’illustrateur Lennart Gaebel célèbre

 

 

 

Lennart Gaebel : Trump, They Let You Do It
(courtoisie Telerama) ... clic = zoom

 

> la Bibliothèque du CCI soumise aux gaffes de Gaston ! pour notre plus grande joie, Gaston Lagaffe fête ses soixante ans ! le héros fatigué de naissance de Franquin ne se lasse pourtant pas côté blagues

 

 

> et il se cache partout ! s’il y a du bazar dans votre bureau, c’est lui qu’il faut dénoncer à votre patron (en espérant qu’il ne lise pas Franquin) ;
par exemple le voici qui éclaire notre vie (clic)

(courtoisie éditions Dupuis
et de la S.A. Franquin)
 

 

 

 

... à suivre au cours de l’année...

 

 

encore plus d’humour ? riez en 2016, et toutes les autres !

 

 

 



à vos petits écrans !

  > le blog d'almanart : curiosité, humour, people, sexy...
 

 

annonces d'événements :

 

Foto Doc’ Collection c’est à Arles

 
voici la première exposition fotofever à Arles, autour de la photographie documentaire, en collaboration avec 10 galeries partenaires

> du 03 juillet au 24 septembre 2017
entrée libre à la Fondation Manuel Rivera-Ortiz

 ? qui est fotofever  ?


 

ne partez pas sans eux !

pas sans vos mots-croisés !

surtout pas sans les 80 grilles du journal Le Monde, par le célèbre Philippe Dupuis

avec les solutions en fin d’ouvrage

6 €, en vente... partout

 


 

en week-end près de Rouen ?

 

 au château de Saint-Crespin (ancien atelier de Bernard Buffet) : exposition des belles oeuvres lyriques de Brigitte Camus

vernissage le 14 juillet - entrée libre

 



 

les Mouvements dans la peinture

de la Renaissance à nos jours : analyse, illustration, histoire...
le best-seller de la collection chez Larousse
a un petit prix
 

les Mouvements dans la peinture

 

(les mouvements sur Almanart)


 

un artiste crée la tombe de Gauguin !
 

quelle histoire !

un peintre, Pierre Bompard (1890-1962), a créé la tombe de Paul Gauguin aux Marquises...
racontée par Les Atamanes


 ? qui sont les Atamanes ?

 


 

suivez nous  :  petits écrans :

 

 

Plans et itinéraires du Grand Paris :
Où sont les quartiers d'art ?

 

 

 

Le "Petit Mot" : 10 micro-newsletter/an, gratuites

abonnez-vous, entrez ici votre ad mel :

aucune autre information n'est demandée

 

 

 

 

Mesure d'audience par :

 

 

 

 

 

Le "Petit Mot"
Abonnez-vous, ici
entrez votre mail :

10 newsletter/an, gratuit

 

 

 

 

 

 

nos partenaires :

 

 

 

nos amis en art et design :