Piero et Barnaba Fornasetti : rétrospective aux Arts Décoratifs

 

Ceci est une archive d’une exposition exceptionnelle

 
Note sur les visuels : si les droits liés à l’expo sont échus, ne restent que des imagettes de faible définition à titre de mémoire, sans agrandissement possible ; celles agrandissables ont obtenu un accord ou sont libres ou sont en "fair use" ; en cas d’erreur svp nous en faire part et, suite vérification, le visuel sera retiré ou mis en imagette-mémoire ; merci !

 

  > accueil d’Almanart > sommaire des archives

toutes images, courtoisie Musée des Arts Décoratifs sauf mention / clic=zoom

 

Fornasetti : La Folie Pratique, rétrospective
> aux Arts Décoratifs, jusqu’au 14 juin 2015

 

objets magnifiques, magiques, ludiques trompeurs d’oeil ! Pourtant Piero Fornasetti voit une reconnaissance tardive y compris en Italie, alors qu’il était célébré à Londres en 1991 au Victoria & Albert Museum ; à Paris, Piero a été reconnu avant-gardiste par la galerie Bernheim Jeune en 1956 puis... plus rien de notable, le style Fornasetti est resté trop confidentiel car peut-être trop "néo", contraire à l’époque contemporaine : cette exposition a redécouvert un siècle de magie à travers 1000 oeuvres créées par une famille géniale et totalement originale : le fondateur débridé Piero Fornasetti, sa femme qui y a contribué, son fils Barnaba Fornasetti qui perpétue avec imagination et actualise l’oeuvre d’origine

 

le choc neo-renaissance et contemporain

Piero Fornasetti (1913-1988) est un génial décorateur de meubles, qui a inventé, puis décliné et modernisé un style inspiré de l’antique, ce qui fait dire à son fils Barnaba que son son père fut un "véritable personnage de la Renaissance" [Les Echos Série mars 2015] ; Barnaba, qui a coopéré avec lui de nombreuses années, a su réinventer et faire évoluer ce style si reconnaissable entre tous sans en perdre ni l’originalité ni la fraicheur de créations. Les symboles antiques, de la Renaissance, tous ces attributs même ponctués d’or s’intègrent avec harmonie aux objets modernes ; et cette élégance distinguée et sophistiquée tellement italienne...

  Barnaba Fornasetti bocca

 

 

Piero Fornasetti a fait évoluer son style selon les meubles et les objets pendant cinquante ans, des années 30 à 80, en collaborant avec les plus grands designers de meubles du moment ; puis en 1982 Barnaba vient contribuer à la saga familiale

> exemple, cette pièce rare : en 2005 la chaise de Philippe Stark est greffée de la bouche créée par Piero dans les années 60 et remaniée par Barnaba ; cette vitrine vous fait découvrir différentes déclinaisons du visage sur différents objets

 

Barnaba Fornasetti, Bocca (années 60) sur siège Starck de 2005, pièce unique

 
"Déclinaisons" est bien le terme : les Fornasetti n’appellent-ils pas leurs créations "Thèmes et Variations" ? ce que confirme Gio Ponti : "la variation n’est pas seulement une raison noble ou un exercice de musique, elle est aussi une tradition intellectuelle et une virtuosité de l’imagination".

Ce style décoratif mêle rêve, amour des femmes, humour du trompe l’oeil et "d’étranges interactions entre le faux et le vrai, entre le réel et l’illusoire, entre l’ancien et le moderne" [DP] 

  Barnaba Fornasetti céramique

 

 

Piero Fornasetti couvre les objets d’un monde de références : l’Antiquité romaine, la Renaissance italienne, les architectures de Palladio… il en est de même pour les productions actuelles :

> cette céramique récente évoque presque tous les thèmes récurrents depuis un siècle :

 

 

Barnaba Fornasetti, céramique, 2011

 

les chefs d’oeuvres vintage

les plus belles pièces qui ont imposé le style Piero Fornasetti sont nées de sa collaboration avec l’architecte d’intérieur Gio Ponti, dans les années 50 :

> comme cette table concave (seul le plateau en verre est plat, le bois dessous est en dôme inversé), 1950, qui s’accompagne volontiers de chaises, d’un secrétaire et d’une desserte de la série des "documents" :

 

 

Piero Fornasetti et Gio Ponti, 1950
  Jeff Koons, Inflatable

 

> de même pour cet impressionnant et astucieux cabinet Architettura né en 1951 (ici ponctué d’un coquin cache-pot !)

cette première version sera déclinée -en petite quantité- pendant quelques années ; les pieds pointus des 50’s sont alors remplacés par des pieds droits moins typés années 50 ; une version moderne en décor malachite est absolument superbe !

 

 

Piero Fornasetti et Gio Ponti
cabinet Architettura, 1951
  Piero Fornasetti et Gio Ponti Architettura

les pièces récentes

Barnaba Fornasetti, reprenant la suite de Piero, a accentué la dichotomie entre pièces rares et pièces courantes :

  Barnaba Fornasetti tapis

> ce tapis malicieux de Barnaba est décliné sur toutes sortes d’objets vendus partout (note ci-dessous)

> mais il lui a aussi inspiré cette lampe, difficile à trouver

de loin, en voyeur, vous imaginez une femme nue, mais non : de près c’est un gros plan sur l’immuable visage !

Barnaba Fornasetti, tapis laine et soie, 2008 et lampe (vers 2010)
Barnaba Fornasetti, lampe (image en attente)

 

 

 

note au collectionneur :
Piero Fornasetti ne s’est pas soucié de signer, limiter, authentifier, inventorier ses pièces, c’est Barnaba qui a commencé à tenir un registre, daté et numéroté les pièces, voire ajouté des marques au décor de certains objets.
Si tous deux ont gardé l’esprit du "fait main" en série limitée, l’amateur doit bien distinguer les pièces de l’un et de l’autre (donc : vintage ou non) et se méfier des tirages nombreux vendus en boutiques, à distinguer de ceux plus rares proposés par des revendeurs spécialisés ; le site Fornasetti fait bien cette distinction

 

 

à la conquête du monde

en 1930 Piero Fornasetti s’inscrit à l’Académie des beaux-arts de Brera puis y est exclu après deux ans pour insubordination ; qu’importe, dès l’enfance il dessine, tente une mauvaise peinture, crée l’Imperia d’Arte Piero Fornasetti, édite ses dessins et almanachs ;

  Piero Fornasetti cabinet

 

 

...d’où vient ce bizarre titre de l’exposition "La Folie Pratique" ? il est tiré de son calendrier de 1947 et convient parfaitement à ses créations souvent loufoques mais déclinées de manière pratique

 

> en 1940 déjà, Piero Fornasetti crée avec Ponti ce chef-d’oeuvre, pièce unique : sophistication extrême de la fonction comme de la réalisation, joyeux délire des motifs

 

Piero Fornasetti et Gio Ponti, 1940, pièce unique

En 1933 Gio Ponti avait repéré son talent à la Triennale de Milan mais c’est seulement à partir de 1940 qu’ils réalisent ensemble les couvertures des revues Domus et Stile, puis le mobilier Cabinet Architettura en 1951.

  Piero Fornasetti, Villa Varenne

 

 

Entretemps Piero-le-décorateur est très prolixe : éditeur, graveur, il crée aussi des affiches, des produits publicitaires, des logos, des accessoires de mode et les fameuses assiettes au visage rond de la cantatrice Lina Cavalieri,

> ainsi que de nombreux décors, comme celui de sa propre Villa Varenne sur le lac de Côme

 

Piero Fornasetti, Villa Varenne, le salon
(reconstitution)

En 1970 Piero Fornasetti fonde la Galerie des Bibliophiles, où il expose des oeuvres d’artistes contemporains aux côtés des siennes ; il ouvre des boutiques à Milan et à Turin.
Puis sous l’impulsion de Barnaba Fornasetti l’affaire se développe vite dans le monde entier y compris la Chine

 

les procédés de fabrication

pour les objets vintage : une étude dessinée est lithographiée sur un objet, puis peinte à la main avec une perfection que Pablo Neruda qualifie de "précieuse et précise" ; plus tard Piero Fornasetti utilise un transfert à partir de papier humidifié comportant le dessin, qu’il peut appliquer à toutes sortes de supports, avant de le peindre, le vernir, le polir...

"Le premier mouvement de mon père a été d’appliquer sa culture et sa technique d’imprimeur à des objet en passant à trois dimensions", précise Barnaba Fornasetti, mais aujourd’hui la Maison Fornasetti utilise la sérigraphie tout en conservant la perfection de réalisation.

 

 

 

Dans l’exposition de la Triennale Design Museum comme celle des Arts Décoratifs, les oeuvres sont valorisées par une belle mise en scène de Julio Albertazzi en collaboration avec son cousin Barnaba Fornasetti : toujours une affaire de famille !

 

la mise en scène de Julio Albertazzi

 

Le catalogue est magnifique mais trop cher : 55€, ainsi d’ailleurs que les tirages en vente à la boutique ; de la modération commerciale aurait été bienvenue, ça aussi c’est le style Fornasetti...

  Julio Albertazzi

 

 

plus d’infos :

> l’exposition au musée des Arts Décoratifs
> le site de la Maison Fornasetti
> Fornasetti influencé par Gio Ponti, pilier de l’Art Déco italien

 

 



à vos petits écrans !

  > le blog d'almanart : curiosité, humour, people, sexy...
 

 

annonces d'événements :


 

l’art au vert :

partez en week-end arty !

voir nos suggestions

 

 


 

suivez nous  :  petits écrans :

 

 

Plans et itinéraires du Grand Paris :
Où sont les quartiers d'art ?

 

 

 

Le "Petit Mot" : 10 micro-newsletter/an, gratuites

abonnez-vous, entrez ici votre ad mel :

aucune autre information n'est demandée

 

 

 

 

Mesure d'audience par :

 

 

 

 

 

Le "Petit Mot"
Abonnez-vous, ici
entrez votre mail :

10 newsletter/an, gratuit

 

 

 

 

 

 

nos partenaires :

 

 

 

nos amis en art et design :