Decorum, tapisseries et fibres de l’art

 

Ceci est une archive d’une exposition exceptionnelle

 
Note sur les visuels : si les droits liés à l’expo sont échus, ne restent que des imagettes de faible définition à titre de mémoire, sans agrandissement possible ; celles agrandissables ont obtenu un accord ou sont libres ; en cas d’erreur svp nous en faire part et, suite vérification, le visuel sera retiré ou mis en imagette-mémoire ; merci !

 

  > accueil d’Almanart > sommaire des archives

 

Decorum, tapisseries et fibres de l’art
> au MAMVP, jusqu’au 9 février 2014

 

Decorum est une admirable exposition de tapisseries consacre le formidable retour de la fibre (oeuvres tissées, brodées, licées...) en tant que medium d’art, que nous vivons depuis une décennie. Elle complète pour notre plaisir la belle exposition Nature, en cours aux Gobelins.
Une histoire mouvementée : jusqu’au seuil de la modernité (1945
) les artistes dessinent des cartons, repris par des ateliers de tissage, c’étaient des gestes de décoration ; dans les 60’s des artistes d’avant-garde réhabilitent le textile par des oeuvres véritablement originales, il ont inventé la Nouvelle Tapisserie ; en 1981 le MAMVP crée même son Département Création Textile. Et puis... il y eut un grand vide, jusqu’au siècle actuel.
Cette exposition complète Decorum, la fibre et la tapisserie contemporaine au MAMVP.

 

tapisserie et décor

présenter traditionnellement des tapisseries ne les placent pas dans leur environnement naturel qu’est le "décor", avec lequel elles doivent se marier mieux qu’un tableau sur un mur blanc ;

alors ils se sont mis en trois pour élaborer une scénographie particulière : le commissaire Marc Camille Chaimowicz, l’architecte Christine Ilex Beinemeier et Jean-Philippe Antoine et sa "musique d’ameublement" ont su créer un climat décoratif. Pour traduire cette ambiance, nous avons opté dans cet article pour des vues panoramiques

> ici représentant typique des 40-50’s, Marcel Gromaire était peintre, graveur, illustrateur et décorateur ; il a participé au renouvellement de la tapisserie en dessinant des cartons pour l’Atelier de la Manufacture des Gobelins entre 1939 et 1944

Marcel Gromaire, les Bucherons de Mormal, laine, Aubusson, 1941
  Marcel Gromaire

 

Decorum sous-titre : "tapis & tapisseries d’artistes" ; vous avez bien lu "tapisseries d’artistes" et non "d’art", comme nous aurions dit photo d’art ou design artistique (et non utilitaire).
Car l’ambiguïté a longtemps déclassé la tapisserie dans le design, comme genre mineur (du fait que ce sont des liciers qui créeent à partir d’un carton dessiné par l’artiste) ; Decorum fait la question et la réponse : elle la pose par ces mises en scène décoratives agrémentées d’objets design et de sons qui évoquent la fonction de certaines créations, elle y répond par la qualité et la diversité époustouflantes d’autres créations qu’il faut bien appeler "oeuvres d’art"

les salles Pictural et Décoratif
  Decorum

 

le double rôle du textile

L’organisation par thème permet de comprendre le double rôle de ce medium textile : vous parcourez les salles Le pictural, Le décoratif, Les orientalismes, Les primitivismes, Le sculptural :

 

Orientalismes

 

decorum

 
la salle Orientalismes et son moucharabieh
le tapis est composé de grains de café et farine odorants,
oeuvre de Aldo Mondino, 1988, 300x180
 
la salle Sculptural est dédiée au contemporain et l’art actuel,
caractérisé par une diversité et une audace inouie

 

Au sein de chaque salle, le mélange des genres, des époques, des techniques est volontaire dans le but de faire douter des certitudes et principes qui auront pesé sur le domaine de la tapisserie : "aborder l’histoire de l’art de biais et de travers permet non seulement de la penser autrement mais aussi de mieux comprendre le contemporain" précise Anne Dressen, commissaire de l’exposition...

  Isabelle Cornaro  

> ce qui peut-être permet de mieux appréhender cette toute dernière oeuvre du parcours : un clin d’oeil avant-gardiste d’Isabelle Cornaro : ce faux tapis est en... plâtre peint ; ce travail sonne comme une ouverture : la tapisserie qui a longtemps imité des tableaux en en reprenant les motifs, vient à son tour d’être copiée et mise au mur ! cqfd !

 

 

Isabelle Cornaro, Homonyme 2, platre coloré, 2012, 120x180x20
(courtoisie galerie Hertling Paris)

 

 

 

 

plus d’infos :

> l’exposition Decorum, au MAMVP
> l’exposition de tapisserie Nature, aux Gobelins
> le mouvement de la Nouvelle Tapisserie (site La tapisserie en marche)

 



à vos petits écrans !

  > le blog d'almanart : curiosité, humour, people, sexy...
 

 

annonces d'événements :


 

l’art au vert :

partez en week-end arty !

voir nos suggestions

 

 


 

suivez nous  :  petits écrans :

 

 

Plans et itinéraires du Grand Paris :
Où sont les quartiers d'art ?

 

 

 

Le "Petit Mot" : 10 micro-newsletter/an, gratuites

abonnez-vous, entrez ici votre ad mel :

aucune autre information n'est demandée

 

 

 

 

Mesure d'audience par :

 

 

 

 

 

Le "Petit Mot"
Abonnez-vous, ici
entrez votre mail :

10 newsletter/an, gratuit

 

 

 

 

 

 

nos partenaires :

 

 

 

nos amis en art et design :