street art : vers la diversité

 

vers la diversité


nous sommes en 2017 mais dès 2012 une nouvelle génération d’artistes des rues s’affranchit des techniques habituelles du pochoir, bombe et collage sérigraphique (lequel est malheureusement repris par la publicité sauvage qui dégeulasse les rues avec rien d’artistique) ;

et ce qui frappe l’observateur attentif que vous êtes certainement, c’est la diversité des matériaux, des techniques et de styles ; panorama

 

 

 

 

 
 

le nouveau street art illustré :

> les new yorkais ne se remettent pas de l’élection de Trump !
> Matthew Chavez, alias Levee, a proposé une "urban therapy" en installant dans le metro un libre-service de post-it que les gens collent sur le mur avec des messages positifs : de l’art participatif

Matthew Chavez, alias Levee<

> accueil d’Almanart

> menu du street art 
(histoire, styles, comprendre, actus...)

focus : du street art actualité, art de la rue ou art des rues actualités / toutes images : clic=zoom

 

les rois en dentelle :

> quelques artistes s’attachent à rechercher une sorte de vérité par le détail, la finesse de réalisation ; ce qui leur impose un immense travail et aussi notre respect :

Sun7  
ensemble présenté chez Vuitton en 2009 par le graffitiste Sun7
clic=le détail, qui montre que le motif est entièrement composé de lettrages au feutre
(courtoisie Sun7)
Rubbish Cube donne une dimension nouvelle à ses collages en évidant les petites zones qu’il a tracé sur le papier, puis le peignant : Mikie’s Papers, rue Amelot, 2011
Rubbish Cube

et NeSpoon, une extraordinaire artiste qui créer de la dentelle polonaise : à voir sur Les Lumières de la Ville

 

de bric et de broc :

> Picasso a bien "créé" une tête d’animal avec une selle à vélo, l’allusion était parfaite ; des photographes sont capables de mettre en valeur un banal détail dans la rue, qui devient objet d’art... pourquoi pas un artiste des rues ?

  Oakoak  
ce "masque", rôle tenu par une brique de travaux, trônait devant le Palais de Tokyo et le MAMVP en 2009, lors de l’exposition Dynasty, un cadeau de Oakoak
un déchet de fourrure collée sur un mur : ce chat errant dans la rue des Quatre Fils, au 1er coup d’oeil, fut réel ! de qui est-il ?

 

repeindre la rue ?

> comment la rendre plus agréable pour tous ? il y a des moyens simples, d’autres sont des commandes par des entreprises conviviales :

  StreetMonsters Cyklop Frenchkiss

Whils

les StreetMonsters de Cyklop, rue du Morvan Paris 2011
voir le travail de Cyklop
cette fresque de Frenchkiss a été commanditée par Paribas, pendant la réfection de ses locaux de la rue de Malte en 2012
qui a donc (Whils ?) réussit à graver cette oeuvre sur la paroi d’aluminium de l’ascenseur du métro des Abesses ?

 

la craie, support de l’éphèmère :

> courageux, ils n’hésitent pas à braver le temps, la décrépitude et les quelques salopards de tagueurs qui ne respectent même plus leurs pairs ; parfois même ils en font un principe, la rue faisant la loi :

  SKKI
ce "tableau noir" était évidemment trop tentant pour SKKI, auteur de cette succulente inversion
Philippe Baudelocque est un des spécialiste des fresques à la craie ; cet Elephant fut aux Lezarts de la Bièvre 2012

Philippe Baudelocque

 

les mega-fresques :

> elles ne sont pas nouvelles dans le monde, mais plus fréquentes ; souvent elles impliquent quelque don d’acrobate et une prise de risques, cela fait partie du jeu :

  minotaure Bonom
ce fabuleux minotaure de Bonom, rue Vieille du Temple à Paris2009, fait partie des grands classiques
  Jeff Aerosol centre pompidou
cette commnande faite à Jeff Aerosol en 2011 est déjà célèbre, située en face du Centre Pompidou
de qui est ce squelette géant, que rien n’arrête (!), vu à Bruxelles déjà en 2008 ?

 

> fin 2015 cette fresque majestueuse célèbre la COP21 (21ème conférence mondiale sur le climat) et ses espoirs, à l’entrée de Paris par la Porte d’Orléans depuis l’A6a bien nommée Autoroute du Soleil (clic=détail de la fresque), commandée par la DiRIF [Direction des routes Ile-de-France] à l’association ZO MEKA de soutien d’artistes urbains, elle a été réalisée en une semaine par les graffeurs à partir de murs préalablement préparés par la DiRIF ; sur le plan artistique c’est un compromis harmonieux entre la liberté du monde des graffeurs et le thème écologiste

 merci aux artistes : Mélanie Elzingre (aussi fondatrice de l’asso), Benjamin Fouré alias MORNE, Jackson HERRERA alias KARS,
Antoine Sitruk alias TOREK, Julien Tran Dinh alias SHERA, Yann alias LAZOO,
Jean Baptiste Pierre alias K.BUZ et Antonin Blanc (courtoisie Zomeka)

 

la sérigraphie envahit les murs :

> par la baisse des coûts de production des sérigraphies, celles-ci se généralisent, du moins encore en noir et blanc ; nous lui reprochons sa fragilité (c’est vite sale) et sa facilité (vite posé, pas vu...) qui la met la portée de tous, de sorte que la qualité n’est pas toujours là ; mais c’est une ouverture à plus de possibilités :

  Mr Brainwash
Amstrong en valise Vuitton et le père de la bombe A en amoureux (2011), c’est drôle et bien fait, par Mr Brainwash ; mais elle n’a pas duré longtemps...
Tristan des Limbes
Tristan des Limbes (beau pseudo !), grâce à la sérigraphie, joue sur la série : rue St-Merri, 2011
pour ses oeuvres tragiques, Konny Steding recouvre ses sérigraphies (2011, rue de Seine) de coulures de peintures, qui accentuent l’effet

Konny Steding

 

l’imagination du détournement :

> l’objet stimule l’imagination, les matériaux urbains sont des tentations permanentes :

  Clet Abraham  
ils se répandent dans les villes, les sympathiques panneaux signalétiques de Clet Abraham
ayant décoré la magasin d’en face, l’artiste en a profité pour égayer l’affreuse entrée des artistes du Cirque d’Hiver, 2012 ; qui est-ce ?

 

un simple tracé...

> ...suffit parfois pour bien s’exprimer en jouant sur l’espace ; c’est le privilège du dessin :

 
à qui attribuer cette curiosité si bien placée, rue St-Roch en 2009 ?
Kouka dessine (entre autres) directement avec le tube, ces petits personnages à nos pieds, qui disparraissent alors bien vite
Kouka

 

coller, fixer...

> ...au mortier, vissé... :

Kaï Aspire  
pauvre petit bonhomme prisonnier de la vilaine société de consommation...
novateurs dans la forme, sinon du thème, en 2015 ces petits tableaux jalonnent le Marais, discrets mais efficace puisque la plupart sont cassés par ceux qui les convoitent (sont trop solides, abstenez-vous)
Kaï Aspire a beaucoup d’humour
le sport de Monsieur BMX consiste à découper des vélos et de les planter dans les murs !
après Montpellier, Paris ; il vous suffit de lever le nez
BMX

 

 

> menu du street art
(histoire, styles, comprendre, actus...)

 

 

 



à vos petits écrans !

  > le blog d'almanart : curiosité, humour, people, sexy...
 

 

annonces d'événements :

 

Foto Doc’ Collection s’ouvre à Arles

 
voici la première exposition fotofever à Arles, autour de la photographie documentaire, en collaboration avec 10 galeries partenaires

> du 03 juillet au 24 septembre 2017
entrée libre à la Fondation Manuel Rivera-Ortiz

 ? qui est fotofever  ?


 

un artiste crée la tombe de Gauguin !
 

quelle histoire !

un peintre, Pierre Bompard (1890-1962), a créé la tombe de Paul Gauguin aux Marquises...
racontée par Les Atamanes


 ? qui sont les Atamanes ?

 


 

blog à part...

 sur vos petits écrans : le blog d’Almanart !
décoiffant, incongru, sexy, people, pas sérieux quoi...

 


 

annoncez vos événements

cet espace est pour vous,
visible de nos 250 pages,
pour un montant minimum

contactez-nous


 

suivez nous  :  petits écrans :

 

 

Plans et itinéraires du Grand Paris :
Où sont les quartiers d'art ?

 

 

 

Le "Petit Mot" : 10 micro-newsletter/an, gratuites

abonnez-vous, entrez ici votre ad mel :

aucune autre information n'est demandée

 

 

 

 

Mesure d'audience par :

 

 

 

 

 

Le "Petit Mot"
Abonnez-vous, ici
entrez votre mail :

10 newsletter/an, gratuit

 

 

 

 

 

 

nos partenaires :

 

 

 

nos amis en art et design :