Walker Evans : le vernaculaire, un sujet photographique

 

jusqu’au 14/08/17 quartier de Beaubourg Centre Pompidou 14 €

place Beaubourg

> accueil d’Almanart
les meilleures expos en cours

toutes images rétrospective Walker Evans Centre Pompidou : ©Walker Evans Archive, courtoisie Metropolitan Museum / clic = zoom

 
qui aurait pu penser qu’être envoyé témoigner de la misère aux USA après la crise de 1929, conduirait un jeune photographe à créer un style photographique qui perdure ? la photographie vernaculaire* de Walker Evans, révélée par cette rétrospective au Centre Pompidou, est trois fois intéressante : sur l’esthétisme d’un photographe doué (c’est insuffisant pour une telle réputation), sur sa démarche vernaculaire (cela aurait pu le cantonner dans le documentaire) et sur le fait que rétrospectivement, il se pose en précurseur de la photographie objective allemande personnalisée par Bernd et Hilla et son "style documentaire"

 
* vernaculaire : du latin vernaculus (indigène) désigne ce qui est confectionné en interne, dans une communauté, par opposition à ce qui est échangé ; la langue vernaculaire est parlée seulement à l’intérieur de la communauté ; "aux États-Unis, le vernaculaire définit des formes d’expressions populaires ou communes employées par des gens ordinaires à des fins utilitaires ; c’est tout ce qui se créé en dehors de l’art et des circuits de production principaux et finit par former une culture spécifiquement américaine" [DP]

 

 

 

"la photographie est une réaction instinctive à un objet plastique"

 
...
cette citation de Walker Evans (1903-1975) semble paradoxale, tant sa démarche est organisée et méthodique, mais elle vient d’un homme avide de témoigner de son environnement ; son oeuvre est la recherche passionnée des caractéristiques fondamentales de la culture vernaculaire des Etats-Unis dans les années 30 et 40, dont les sujets vont de la typographie d’une publicité, à la devanture d’un petit commerce.

 

License Photo Studio, New York, 1934
  photographie de Walker Evans

 

Il photographie des séries de manière frontale et strictement identique, comme les maisons ou les rues ; si celles-ci sont vides de toute présence humaine, il s’intéresse pourtant aux personnes et leurs métiers ; bref, Evans se passionne pour tous les détails du quotidien, "cette culture invisible et non répertoriée qui, à ses yeux, révèle une forme d’américanité" [DP]

 

> cette série des travailleurs est obtenue en guettant
les passants au hasard, en se tenant en posture fixe
au coin d’une rue de New York

  photographie de Walker Evans
Labor Anonymus, dans Fortune, 1946

 

 

> remarquez que collecter n’est pas loin de collectionner : dès l’enfance Walker Evans collectionne notamment les cartes postales, les plaques publicitaires (qu’il vole après les avoir photographiées in-situ)… "comme si la photographie était une manière de prolonger la collection, ou l’inverse" [DP]

 

 

Par son approche systématique, son style pur et dépourvu de romantisme, quasiment entomologique, le vernaculaire pratiqué par Walker Evans "ne constitue pas seulement un sujet, c’est aussi une méthode ; le paradoxe est qu’il adopte les formes et les procédures de la photographie documentaire tout en revendiquant une démarche créative" [DP] ; il se situe donc à mi-chemin de la photographie documentaire et de l’artistique

> par exemple dans sa série sur les villes, Walker Evans témoigne comme un photographe d’architecture ou de cartes postales ; "sa position est l’exact opposé de la posture de l’artiste photographe revendiquée à l’époque par Alfred Stieglitz" [DP]

sans titre, 1936
  photographie de Walker Evans

 

Parcourant le centre et l’ouest des USA, Walker Evans est devenu le témoin de la misère issue de la grande dépression :

  photographie de Walker Evans
  Alabama Tenant Farmer Floyd Bourroughs, 1936

> ses célèbres portraits des Burroughs, une famille de fermiers de l’Alabama, sont parus dans American Photographs et on été exposés au MOMA dès 1938 ; ils ont bouleversé le monde par cette représentation du courage et du travail qu’ils ont exprimés

 

 

 

 

 

épreuves gélatino-argentiques,
23x18, collections particulières
  photographie de Walker Evans
Allie Mae Burroughs, Wife of a Cotton Sharecropper, Hale Country, Alabama, 1936

 

Surprise, le photographe est aussi peintre : l’exposition montre quelques rares gouaches réalisées plus tardivement, exposées en regard des photos d’une même série ; il y exprime ce triste vide que l’on retrouve dans ses photos ;

  photographie de Walker Evans
  Small-Town, Cuba, 1933

la façon dont il représente les sujets est identique et reflète bien sa perception artistique des sujets ;

mais la couleur n’est pas une inconnue pour lui : à la fin des années 40 il a aussi photographié en couleurs.

photographie de Walker Evans
Street-Scene, 1950, gouache

 

 

 

plus d’infos :

> l’exposition au Centre Pompidou
> une analyse détaillée de son oeuvre
> la photo vernaculaire et la photo artistique, quelle différence ?

 

 



à vos petits écrans !

  > le blog d'almanart : curiosité, humour, people, sexy...
 

 

annonces d'événements :

 

Foto Doc’ Collection c’est à Arles

 
voici la première exposition fotofever à Arles, autour de la photographie documentaire, en collaboration avec 10 galeries partenaires

> du 03 juillet au 24 septembre 2017
entrée libre à la Fondation Manuel Rivera-Ortiz

 ? qui est fotofever  ?


 

ne partez pas sans eux !

pas sans vos mots-croisés !

surtout pas sans les 80 grilles du journal Le Monde, par le célèbre Philippe Dupuis

avec les solutions en fin d’ouvrage

6 €, en vente... partout

 


 

en week-end près de Rouen ?

 

 au château de Saint-Crespin (ancien atelier de Bernard Buffet) : exposition des belles oeuvres lyriques de Brigitte Camus

vernissage le 14 juillet - entrée libre

 



 

les Mouvements dans la peinture

de la Renaissance à nos jours : analyse, illustration, histoire...
le best-seller de la collection chez Larousse
a un petit prix
 

les Mouvements dans la peinture

 

(les mouvements sur Almanart)


 

un artiste crée la tombe de Gauguin !
 

quelle histoire !

un peintre, Pierre Bompard (1890-1962), a créé la tombe de Paul Gauguin aux Marquises...
racontée par Les Atamanes


 ? qui sont les Atamanes ?

 


 

suivez nous  :  petits écrans :

 

 

Plans et itinéraires du Grand Paris :
Où sont les quartiers d'art ?

 

 

 

Le "Petit Mot" : 10 micro-newsletter/an, gratuites

abonnez-vous, entrez ici votre ad mel :

aucune autre information n'est demandée

 

 

 

 

Mesure d'audience par :

 

 

 

 

 

Le "Petit Mot"
Abonnez-vous, ici
entrez votre mail :

10 newsletter/an, gratuit

 

 

 

 

 

 

nos partenaires :

 

 

 

nos amis en art et design :