votre attitude en art contemporain ?

 

 

jouez à vous connaître !
de l’art, dites-vous plutôt... :

 

 

 

 

 

 

 

Gilbert Peyre, Fin de Bal, 2016
(courtoisie Halle Saint-Pierre)

attitudes en art, illustrées par une exposition :

> gamin, il crée ses propres jouets, puis fait des automates mécaniques, puis électromécaniques, plus tard il y ajoute la maîtrise électronique et pneumatique, enfin se met à la programmation : toute une vie de Gilbert Peyre s’agite, tape, clignote dans cette extraordinaire rétrospective
> burlesques, moqueuses, extravagantes machines issues du regard ironique et pointu d’un artiste bien singulier
> en Fin de Bal, cette robe fait du gringue à ce pantalon... que croyez-vous qu’il arriva ? une oeuvre délicate de poésie
> à ne pas manquer avec vos enfants ou ados, jusqu’au 26 février 2017 à la Halle Saint-Pierre (une page d’Almanart lui sera dédiée en octobre)

 

 
> accueil d’Almanart
> sommaire de comprendre

focus : art contemporain, beauté esthétique esthétisme de l’art contemporain, comprendre expliquer l’art ; sociologie psychologie en art

 

ce n’est pas beau !

Longtemps l’esthétique a régenté l’art plastique, avec ses deux apostilles : la vérité du rendu et le labeur réalisé, d’où un immobilisme carcéral ayant pour conséquence, par exemple : l’extrême conformité des sculptures des expositions universelles, le rejet par les salons officiels d’artistes aventureux sortant des dogmes, etc.
Les canons d’il y a cent ans tournaient beaucoup autour du style grec classique et de celui de la renaissance ; ces valeurs sont-elles maintenant "dépassées" ?

Non ! Bien des artistes actuels recherchent la Beauté ; mais les critères ayant évolué, elle revêt diverses formes : rythmiques, gestuelles, structurelles, conceptuelles... : elle n’est pas toujours évidente au regardeur ! En tenant compte de l’ouverture de l’art actuel à toutes les sensibilités : géographiques, ethniques, sociales, la beauté ne se confine plus aux codes académiques nord-occidentaux. Ainsi une œuvre "pas belle" pour vous, peut l’être pour un autre.

 

Bien des artistes actuels n’ont pas un objectif esthétique, mais celui d’attirer le regard sur des caractères de la société ou celui de tisser des liens entre disciplines, entre formes de l’art. Dans ces cas l’œuvre n’a pas à être "belle" : elle doit être significative.
Une œuvre "significative" implique une analyse pour la comprendre ; pour cela vous aurez besoin de trouver des explications car seul, vous ne pourrez pas facilement l’appréhender. Mais c’est vrai, ce trait est un frein à la popularité de l’art contemporain.

 

 

je n’y comprends rien !

Rassurez-vous, vous n’êtes pas le seul ! Nous aussi apprécions des explications lorsque nous pataugeons pour comprendre l’art contemporain, surtout si c’est l’artiste qui explique, car certains critiques en rajoutent.

   

> première interrogation devant l’œuvre : est-elle intéressante ? Au lieu de zapper si elle n’interpelle pas immédiatement, posez-vous la question : a-t-elle quelque chose qui ne serait perceptible qu’au 2ème regard, ne vaudrait-elle la peine d’y passer 3-5 minutes ?

> la seconde question est : que veut-elle signifier ? Quel est le message, le sentiment, la situation que veut introduire l’artiste ? Faute de sa présence, il est vrai qu’il vous faudra de l’opiniâtreté pour déchiffrer et chercher l’information ; comment faire ?

Où trouver des informations, des indications ? Premièrement, parcourez les grandes expositions pourvues de matériaux didactiques : panneaux, "petits journaux", fiches, films… ; achetez les journaux d’art (voir notre liste de la presse d’art) qui en parlent. Si un artiste vous rebute un peu, eh bien justement : allez voir son exposition ! Vous aurez vos explications pour la moitié du prix d’une place de cinéma.
Entrez dans les galeries qui font l’effort de mettre à disposition un opuscule, un dossier de presse, un film, un presse-book.
Allez aux vernissages, tous ne sont pas snobs et cela vous permettra de rencontrer les artistes : croyez bien qu’ils sont toujours interessés à parler de leur travail, et il n’y a pas de question idiote.

 

 

jusqu’aux modernes ça va, après…

Félicitations ! Cela montre que vous n’êtes pas bloqué aux classiques et à l’avant XVIIIè siècle, où bien sûr tout était beau y compris la guerre. Et comme le passé éclaire l’avenir, que l’amour de l’un peut vous conduire à l’amour de l’autre, votre connaissance des modernes peut vous aider à progresser. Avec cette remarque : ceux qui aiment la modernité l’intègrent dans l’histoire de l’art, ils aiment l’art en général, en incluant aussi les temps antiques ; mais l’inverse est plus rare...

Justement, cette histoire de l’art peut vous aider à la prolonger vers le présent ; d’abord parce qu’elle est un vrai roman et constitue un moyen ludique de s’immerger et ensuite parce que de nombreuses oeuvres d’art actuelles se réfèrent aux anciennes, cela peut devenir un jeu.

Et si vous n’êtes pas rebuté par les modernes, vous n’êtes pas loin d’apprécier certains contemporains, car la frontière entre eux est floue. D’autant que les plus grandes audaces ne sont pas encore celles de nos contemporains (pour le moment) mais bien celles des modernes ; en effet dans la 1ère moitié du XXè siècle, presque tout a été inventé : l’abstraction, le surréalisme, le cubisme, le cinétisme... (voir tous les "mouvements modernes").

Donc vous n’avez qu’un tout petit effort à faire, si vous prenez soin d’écarter les nombreuses oeuvres contemporaines qui vous semblent, disons, inutiles...

  Antonio Huberti
Antonio Huberti est un post-cubiste (ceux qui peignent ce genre après la 2è guerre) : sa valeur financière n’a rien à voir avec les cubistes d’origine, mais ses tableaux sont intéressants et beaux : La Guitare, années 60, collages et peinture ... clic=zoom

 Et svp soyez indulgent : le temps n’a pas encore fait son tri !

Pratiquement comment donc aller vers les contemporains ?
Nous vous suggérons d’avancer progressivement, il n’y a aucune raison de vous brusquer : partez de l’époque où vous vous sentez encore juste à l’aise, où les oeuvres vous plaisent, tout simplement, et montez d’un cran ; consultez notre petite chronologie historique pour cela et servez-vous aussi de notre rubrique styles.

 

Exemple : vous aimez les impressionnistes, tolérez encore les cubistes mais calez sur l’abstraction, fuyez les conceptuels (vous n’êtes pas malade, c’est fréquent !) : eh bien sautez leurs salles à Beaubourg, vous les verrez plus tard ; intéressez-vous d’abord aux abstraits en commençant par les plus anciens qui datent de… cent ans. Qui voir ? L’idéal serait une rétrospective : tous les abstraits précurseurs ont d’abord été des figuratifs : Kandinsky, Mondrian, Malevitch … Considérons ce dernier : il est revenu à une représentation figurative (aussi obligé par les soviets...) après avoir été le plus pur des abstraits en inventant le minimalisme (avec ses Carrés) ; mais voyez cette deuxième phase figurative de son oeuvre : elle est d’une étonnante simplicité, fruit de sa période abstraite. Considérez aussi Nicolas de Staël qui est souvent passé de la figuration à l’abstraction et vice versa, sans que la différence apparaisse évidente : quelle leçon !

En résumé, la clé de votre progression sera l’assimilation, processus qui exige du temps et un peu d’effort : autre particularité qui freine l’adhésion à l’art contemporain...

 

 

 

j’aime bien mais pas chez moi

Mais si vous aimez, pourquoi n’achetez-vous pas ? C’est la vraie question puisque l’acquisition est la concrétisation de votre sentiment. Examinons quelques raisons :
> vous n’êtes pas mûr, pas sûr de votre jugement, du bien fondé d’une première impulsion : attendez, progressez, ça viendra naturellement en pratiquant : il faut voir, voir et encore voir...
> vous doutez du prix : voyez ci-après
> vous dites que vous n’êtes pas collectionneur ? Hum, ça, c’est peu crédible, c’est plutôt un prétexte ! Pour preuve : jetez-vous les livres que vous avez déjà lus ? Ah !

Le vrai amateur d’art ne reste pas passif, il a envie d’aller plus loin : s’abonner aux revues, acquérir ou offrir une petite oeuvre plutôt qu’un bibelot même s’il est joli, pratiquer le dessin... Et l’amateur heureux montre sa passion à ses amis, son appartement n’en reste pas sans trace.

   

Mais ça n’ira pas chez moi ! En êtes-vous sûr ?

Ouvrez ces revues de décoration sur d’étonnantes intégrations d’art et de design contemporains dans des environnements anciens : paradoxalement il y a enrichissement mutuel. Exemples : des sièges Louis XVI entourent avec élégance une table en verre, une cheminée de marbre début du XXè siècle joue avec un tableau abstrait...

Evidemment , il vous faut acquérir une vision d’ensemble et faire quelques sacrifices, notamment ces tapisseries à motifs qui tuent tout... A vous de jouer ce jeu, il est passionnant !

 

 

c’est souvent cher pour ce que c’est !

Mais certains aiment que cela soit cher, si, si ! Regardez les collectionneurs de montres...
Plus sérieusement, que cela ne vous empêche pas de vous promener dans les galeries -c’est gratuit-, les expositions -50% moins chères que le ciné- (voir notre sélection d’expos) : votre plaisir sera éphémère, mais sera quand même. Deuxièmement il y a plusieurs façons d’acheter peu cher : voyez notre rubrique "l’art abordable".

Et lors d’un achat, ayez quelques réflexes :
> prenez du recul (en vous isolant du vendeur)
> prenez du temps (revenez plus tard)
> imaginez le prix maximum que vous consentiriez
> une autre oeuvre vous plairait-elle, moins cher ?
> quelle est l’influence de la mode, du quartier, du vendeur, des amis ?

 

Quelques idées :

D’abord avoir en tête une échelle des prix et des façons d’acheter.
Pour ce qui concerne le marché, nous observons une assez bonne cohérence des prix ; voici quelques fourchettes typiques approximatives pour des oeuvres de dimensions moyennes d’artistes accomplis mais pas célèbres :
> 2000 à 4000 € pour une toile ou pour un mixte
> 1000 à 2000 € pour une aquarelle ou pour une photo
> 300 à 1000 € pour une vidéo limitée à 30 exemplaires, signée
> 200 à 500 € pour une estampe reproduite à moins de 100 exemplaires
> 50 à 200 € pour une sérigraphie signée à 1000 exemplaires.
Tout cela dépend de l’époque, du quartier, du mode de vente, du parcours de l’artiste...

Si le prix est plus élevé, cherchez, demandez quelle en est la justification, il y en a probablement une ; à vous de juger si elle vous convainc ainsi que votre ministre des phynances, sinon zappez vous trouverez bien autre chose.
Et sachez qu’Almanart peut aussi vous aider !

Bon, vous trouvez que c’est encore élevé ? Puis-je vous demander combien vous avez payé votre dernier bibelot de luxe industriel non signé ?

 

 

n’est-ce pas un peu bidon ?

Ben… oui, parfois ! Dans les années 80 notamment il y a eu quantité d’expérimentations qui ont été volontiers gonflées commercialement alors qu’elles étaient loin d’aboutir : imaginez qu’un laboratoire de recherche médicale se mette à vendre toute ses productions... ; et la crise de l’art qui a commencé en fin 2007 a montré que l’art bling-bling était le summum du bidon, puisqu’un formidable retour à la raison s’est opéré : le courant s’est inversé vers la qualité, voire le classicisme avec un retour à la peinture, même à la figuration et en tous cas vers les "valeurs sûres" : le marché a fait de par lui-même un tri. Ainsi il y a moins de bouffons, actuellement en fin 2010.

Mais c’est aussi à vous de faire votre propre tri, car il y a de tout dans le monde des artistes : ceux qui savent communiquer et qui vendent bien, des discrets qu’il faut dénicher, des fâcheux qui pensent que les galeristes "profitent" d’eux et qui du coup "n’existent" pas même s’ils sont bons, des artistes moyens qui sont mis en lumière par une galerie dynamique, d’autres qui sont trop mal soutenus… : il y a de mauvais artistes visibles et d’excellents à découvrir. Chercher n’est-il pas un jeu amusant ?

   

Le succès commercial est-il lié à la qualité ?

Oui, mais pas toujours, car le charisme de l’artiste, le bagout de son agent, les réseaux des copains influencent, comme dans toutes les professions. Ainsi trouvez-vous certaines distorsion ; quelques exemples ?
> FH (restons-en aux initiales, par charité) qui pratique surtout l’art du marketing
> VB dont les vidéos sont aussi immobiles que chères
> S dont peu comprennent qu’elle ait eu une expo en musée
> LC qui nous fatigue avec ses obsessions pornos privées...

Nous n’empêchons personne de s’intéresser au cirque ou aux "peoples", mais nous contestons à ces acteurs la qualité d’artiste, ce sont des "faiseurs".

Mais attention, certains rigolos peuvent devenir excellents, ou le sont par moment, rien n’est simple... Par exemple Nan Goldin qui nous a envahis de ses miaismes libidineux et glauques, fait aussi des oeuvres splendides ou poignantes (ci-contre).

Alors, comment éviter les faiseurs ?

D’abord attention, vous pouvez vous tromper : étudiez la démarche de l’artiste que vous supputez creux, car elle est peut être intéressante, ou sa recherche reste encore maladroite, inaboutie ; donc avant de juger : prenez de la marge, essayez de comprendre sa position dans le contexte présent, sa place dans les inévitables phénomènes de mode, renseignez-vous sur son parcours, sur l’évolution de son style ; lisez, lisez !
Si l’artiste n’est pas trop jeune, voyez l’évolution de sa cote, c’est un indice mais pas une preuve sauf s’il est âgé). Un exemple : George Condo dont vous pourriez d’un sursaut rejeter le mauvais goût agressif mais, si vous êtes un peu curieux, pourriez bien y revenir... démon ou génie ?

  Nan Goldin
Nan Goldin, Guido on the dock, 1998
(courtoisie gal. Bartshi Geneve) ... clic=zoom

Mais si vous ne trouvez pas quelque chose à quoi vous accrocher, après réflexion, renseignements et avis divers, eh bien, peut-être qu’effectivement cet artiste sonnerait comme un bidon vide...

 

 

c’est du "business", l’art rime avec dollars !

Oui. Et alors ? A part les bidons, les suiveurs de mode et autres copieurs, les artistes authentiques et de qualité n’ont-ils pas le droit de réussir et de s’enrichir ? Est-ce différent dans d’autres métiers ?

Rappelez-vous que Dali, dont personne ne nie le génie (qu’on aime ou pas), avait les dents qui rayaient le plancher, allant jusqu’à signer des feuilles blanches avant leur impression... André Breton l’a d’ailleurs surnommé ’"Avidadollars", son anagramme parfait ! Mais l’avidité ne dégrade pas toujours la qualité. D’ailleurs Breton était un "tueur" radicaliste, peu avide d’argent mais de célébrité, ce n’est pas mieux...

Laissons donc ce mythe romantique de l’artiste misérable errant sur le chemin d’accès honnête à la gloire... posthume, cela appartient à la religion, pas à la réalité.
L’art est intégré à notre société, qui est commerciale, donc l’art est commercial ; d’ailleurs il en a toujours été ainsi.
Mais ceux que cela gêne peuvent s’intéresser à autre chose

 

Finalement, que cela ne vous dérange que très peu, car vous pouvez actuellement, plus facilement qu’avant, acquérir des œuvres peu chères, de qualité, par de multiples canaux (voir où acheter).

 

 

c’est de l’art ou de la déco ?

C’est vrai : les frontières de l’art deviennent de plus en plus floues, les artistes sont pluridisciplinaires, le marché "anoblit" à chaque occasion des domaines connexes à l’art, des marques peu scrupuleuses développent des "collectors" qui passent pour de l’art, sans compter certaines galeries qui vendent des estampes en tirages d’affiches...

Autrefois c’était clair : il y avait les arts majeurs (peinture, sculpture...) et les arts mineurs (design, décoration, mode, artisanat...), chaque domaine ayant ses propres techniques et ses lois.

Fini : actuellement les outils informatiques sont identiques en art numérique, architecture, cinéma-vidéo, les cursus de formation ont des passerelles entre eux, tout le monde se déclare "artiste", y compris certains photographes reporters : la transversalité est un vecteur majeur de la modernité.

 

Pire, certains curateurs font tout pour brouiller les pistes, alors que leur rôle consisterait plutôt à guider le public dans un monde de plus en plus sauvage : le Palais de Tokyo à l’époque de Marc-Olivier Wahler (heureusement sorti début 2012) aura-t-il agit pour l’art contemporain ou pour le cirque ?

Et désormais une passerelle est établie entre l’art et le design artistique, qui lui a clairement un pied dans la décoration !

Alors dans quel domaine êtes-vous, lorsque vous convoitez un joli bibelot à tirage limité et signé ? Ou une vidéo tournant en boucle sur l’écran plat de votre téléviseur ? Ou une broderie fantasmagorique piquée au mur ?

Si vous faites partie des paumés dans l’art, ou des gens prudents qui se gardent d’acheter trop contemporain faute de recul, une partie de la réponse est donnée par le marché de l’art qui, par la crise économique, est revenu aux valeurs fondamentales : c’est-à-dire aux arts majeurs !

 

 



 

annonces d'événements :


 

street art aux enchères !

Blancs-Manteaux Auction organise une vente
d’art urbain, belle et... abordable

dimanche 9 octobre , 15h00 - Vente sur place et en live
expo publique : 7 et 8 octobre, 11h à 19h

 ? qui est Blancs-Manteaux Auction ?

 


 

les animaux d’André Margat

sont chez Les Atamanes

André Margat, artiste animalier à succès dans les années 30, où il expose avec Pompon chez l’ébéniste Ruhlman

 ? qui sont les Atamanes ?


 

Ivan Messac en live à Pompidou

devant vous entre le 15/10 et le 13/11, Ivan Messac peint une marelle géante, accompagné de poètes, danseurs, comédiens et illustrateurs

entrée libre au Studio 13/16

à suivre sur place et en direct ici



 

Multiple Art Days

un nouveau grand rendez-vous annuel :
Le salon des pratiques
éditoriales contemporaines

livres d’artistes, prints, multiples...

à La Maison Rouge
30 sept au 2 oct


 

4è édition de Croisement des pinceaux

 

curieux titre ! mais significatif de cette petite confrontation annuelle d’artistes chinois et occidentaux de bonne qualité, droit dans la vocation de la Galerie Double S

 ? qui est Double S ? 


 

 

un moteur => toutes les ventes !

le plus puissant moteur de recherche d’objets d’art
100 maisons de ventes aux enchères francophones
sont déjà partenaires

 


 


 la rentrée au Géant des Beaux-Arts, jusqu’au 23 novembre


 

suivez nous  :  petits écrans :

 

 

Plans et itinéraires du Grand Paris :
Où sont les quartiers d'art ?

 

 

Le "Petit Mot" : 10 micro-newsletter/an, gratuites
Abonnez-vous, entrez ici votre ad mail :
aucune autre information n'est demandée

 

 

 

Mesure d'audience par :

 

 

 

 

 

Le "Petit Mot"
Abonnez-vous, ici
entrez votre mail :

10 newsletter/an, gratuit

 

 

 

 

 

 

nos partenaires :

 

 

 

nos amis en art et design :