tapez un ou deux mots :

redevenez enfant au Palais de Tokyo

 

jusqu’au 09/09/18 quartier de l’Alma Palais de Tokyo 12 €

13 av Pdt Wilson

> accueil d’Almanart
les meilleures expos en cours

toutes images exposition Enfances au Palais de Tokyo / courtoisie Palais de Tokyo sauf mention / clic = zoom

 

cet été, écoutez la part d’enfance qui est en vous ! le Palais de Tokyo vous replonge dans l’imaginaire, souvenirs, rêves, angoisses et jeux d’enfants ; remontez donc vos yeux de bambin pour voir le monde : "l’enfance, c’est pouvoir rencontrer chaque moment de la vie comme une surprise ; tout doit être un hommage reçu de l’Inconnu" [Jean de Loisy].

 

une immersion dans l’imaginaire enfantin

exposition Enfances au Palais de Tokyo

 

étonnant, le titre de l’exposition : "Encore un jour banane pour le poisson-rêve" (titre détourné d’une nouvelle de J.D. Salinger) ; et surprise, vous entrez dans le Palais par une chambre d’enfant... le rêve peut commencer !

> cette maison de poupée géante de l’artiste Amabouz Taturo, évoque l’univers de la gamme Sylvanian Families de Epoch, le Lego japonais mécène de l’exposition, où les enfants se représentent la vie quotidienne avec Sœur Lapin Chocolat [Les Echos 30/06/18]

 

Amabouz Taturo, in-situ, 2018
(courtoisie Epoch et l’artiste) / clic=zoom

 
L’artiste et réalisateur Clément Cogitore crée une véritable dramaturgie par un ensemble de salles, d’atmosphères et de sept scènes reliées par des passages ou portes qui ponctuent le parcours à la manière des chapitres d’un livre ; en voici quelques unes :

> l’entrée de l’exposition est une porte monumentale en pierre gardée par deux sculptures de sphinx tout à fait identiques, y compris les débris répartis au sol, comme un rite de passage : cette impossible répétition à l’identique d’un événement aléatoire devient ici réalité

Clément Cogitore
clic=zoom

 

 

puis le parcours oscille entre émerveillement de la pensée magique et désenchantement face à la réalité du monde,

  exposition Enfances au Palais de Tokyo

à l’instar "d’Alice traversant le miroir pour y découvrir des règles inversées dans lequel des rituels de la vie familiale figés en pierre se mêlent à des épopées fantasmées sur ordinateur, où des visages géants en laine côtoient des poissons d’argent et des clowns perdus dans une introspection colorée" [DP]

 

"revenir à cette réalité de l’enfance, réalité grave, héroïque, mystérieuse, que d’humbles détails alimentent et dont l’interrogatoire des grandes personnes dérange brutalement la féerie"
Jean Cocteau, Les Enfants terribles, 1929

 

Après avoir franchi un lourd rideau de scène rouge qui s’ouvre et se referme de manière chaotique,

exposition Enfances au Palais de Tokyo

 

vous descendez un escalier tagué dans une ambiance rouge pour passer d’un monde à l’autre ; une expérience sensorielle qui oppose le faste d’un grand hôtel et une sensation de dégradation

> oppressant mélange des graffitis de Dran et de l’atmosphère confinée de l’interminable couloir qui mène à la Mélancolie

 

Dran, graffitis, 2014
Clément Cogitore, scénographie, 2018
clic=zoom

exposition Enfances au Palais de Tokyo

> une mélancolie admirablement exprimée par ces clowns tristes de Ugo Rondinone, qui se confondent avec le public visiteur

 

 

Ugo Rondinone,
Vocabulary of Solitude, 2016
clic=zoom

 

à quoi rêve l’enfant solitaire ?

la merveilleuse vidéo de Rachel Rose explore ce moment d’ennui, de solitude de l’enfant où son imagination est libre, moment de construction de lui-même

> le fil conducteur est les aventures d’un animal hybride entre chien, lapin et renard qui s’ennuie dans un appartement et s’évade dans une forêt imaginaire ; une merveille !

 
Rachel Rose, Lake-Valley, 2016, video 8min25
5courtoisie Corrias Gal) / clic=zoom
  exposition Enfances au Palais de Tokyo

 

A savoir : une partie des artistes, artisans et la commissaire Kodama Kanazawa, sont japonais, en raison de la Saison Japonismes qui se developpe actuellement à Paris en plusieurs endroits

 

 

 

 

plus d’infos :

> l’exposition au Palais de Tokyo
> la Saison Japonismes à Paris

 

 



 

annonces d'événements :


 

design : extraordinaires Lotus d’Or...

...que sont ces petites chaussures chinoises !

 jamais exposé au monde : un millénaire de tradition du 10è au 20è siècle, on bandait les pieds des filles pour limiter leur taille à <10cm dans ces engins de torture magnifiques...

Espace Jules Vallès
 4-26 oct entrée libre


 

 le Prix du Graffiti & Street Art s’expose

au Pavillon de l’Eau, 77 av de Versailles
5 sept - 4 nov, gratuit
par Graffart et un prestigieux jury

plus d’infos

=> chaque année Almanart y découvre des perles ;
les collectionneurs pointus s’y intéressent


 

rentrée choc au Géant des Beaux -Arts :

jusqu’au 15 octobre

> qui est Géant des Beaux-Arts ?


 

l’art naïf revient à tire-d’ailes

l’art naïf a des ailes : il revient, tel ce.. Teck’ailes de Nicolette Palotay, une huile sur isorel

disponible chez les Atamanes

 ? qui sont les Atamanes ?


 

 

Un Dimanche à La Galerie : le RV du 23

clic sur l’image = vous saurez tout


 

suivez nous  :  petits écrans :

 

 

Plans et itinéraires du Grand Paris :
Où sont les quartiers d'art ?

 

 

 

Le "Petit Mot" : 10 micro-newsletter/an, gratuites

abonnez-vous, entrez ici votre ad mel :

aucune autre information n'est demandée

 

 

 

 

Mesure d'audience par :

 

 

 

 

 

Le "Petit Mot"
login (modal) Abonnez-vous, ici
entrez votre mail :

10 newsletter/an, gratuit

 

 

 

 

 

 

nos partenaires :

 

 

 

nos amis en art et design :