Zoom sur la lithographie :

Ce procédé à plat utilisait à son origine (1796) les propriétés chimiques d’une pierre calcaire qui, traitée par un mordant (solution de gomme et d’acide nitrique), fixe le dessin exécuté à l’envers et à la craie grasse ; la pierre humidifiée ne va retenir l’encre que sur les parties où l’artiste a déposé la craie grasse ; il faut dessiner autant de pierres que de couleurs ; il faut réencrer la pierre pour chaque épreuve.

Aujourd’hui on remplace presque toujours les pierres par des plaques de zinc ou d’aluminium, plus malléables.

Une anecdote illustre la difficulté du procédé face aux exigences justifiées de certains artistes : en étroite collaboration du célèbre imprimeur Mourlot, Matisse avait donc en 1947 créé le fameux livre "Jazz" chez l’éditeur Tériade (livre qui avait en fait pour thème le cirque, mais dont les couleurs jaillissaient comme la "musique de jazz") ; en 2005 une réédition limitée a été effectuée et confiée au successeur de Mourlot dans le même atelier, car il a toujours (notamment) conservé les mêmes machines et qu’un travail considérable de recherche des couleurs d’origine devait être entrepris.

Vous devez donc bien faire attention aux différentes catégories de lithographies : celles qui reproduisent des oeuvres créées sur d’autres supports, celles des grands tirages mal cadrés (les couleurs sont mal superposées), celles qui sont des créations spécifiques par les artistes ; leurs valeurs ne devraient pas du tout être les mêmes...

> accueil d'Almanart