Tom Wesselmann, l’érotisme de soft à hard

Ceci est une archive d’une exposition exceptionnelle

 
Note sur les visuels : si les droits liés à l’expo sont échus, ne restent que des imagettes de faible définition à titre de mémoire, sans agrandissement possible ; celles agrandissables ont obtenu un accord ou sont libres ou sont en "fair use" ; en cas d’erreur svp nous en faire part et, suite vérification, le visuel sera retiré ou mis en imagette-mémoire ; merci !
  > accueil d’Almanart > sommaire des archives

toutes images, courtoisie Musée Galerie des Gobelins sauf mention / images : clic=zoom

 

Tom Wesselmann, l’érotisme de soft à hard
à la Galerie Rech Paris, jusqu’au 21/12/16


Tom Wesselmann (1931-2004) est une star du pop-art des années 60 et créateur d’un style très particulier, souvent dépouillé fait d’applats, proche de la narration européenne (genre qui pourtant n’existe pas aux USA).
Bien qu’il ait réalisé des paysages pop et quelques sculptures abstraites, son obsession pour les nus féminins stéréotypés et anonymes, toujours blonds aux seins pointus, l’a ancré dans toutes les mémoires ; ces oeuvres à succès sont toujours mises en exergue, elles montrent un érotisme élégant, soft jusqu’à devenir banal :
un corps ondulant, une cigarette, des lèvres, un téton, mais jamais de visage...
Cette exposition à la Galerie Rech vous révèle des oeuvres anciennes d’un érotisme brut, malicieux, et critique de la société américaine (peut-être de lui aussi) pour la femme-objet

Tom Wesselmann nude art contemporain

des multiples abondants et bien trop chers :
Tom Wesselmann, Nude, 1980, aquatinte 100exemplaires (vente sur internet)

 

 

a Different Kind of Woman, by Tom Wesselmann

 

un érotisme engagé

 
ce titre est un clin d’oeil : "Différents Type de Femmes" vous inviterait à découvrir une collection de portraits mais Tom Wesselmann n’a jamais fait un portrait reconnaissable d’une femme, elles sont toujours dépersonnalisées ; et cette exposition va bien plus loin dans l’érotisme, dévoilant des oeuvres chaudes ou carrément raides (sic) mais à nos yeux porteuses d’un humour caustique :

> jamais réellement visible dans la publicité américaine pourtant fortement empreinte de sexe, cette virilité en premier plan peut être interprétée comme un pied de nez à l’hypocrisie du socialement correct, dans un pays où les hommes-Malboro se doivent d’être virils et les femmes déambulent provoquantes jusqu’à la pointe des seins, mais légales tant que celle-ci n’apparait pas...

> dans plusieurs peintures de cette seule série, vous voyez des montres ; est-ce pour rappeler l’amour tarifé, ou simplement le temps trop court de l’amour ?

Bedroom Painting, 1972, huile, 150x208
  Tom Wesselmann Bedroom-Painting

 

Tom Wesselmann ironise encore lorsqu’il opère par allusions :

  Tom Wesselmann Girl Eating a Banana
Girl Eating a Banana
1967, 131x191

> bien qu’intitulée Femme mangeant une Banane, vous n’êtes pas dupe de l’appétit de la demoiselle

 

> cette main n’est pas
tendue pour vous saluer,
car la peinture fait partie
des Bedroom Paintings ;
que diable soutient-elle ?

  Tom Wesselmann Bedroom-Painting
Bedroom Painting
1972, 150x208

 

 

une installation "live"

 
Tom Wesselmann fit en 1970 une expérience très curieuse : une petite installation enfoncée dans le mur où un sein vivant apparaît par un trou, la propriétaire (invisible au-dessus) étant censée rester immobile, ce qui évidemment était impossible : imaginez votre trouble devant cette oeuvre hyperréaliste qui, parfois, oscille un peu ! en fait l’affaire a échoué car le modèle fit le pitre et l’expérience tourna au divertissement crû...

  Wesselmann-Tom-Bedroom-Tit-Box   Wesselmann-Tom-Bedroom-Tit-Box   Wesselmann-Tom-Bedroom-Tit-Box
dessin préparatoire
boîte actuelle à la Galerie
boîte en "live"

 
"le point de départ de cette pièce est sa rencontre avec une femme dont les seins étaient de la bonne taille et de la forme qu’il avait à l’esprit ; il la dessine et compléte avec différents objets dont un cendrier et l’inévitable cigarette en bois, une boîte de mouchoirs, des roses en plastique et un interrupteur" [extrait du DP, source : livre de Tom Wesselmann "Slim Stealingworth’, New York Abbeville Press, 1980] ; cette oeuvre pourrait être une évocation d’un peep-show

 

 lors de votre visite à la Galerie Rech, ne vous emballez pas : la boîte reste vide (dommage) !

 

 

 



à vos petits écrans !

  > le blog d'almanart : curiosité, humour, people, sexy...
 

 

annonces d'événements :

 

Foto Doc’ Collection s’ouvre à Arles

 
voici la première exposition fotofever à Arles, autour de la photographie documentaire, en collaboration avec 10 galeries partenaires

> du 03 juillet au 24 septembre 2017
entrée libre à la Fondation Manuel Rivera-Ortiz

 ? qui est fotofever  ?


 

un artiste crée la tombe de Gauguin !
 

quelle histoire !

un peintre, Pierre Bompard (1890-1962), a créé la tombe de Paul Gauguin aux Marquises...
racontée par Les Atamanes


 ? qui sont les Atamanes ?

 


 

blog à part...

 sur vos petits écrans : le blog d’Almanart !
décoiffant, incongru, sexy, people, pas sérieux quoi...

 


 

annoncez vos événements

cet espace est pour vous,
visible de nos 250 pages,
pour un montant minimum

contactez-nous


 

suivez nous  :  petits écrans :

 

 

Plans et itinéraires du Grand Paris :
Où sont les quartiers d'art ?

 

 

 

Le "Petit Mot" : 10 micro-newsletter/an, gratuites

abonnez-vous, entrez ici votre ad mel :

aucune autre information n'est demandée

 

 

 

 

Mesure d'audience par :

 

 

 

 

 

Le "Petit Mot"
Abonnez-vous, ici
entrez votre mail :

10 newsletter/an, gratuit

 

 

 

 

 

 

nos partenaires :

 

 

 

nos amis en art et design :