Take Me (I’m Yours) : la Monnaie de Paris est-elle gratuite ?

 

Ceci est une archive d’une exposition exceptionnelle

 
Note sur les visuels : si les droits liés à l’expo sont échus, ne restent que des imagettes de faible définition à titre de mémoire, sans agrandissement possible ; celles agrandissables ont obtenu un accord ou sont libres ou sont en "fair use" ; en cas d’erreur svp nous en faire part et, suite vérification, le visuel sera retiré ou mis en imagette-mémoire ; merci !

 

  > accueil d’Almanart > sommaire des archives

toutes images, courtoisie Centre Pompidou ou Fondation Le Corbusier sauf mention

 

La Monnaie est gratuite (ou presque)
> à La Monnaie de Paris, jusqu’au 08 novembre 2015

 

"Take Me (I’m Yours)" ou "Prenez-Moi, Je suis à Vous" : malgré son déguisement anglophone, est-ce vraiment de l’art ? Qu’importe, c’est impertinent, jouissif, et vous vous y amusez beaucoup, pourquoi vous en priver ? mais sachez faire la différence, vous ne "repartirez pas vraiment avec une oeuvre d’art"...

 

 

l’affiche très réussie de l’exposition
Take Me (I’m Yours) à la Monnaie de Paris
  Take Me I’m Yours

 

Take Me (I’m Yours) (pourquoi donc en anglais ?) est un concept paradoxal : vous êtes invité à toucher et même emporter avec vous les objets jusqu’au moment où il n’y aura plus rien ; une inversion du principe de l’exposition où il est défendu de frôler et encore plus d’emporter une oeuvre... l’approche est donc intéressante. Les commissaires Christian Boltanski et Hans Ulrich Obrist reviennent sur le mythe de l’unicité de l’oeuvre d’art ; l’exposition devient lieu d’échange et de partage, le visiteur devient acteur.

Mais la générosité du système a des limites : ce qui est à emporter ne vaut rien, souvent même sur le plan artistique (des gadgets, des papiers...), et même devez payer pour certains (1 ou 2 € mais, justement, pourquoi tordre le cou au concept pour si peu) ; nous y avons tout de même trouvé quelques gadgets conceptuellement intéressants :

> un chiffon volé d’un tas de vêtements de Christian Boltanski, une tour Eiffel et sa photo de Hans-Peter Feldmann (bof), JR montrant le dernier facteur d’une bourgade, des badges provocateurs de Gilbert & George, une boîte de sardine pêchée dans un tonneau de Daniel Spoerri, un flacon et une hostie à l’eau de rose de Rirkrit Tiravanija, des pillules à effet inconnu de Carsten Höller, des bonbons de Felix Gonzalez-Torres, une capote offerte par Agnès-B (svp l’utilisez après l’expo), un DVD qui s’efface quand on le lit de Philippe Parreno, un pochoir qui écrit "NAU EM I ART BILONG YUMI" en dialecte Pigdin ("l’art actuel m’appartient") de Lawrence Weiner...

  Take Me I’m Yours

Ainsi l’exposition se transforme au fil des jours, accueille des actions impromptues, des gestes d’artistes, des ersatz d’oeuvres seront dispersées, mais vous aurez participé à désacraliser l’exposition ce qui est l’essentiel.
Toutefois l’innovation est relative : c’est un remake de l’exposition à la Serpentine à Londres en 1995, avec les mêmes artistes fondateurs (dont déjà nous avions gardé un bonbon de Felix Gonzalez-Torres, mémoire de son oeuvre)

> nous adorons le Nez-Cul ("un-écu") de l’inénarrable Fabrice Hyber, mais le print d’origine 1989 n’était pas disponible, sauf sur cette pièce si vous scrutez son pourtour à la loupe

> elle est petite, argentée d’un côté, dorée de l’autre et vaut... 2 €, pas de quoi se frapper

 

Fabrice Hyber, 1989-2015, 1 Ecu frappé à la Monnaie,
diamètre 25mm, argenté-doré
  Fabrice Hyber 1 Ecu

 

  Rirkrit Tiravanija Monnaie de Paris

> à gauche Rirkrit Tiravanija a crée cette tour qui fabrique de l’eau de rose (elle devrait figurer dans les campagnes électorales !), laquelle vous est offerte sous forme de flacon ou d’hosties à ingurgiter !

 

> à droite : le type même du gadget facile dépourvu de sens : les cartes-postales et les tours Eiffel de Hans-Peter Feldmann ; l’adaptation sur les murs de la Monnaie est décorative, sans plus

  Hans-Peter Feldmann à la Monnaie de Paris

 

le nouveau slogan de la Monnaie de Paris est "frappe la monnaie et les esprits" ; ce qui est démontré par l’enchaînement de ses expositions d’art actuel, depuis la nouvelle gouvernance ; il ne faudrait pas tout de même tomber dans une sorte de cirque estampillé "art" ; sachez faire la différence.

 

 

 

plus d’infos :

> l’exposition à La Monnaie de Paris
> l’avis de Christian Boltanski, comme commissaire

 

 



à vos petits écrans !

  > le blog d'almanart : curiosité, humour, people, sexy...
 

 

annonces d'événements :

 

Foto Doc’ Collection s’ouvre à Arles

 
voici la première exposition fotofever à Arles, autour de la photographie documentaire, en collaboration avec 10 galeries partenaires

> du 03 juillet au 24 septembre 2017
entrée libre à la Fondation Manuel Rivera-Ortiz

 ? qui est fotofever  ?


 

un artiste crée la tombe de Gauguin !
 

quelle histoire !

un peintre, Pierre Bompard (1890-1962), a créé la tombe de Paul Gauguin aux Marquises...
racontée par Les Atamanes


 ? qui sont les Atamanes ?

 


 

blog à part...

 sur vos petits écrans : le blog d’Almanart !
décoiffant, incongru, sexy, people, pas sérieux quoi...

 


 

annoncez vos événements

cet espace est pour vous,
visible de nos 250 pages,
pour un montant minimum

contactez-nous


 

suivez nous  :  petits écrans :

 

 

Plans et itinéraires du Grand Paris :
Où sont les quartiers d'art ?

 

 

 

Le "Petit Mot" : 10 micro-newsletter/an, gratuites

abonnez-vous, entrez ici votre ad mel :

aucune autre information n'est demandée

 

 

 

 

Mesure d'audience par :

 

 

 

 

 

Le "Petit Mot"
Abonnez-vous, ici
entrez votre mail :

10 newsletter/an, gratuit

 

 

 

 

 

 

nos partenaires :

 

 

 

nos amis en art et design :