le Musée de Marcel Broodthaers

 

Ceci est une archive d’une exposition exceptionnelle

 
Note sur les visuels : si les droits liés à l’expo sont échus, ne restent que des imagettes de faible définition à titre de mémoire, sans agrandissement possible ; celles agrandissables ont obtenu un accord ou sont libres ou sont en "fair use" ; en cas d’erreur svp nous en faire part et, suite vérification, le visuel sera retiré ou mis en imagette-mémoire ; merci !

 

  > accueil d’Almanart > sommaire des archives

 

le Musée surréaliste de Marcel Broodthaers
> à la Monnaie de Paris, jusqu’au 5 juillet 2015

 

Marcel Broodthaers (1924-1976) est peu connu du grand public (malgré des rétrospectives à Londres 1980, Rotterdam 1981, Minneapolis 1989, Paris (Jeu de Paume) 1992), mais il aura influence considérablement les artistes contemporains ; désormais considéré comme un témoin et acteur important des années 60-70 et du surréalisme, cet artiste belge (donc emprunt d’humour), poète, théoricien, photographe, réalisateur, pose ces questions qui restent d’actulaité : qu’est-ce qu’un musée, une oeuvre d’art  ? ...en créant son propre musée, reconstitué en cette exposition !

 

 

un événement qui avait marqué l’histoire de l’art

un débat intello bien soixante-huitard pourtant moins proche de l’utopie qu’on pourrait aujourd’hui le penser, débat que Marcel Broodthaers a tenté de formaliser par son "musée" ;

car le musée n’est pas une institution figée : né à la Renaissance le museum est d’abord un endroit où l’on étudie, aux 18-19è siècles un lieu de conservation, puis de recherche, enfin au 21ème il devient aussi lieu de récréation

Marcel Broodthaers à son exposition au
Stadtische Kunsthalle de Düsseldorf en 1972
  Marcel Broodthaers

Pour conjuguer cette interrogation, Marcel Broodthaers crée entre 1968 et 1972 une "oeuvre-musée", c’est-à-dire en termes actuels : il crée une installation qu’il déclare être un musée (geste qui évoque Marcel Duchamp), avec tous les attributs que l’on reconnait aujourd’hui à ce type d’établissement ; son "Musée d’Art Moderne - Département des AigIes" est une oeuvre magistrale et factice

 

une exposition-rébus, ludique et conceptuelle

que cette introduction intellectuelle ne vous décourage pas, il y en a ici pour toutes les vocations :

> ce musée peut se visiter superficiellement, comme un cabinet de curiosité

 

bienvenue au Jardin d’Hiver où l’artiste
"fait entrer le désert, l’exotisme et le voyage
dans le musée qui devient un lieu de promenade, un décor" [DP]

 

  Marcel Broodthaers Jardin d'Hiver

> n’oubliez pas qu’ici, vous reculez d’un demi-siècle dans un monde poéto-utopique, dans "une fiction qui permet de saisir la vérité et en même temps ce qu’elle cache" [Marcel Broodthaers, Documenta 1972]

 

Monsieur Teste, 1975, automate lisant
dans l’Express "l’Amour après 60 ans"

 

 

un musée poétique

  Marcel Broodthaers Monsieur Teste

ce "Musée d’Art Moderne - Département des AigIes", titre de l’oeuvre, s’inscrit dans le contexte de 1968 en Europe, marqué par la réflexion sur les changements de la société, de l’art et de ses institutions ; Marcel Broodthaers crée d’abord la Section Littéraire, s’y auto-proclame Directeur et Conservateur, l’annonce dans des lettres sur papier en-tête, puis chaque nouvelle Section s’ouvre dans une ville différente, ceci pendant 4 ans

  Marcel Broodthaers le Corbeau et le Renard  

> en découvrant cet événement qui fut majeur à son époque, on est frappé par la modernité de la démarche : l’artiste montre que l’oeuvre c’est l’exposition elle-même…
n’est-ce pas le propos des installations, medium très actuel d’expression artistique ?

 

 

le délire du poète
appliqué au Corbeau et le Renard

 

des références à l’art

admirateur de Malarmé comme des surréalistes, Marcel Broodthaers montre des oeuvres réputées...

  22:02 30/09/2011  

...mais à sa façon : par des projections et des coupures de journeaux scotchées au mur ; rien dans son Musée ne doit ressembler à une véritable oeuvre d’art, sinon sa photographie ; une opération de désacralisation (encore une fois, bien 68tarde !)

> dans cette vidéo de l’exposition, Broodthaers qui s’inscrit dans le mouvement surréaliste, filme la Pipe de Magritte, artiste qu’il fréquentait et admirait

 

 

Broodthaers-Marcel, Cinema modèle,
installation de 5 films entrecroisés

pourquoi les Aigles ?

comment les jeunes (ou moins) pourraient-ils imaginer un monde sans internet ni radio-TV libres, découpé en Etats étanches dans une Europe ayant encore monnaies et visas, coupée par un Rideau de Fer, l’ensemble dominé par diverses autorités suprêmes régulant leurs vies ?

  Marcel Broodthaers Poemes Industriels

 

 

> cet impérialisme a bien existé, figuré par des aigles omniprésents sur les drapeaux, écussons, en-têtes… Marcel Broodthaers en fait naturellement le symbolique fil conducteur de son Musée.

Et le poète Broodthaers a pris toutes les libertés d’écriture : les mots qu’il place sur ses oeuvres ne sont liés entre eux que par leur apparition à un moment donné dans sa vie ; ainsi que ceux et les signes qu’il imprime dans ses Poemes Industriels

 

Poemes Industriels, laques en plastique, 87x121, 1969 à 1971
(courtoisie Estate Marcel Broodthaers)

 

l’art et l’argent

Marcel Broodthaers fait (déjà) un constat : l’art est devenu un acteur de l’économie et pose la question du spectateur d’art devenu consommateur. Economie qui devient en 1971 une tentative (ratée) de sortie pour le Musée, déclaré "à vendre pour cause de faillite" !

> dans la Section financière, le Musée montre un linguot frappé de l’Aigle, déclaré de valeur double par la grâce de son statut d’oeuvre d’art (encore Duchamp)

> un graphique loufoque témoigne d’une interprétation critique et humoristique de l’évolution du marché de l’art : déjà dans les 60’s

section financiere,
l’évolution du marché de l’art
  Marcel Broodthaers section financiere

vers une tentative de classement

un musée se caractérise notamment par le classement de ses oeuvres ; or celui de Marcel Broodthaers est peu compréhensible... aucune logique sauf poétique ; la numérotation des pièces comme leur disposition semble aléatoire, si ce n’est un regroupement thématique de certaines photos dans leurs cadres

  Marcel Broodthaers section figures

 

 

> en fait il pose la question "qu’est-ce qu’un classement ?" sans bien sûr laisser de réponse, typique procédé des 68’s !

 

section figures, où le regroupement des
collections répond à une logique d’appartenance
rappel : seul le Musée est une oeuvre !

 

 

 

plus d’infos :

> l’exposition à la Monnaie de Paris
> Marcel Broodthaers, un surréaliste au Jeu de Paume
> la Salle Blanche au début de l’exposition a été conçue en 1975 pour le Centre Pompidou

 

 



à vos petits écrans !

  > le blog d'almanart : curiosité, humour, people, sexy...
 

 

annonces d'événements :


 

 

"on se dit tout" avec une artiste !

clic sur l’image = vous aurez tout


 

un artiste crée la tombe de Gauguin !

incroyable histoire !

un peintre, Pierre Bompard (1890-1962), a créé la tombe de Paul Gauguin aux Marquises...
racontée par Les Atamanes

 ? qui sont les Atamanes ?


 

artistes, profitez de l’aubaine !

au Géant des Beaux-Arts, jusqu’au 19 juin 2017

> qui est Géant des Beaux-Arts ?

 


 

des services personnalisés
pour les amateurs
et les collectionneurs !

 



 

suivez nous  :  petits écrans :

 

 

Plans et itinéraires du Grand Paris :
Où sont les quartiers d'art ?

 

 

 

Le "Petit Mot" : 10 micro-newsletter/an, gratuites

abonnez-vous, entrez ici votre ad mel :

aucune autre information n'est demandée

 

 

 

 

Mesure d'audience par :

 

 

 

 

 

Le "Petit Mot"
Abonnez-vous, ici
entrez votre mail :

10 newsletter/an, gratuit

 

 

 

 

 

 

nos partenaires :

 

 

 

nos amis en art et design :