le design des années 60

 

 

> accueil d’Almanart

> sommaire histoire du design

> réagissez à cet article

 

4° partie : 1960, les années sans complexe

 

 

les années design 1960 vivent à l’heure du rêve américain, celui du culte de la prospérité sans fin : définitivement finies les valeurs du passé… nouvelle époque, qui finira en Europe dans l’explosion de 1968.

 

avec la collaboration de Claude Maisonneuve et de la journaliste Sandrine Zilli
 

 

vive le plastique !

  Villa Arpel de Jacques Lagrange  

le rythme de la vie s’accélère : il faut être moderne, l’avenir du design est en plastique !

Ces années 60, heureuses, insouciantes, inventives, voient l’avènement de la société de consommation et le triomphe du design plastique, de l’ustensile à son environnement ; cela commence en 1958 par la démontration de Jacques Tati dans Mon Oncle...

 

<< la Villa Arpel de Jacques Lagrange pour le film Mon Oncle, 1958 : reconstitution en 2008 Centre PasquArt Bienne

 

... et finit en 1969 par le Bureau Gélule de Alain Charrier édité par les Plastiques de Bourgogne.

présentation à Elysées Art Paris 2011 >>

 

L’industrie fait d’immenses progrès : matériaux, aérodynamique, chimie… l’avion Concorde effilé comme une aiguille inaugure son vol, la mythique DS dessinée par Flaminio Bertoni fait la Une des salons, l’industrie élabore des systèmes globaux pendant que l’on marche sur la Lune piloté par des calculateurs monstrueux moins puissants qu’un I-Pad !

  Villa Arpel de Jacques Lagrange

La tradition fonctionnaliste des designers doit alors intégrer de nouveaux paramètres : esthétisme, confort, innovation et se soumettre à une technicité industrielle : ce compromis passera par le plastique moulé.

 

une histoire de zig-zag

le Danois Verner Panton, ancien collaborateur de Jacobsen le père de la Fourmi et de l’Oeuf (voir les 50’s), commercialise en 1960 la 1ère chaise en plastique moulé d’un seul tenant, s’inspirant de l’audacieux zigzag dessiné en 1932 par le Néerlandais Gerrit Thomas Rietveld : le bois cassant, prend les douces formes du plastique.

Verner Panton Zig-Zag

Un défi technique car il aura fallu 8 ans à Verner Panton, avec l’éditeur Vitra, pour élaborer cette chaise qui devait être stable et résistante : la Panton Chair, aujourd’hui une référence.

En 2008 Fabio Novembre lui rend hommage en fixant sur ses zigzags l’empreinte on ne peut plus réaliste de corps nus masculin (Him) et féminin (Her) !

   
<< Verner Panton,
chaise Zig-Zag,
1960
(éditions Vitra)

Eero Saarinen, déjà célèbre avant guerre pour avoir intégré le polyester dans la coque de sa fameuse chaise Tulip, va s’emparer du plastique pour revisiter des créations devenues déjà classiques, tout comme charles Eames.

 

des bonbons de couleurs

c’est une tradition scandinave : Eero Aarnio s’intéresse avant tout aux matériaux naturels travaillés artisanalement.

Mais pour être de son temps, en 1967 il se tourne à son tour vers le plastique, créant le siège à bascule Pastille : un gros bonbon de plusieurs couleurs vives au choix, à utiliser en intérieur et en extérieur et par tous les temps : flottez sur l’eau, glissez sur la neige, tournez sur vous-même !

chez Asko mais qui s’est depuis reconverti
  Eero Aarnio

Il n’est pas le seul : une palette de couleurs pétantes devient l’emblème de ces années.

 

l’Europe sous influence US

les tenants de feu le Bauhaus, tous émigrés aux USA, illustrent la rigoureuse et conformiste "american way of life" ; celle-ci influence le Japon occupé par les USA, qui adopte cet idéal de pureté de forme, finalement assez conforme à sa propre culture.

L’esprit de géométrie du Bahaus s’exprime dans la juxtaposition brutale de couleurs complémentaires directement issue des travaux de Johannes Itten en 1910, où la dissonance et l’illusion d’optique suggèrent la 3è dimension.

Emerge un style fluide, sobre, lisse, mixte de la forme libre et des tracés rigides sous le nom de "good form" aux USA et "Gute Form" chez les allemands… La forme est pure, aboutie, rien à ajouter ni à enlever.

"Good design is good business" est le mot d’ordre. Le Président d’IBM lance un vaste programme de design de ses appareils, dont la célèbre machine à écrire "selectric" dessinée par Eliot Noyes ; les Japonais répondent avec la sortie en 1962 de la première TV Sony couleur Trinitron et Roger Tallon de 1963 avec la TV portable Téléavia.

 

affiche réunissant le Concorde et la TV
Teleavia éditée à l’époque par Technès >>

 

le design envahit tout

  Roger Tallon

en Europe l’industrie relève doucement la tête et le nouvel idéal s’introduit dans la maison : Moulinex "libère la femme" avec son robot culte "Charlotte et Marie" inspiré des ustensiles de cuisine US que propagent les films.

  Pierre Paulin Elysée Agam  

Les créations de l’agence Mafia (Andrée Putman, papesse du noir et blanc) sont vendues par Prisunic et les fameux meubles "Levitan" lancent une gamme créée par l’agence parisienne de Raymond Loewy (pape du design automobile US).

Pierre Paulin décore l’Elysée avec Agam, un des pères de l’art cinétique...

<< en raison des droits, voici le livre d’Alain Seban sur l’histoire de ce lieu extraordinaire

... et crée un living complet pour Roche et Bobois en 1961, pendant que s’enroule depuis 1966 l’escalier helicoïdal de Roger Tallon, que Jean Cacharel pose dans un bureau high tech de Gérard Grandval où le plexiglas et l’inox sont les rois des formes futuristes.

 

  Vasarely tapis  

Les objets en plastique brillant et acide subissent l’influence des artistes de l’art optique "op art", graphismes géants inspirés de la culture populaire.

Vasarely inspire de nombreuses créations, aussi bien en décoration intérieure revisitée que dans la mode comme le tapis Géométrie de Verner Panton, 1960

 

<< le tapis Géométrie est édité par Unika-Vaev

Toutes ces merveilles sont popularisées par la nouvelle revue CREE : Création et recherches Esthétiques Européennes.

 

le marqueur automobile

l’automobile par sa popularité mondiale, est à partir des années 60 un intéressant marqueur de style.

Devenue objet courant en Europe, elle reste encore aux mains de designers purement fonctionnels, sauf chez Citroën et quelques Italiens ; elle n’est encore témoin que de la technologie. C’est aux riches USA qu’elle s’offre aux délires.

  Cadillac 1960   Opel Kapitan 1960   Renault Dauphine
Cadillac 6200 1960
Opel Kapitan 1960
Renault Dauphine 1960

Remarquez la folle audace américaine pour ce haut de gamme, reprise partiellement mais prétentieusement par la firme allemande, mais pas du tout par Renault qui fait office d’oginalité esthétique pour cette voiture populaire.

 

  Peter Murdoch  

gonflé, le jetable fait un carton !

 

doublant le mobilier solide et durable, apparaît l’éphémère, l’objet jetable comme le fameux rasoir !

En 1963, le Britannique Peter Murdoch dessine en carton le siège pour enfant Spotty, coloré pop, à l’espérance de vie de six mois ; aucune valeur patrimoniale : un simple objet de consommation.

 

<< Peter Murdoch, série de siège Spotty pour enfants, 1964

 

Si le plastique peut être massif, il peut devenir léger, par exemple sous forme d’enveloppe qu’on gonfle et dégonfle à volonté : l’air devient le matériau constitutif de l’objet ; ainsi un quatuor d’Italiens créé le fauteuil Blow en 1967, vendu à plat comme une bouée dégonflée et à prix modique ; le français Quasar non plus ne manque pas d’air avec sa gamme de sièges, tables, et même luminaires gonflables.

 

design, stylisme et vie sociale en Europe

plusieurs mouvements se créent, s’opposent et rythment la vie sociale urbaine.

Les graphistes Suisses Gottfried Honegger, Max Schmid..., comme les Américains émigrés issus de l’école rigoureuse du Bauhaus, communiquent par un message simple, clair, sans superflu ; ils s’opposent alors à la frivolité latine incarnée par les générations montantes qui se révoltent précisément contre cet univers rationnel, dénué de toute sensibilité.

En 1962 Roland Topor fonde avec Arrabal l’anti-mouvement Panique ; avec lui, des illustrateurs (Reiser, Siné et Wolinski…) bousculent l’ordre établi par une insolente liberté de ton au sein de supports nouveaux : Hara Kiri (contestataire), Pilote (jeunesse), et même le guide du routard et bien sûr la BD belge.

Si la BD pour adultes sonne le glas du journal de papa, les nouveaux illustrateurs introduisent aussi de la poésie dans leur message, ouvrant la voie à Folon : en 1967 la grande exposition "Bande dessinée et figuration narrative’ du Musée des Arts décoratifs la consacre Art à part entière.

Des journalistes-écrivains engagés font sortir la politique de son carcan, comme l’Express de Françoise Giroud et Jean-Jacques Servan-Schreiber.

L’érotisme sort des ténèbres grâce à Jean-Jacques Pauwels et sa revue Plexus, autour de la "belle année 69" bien sûr !

couverture de la Revue Plexus
de novembre 1969>>
  Jean-Jacques Pauwels revue Plexus
  André Courreges 1969  

La mode prend le pouvoir :

Courrèges crée le choc en 1964 avec ses tenues "spatiales", Pierre Cardin créé une haute-couture déjantée mais aussi invente le prêt à porter, Brigitte Bardot libère la femme, Françoise Sagan brûle la vie, Mary Quant coupe ses robes au ras des fesses !

Un monde de stylistes va révolutionner la mode en ouvrant ses propres boutiques.Le tout immortalisé par des photographes-icônes tels Richard Avedon, Bailey, Newton, Beaton ou de Depardon qui parle des "années déclic" et crée en 1967 l’Agence Gamma : le photographe veut se reconnaître comme artiste, ouvrant la voie à certains abus...

<< André Courreges, série en métal poli, photo parue
en 1969 sur Vogue, photographiée par Bert Stern

 

viva il Salona del mobile di Milano !

en 1961 la Foire de Milan ouvre la porte de la fantaisie et du geste avec l’émergence des designers Ettore Sottsass, Gae Aulenti, Marco Zanuso, Joe Colombo… un foisonnement de création qui caractérise le miracle du design italien. Déjà la marque Olivetti y resplendit.

Vont émerger en Italie les incontournables éditeurs Cassina, Kartell, Saporitti, Castelli, Poltronova… qui avec rigueur et sérieux font appel aux plus célèbres designers du moment, Gae Aulenti, Mario Bellini, Joe Cesar Colombo… et diffuser leur créations en Europe (revue Casabella).

Ettore Sottsass (déjà lui : voir les années 80), inspiré par Picasso et le pop art US, va marier construction rigoureuse digne du Bahaus, folle coloration et art tantrique, influencé par ses séjours en Inde.
Ses meubles Bastonio nous étonnent encore, comme cette synthèse du minimalisme de la rigueur associée aux couleurs nouvelles : la Valentine, qui révolutionne le monde des affaires avec une publicité assurée par Line Renaud !

 

la célébrisime machine à écrire Valentine
de Ettore Sottsass, créé pour Olivetti en 1969 >>
  Valentine
 Ettore Sottsass

 

il semble que tout ait été inventé : qu’allait-on encore pouvoir trouver dans la décennie suivante ?

 

  plus d’infos :

> les Années 60 d’Anne Bony (Ed du Regard)
> l’audace de la mode des années 60

 

 

  > sommaire histoire
du design
  > histoire
1850-1914
  > histoire
1917-39
  > histoire
1950
  > histoire
1970
  > histoire
1980
  > histoire
1990+

 



à vos petits écrans !

  > le blog d'almanart : curiosité, humour, people, sexy...
 

 

annonces d'événements :


 

l’art au vert :

partez en week-end arty !

voir nos suggestions

 

 


 

suivez nous  :  petits écrans :

 

 

Plans et itinéraires du Grand Paris :
Où sont les quartiers d'art ?

 

 

 

Le "Petit Mot" : 10 micro-newsletter/an, gratuites

abonnez-vous, entrez ici votre ad mel :

aucune autre information n'est demandée

 

 

 

 

Mesure d'audience par :

 

 

 

 

 

Le "Petit Mot"
Abonnez-vous, ici
entrez votre mail :

10 newsletter/an, gratuit

 

 

 

 

 

 

nos partenaires :

 

 

 

nos amis en art et design :