la rétrospective de Gérard Fromanger, au Centre Pompidou

 

  > accueil d’Almanart > sommaire des archives

toutes images, courtoisie Centre Pompidou et l’artiste, sauf mention

 

rétrospective de Gérard Fromanger,
> au Centre Pompidou, jusqu’au 16 mai 2016

 

"le nom de Gérard Fromanger, sitôt prononcé, convoque pêle-mêle des images et des références, des thèmes et des figures : mai 68, silhouettes rouges, scènes de rue, Prévert, Godard, Deleuze, Foucault …peinture et politique ; associations qui recomposent le décor et recréent l’atmosphère dans laquelle se situe son oeuvre" [DP]

 

le Peintre et ses modèles*

 
* : une série qui fit sa renommée est Le Peintre et son Modèle au début des 70’s, où figurent ses "modèles" que
sont les gens dans la rue, l’agitation de la ville, l’oeil scrutateur de l’artiste, le tout dans ses couleurs codifiées

 

cet hommage à Gérard Fromanger -un des fondateurs de la Figuration Narrative- était très attendu, après une première rétrospective itinérante entre 2005 et 2007 à Dôle et Lons (Jura), à la Villa Tamaris (Var) et à Art Sénat (Paris), en ses lieux d’enfance : Louviers et Evreux, et une rétrospective au Fonds Leclerc à Landerneau (2012)

 

Atelier de Gérard Fromanger
Paris, 14 novembre 2008
(courtoisie Bibliothèque Kandinsky)
 

 

La naissance de la Figuration Narrative est liée à la politique mais Michel Gauthier, commissaire, a évité le centrage sur mai 68 : être d’une génération plus récente que l’artiste lui permet un recul sur l’engagement politique initial [remarque de Michel Gauthier], montrant que Fromanger est passé de la contestation à la résistance ; comme son travail fusionne avec l’Histoire, une chronologie semblait naturelle ; mais l’exposition étant organisée par thèmes nourrit ce qui aurait pu être occulté : la grande cohérence d’une oeuvre magistrale dans son style, ses codes et son éthique

 

 

 

> ce travail est-il bien appréhendé par une culture étrangère, ce qui limiterait son accès au monde international de l’art ? peut-être car l’artiste n’a jamais cédé à l’art commercial : "entre le marché de l’art et l’histoire de l’art, j’ai toujours choisi l’histoire" [interview de Michel Gauthier] ; la liberté est la condition de cet artiste.

Parcourons quelques thèmes de l’exposition qui couvre 55 ans de création :

 

série Le Coeur fait ce quil veut, Peinture-Monde,
blanc de titane, 2015, 200x300 ; Collection Leila

 

le Rouge

le rouge (une des plus importantes dans l’art plastique) revêt très tôt une importance pérenne dans l’oeuvre de Gérard Fromanger, prenant ses origines dans l’engagement de l’artiste en mai 68, "année du basculement de son art" ; le film de Jean-Luc Godard (Film-Tract n°1968, 1968, 16mm, 2’45’’) le montre par un zoom arrière sur un monochrome rouge, qui dévoile en fait le célèbre drapeau français qui pleure son sang ; ce sang est devenu un "signe chaud de contestation" :

 

 

 
un des premiers" tableaux" rouges, avant mai 68
Mon Tableau s’Egoutte, 1966, 220x150x30
 
l’Album Le Rouge, 1968, 20 affiches sérigraphiées
détail ; clic = complet

 

dans la série du Boulevard des Italiens (1971), le rouge devient celui de la résistance à la société de consommation ; ensuite le rouge évolue comme symbole de la violence en général, comme dans ce tout dernier tableau, opposé au jaune de l’espoir

 

la Danse des Codes

ce thème concerne justement cette multitude multicolore que Gérard Fromanger traduit par une classification : "j’ai choisi comme alphabet le spectre des couleurs" [entretien de Michel Gauthier] :

> elle se découvre dans presque toutes les séries des 70’s jusqu’à présent, en témoigne ce tout dernier tableau de 2014 : un radeau de migrants désespérés (soleil rouge) sur un océan "noir-criminel", voguant vers une rive d’espoir (soleil jaune) mais illusoire de badaux tranquilles

au contraire la Série Noire (2002 et 2004) tranche par un bichromie jaune-noir (celle de la fameuse série de polars) pour traiter la menace omniprésente de l’agression, de l’accident, du terrorisme, de la mort aléatoire dissimulée au sein de la ville, les passants menacés étant repérés par les couleurs codifiées comme par marqué par le destin

série Peinture Monde, Carbon Black
2015, 200x156
 

 

la Vie d’Artiste

ce thème de l’exposition serait peut-être mieux nommé Le Peuple et l’Artiste, car il montre les interactions entre la vie réelle et celle de l’ atelier de l’artiste, sis proche de la populaire place de la Bastille ; tout un symbole !

 

 

 

> le peuple notamment de Paris et ses luttes sociales est au centre de la démarche de Gérard Fromanger ; cette vie passe par la confrontation avec les médias, intermédiaire entre l’artiste et le passant : un "face-à-face peinture-spectacle" comme le montre avec humour le tableau "Existe "où une grappe de caméras se dresse comme des baïonnettes qui éventrent un magma de multicouleurs (qui représente la multitude)" [dixit Olivier Zahm, Galerie Rive Gauche]

série Questions, Existe, 1976
( courtoisie Collection Finck-Beccafico)

 

 
 
le peuple, le passant, "traverse tout mon oeuvre" remarque Gérard Fromanger ; aussi regrette-t-on que le seul tableau présent de la série Rhizomes (2000) soit si mal choisi alors qu’il y en bien d’autres parmi le 24 toiles de la série qui sublime le lien profond entre l’homme et ses racines, particulièrement place de la Bastille,…
 

 

des Rhizomes aux Réseaux

les liens en profondeur des Rhizomes sont, après 2000, remplacés par les liens virtuels d’un circuit imprimé mondial qui agrége toutes les géographies et les thèmes récurrents de l’humanité depuis "la naissance du monde" : cette dimension est magnifiquement illustrée par une splendide fresque de neuf mètres (exposée au MAMCO à Genève) : De toutes les Couleurs Peinture d’Histoire, de la série Quadrichromies

 

 

 

 

Dérives

dans ce thème, quelques oeuvres de liberté artistique pure, de toutes époques, montrent la virtuosité esthétique de Gérard Fromanger ; comme ces 10 pièces imaginant les inflexions d’un paysage initial à gauche, à lire de gauche à droite et en parallèle sur les deux étages (1967)

 

Paysages, simple et derives
1966-1967, 10 tableaux-sculptures

 

 

 

 

 

plus d’infos :

> l’exposition à Beaubourg
> entrevue avec Almanart sur la vie d’artiste
> entrevue avec Almanart sur la Figuration Narrative
> la Figuration Narrative
> la couleur rouge

 

 



à vos petits écrans !

  > le blog d'almanart : curiosité, humour, people, sexy...
 

 

annonces d'événements :

 

Foto Doc’ Collection s’ouvre à Arles

 
voici la première exposition fotofever à Arles, autour de la photographie documentaire, en collaboration avec 10 galeries partenaires

> du 03 juillet au 24 septembre 2017
entrée libre à la Fondation Manuel Rivera-Ortiz

 ? qui est fotofever  ?


 

un artiste crée la tombe de Gauguin !
 

quelle histoire !

un peintre, Pierre Bompard (1890-1962), a créé la tombe de Paul Gauguin aux Marquises...
racontée par Les Atamanes


 ? qui sont les Atamanes ?

 


 

blog à part...

 sur vos petits écrans : le blog d’Almanart !
décoiffant, incongru, sexy, people, pas sérieux quoi...

 


 

annoncez vos événements

cet espace est pour vous,
visible de nos 250 pages,
pour un montant minimum

contactez-nous


 

suivez nous  :  petits écrans :

 

 

Plans et itinéraires du Grand Paris :
Où sont les quartiers d'art ?

 

 

 

Le "Petit Mot" : 10 micro-newsletter/an, gratuites

abonnez-vous, entrez ici votre ad mel :

aucune autre information n'est demandée

 

 

 

 

Mesure d'audience par :

 

 

 

 

 

Le "Petit Mot"
Abonnez-vous, ici
entrez votre mail :

10 newsletter/an, gratuit

 

 

 

 

 

 

nos partenaires :

 

 

 

nos amis en art et design :