Klimt et la Sécession, à la Pinacothèque

 

Ceci est une archive d’une exposition exceptionnelle

 
Note sur les visuels : si les droits liés à l’expo sont échus, ne restent que des imagettes de faible définition à titre de mémoire, sans agrandissement possible ; celles agrandissables ont obtenu un accord ou sont libres ou sont en "fair use" ; en cas d’erreur svp nous en faire part et, suite vérification, le visuel sera retiré ou mis en imagette-mémoire ; merci !

 

  > accueil d’Almanart > sommaire des archives

 
cette exposition sur la Sécession montre l’évolution des arts à Vienne : peinture, sculpture mais aussi celle des métiers d’art, ceci depuis la fin du 19è siècle jusqu’au début de l’expressionnisme ; Gustav Klimt y joue un rôle majeur. L’histoire de l’Empire Austro-Hongrois est rappelée à cette occasion, montrant que Vienne et Paris se disputaient à l’époque le leadership des arts.

 

le temps de Klimt : la Sécession à Vienne :
> à la Pinacothèque jusqu’au 21 juin 2015

 

le contexte

dans l’empire austro-hongrois des Habsbourg en cette fin du 19è siècle, Vienne devient l’une des plus grandes villes du monde, où se développent la musique, le théâtre et l’art plastique ; elle voit la création de la Sécession et des Wiener Werkstiitte (ateliers viennois tournés vers l’artisanat artistique), et une architecture audacieuse avec notamment la construction du Ring (le célèbre boulevard circulaire où se situe l’Opéra).

 

Otto Wagner, 1898, au 68 Linke Wienzeile
(photo Georg Riha 1984, courtoisie)
  Otto Wagner architecte

"Les idées symbolistes provenant de France et de Belgique trouvent un terrain fertile dans cette atmosphère culturelle ; les mystères de l’esprit mis en avant par Sigmund Freud inspirent les artistes qui vont explorer les thèmes des émotions et des rêves. A la suite des Préraphaélites inspirés par la musique de Richard Wagner et la philosophie de Friedrich Nietzsche, les artistes redécouvrent la mystique du Moyen Âge et la mythologie de l’Antiquité comme moyen d’exprimer les intuitions, sentiments et émotions obscures, insaisissables sur le plan rationnel" [DP, extrait du catalogue de l’exposition]

 

Gustav Klimt, Medecine 2, 1903, heliogravue
(courtoisie Lehrund Versuchsanstalt Vienne)
  Gustav Klimt, Medicin 2

 

de portraitiste classique à pornographe

les fameuses fresques et peintures érotiques et couronnées d’or de la période Sécessioniste de Klimt (ci-après) ne doivent pas faire oublier qu’il fut un peintre classique extraordinaire, notamment dans le genre portrait qui fut à la mode en fin de siècle où, dans la mouvance aisée, Gustav Klimt ouvre avec d’autres artistes un atelier de

  gustav klimt

 

 

décors de théâtre et de peinture murale, qui occasionne une première confrontation avec l’académisme ambiant : en 1900 sa monumentale peinture Philosophie, Médecine et Jurisprudence (au style proche de Medecine 2 ci-dessus) pour les murs de l’Université, fait scandale et il est accusé de pornographie, ce qui confirme l’éloignement de Klimt du monde de la peinture officielle ;

 

 

Gustav Klimt, portrait de femme, 1894
détail, (courtoisie Belvedere Vienne)

fondation de la Sécession viennoise

car déjà en 1897, Klimt avait créé avec dix neuf artistes l’Union des Artistes Figuratifs appelée aussi la Sécession viennoise (Vereinigung Bildender Künstler Osterreichs Secession), déclarée ainsi dans la revue Ver Sacrum (Printemps Sacré) : "notre art n’est pas un combat des artistes modernes contre les anciens, mais la promotion des arts contre les colporteurs qui se font passer pour des artistes, qui ont un intérêt commercial à ne pas laisser l’art s’épanouir ... c’est une confrontation entre deux états d’esprit" ; un mouvement qui s’inscrit aussi dans le concept de l’Oeuvre totale, défini par l’auteur romantique allemand Otto Runge et développé par Richard Wagner [DP].

La Sécession ouvre en 1897 son lieu d’exposition : le Palais de la Sécession (Secessionsgebäude) réalisé par joseph-Maria Olbrich.

 

le cas Judith :

Klimt apparait fasciné par la femme fatale et fragile, image de l’angoisse de la mort en accord avec les recherches psychanalytiques de Freud qui marquent l’époque : partie objet sexuel, partie être suprême, elle revêt dans sa peinture un fort aspect séduisant et érotique, même dans les représentations allégoriques comme les fresques de Beethoven (ci-après)

  Gustav Klimt, Judith

 

 

> Judith peinte en 1901 en est l’archétype : c’est l’un des chefs-d’œuvre de Gustav Klimt, qui incarne la passion fatale.

Le thème vient de l’Ancien Testament où, lorsque les Aassyriens assiègent une ville juive, Judith jeune, belle, veuve et pieuse, pénètre dans le campement, rencontre le chef Holopherne, le séduit et le décapite.

 

< le cadre original du tableau est typique de l’époque

Gustav Klimt, Judith, 1901
(courtoisie Belvedere Vienne)

 

la frise en hommage à Beethoven

  Gustav Klimt, Beethoven

 

 

> la frise en hommage à Beethoven garnit le pourtour intérieur du Palais de la Sécession ; elle est née de l’interprétation de la 9è symphonie de Beethoven par Wagner

 

< ce panneau réunit Les Puissances Ennemies : le singe géant Typhée entouré de la volupté, l’impudicité et l’intempérance

 

Gustav Klimt, frise Beethoven, 1902 (copie grandeur nature 1984)
Les Puissances Ennemies, panneau du milieu, Palais de la Sécession

 

le temps de l’Expressionnisme

 

en 1905 le groupe éclate : d’une part les artistes naturalistes rejettent l’idée d’œuvre d’art totale, d’autre part Maser, Hoffmann et Klimt lui-même quittent la Sécession pour fonder l’Association des Artistes Autrichiens ; les disciples de Klimt : Egon Schiele et Oskar Kokoschka vont créer une style exacerbé qui annonce l’Expressionnisme.

  Jacques-Emile Ruhlmann bahut Elysée  

 

 

Oskar Kokoschka, vers 1908,
Les Garçons Rêveurs, Le Réveil
(courtoisie Lentos-Kunst Mus.)

 

 

Egon Schiele, Edith Schiele, 1917
tempera (courtoisie Belvedere Vienne)
  Egon Schiele, Edith Schiele

 

 

 

 

plus d’infos :

> l’exposition Au temps de Klimt, la Sécession à Vienne à la Pinacothèque
> le Klimt Meseum, Wien

 

 



à vos petits écrans !

  > le blog d'almanart : curiosité, humour, people, sexy...
 

 

annonces d'événements :

 

Foto Doc’ Collection c’est à Arles

 
voici la première exposition fotofever à Arles, autour de la photographie documentaire, en collaboration avec 10 galeries partenaires

> du 03 juillet au 24 septembre 2017
entrée libre à la Fondation Manuel Rivera-Ortiz

 ? qui est fotofever  ?


 

ne partez pas sans eux !

pas sans vos mots-croisés !

surtout pas sans les 80 grilles du journal Le Monde, par le célèbre Philippe Dupuis

avec les solutions en fin d’ouvrage

6 €, en vente... partout

 


 

en week-end près de Rouen ?

 

 au château de Saint-Crespin (ancien atelier de Bernard Buffet) : exposition des belles oeuvres lyriques de Brigitte Camus

vernissage le 14 juillet - entrée libre

 



 

les Mouvements dans la peinture

de la Renaissance à nos jours : analyse, illustration, histoire...
le best-seller de la collection chez Larousse
a un petit prix
 

les Mouvements dans la peinture

 

(les mouvements sur Almanart)


 

un artiste crée la tombe de Gauguin !
 

quelle histoire !

un peintre, Pierre Bompard (1890-1962), a créé la tombe de Paul Gauguin aux Marquises...
racontée par Les Atamanes


 ? qui sont les Atamanes ?

 


 

suivez nous  :  petits écrans :

 

 

Plans et itinéraires du Grand Paris :
Où sont les quartiers d'art ?

 

 

 

Le "Petit Mot" : 10 micro-newsletter/an, gratuites

abonnez-vous, entrez ici votre ad mel :

aucune autre information n'est demandée

 

 

 

 

Mesure d'audience par :

 

 

 

 

 

Le "Petit Mot"
Abonnez-vous, ici
entrez votre mail :

10 newsletter/an, gratuit

 

 

 

 

 

 

nos partenaires :

 

 

 

nos amis en art et design :