acheter, oui mais... combien ?

 

 

Bien sûr, c’est souvent le prix qui limite nos ambitions ; c’est aussi lui qui peut nous faire regretter nos erreurs ou nos coupables coups de coeur. Sachiez relativiser les prix et éviter quelque erreurs !

 

l’addition au menu :
 

 

 
> le haut de gamme (> 100’000€) est exclu de cet article, car vous entrez dans le monde des VIP de l’art où les règles sont un peu différentes

 

 

 

 

> dans cette splendeur à droite, quelque esprit mal placé verrait des symboles sexuels, mais pas vous bien sûr ! JonOne passe-t-il au figuratif ?

 

 

Jonone, Fireworks, 2015, 210x180
(courtoisie Galerie du Jour)

à quel prix acheter, illustré par une exposition :

> Jonone (dites "djonn-ouane"), pseudo de John Andrew Perello, n’est plus dans la rue depuis longtemps (dans tous les sens du terme !) et ses oeuvres, allant de galeries en musées, sont de plus en plus chères
> justifié, car elles évoluent magnifiquement bien et d’une manière réfléchie (on s’est demandé un temps comment il allait se sortir de ses calligraphies répétitives), ce qui est une marque des grands
> c’est particulièrement visible à l’exposition chez AgnèsB-Galerie du Jour jusqu’au 24 octobre 2015 ; notamment ses dessins aquarellés sont très beaux, bien qu’encore un peu compliqués, mais eux aussi évolueront
> le seul frein relatif à son prix est qu’il produit beaucoup ; mais bien qu’élevés (40’000€ la grande toile), ses prix monteront encore, c’est sûr

Jonone John Andrew Perello

 

 

 

  > accueil d’Almanart > sommaire de savoir acheter

focus : prix oeuvre art, acheter art, combien payer un multiple tableau, prix tableau, combien coûte tableau, valeur oeuvre tableau

 

 

 

hiérarchie selon les procédés de réalisation

A la base, le prix d’une oeuvre d’art dépend de son mode de fabrication et de diffusion.
Un artiste travaille un support, un média, pour l’intérêt artistique qu’il présente, mais aussi pour d’autres motifs : produire des oeuvres plus accessibles, mieux propager son nom, gagner plus ; et la loi du marché hiérarchise la valeur que présente une oeuvre selon le procédé utilisé

en pratique : cette échelle donne une idée des prix relatifs de l’art ; mode d’emploi :
> les n° sont ceux de l’explication ci-dessous
> les valeurs relatives sont échelonnées de 1000 à 1
> ainsi le sosie d’un oeuvre unique, mais tiré en nombre vaudrait près de 1000/50=20 fois moins ; application : une oeuvre unique étiquettée 3000€ pourrait se vendre 3000/20=150€ sous forme lithographique tirée par exemple à 200 ex.

commentaires de l’image :

les plus hautes valeurs sont atteintes par les oeuvres rendues uniques par leur mode de réalisation : huiles, aquarelles, sculptures en taille directe, monotype...
suivent les pièces qui entrent dans la catégorie des oeuvres « originales » (voir la table de correspondance) : bronze estampillé x/8, estampe à tirage tout aussi limité, etc, avec destruction du procédé d’origine ; les exemplaires marqués EA (épreuve d’artiste) ont une valeur identique, à condition qu’ils soient limités à 4 et numérotés AE x/4, et ce n’est pas toujours le cas, l’artiste s’imaginant qu’il peut faire autant d’essai qu’il le veut : certes, mais il ne doit pas les vendre tous...
puis viennent les tirages très limités mais, dépassant les limites juridiques, ils ne sont plus "originaux" ; c’est très fréquent, surtout par ignorance : bronze, lithographie ou vidéo estampillé x/20, ou photo x/50...
décalez d’un cran en dessous les tirages en nombre, au delà de 100 ou plus, qui témoignent d’une volonté de forte diffusion, soit pour la bonne cause (des oeuvres pour tous), soit pour gagner plus, ou par naïveté ; souvent ce sont les ayants-droit qui poussent un peu trop...
puis viennent les copies non signées mais de grande qualité, produites par un éditeur d’art ; alors c’est l’estampille de cet éditeur qui fait la différence, avec deux conditions : que l’oeuvre ne soit pas dénaturée (dimensions correctes) et que les droits d’auteur soient respectés (impliquant l’accord de l’artiste ou de ses ayants droit) ; les vidéos à grande diffusion entrent dans cette catégorie
tout en bas, positionnez les affiches, objets et reproductions tardives et en nombre : même si la qualité technique est bonne, ce sont des produits dérivés ; on sort du domaine de l’art pour celui de la décoration ; il y a évidemment des exceptions dues à la rareté.

Les coûts techniques peuvent constituer un plancher élevé : certains vidéos, traitements par informatique, contrecollages, supports photos grands formats sont chers en production, même à moyenne échelle.

 
en pratique : soyez réservé sur tous les procédés de grande reproduction sans participation directe de l’artiste : sérigraphie, print informatique, vidéo, sculpture en plastique, photo... ; on ne peut leur attribuer la même valeur que pour les procédés manuels, l’estampe par exemple, et ils peuvent facilement être piratés ou re-tirés.

 


 publi-information partenaire : le bon choix des Atamanes

   

> les Atamanes s’intéressent aux Petits Maîtres, ou Second Maîtres de la peinture ; une orientation très originale dans ce domaine -presque inexistant sur internet- de l’art moderne et aussi de l’art contemporain
> leur site de vente propose aussi des expositions virtuelles commentées

 

par exemple, vous pouvez vous offrir pour 2300€ ce monotype
de Dick Higgins, un des fondateurs du mouvement Fluxus !

Avec des informations, articles ludiques, fiches techniques et artistiques sur les œuvres d’art et les artistes proposés, à des prix abordables souvent inférieures à 1000€, de vraies opportunités.


 

 

combien payer un multiple ?

 
un multiple est une oeuvre obtenue par procédé reproductible ; elle est évidemment considérée sur le marché inférieure à une pièce unique, même si l’artiste choisit de faire un multiple pour de bonnes raisons :
- le support correspond à l’expression artistique qu’il souhaite obtenir,
- il souhaite créer des oeuvres abordables pour satisfaire un public élargi,
- il n’a pas le choix, le support de l’oeuvre est par essence copiable (vidéo...).

Le prix de vente d’un multiple est conditionné par :
- la cote générale de l’artiste, sa réputation
- son intérêt, sa virtuosité pour le procédé utilisé ; le nombre de couleurs pour une lithographie, etc
- le nombre d’exemplaires tirés : plus il est élevé et moins le prix devrait l’être
- sa rareté sur le marché

  en pratique :
> au début du XXè siècle le nombre d’exemplaires tirés par les artistes modernes étaient faibles, souvent moins de 20, voire de 8 : alors ces estampes étaient de véritables oeuvres originales
> au contraire, maintenant les tirages trop élevés sont courants (200 à 300 exemplaires voire plus...), les prix alors se sont écroulés : par exemple vous trouvez un Klasen à 200€ (attention aux faux !)
> aux enchères, vous voyez parfois parmi des lithos à 150-350€, une ou deux adjugées à 1500 voire 3000€ ; que c’est-t-il passé ? c’est probablement une édition rare connue que par quelques spécialistes : ne tenez pas compte de ces cas particuliers
> attention :
vous trouvez aussi des lithos d’artistes comme Dali tirées à 200-300 exemplaires à 500-1000€ environ ; fuyez c’est bien trop ! et attention aux faux... sans parler des Warhol...

 
Maryline de Rancillac

cette Maryline qui fait tourner les têtes, litho de Rancillac, 1997, au tirage encore honnête de 150, ne devrait pas dépasser 200€ dans une vente

 

Sur les nouveaux médias, des ambitions commerciales dérèglent le marché :
> la mode pour la photo vous fait oublier que ce sont des multiples ! mais actuellement on revient à plus raisonnable
> pour la vidéo les prix ont été mal positionnés dès le départ, donc les ventes stagnent : comment expliquer que sur un même type de support on puisse pirater des films et payer 2000€ une oeuvre artificiellement "limitée" ? des initiatives tentent de compenser cette anomalie en offrant diverses configurations d’une même oeuvre, exemple :
 - une série originale de 8 comprenant un DVD master, un double à visionner, une documentation, des photos extraites et signées, le tout en coffret avec certificat et signature de l’artiste, pour 2000 €
 - une série limitée à 50 ex, signée avec documentation, à 400€
 - une série illimitée du seul DVD non signé, à 30 €

en pratique : ne vous précipitez pas sur les nouveautés techniques, cet investissement perdra souvent de la valeur en se banalisant, sauf s’il s’agit d’un jeune artiste qui ne créer que sur ces techniques et semble avoir un avenir, alors sa cote croîtra peut-être plus vite que la dépréciation relevant de la technique

 

publi-information partenaire . "Blancs-Manteaux Auction" dans le Marais

Blancs-Manteaux Auction est une petite Etude de ventes aux enchères ouverte :

> simplicité et rapidité en ligne, convivialité en salle, ouverture aux jeunes...
> des ventes d’artistes actuels, d’avant-garde et de street-art
> des prix abordables, des frais raisonnables...

 

Le site est particulièrement pratique et compréhensible : la simplicité !


 

veillez aux marketing

attention à certaines situations :
> créer une cote artificielle : elle doit être liée au marché des enchères, la décrêter sans qu’il y ait vente réelle est un non-sens
> bloquer la cote : l’artiste, le marchand, doivent admettre qu’une cote une fois établie ne fasse pas que monter quoi qu’il arrive : la bourse, elle, fluctue selon le marché...
> créer la rareté, jeu très ancien : un marchand ayant une vision l’art achete la production d’un artiste en devenir, stocke ses oeuvres en les montrant un peu mais sans les vendre, fait mousser autour, puis met en vente lorsque l’artiste est connu ; les plus grands l’ont fait (Kahnweiler, Beyeler... mais ils ont été aussi d’irréprochables soutien)
> être trop fidèle : un artiste est fagocité par une seule galerie, qui certes le soutient depuis des années mais lui empêche d’exposer ailleurs (et il est d’accord) ; cette fidélité fait monter la cote, mais... que se passe-t-il si la galerie ferme ? eh bien, l’artiste redégringole voire disparait
> faire "un coup" : surfant sur la mode, ce marchand surcote cet artiste émergent ; moralité : celui-ci est enfermé dans sa cote trop élevée et aura beaucoup de mal à en sortir

 

.
vous êtes amateur, collectionneur ? alors vous êtes aussi acheteur et vendeur !
pour vous, Almanart annonce des oeuvres de qualité
à céder par des particuliers

 

 

collectionneur, soignez vos intérêts

> faites jouer la concurrence ; exemples : une galerie sur les quais vendait 2 fois plus cher des Lapiques qu’une au quartier Latin ; dans le Marais une galerie branchée vendait 50% plus cher des oeuvres d’avant-garde qu’une 200 mètres plus bas
> discutez le prix, vous obtiendrez immédiatement 5% sans même de persévérer ; mais ne négligez pas pour autant le travail de fond qu’effectue une bonne galerie
> préservez-vous de la mode  : les restaurants branchés ne sont pas meilleurs mais plus chers ; idem pour l’art
> attention aux "marques" : comme dans les fringues, l’acheteur d’art est soumis au marketing avec sa communication sur les "marques" haut de gamme, en l’occurence de grands noms d’artistes sensés garantir une haute qualité ; or la production d’un artiste n’est stable ni en qualité ni en valeur

en pratique :
> achetez une célébrité si vous en avez les moyens mais pas n’importe quelle oeuvre ; n’hésitez pas à demander conseil, vous n’imaginez pas le nombre d’erreurs que nous avons pu faire éviter à certains amateurs...
> vous débutez ? achetez des multiples et faites-vous la main, car le plaisir est là, même s’ils ne gagneront que très peu de valeur ; suivez nos rubriques Savoir Acheter et Sachez Investir.

Et aussi ceci !

 

.
vous êtes collectionneur ? Almanart peut vous guider
> nous contacter
.

 



à vos petits écrans !

  > le blog d'almanart : curiosité, humour, people, sexy...
 

 

annonces d'événements :


 

jouez avec l’art et gagnez des cadeaux !

 participez au jeu-concours

Géant des Beaux-Arts / Almanart
s’amuser en s’instruisant, c’est facile et gratuit

jusqu’au 28 février 2017

 ? qui est Le Géant des Beaux-Arts ?



 


 

le Sm’Art et SumUp innovent
dans le paiement des oeuvres d’art

 le Salon Smart (11-15 mai à Aix) va faciliter le paiement instantané par mobile des achats d’oeuvres aux exposants
grâce à la technologie SumUp

à découvrir ici

 ? qui est le Sm’art ?


 

voici le 1er PopUp-Store [ Mobilier 20ème ]

au 7 rue Saint Sabin, Paris 11
du 25 février au 5 mars

plus d’infos

 

un événement Authentic Design

 


 

la plus grande foire d’art à Toulouse

 

 

annoncez vos ventes
trouvez à acheter

particuliers : annoncez vos oeuvres à vendre

seuls des biens de qualité sont acceptés,
sélectionnés par Almanart

de bonnes occasions pour
acheter

 

 

 

un moteur => toutes les ventes !

le plus puissant moteur de recherche d’objets d’art
100 maisons de ventes aux enchères francophones
sont déjà partenaires

 


 

suivez nous  :  petits écrans :

 

 

Plans et itinéraires du Grand Paris :
Où sont les quartiers d'art ?

 

 

 

Le "Petit Mot" : 10 micro-newsletter/an, gratuites

abonnez-vous, entrez ici votre ad mel :

aucune autre information n'est demandée

 

 

 

 

Mesure d'audience par :

 

 

 

 

 

Le "Petit Mot"
Abonnez-vous, ici
entrez votre mail :

10 newsletter/an, gratuit

 

 

 

 

 

 

nos partenaires :

 

 

 

nos amis en art et design :