Suzanne Valadon, la transgressive

 

Ceci est une archive d’une exposition exceptionnelle

Note sur les visuels : si les droits liés à l’expo sont échus, ne restent que des imagettes de faible définition à titre de mémoire, sans agrandissement possible ; celles agrandissables ont obtenu un accord ou sont libres ; en cas d’erreur, les vues générales sont libres ; svp nous en faire part et, suite vérification, le visuel sera retiré ou mis en imagette-mémoire ; merci !
  > accueil d’Almanart > sommaire des archives

l’ascension de Suzanne Valadon (ou le chassé-croisé Valadon-Utrillo)
> à la Pinacothèque de Paris, du 6 mars au 15 septembre 2009

 

original confrontation : Suzanne Valadon et son fils Maurice Utrillo, à Montmartre ; elle met en évidence l’incroyable imbrication de leurs vies, de leurs oeuvres, de leurs styles ; elle montre que Suzanne Valadon aura constamment amélioré son art tandis que celui de Maurice Utrillo est devenu banal à la fin de sa vie

 

Suzanne Valadon Utrillo

Suzanne Valadon : portrait de M.Utrillo, huile, 1921
(coll.particulière) ... clic=zoom

 

 

Suzanne Valadon autoportrait

Suzanne Valadon : autoportrait, huile, 1927
( coll.particulière) ... clic=zoom

 

les femmes artistes autour de 1900

en fin du 19è siècle la condition féminine était extrêmement codifiée et vouloir en sortir était méprisé : la femme était dévolue aux tâches domestiques ou humanitaires, écartée des professions intellectuelles et artistiques car le génie ne pouvait être que masculin. Pendant un siècle les femmes se sont battues pour que s’appliquent les droits qui leur ont été théoriquement accordés à la Révolution, descendant dans la rue en 1848 et 1870, mais leur statut demeurait en fait inchangé.

 

Berthe Morisot

Berthe Morisot
(courtoisie M.Orsay) ... clic=zoom

 

 

Dans l’esprit de l’époque la femme ne peut avoir une vision du monde, elle est cantonnée aux arts mineurs (décoration, l’artisanat) ; accéder aux art majeurs (peinture, sculpture) est une preuve d’excentricité : "les femmes qui montraient du génie dans une quelconque création étaient simplement considérées comme anormales, au mieux asexuées et traîtresses par rapport à leur seule vocation domestique possible et acceptée" [Marc Restellini, catalogue].

 

 

Maria Cassatt

Maria Cassatt
(courtoisie HuntingtonLibrary) ... clic=zoom

 

 

Evidemment dans ce contexte il n’y eu aucune femme artiste de premier plan à cette époque, sinon reconnue plus tard et avec difficulté.
Les exemples sont comptés : Berthe Morisot (1841-1895) et Maria Cassatt (1844-1926) furent acceptées car issues d’un milieu social élevé mais se sont restreintes aux motifs familiaux ; un peu plus tard Marie Laurencin (1883-1956) faisait certes partie des impressionnistes, genre d’avant-garde à l’époque, mais soutenue par Picasso et par son noble mari

 

Camille Claudel (1864-1943) eu moins de tranquillité ; protégée par son mentor Rodin, elle s’en affranchit, crée son style mais comme elle opte pour un genre "viril" : la sculpture, elle ne sera pas reconnue dès sa séparation avec Rodin, et passera l’essentiel de sa vie dans un asile ; ainsi d’ailleurs que Séraphine de Senlis (1864-1947) qui accumula une origine humble, une absence de formation et un dérèglement psychique.

 

la double transgression de Suzanne Valadon

 

Née de père inconnu et de mère blanchisseuse, Suzanne Valadon (1865-1938) est modèle pour les peintres de Montmartre : c’est bien loin du milieu bourgeois mais fort utile pour survivre à Montmartre !
Elle est douée en dessin et est assez observatrice pour se perfectionner aux côtés des artistes ; Degas la remarque et l’encourage à poursuivre.

 

Suzanne Valadon : près du bain, dessin, 1908
clic=zoom
 

Suzanne Valadon près du bain

 

 

Elle ose la peinture ce qui, par rapport au dessin, est déjà un acte transgressif ; pire : elle ne se satisfait pas de scènes familiales, mais aborde tous les sujets : portraits, paysages, nombreux nus voire quelques scènes érotiques. Scandale total, comportement atypique mais pleinement assumé par la "terrible Maria" (Degas), même si sa peinture aura été 20 ans en retrait de celle de son fils Maurice Utrillo, avant que celui-ci ne régresse.

 

Suzanne Valadon : femme à la contrebasse, huile, 1915 (courtoisie M.PetitPalais Geneve)
clic=zoom
 

Suzanne Valadon femme à la contrebasse

L’autre transgression est sociale : être peintre en venant de la rue à Montmartre (à l’époque repère de voleurs et d’artistes miséreux), devenir la maîtresse d’un ami de son fils Maurice Utrillo étaient des comportements absolument scandaleux. Remarquons tout de même que la société d’alors sut la reconnaître assez tôt puisqu’elle fût en 1864 la 1ère femme admise à la Société Nationale des Beaux-Arts !

 

l’ascension et l’apogée

 

La Pinacothèque montre bien le chassé-croisé entre Suzanne Valadon et son fils. Jusqu’alors cantonnée au dessin, n’interférant en rien dans la carrière de Maurice Utrillo qui atteignait son apogée, en 1909 Suzanne Valadon est passée à la peinture sur le motif, sous l’influence de son amant et ami de son fils.
Ce fut un bouleversement : Maurice Utrillo en fut évidement traumatisé ce qui contribua à son alcoolisme et à infléchir son art vers la médiocrité ; au contraire Suzanne Valadon affermira son style, trouvera une plénitude jusqu’à la fin des années 20.

 

Suzanne Valadon : ferme de Montcorin, huile, 1918
clic=zoom
 

Suzanne Valadon ferme

 

 

Mais son oeuvre ne fut réellement valorisée que plus récemment ; bien qu’exposée au Centre Pompidou et au Metropolitan Museum of Art à New York, la cote de sa peinture se situe entre 15 et 30’000€ (fin 2008), soit 2 à 4 fois moins que celle d’Utrillo à son apogée…
Ci-contre, un tableau tardif, à tendance impressionniste.

 

 

 

Suzanne Valadon : Geneviève Camax-Zoegger, huile, 1936
clic=zoom
 

Suzanne Valadon Geneviève Camax-Zoegger

plus d’infos :

> l’exposition vue par des femmes
> le site de l’association Maurice Utrillo, par Jean Fabris
> des tableaux des peintres amoureux de Montmartre, chez Les Atamanes

 



à vos petits écrans !

  > le blog d'almanart : curiosité, humour, people, sexy...
 

 

annonces d'événements :


 

parmi les Petits Maîtres de la peinture :
 

Denis Geoffroy-Dechaume (1922-2012)
un "clacissisme raffiné"


en exposition virtuelle aux Atamanes


 ? qui sont les Atamanes ?


 

fotofever au Carrousel du Louvre

 
"la" foire de la photo contemporaine
sera au Carrousel du Louvre
du 10 au 12 novembre

un succès annoncé : déjà 70 % de galeries fidèles, 30% de nouvelles et 60 % de galeries étrangères

 ? qui est fotofever  ?


 

oh, la belle rentrée !

au Géant des Beaux-Arts, jusqu’au 23 octobre 2017

> qui est Géant des Beaux-Arts ?


 

suivez nous  :  petits écrans :

 

 

Plans et itinéraires du Grand Paris :
Où sont les quartiers d'art ?

 

 

 

Le "Petit Mot" : 10 micro-newsletter/an, gratuites

abonnez-vous, entrez ici votre ad mel :

aucune autre information n'est demandée

 

 

 

 

Mesure d'audience par :

 

 

 

 

 

Le "Petit Mot"
Abonnez-vous, ici
entrez votre mail :

10 newsletter/an, gratuit

 

 

 

 

 

 

nos partenaires :

 

 

 

nos amis en art et design :